Histoire et archéologie d’un territoire fluvial : la Vallée du Haut-Escaut. Retours sur une trajectoire paysagère originale (11e-21e siècles)

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Laëtitia Deudon (Archéologue assistante – chargée d’études documentaires, Service archéologique de Valenciennes / Chercheur en histoire et archéologie médiévales et modernes, Université polytechnique Hauts-de-France / Université de Montréal).
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le deuxième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué

Bonne lecture

Introduction

Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, la vallée de l’Escaut connaît d’importantes transformations environnementales liées au développement des plusieurs activités présentes sur la rivière et ses abords. Que ce soit comme support de la navigation, source d’énergie, outil de défense ou pour alimenter des industries, ces différents usages contribuent à modifier durablement le faciès de la plaine alluviale et les paysages du Haut-Escaut. Cette conquête de l’espace fluvial se matérialise par d’importants travaux hydrauliques et corrections fluviales qui réorganisent le réseau hydrographique et la répartition des zones humides du territoire, à travers l’implantation de moulins, le développement de micro-réseaux hydrauliques et de dérivations, l’assèchement des marais, l’hydraulique militaire et les travaux de canalisation de l’Escaut qui ont bouleversé la morphologie fluviale et le paysage de la vallée.

Dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire, il s’agit ici de reconstituer la trajectoire paysagère de la vallée sur le dernier millénaire, en croisant les méthodes de la géohistoire des paysages et de l’archéologie fluviale. Cette étude offre ainsi une synthèse inédite de l’aménagement de cet axe fluvial, pour comprendre en outre la transition progressive de la rivière historique au canal industriel entre le XIe et le XXe siècle qui a durablement reconfiguré le territoire et impacté son patrimoine archéologique. Cette approche vise aussi à souligner les apports de l’archéologie des paysages et de l’archéologie environnementale pour l’étude des relations hommes-milieux et des dynamiques d’anthropisation et d’artificialisation des paysages d’eau dans les Hauts-de-France. Dans cette perspective, la Vallée de l’Escaut offre une étude de cas exemplaire illustrant les processus d’occupation et d’aménagement des vallées alluviales septentrionales sur la longue durée[1].

De surcroît, cette recherche vise à attirer l’attention sur l’importance de considérer le patrimoine fluvial et hydraulique des Hauts-de-France sous ses différentes formes en conciliant les enjeux écologiques et patrimoniaux qui sont au cœur des questions d’aménagement aujourd’hui (Directive cadre sur l’eau portant sur la continuité écologique des cours d’eau, 2000, Code de l’Environnement L.214-17). Les investigations récentes soulignent le potentiel archéologique que représente le territoire du Haut-Escaut dans l’étude des patrimoines liés à l’eau. Ce constat fait, la Vallée de l’Escaut peut constituer un laboratoire d’expérimentation pour développer l’archéologie fluviale et nautique en Hauts-de-France, en prenant exemple sur les différentes recherches archéologiques menées dans les autres régions françaises[2]. L’étude du patrimoine hydraulique permet de souligner la diversité et la complexité des infrastructures liées à l’eau présentes dans le Cambrésis et le Valenciennois sur l’Escaut et ses affluents pour les périodes médiévale, moderne et contemporaine.

L’étude de cet axe fluvial structurant du Nord de la France rejoint ainsi les grands volets de l’archéologie régionale et les axes de recherche scientifiques développés par les laboratoires universitaires, les services archéologiques territoriaux, la DRAC-SRA Hauts-de-France et le CNRA (axes 10, 11, 13, 14)[3].

