L’évolution du rapport à l’humide en zone de plaine alluviale : le cas de Laplaigne, village riverain de l’Escaut (Belgique)

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Thibaut Gils (Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme de l’Université catholique de Louvain).
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le troisième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture

 

Figure 1 : Encart : Inondation du village de Laplaigne


Introduction :

L’étude de la vulnérabilité des sociétés et des facteurs humains y contribuant est au centre des préoccupations de nombreux auteurs.  Plus spécifiquement, la problématique de l’aléa inondation, conséquence de l’anthropisation de milieux humides ou inondables, fait l’objet d’un intérêt récent mais marqué.  Cependant, ces recherches sont encore trop rarement réalisées dans une optique opérationnelle. Pourtant, en interrogeant le passé, il est possible de comprendre le déroulé des mutations s’opérant sur un espace spécifique donné afin d’en imaginer le futur.

Le cas du village frontalier de Laplaigne, situé en bord d’Escaut belge, est à ce titre exemplatif.
Lié à l’humide, il s’en est détourné pour finir par l’ignorer.  Aujourd’hui, n’est-il pas temps d’imaginer un nouveau paradigme permettant d’inventer de nouveaux modèles d’aménagement du territoire qui réintroduiraient l’eau dans le paysage ?

1 – La zone de recherche

Le site aujourd’hui occupé par le village de Laplaigne (Belgique) est (ou était ?) naturellement sujet à inondations en période de crue. Ici, avant toute intervention humaine, l’inondation fait le site. De ce constat, on peut se demander pourquoi, à un moment donné, cet espace a été jugé digne d’intérêt pour que s’y installe et s’y développe une communauté humaine encore présente aujourd’hui. La morphologie du site avant anthropisation nous permettra de mieux comprendre cette réalité.

Le village de Laplaigne se situe rive droite de l’Escaut, en aval de la confluence avec la Scarpe, sur un plateau peu ondulé de faible altitude. Dans cet ensemble géologique, les dépôts récents de la plaine alluviale recouvrent un tuffeau argileux du paléocène. Le lit majeur des cours d’eau (les zones inondables) se situent dans d’anciens chenaux qui se sont formés à la fin de la dernière période glaciaire.  Au cours de l’Holocène, la tendance générale à la remontée de nappe entraîne l’ennoiement des points bas par des formations tourbeuses alors que des dépôts argileux fixent le fond de vallée des cours d’eaux affluents[1].

En ce qui concerne le relief, l’ensemble hydrique est caractérisé par un très faible dénivelé, lui donnant les caractéristiques d’un cours d’eau de plaine : méandres divaguants et débit faible alimentant une large plaine alluviale. Cette dernière est large de plus de 1,3km à la confluence Scarpe-Escaut et s’élargit à l’aval pour atteindre près de 2,2km à la confluence. Cet élargissement s’observe principalement rive droite. À différents endroits, des terrains, plus ou moins vastes se situent à des altitudes inférieures au lit des cours d’eau. Une éventuelle absence d’écoulement naturel y fera stagner les eaux.

 

Figure 2 : Localisation du village de Laplaigne en Belgique, Google Maps, 2020


2 – Le site

À son entrée en Belgique, l’Escaut et trois petits cours d’eau délimitent un plateau immergé d’environ 84 ha ou s’établira le futur village de Laplaine. Ce plateau décrit une pente légère selon un axe NO/SE et présente des altitudes variant à l’entour de 19m sur ses côtés Sud et Ouest et 17m sur ses côtés Est et Nord. Le premier de ces ruisseaux vient de l’Est et contourne le plateau par le Sud, il porte aujourd’hui le nom de Jacquelin. Le second, nommé Ruisseau de la Cheminée, vient du Nord-Est et se dirige vers le sud-ouest pour bifurquer quasi à angle droit afin de rejoindre l’Escaut, en délimitant le plateau par le nord. Le troisième, nommé Bourla, est situé plus en aval et emprunte un parcours plus rectiligne en suivant l’axe Est-Ouest.

