Mémoires d’archéologues. Chap. 11, Yves Roumegoux ou la défense du pré carré

Mémoire d’archéologues, petites histoires de l’archéologie des Hauts-de-France continue à enrichir sa collection avec notamment, la réalisation de nouveaux portraits filmés d’archéologues.

En 2020, trois portraits ont été tournés. Parmi eux, nous avons eu le plaisir d’interviewer Yves Roumegoux, conservateur en chef du patrimoine au Service régional de l’archéologie / Drac Hauts-de-France. 

Après des études à Paris X-Nanterre (diplôme d’études approfondie de lettres, histoire et archéologie), Yves Roumegoux débute la pratique bénévole de l’archéologie dès 1974 sur divers sites du sud de la France comme Vaison-la Romaine et Narbonne. Il poursuit en tant que professionnel au sein de l’Afan, association pour les fouilles archéologiques nationales crée en 1973 et qui devient l’Inrap en 2001. Il mène des fouilles en Bourgogne, à Sens, aux abords de Dijon (autoroute A31), ainsi qu’à Paris, dans le cadre des travaux du Grand Louvre. En 1988, il est archéologue de collectivité à Nevers et y assure également la direction du musée municipal.
En 1990, il intègre le Ministère de la Culture en tant qu’ingénieur d’études où il est chargé de la gestion du département du Cher au sein de la DRAC Centre. Puis il rejoint le Service régional de l’archéologie de la DRAC Nord-Pas-de-Calais de l’été 1991 à l’été 2009. Il aura la charge de nombreux diagnostics et fouilles archéologiques menés, entre autres à Ardres, Bailleul, Calais, Cambrai, Dunkerque, La Gorgue, Le Quesnoy, Lille, Orchies, Maubeuge, Dunkerque, etc. Il est admis en 2007 à l’Institut national du Patrimoine en tant qu’élève conservateur du patrimoine.
Après un passage au Service régional de l’archéologie à la DRAC Bretagne de 2009 à 2012, il est affecté au Service régional de l’archéologie de la DRAC Île-de-France et gère le département du val d’Oise.
En 2016, il est adjoint au chef du Bureau de la gestion des vestiges et de la documentation archéologiques à la Sous-direction de l’archéologie, Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture et s’occupe plus particulièrement de la lutte contre le pillage archéologique sur le territoire national.
Puis en 2018, il ré-intègre un service déconcentré du Ministère de la culture, le SRA Hauts-de-France, où il travaille actuellement.

Ses sujets de prédilection et de compétence sont variés. Il s’intéresse tout particulièrement à l’archéologie moderne et contemporaine, à l’histoire militaire, mais aussi aux fortifications urbaines et à leur évolution dans le temps. On ne compte plus ses nombreuses publications et ses multiples contributions aux colloques, sur ces sujets notamment. Fervent défenseur de l’archéologie des périodes récentes, il est aussi reconnu pour ses connaissances portant sur l’archéologie des conflits, notamment ceux des deux guerres mondiales du XXe siècle. Il est aujourd’hui co-responsable scientifique du programme collectif de recherche sur les places fortes des Hauts-de-France.

Dans cette vidéo, Yves nous parle de son parcours très diversifié et de ses découvertes archéologiques, mais surtout du rôle de l’État en matière d’archéologie.

Pour accéder à la vidéo, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search