1 –  Les caractéristiques géomorphologiques et hydrologiques du fleuve aux périodes historiques

1.1. Données générales et contexte environnemental[4]

L’Escaut prend aujourd’hui sa source à Gouy, au lieu-dit Le Catelet en Picardie (Vermandois, Aisne), près de l’ancienne abbaye du Mont Saint-Martin, à environ 97 m d’altitude, en aval de ce qui était autrefois appelé le « Sommet de l’Escaut »[5]. La section comprise dans l’étude fait partie de ce qui est appelé le Haut-Escaut (Bovenschelde), allant de la source à Gand. Entre Gand et la frontière belgo-néerlandaise, la section est appelée l’Escaut maritime (Zeeschelde). En aval d’Anvers commence le bras de mer ou Escaut occidental (Westerschelde), les deux sections formant ensemble le Bas-Escaut. Sur son parcours total actuel d’environ 400 km (355 km sans le bras de mer dont 140 km canalisés, 63 km navigables en France), l’Escaut traverse le Nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas selon un axe général sud-ouest puis nord-est et draine un bassin transfrontalier de plus de 21 000 km.

Dans son parcours amont (dont 98 km en France), le bassin versant de l’Escaut est alimenté par plusieurs affluents dont les plus importants sont la Sensée (rive gauche), l’Erclin, la Selle, l’Écaillon, la Rhonelle, la Haine[6], l’Hogneau (rive droite) puis la Scarpe (rive gauche), son plus long affluent qui rejoint l’Escaut à Mortagne-du-Nord. Dans la plaine flamande, d’autres affluents rejoignent l’Escaut tels que la Lys et le Rupel qui viennent grossir le fleuve. Chacun d’eux draine des vallées alluviales très humides qui s’inscrivent dans le bassin versant de l’Escaut.

La pente de l’Escaut est plus forte en amont, dans le Cambrésis, dominé par un plateau crayeux, et marqué par une plus faible déclivité et un milieu plus marécageux en aval. À la hauteur de Valenciennes, la Vallée de l’Escaut est d’environ 1 km de large[7]. Les hauts-reliefs sont remplacés par des bas plateaux, marqué par un faible relief et des horizons sablo-argileux[8]. Dans le Valenciennois, la plaine alluviale présente une faible topographie et comprend d’importantes zones humides. Des marais périurbains encadrent la ville installée en fond de vallée : les marais de Bourlain en amont et les marais de l’Epaix et de Bruay en aval. Le marais de Bourlain laisse place à l’étang du Vert Gazon puis à l’étang du Vignoble, plan d’eau d’origine anthropique qui apparaît au xxe siècle.

La vallée de l’Escaut est dissymétrique côté est, où la pente du versant oriental de l’Escaut est plus importante. La rivière bifurque ensuite vers le nord au niveau de Condé-sur-l’Escaut, où la rivière butte sur la colline de Bonsecours, ceinturée de marais et d’étangs d’effondrement minier (site de Chabaud-Latour). À la hauteur d’Antoing (Belgique), où le secteur accuse un banc calcaire carbonifère, l’Escaut voit sa plaine alluviale se resserrer. L’Escaut y est plus encaissé et son relief plus marqué au niveau du dôme du Mélantois. La rivière quitte le Hainaut pour se diriger vers la plaine flamande où il traverse les principales villes de Tournai, Audenarde, Gand, Termonde, Tamise, Rupelmonde et Anvers en Flandre[9].

Figure 1 : Carte du réseau hydrographique du Haut-Escaut français, PPIGE, 2012

 