De nos jours, ces cours d’eau sont si fortement artificialisés que leur lecture en est rendue presque impossible. Il est tout aussi complexe d’imaginer leur configuration ou à quoi devait ressembler le paysage avant toute installation humaine. Néanmoins, le croisement des informations fournies par la géologie et celles que nous offre la cartographie ancienne permet de donner certains repères. Ferraris dresse un certain état des lieux du paysage au XVIIIème siècle. Celui-ci est bien entendu déjà fortement aménagé mais cette cartographie a le mérite de nous offrir une série d’éléments de réflexion. Le tracé général de l’actuel Jacquelin (nommé Ruisseau de Wiers) est facilement lisible dans le parcellaire et apparaît déjà fortement anthropisé au vu des méandres à angles droits et autres dédoublements qu’il présente. Le Bourla est lui aussi visible et se situe à la limite nord du village en traversant la plaine inondable. A l’inverse, le Ruisseau de la Cheminée n’est pas représenté par l’auteur. Il faut se référer à la Carte des limites des Pays-Bas autrichiens et de la France, du côté de la Scarpe et de l’Escaut, dressée par l’inspecteur général des ponts et chaussées en Hainaut, légèrement antérieure à Ferraris (levée en 1727) pour en observer la configuration générale. Marais et bois figurent aussi sur la carte. Le couvert forestier reste, à la fin du XVIIIe siècle, encore bien présent mais est déjà le résultat d’importants déboisements. Ainsi, Laplaigne est bordé sur trois côtés par la plaine inondable et sur le quatrième par la forêt.

À l’analyse de ceci, on perçoit un site qui, avant toute occupation humaine, devait ressembler à un petit plateau, de faible altitude, probablement boisé ou partiellement boisé. Au sud et à l’est, ce plateau est séparé de l’Escaut par une plaine basse et inondable formant marais. Au nord et à l’ouest, deux petits cours d’eau affluents de l’Escaut découpent le paysage. Plus avant dans ces directions, la forêt se prolonge et crée une limite.

 

Figure 3a : Géologie du site

 

Figure 3b : Géologie du site


Bien que particulièrement dépendant des inondations, le site de Laplaigne n’en est pas pour autant « hostile » ou rédhibitoire : il offre de l’eau en suffisance, du bois, des terres naturellement fertilisées et facilement cultivables.  Son occupation, au moins partielle, est avérée bien avant le Moyen Âge. 

Ainsi, malgré la pauvreté relative du matériel archéologique à disposition, il paraît raisonnable de croire que la plaine humide en rive droite de l’Escaut, entre la confluence de la Scarpe et Antoing, ait été occupée de manière très précoce, vraisemblablement dès le Mésolithique (Lesenne 1985). L’occupation du site de Laplaigne pourrait lui remonter au Néolithique final-Chalcolithique (Colmant et Delcourt 1987). Qu’il ait été occupé de manière structurelle durant la période gallo-romaine fait peu de doute, même si le matériel archéologique disponible reste là encore anecdotique (Delerive 1998, Ghislain 1990).

C’est réellement à partir du Moyen Âge qu’une colonisation pérenne du site s’opère.  Cette colonisation est partielle et concentrée sur une partie bien délimitée du site puisqu’elle ne concerne dans un premier temps que deux hameaux : Sin et Laplaigne. La plus ancienne mention de Laplaigne concerne le hameau de Sin, dont on sait qu’il était possession de l’abbaye de Saint-Amand en 1107 et devait déjà faire partie du domaine abbatial dès l’époque mérovingienne (Platelle 1962).  Il faut attendre la fin du XIIe siècle (1186) pour voir apparaître le toponyme de Laplaigne, sous les formes « Le Plaigne » ou « Le Plagne », faisant explicitement référence au relief du village. 

Le choix de l’implantation de Sin et de Laplaigne, constituant le cœur historique du village, n’est pas anodin et résolument en lien avec le caractère inondable du milieu décrit ci-dessus :

            – les deux hameaux s’implantent sur une ligne de crête en retrait de plaines submersibles. Laplaigne s’organise exclusivement le long du Jacquelin, Sin davantage en fonction de la plaine humide.  On peut qualifier cette implantation particulière d’habitat de rejet.

            – tous deux sont situés sur un axe O-E, c’est-à-dire parallèlement au tracé de l’actuel Jacquelin, non loin de la confluence avec l’Escaut.  On lit très clairement sur la carte de Ferraris que l’implantation des hameaux de Laplaigne et de Sin, mais aussi, sur le versant français de Roeux (Flines-lez-Mortagne), suit cet axe.

            – les hameaux se positionnent juste au nord de sols sablo-limoneux à drainage naturel principalement modéré ou imparfait et encore aujourd’hui, l’axe constitué par ces deux hameaux se trouve juste en retrait de la zone d’aléa inondation.

 

Figure 4 : L’organisation spatiale du village de Laplaigne, tourné vers l’humide


3 – Choisir d’habiter en zone humide : l’inondable comme ressource   

Ce site offre des opportunités réelles et permet de développer une économie multifonctionnelle.

Figure 5 : La zone humide, un espace multifonctionnel


À en croire les descriptions du village du XIXème siècle, les conditions ne seraient pas réunies pour fournir à la population locale une situation durablement acceptable. Il nous faut fortement nuancer cette vision et constater qu’une économie développant un lien fort à l’humide s’est construite dans le village dès sa colonisation et perdurera (au moins partiellement) jusqu’au-delà de la période industrielle.  Cette réalité permettra l’accroissement de la population et la création de nouveaux hameaux.

Figure 6 : des fonctions concurrentes


Durant la période médiévale, une multiplicité d’acteurs interagit (et se font concurrence) sur les rives de la Scarpe et de l’Escaut :

Figure 7 : Une multiplicité d’acteurs


Ces divers acteurs peuvent se trouver, à différents moments de l’histoire, en opposition, voire en concurrence. Ces conflits laissent des traces dans les documents historiques et nous documentent sur la manière dont l’espace était géré.

Figure 8 : Une gestion décentralisée et une forte concurrence

Quoiqu’il en soit, ces sources, dont l’on parle ici, ne nous donnent que peu d’indication sur les « inondations », telle que nous les définirions au XXIe siècle.  Cette absence d’information ne signifie pas que ces dernières étaient absentes ou inexistantes. Loin s’en faut. Mais ce qui fait trace n’est jamais la normalité. Les inondations relatées dans les sources ne le sont que pour leur caractère exceptionnel ou particulier. Autrement dit, en « temps normal », les débordements des rivières Scarpe et Escaut font partie du cycle normal et saisonnier de ce territoire.

Cette caractéristique du milieu permet la pérennisation de l’implantation humaine. Pourtant, tout va ensuite changer.

Figure 9 : L’inondation catastrophe


Nous nous trouvons ici à un moment charnière. Alors que jusqu’ici les éléments de transformation du territoire s’apparentaient à des logiques d’adaptation – et l’on parlera donc d’assèchement des prairies – l’on va basculer dans des politiques de transformation du paysage – et donc concrètement de dessèchement de l’ensemble des zones humide.

Le changement de paradigme est manifeste. Comme le souligne Chloé Deligne[2], les travaux réalisés durant la période médiévale, tout impactant qu’ils soient, n’ont affecté qu’à la marge la naturalité du paysage, qui conservait ses caractéristiques propres. Les politiques de dessèchement ont un impact tout autre. La zone humide (gérée ou contenue précédemment) doit à présent disparaitre. Pour ce faire, une ingénierie complexe et radicale va se mettre en place : bornage et partage des marais, assèchement de ceux-ci, creusement de collecteurs (Traitoire, Décours, Jard), endiguement, etc.

Même si l’objectif de départ est bien de se débarrasser de l’humide, le résultat ne sera pas là. Le graphique ci-dessus permet de visualiser l’occurrence des phénomènes inondants en vallée Scarpe-Escaut[3]. À sa lecture, l’on constate que ceux-ci s’accentuent de manière évidente dès que l’on bascule d’une logique d’assèchement à une logique de dessèchement :

 

Figure 10 : Résumé synoptique de l’histoire des débordements de la Vallée de la Scarpe © Thibaut Ghils

 

Figure 11 : Inondations en Scarpe aval. Répartition des événements dans le temps, 2019 © Thibaut Ghils

 

4 – De l’inondation naturelle à l’inondation anthropique : modifications de l’organisation spatiale et du rapport au paysage  

Laplaigne est un village frontalier. De ce fait, l’effet de frontière joue de manière singulière sur le territoire.