1.2. L’Escaut et ses affluents aux époques médiévale et moderne

L’ancien cours de l’Escaut comprenait différentes ramifications naturelles et artificielles. Les Escautin et Clicotiau désignent les ramifications urbaines de l’Escaut à Cambrai, autrefois appelées Escaudiaux, supposés d’origine anthropique, en opposition au Grand Escaut qui renvoie au chenal d’origine. Ensuite, d’autres cours d’eau secondaires existent portant les noms d’Eauette à plusieurs endroits (Marcoing) ou de Riviérette (rivière du Noir-Mouton, Riviérette de Douchy (Selles)). À Valenciennes, 3500 m des dérivations sont creusées à mains d’homme afin de délimiter, défendre et assainir les quartiers de la ville[10]. Parmi celles-ci se trouve la rivière Balhaut, dérivée de l’Escaut, autrefois connue sous le nom de rivière Quinquernelle (Kincreniel), située au faubourg Notre-Dame. Ensuite, une autre ramification, la rivière Sainte-Catherine ou de Roesain, traversait la ville médiévale, qui rejoint la Rhonelle, affluent de l’Escaut, qui apparaît dans les comptabilités médiévales de la ville de Valenciennes sous le nom de rivière Dointiel[11]. L’ensemble confère à Valenciennes un réseau hydraulique complexe (voir fig. 2) qui a évolué entre les XIIIe et XIXe siècles. À Condé, la Hainette (ou Haynette) désigne ainsi le bras artificiel de la Haine traversant la ville. Ces cours d’eau sont complétés par d’autres courants et ruisseaux associés à tout un réseau de sources (fontaine Jean Rasse et Saint-Benoît à Proville), dont l’étude archéologique reste à faire.

De plus, des ruptures de pente, formant des chutes d’eau, étaient présentes en plusieurs endroits en amont de Valenciennes (gouffre Notre-Dame et Trou Renouart), à Condé (Trou du Bouillon) et à Antoing (Trou d’Antoing[12]). Ces chenaux artificiels ont cependant en bonne partie disparu aujourd’hui. Les observations cartographiques montrent que ces réseaux de canaux et dérivations ont laissé une trace dans la structure urbaine de la ville, qu’une étude archéogéographique permettrait de compléter.

Figure 2a : Valenciennes et ses canaux, par J. Van Deventer, 1550-1565, dans, Van den Gheyn, Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Royale de Belgique, t. XI, p. 230

 

Figure 2b – Extrait du cadastre napoléonien géoréférencé illustrant le réseau hydraulique de la ville en 1831, source : AD59, P31-638_1, traitement : M. Deltombe


2 – Les données disponibles pour retracer l’évolution de la vallée de l’Escaut de l’An Mil à nos jours

2.1. Le croisement des sources historiques, cartographiques et archéologiques

L’étude des trajectoires paysagères repose sur le croisement des données archéologiques, cartographiques et textuelles pour retracer près de mil ans d’aménagement de la plaine alluviale. Pour ce faire, un bilan des opérations archéologiques menées dans le Haut-Escaut a été réalisé à l’aide du centre de documentation du SRA, de la carte archéologique et des bases en ligne telles que Dolia, réunissant les données dispersées pour les différents sites fouillés par l’INRAP et les services archéologiques territoriaux. Il intègre également les études menées lors des campagnes archéologiques programmées, autour de sites emblématiques tels que l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut ou encore l’Archéosite de Les-Rues-des-Vignes. Ces données archéologiques ont été complétées par des enquêtes photographiques, par des relevés drone et des photogrammétries sur le terrain. Ensuite, l’étude des données cartographiques et iconographiques (cartes anciennes, plans, dessins d’architecture, photos, vues aériennes, etc.), compilées et intégrées à un SIG, permet d’observer l’évolution du paysage fluvial sur près de 400 ans. Enfin, les sources écrites relatives à l’Escaut des XIe siècle à nos jours ont été dépouillées, incluant les correspondances, les comptabilités de travaux, les archives judiciaires et militaires, les rapports techniques et mémoires des ingénieurs et les fonds des voies navigables. De fait, d’importantes recherches archivistiques ont été réalisées dans les différents fonds d’archives municipaux, départementaux et européens (Archives municipales de Cambrai, Valenciennes, Condé, Archives départementales du Nord, Archives nationales, BnF, SHD, Archives de l’État à Mons, Archives générales du Royaume, Archives ducales des Croÿ (Allemagne) et à l’étranger (Archives nationales d’Ottawa)). Ainsi, chaque localité du Haut-Escaut français a été étudiée, de sa source à Mortagne du Nord, avec donc plus d’une cinquantaine de municipalités. Cette abondante documentation, réunie après trois ans de recherche, a permis d’avoir une vue d’ensemble des principales phases d’aménagement et de transformation du territoire sur le temps long.

Figure 3 : Plan de bateaux sur l’Escaut, entre Valenciennes et Condé, XVIIIe siècle, Archives ducales des Croÿ, 3166-1

 

Figure 4 : Les marais de Cantimpré et canal de Saint-Quentin en amont de Cambrai, Archives nationales d’Ottawa (Canada), R1879-1-8-E, MG30-G40, Collection de cartes et vues aériennes de la WWI par Sir Burstall, 1915-1918

 

2.2. Méthodologie

La méthode d’analyse s’appuie en outre sur la méthodologie de l’archéologie fluviale et de la géohistoire des paysages. Elle repose également sur l’utilisation des outils numériques : systèmes d’information géographique (SIG), acquisitions drone, restitution 3D & photogrammétrie, etc. Les données d’archives et de terrain ont aussi permis la création d’une base de données des aménagements fluviaux sous la forme de fiches détaillées de chaque infrastructure, en réunissant plans, sources et photographies anciennes et actuelles, utiles à l’inventaire du patrimoine fluvial et hydraulique du Haut-Escaut.

Figure 5 : Écluses Notre-Dame et des Repenties sur le cours du Vieil-Escaut, Citadelle de Valenciennes, ©Laëtitia Deudon, Scaldis drone, 2019

 

Figure 6 : Fiche inventaire “écluse des Repenties n°60”, Valenciennes, L. Deudon, 2020


Le corpus s’appuie sur les données fournies par l’archéologie préventive mais également par l’archéologie programmée, notamment par l’intermédiaire de l’étude du site de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut. L’enquête photographique, sous forme de prospection-inventaire, permet aussi de relever les sites de moulins, ponts et autres équipements fluviaux, en s’appuyant sur la méthodologie développée par les spécialistes de l’archéologie des cours d’eau (waterfront archaeology), transposable à l’étude des vallées septentrionales.

Cette étude nous permet ainsi d’appréhender les relations ville-fleuve et le développement urbain, les modalités de conquête des milieux humides, l’implantation des activités du bord de l’eau, de comprendre les transformations anthropiques et les temps forts d’aménagement de la voie fluviale, des premiers moulins à eau au canal industriel. Elle permet ainsi un étude historique et archéologique transversale et englobante du territoire du Haut-Escaut sur près de mille ans, dont nous tenterons de restituer les principaux jalons du Moyen Âge à aujourd’hui.

3 – Les usages et activités liées à l’eau dans la plaine de l’Escaut du Haut Moyen Âge à l’époque contemporaine

L’occupation de la plaine alluviale est caractérisée par la conquête de nouveaux terroirs cultivables en zone humide à l’époque médiévale, sous l’impulsion des seigneuries locales et des communautés monastiques qui défrichent, assèchent et mettent en valeur les espaces conquis en bord de rivière. Ce processus d’anthropisation se traduit par l’installation de différents ouvrages hydrauliques associés aux usages et activités du bord de l’eau : culture, élevage, pêche, chasse, pisciculture, meunerie, etc. Ces aménagements liés à l’eau contribuent ainsi à transformer durablement le faciès du fleuve et de la plaine jusqu’à aujourd’hui.

3.1. Les moulins et les installations meunières

Du Haut Moyen Âge à l’époque contemporaine, le cours de l’Escaut est ponctué de moulins à eau, avec une moyenne d’un moulin tous les deux kilomètres dans le Cambrésis. Les sites de moulins se concentrent en tête de bassin avec 21 moulins recensés sur l’Escaut de sa source à Cambrai, et en ville avec une moyenne de 6 moulins. Leur nombre diminue ensuite en aval de Valenciennes sur la section navigable du fleuve. Ainsi, une cinquantaine de sites de moulins ont été comptabilisés au total, correspondant à chaque seigneurie ou établissement religieux installés au bord du fleuve. Les fonctionnalités de ces anciens moulins ont pu être étudiées grâce aux sources écrites qui soulignent une grande diversité d’usages des moulins à eau (farine, huile, à tan (écorces), à garance, à guède, à scie, à fouler, à carder, etc.). La majorité d’entre eux sont aujourd’hui disparus, notamment en ville, mais quelques sites de moulins sont partiellement conservés dans leur forme le plus souvent industrielle. Ainsi, les prospections et le géoréférencement de cartes a permis de repérer d’anciens sites de moulins enfouis susceptibles de présenter un intérêt archéologique ( ex : moulins de Trith). De plus, les relevés et photos drone ont permis de comparer leur état actuel à leurs états antérieurs, et d’ainsi mettre en évidence les remaniements successifs des bâtiments et des vannages d’une période à l’autre.