En effet, si Mortagne et Laplaigne ont longtemps appartenu au même ensemble géopolitique et que de ce fait leur destin relatif aux inondations était lié, ceci ne sera plus le cas à partir du traité d’Utrecht (1713) période à partir de laquelle les deux voisins deviennent concurrents. Poursuivant des politiques différentes, et antagonistes, France et Pays-Bas Autrichiens se tournent le dos ; les deux villages deviennent des extrémités séparées par une frontière d’état. Cette frontière sera matérialisée par une digue, dont la fonction ne sera de barrer les prairies dans le but d’isoler Laplaigne et de la préserver des eaux provenant de France.

 

Fig. 12 La digue frontière, à Laplaigne – vue de Belgique (© Thibaut Ghils)

 

Fig. 13 La digue frontière, à Laplaigne – vue de France (© Thibaut Ghils)


La construction de la digue aura pour conséquence de modifier la dynamique spatiale du village et engendrer une recomposition spatiale et radicale du village. Laplaigne se retrouve enclavé entre un Escaut difficilement franchissable et une frontière physiquement très perceptible, devenant, à partir de la période hollandaise – et plus encore à partir de l’indépendance de la Belgique – un « bout » ou une « extrémité » peu accessible. En réalité, bien plus fondamentalement encore, Laplaigne, en se détournant de la France, va à présent faire dos à l’humide.

 

Fig. 14 : Recomposition spatiale du village et effet-frontière


5 – La zone inondable non inondable

En tournant le dos à l’humide, le village en a oublié l’existence. Cette phase d’oubli, de rejet, qui dure du début du XXe siècle à aujourd’hui, se traduit par l’augmentation des surfaces imperméables et par l’hydraulisme des gestionnaires. Elle donne lieu à une perte de sens allant jusqu’à oublier le nom des cours d’eau. Par conséquent, de nos jours, le désir d’habiter l’inondable se couple d’une volonté … d’ignorer l’inondable !

 

Figure 15 : Laplaigne ignore son caractère humide jusqu’à aujourd’hui


6 – Conclusions et pistes de réflexion

La vallée Scarpe-Escaut constitue historiquement un site favorable à l’implantation de communautés humaines. Dès lors qu’il y a eu implantation humaine, apparaît une volonté d’adaptation du site mais, pour impactante qu’elle puisse être, sans volonté de supprimer les inondations. Ceci se caractérise donc par un mode de vie adapté au milieu. Ensuite, la période postérieure amène à la fois au dessèchement de la zone humide et à la volonté d’éradiquer les inondations, pour tenter cette fois d’adapter le milieu à son mode de vie. Ce processus se traduit toutefois par la perte progressive du sens du site que l’on occupe et par une déconnexion des habitants de Laplaigne à leur cours d’eau. Il donne lieu à la recherche d’une solution radicale et définitive contre la zone humide.

Ainsi, aux origines, Laplaigne est tournée vers l’humide, puis fait dos à l’humide et, enfin, finit par l’ignorer. Ce constat fait, ne faudrait-il pas réinventer un nouveau chapitre qui montrerait comment « à présent, Laplaigne se réapproprie l’humide » ? Cette réappropriation ne doit pas être uniquement symbolique, exclusivement liée à des actions de sensibilisation ou de marketing. De plus, rechercher un hypothétique « état antérieur » est vain. Ne doit-on pas inventer de nouveaux modèles d’aménagement du territoire qui réintroduiraient l’eau dans le paysage ? L’eau, à nouveau physiquement présente et visible, pourrait être au centre d’un projet collectif mobilisant le village voire l’ensemble du bassin versant de l’Escaut, notamment dans le cadre de la loi GEMAPI, dans l’optique de développer une gestion intégrée de l’eau dans une perspective opérationnelle et appliquée.

 

Pour en savoir plus :
thibaut.ghils@student.uclouvain.be

Textes extraits pour parties de https://journals.openedition.org/vertigo/28257

_______________________________

[1] DESCHODT, Laurent. Chronostratigraphie et paléoenvironnements des fonds de vallée du bassin français de l’Escaut, Thèse de géographie physique, Paris 1, Paris, 2014, p. 204-206.

[2] DELIGNE Chloé, La Vallée de la Scarpe inférieure aux XIIème et XIIIème siècles, dans Archaeologia Duacensis, 1998, n°13

[3] Pour obtenir le fichier Excel complet reprenant les références de l’ensemble des phénomènes inondants : thibaut.ghils@student.uclouvain.be

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search