Figure 7 : Cartographie des principaux sites moulins de la vallée de l’Escaut entre Gouy et Cambrai, d’après la carte de Cassini, cartographie L. Deudon, 2019, échelle 1/86400

 

Figure 8 a et b : Le moulin du Plat à Proville dans son état actuel, cl. L. Deudon, 2019. Vue du même moulin dessiné par Achille Durieux, 1860-1863, Musénor. La comparaison permet ainsi de voir les remaniements et continuités dans les états successifs du bâtiment, et notamment la disparition des vannages en bois, du fait de l’abandon du moulin au XXe siècle

 

Figure 9 a et b : Base en grès du bâtiment d’un ancien tordoir situé à Bouchain sur le Vieil-Escaut et moulin Risbourg situé en aval ©L. Deudon, 2019

 

Figure 10 : Ancien complexe meunier des moulins et tordoirs de Trith, en 1957 puis en 2008, remonterletemps.ign.fr. Le recensement cartographique de ce type de sites meuniers est ainsi susceptible d’enrichir la carte archéologique sur l’emprise de la commune et du Valenciennois

 

3.2. L’hydraulique monastique et le développement de réseaux d’étangs piscicoles

Les moulins étaient souvent associés à des chapelets d’étangs à usage piscicole qui se développent à la fin du Moyen Âge. L’étude conjointe des moulins et viviers permet ainsi de renouveler les connaissances sur l’hydraulique monastique et seigneuriale dans la région à partir de sites emblématiques tels que les abbayes cisterciennes Vaucelles ou de Fontenelle installées en bord d’Escaut, à l’origine d’importants travaux hydrauliques dans la plaine alluviale pour assainir les marais, développer les activités agropastorales, piscicoles et meunières. La plus ancienne représentation iconographique de ces aménagements piscicoles apparaît sur les aquarelles des Albums de Croÿ, dessinées par Adrien de Montigny entre 1596 et 1609 (tome XXV sur l’Escaut et la Scarpe en 1608-1609). Les étangs sont ensuite représentés sur plusieurs cartes et atlas du XVIIIe siècle (Carte de Cassini).

Ces viviers alimentés par les eaux de l’Escaut, aux mains des abbayes et des seigneurs, comprennent tout un réseau hydraulique pour gérer les eaux entrant et sortant des plans d’eau. Ces étangs se présentaient sous la forme de bassins aux berges clayonnées, décrits comme “cloyettes” ou “fascinages” dans les sources écrites, souvent associés à des cuvelages de bois qui servaient de fosses à poisson. Toutefois, la fouille de ce type de structure hydraulique en contexte humide reste relativement rare dans la région. Un exemple a pu être découvert lors de la fouille de l’étang du château de Condé-sur-l’Escaut en 2013.

 

Figure 11 : Cartographie des principaux viviers de la vallée de l’Escaut aux époques médiévale et moderne. Cartographie : G. Leroy, annotations L. Deudon

 

Figure 12 : Chapelets d’étang situés à Crèvecoeur sur l’Escaut, Carte de Cassini, XVIIIe siècle

 

Figure 13 : Etangs piscicoles de l’abbaye cistercienne de Vaucelles, Albums de Croÿ, tome XXV, Fleuves et Rivières II

 

Figure 14 a et b : Clayonnage et canalisation du vivier du château de Condé, Arsenal. (Campagne 2013, R.S. L. Deudon, clichés : V. Leman, L. Droin)

 

3.3. Les réseaux hydrauliques liés aux industries textiles en zone humide : blanchisseries et routoirs

Ces installations fluviales donnent à l’installation de micro-réseaux hydrauliques constitués de canaux, fossés, buses et canalisations en bois, munis de vannages de régulation. Ceux-ci sont complétés plus tardivement par des petits réseaux hydrauliques artisanaux, notamment par les réseaux de blanchisseries et de routoirs sur les bords de la Scarpe et de l’Escaut, typiques des régions septentrionales. Ces structures hydrauliques prennent la forme de rigoles parallèles qui strient le paysage de la plaine humide de l’Escaut et de la Scarpe. Elles résultent du transfert et de l’adaptation des techniques hydrauliques hollandaises au sein des anciens Pays-Bas.

À l’époque moderne, les marais sont ensuite quadrillés par les grandes rigoles et fossés d’assèchement des marais liées aux campagnes de dessèchement des vallées de l’Escaut, de la Haine et de la Scarpe, qui ont lieu entre les XIVe et XIXe siècles.

Le développement de tous ces réseaux hydrauliques agricoles et artisanaux a ainsi contribué à métamorphoser durablement le paysage de la Vallée de l’Escaut et de ses affluents.

 

Figure 15 : Carte de Valenciennes au XVIIIe siècle avec localisation des réseaux de blanchisseries en amont de la Ville au Faubourg Notre-Dame, Bnf, Cartes et Plans, GE D-16114

 

Figure 16 : Schéma de l’organisation du réseau hydraulique de plusieurs blanchisseries de Valenciennes (faubourg Notre-Dame), 1740. L. Deudon, 2019, Illustrator CC (d’après un croquis conservé aux AD59, dans la liasse C 5833).

 

Figure 17 a et b : Buses de bois mises au jour lors du diagnostic de la rue de la Digue/Chemin des Planches par le Service archéologique municipal de Valenciennes, diagnostic SITA, 2004 © Arnaud Tixador. Ces mêmes structures sont décrites dans les sources et sur le schéma ci-dessus

 

3.4. L’hydraulique militaire et la transformation du paysage scaldien

L’étude des forteresses et des places fortes de la vallée de l’Escaut souligne l’importance de l’activité militaire dans la transformation du réseau hydrographique scaldien. Ainsi, l’étude de sites tels que le Château de l’Arsenal à Condé ou le Château de Selles à Cambrai ou encore celle des fortifications de Valenciennes montre l’importance de l’eau dans la structuration des fortifications médiévales et modernes, et dans les techniques liées à la poliorcétique, notamment par le biais des inondations militaires[13]. De fait, l’Escaut a été à plusieurs reprises dérivé et remanié afin d’alimenter les fossés des enceintes castrales et urbaines, marqué par le creusement de dérivations qui métamorphosent la morphologie urbaine jusqu’à une période récente.

Les ouvrages militaires donnent lieu à une reconfiguration du réseau hydrographique et à d’importants travaux hydrauliques qui atteignent leur apogée durant les guerres de sièges dans le Cambrésis et le Hainaut entre les XVIe et XIXe siècles. Ainsi, le lien entre guerre et environnement métamorphose le paysage fluvial de la Vallée de l’Escaut aux périodes historiques sur cet axe frontalier majeur de l’Europe du Nord-Ouest qui reçoit tout un réseau de places fortes de premier plan. Cette imbrication entre structures militaires et hydrauliques reste ancrée dans le paysage actuel sur des sites comme Condé ou le Parc de la Citadelle à Valenciennes.

Figure 18 : Cambrai. Tour des Arquets. Vue du bassin d’ancienne écluse et ancienne porte d’eau d’entrée des eaux de l’Escaut, autrefois intégrée aux fortifications médiévales de la ville, cl. L. Deudon, 2019

Figure 19 : Bouchain. Pont intégré aux fortifications de la place forte, XIXe siècle, ©L. Deudon, 2019

 

Figure 20 a et b : Vestiges d’écluses liés aux fortifications de Valenciennes (citadelle) et de Condé, cliché, L. Deudon, M. Deltombe, 2014 et 2017

 

4 – Les travaux de canalisation de l’Escaut (XVIIe-XXe siècles) : la création d’un nouveau paysage fluvial

4.1. Vers une archéologie de la navigabilité des rivières et des canaux dans le Haut-Escaut ?

La navigabilité de l’Escaut a évolué au fil des siècles. Entre les XIIIe et XVIIIe siècle, le fleuve est navigable à partir de Valenciennes, grâce à l’apport des eaux de la Rhonelle et aux points de rupture topographique. Jusqu’au XVIIIe siècle, moment où le fleuve connaît sa première canalisation d’ensemble, l’Escaut divaguait sur toute sa longueur en de nombreux méandres dans son lit majeur. L’étude des archives indique la présence d’ « isles » ou « islettes » à l’époque médiévale et moderne, notamment à Valenciennes (île des Jésuites, île du Noir Mouton) et à  Condé (entre la salle du château et l’Escaut)[14]. Grâce à ces hauts-fonds, plusieurs gués ou points de franchissement sont présents sur le cours de l’Escaut (gué Saint Roch à Valenciennes). Le cours de l’Escaut était ainsi ponctué d’ilets et d’atterrissements, formés par l’accumulation des sédiments charriés par la rivière, qui divisent le cours des eaux et le rétrécissent, ce qui facilite son ensablement et envasement, et constituent des obstacles à la navigation. Ces îles et bancs de sable sont petit à petit supprimés pour faciliter la circulation fluviale, réduire les inondations et améliorer la navigabilité de l’Escaut. La canalisation de l’Escaut fait ainsi disparaître les particularités topographiques et géomorphologiques du fleuve. L’aspect de l’Escaut au Moyen Âge et à l’époque moderne est donc totalement différent de celui de l’époque industrielle, passant de la rivière historique ponctuée de moulins au canal industriel entouré d’usines et de puits de mines[15].

4.2. De la rivière au canal : recalibrage et corrections fluviales (1550-1970)

Le redressement des méandres de l’Escaut a ainsi fortement modifié la morphologie fluviale et la topographie ancienne de la vallée. La rivière devient un chenal rectiligne, endigué et redressé, tandis que les anciens méandres de l’Escaut sont transformés en bras morts et leur largeur considérablement réduite après la canalisation du fleuve entre Cambrai et Gand et la mise au gabarit de l’Escaut au XXe siècle. Ces travaux de corrections fluviales ont surtout lieux entre 1730 et 1850, puis lors de la mise au gabarit du canal entre les années 1930 et 1960.

Figure 21 : Plan d’amélioration de l’Escaut de Condé à la frontière belge dressé pour la construction de l’écluse à sas d’Hergnies et le redressement de la rivière entre Condé et Rodignies, 1832, AD59, 57 FI 8

 

Figure 22 A, B, C, D Redressement et disparition successive d’un méandre de l’Escaut en aval de Valenciennes, faubourg Saint-Roch, près de l’ancien gué présent sur le fleuve, d’après un plan de 1751 (AD59, 57 Fi 117), les cadastres de 1830, 1886 et le cadastre actuel, QGIS, 2020. Ce secteur de la boucle Saint-Roch, a fait l’objet d’un diagnostic en 2005 (R.O. A. Tixador) sur le site dit de la « pâture aux sucres » par le service de Valenciennes, mettant en évidence l’ancien méandre et des bâtiments massifs en grès


Ainsi, le recalibrage et la rectification du cours d’eau ces 300 dernières années a durablement transformé la morphologie ancienne du fleuve, en bonne partie artificialisé au fil des redressements et endiguements successifs[16]. Certaines sections du fleuve, appelées « Vieil Escaut », qui sont d’anciens méandres et bras morts ou encore actifs, subsistent et constituent les dernières rémanences du tracé ancien de la rivière historique. En ville, les bras du cours d’eau ont été le plus souvent canalisés et recouverts pour des raisons d’hygiène et de salubrité public. Ceux-ci sont parfois remis à ciel ouvert occasionnellement dans le cadre de travaux de rénovation urbaine et de réaménagement, tel qu’à  Cambrai ou à Valenciennes.

 

Figure 23 a et b : Valenciennes. Places du pont Delsaux. Réaménagement de la place (M.O. Valenciennes Métropole) qui a permis la remise à jour des arches du pont Delsaux et l’ancienne digue de la Rhonelle. juin 2020 ©Laëtitia Deudon

 

Figure 24 : Voûte de l’Escautin à Cambrai, mise à jour en décembre 2020 lors de travaux rue Saint-Lazare ©La Voix du Nord


La canalisation de l’Escaut s’est accompagnée de la construction d’ouvrages d’art (écluses, bassins, batardeaux, passerelles de halage), d’installations portuaires (quais, ares d’eau, débarcadères, déversoirs) et de systèmes d’alimentation en eau des usines et établissements industriels. Ainsi, Les premiers canaux ont laissé des vestiges de bassin d’écluses, tels qu’à Neuville ou Condé-sur-l’Escaut, qui peuvent présenter là aussi un intérêt archéologique pour l’étude des ouvrages d’art liés à l’ingénierie hydraulique. L’étude de ces infrastructures, des embarcations et des techniques de navigation mettent ainsi en évidence l’évolution de la navigabilité du fleuve. Ces grands travaux de canalisation conduisent à l’avènement d’un nouveau paysage fluvial qui s’est progressivement industrialisé et urbanisé jusqu’à aujourd’hui.

Figure 25 : Vue aérienne oblique des établissements sidérurgiques Usinor, installés au bord du canal de l’Escaut, ca 1960 ©Alain Passemal

 

Figure 26 : Ancien chenal et vestiges d’une ancienne écluse à sas du canal de l’Escaut à Neuville, avant sa mise au gabarit vers 1960, source : geoportail, remonterletemps.ign.fr


Conclusion et perspectives

Une trajectoire paysagère typique des vallées septentrionales

L’étude diachronique de la vallée de l’Escaut sur le dernier millénaire est caractérisée par plusieurs phases d’aménagement et de transformation de l’environnement fluvial. Cette anthropisation de l’espace fluvial est marquée par la conquête de nouveaux terroirs cultivables en zone humide, par la multiplication de moulins et d’étangs piscicoles, des industries du bord de l’eau, le développement de l’hydraulique défensive et les grands travaux de canalisation qui ont contribué ensemble à façonner un nouveau paysage fluvial. Cette trajectoire est en outre marquée par la transition progressive de l’ancien cours du fleuve au canal industriel. Ces activités riveraines ont ainsi modifié les différentes dimensions de l’hydrosystème fluvial, de la rivière à la vallée. Ainsi, l’archéologie environnementale permet de replacer les grands jalons de transformation du paysage scaldien et d’en comprendre les héritages actuels. Sa trajectoire paysagère rejoint celle d’autres vallées fluviales françaises et européennes, mais dispose de spécificités régionales caractéristiques des contextes septentrionaux. Ces particularités s’expriment à travers l’importance de l’hydraulique militaire liée à la situation frontalière de l’Escaut, via le développement de forteresses et d’un réseau de places fortes étroitement liées à l’Escaut/au fleuve, via l’importance de l’activité minière et des industries autour du canal à l’ère industrielle.

Ces singularités structurent et orientent l’aménagement territorial de l’axe scaldien selon une trajectoire singulière qui a laissé son empreinte dans le paysage jusqu’à aujourd’hui. En dépit de la forte industrialisation et urbanisation du territoire, différents types de vestiges sont conservés qui soulignent le fort potentiel archéologique du Haut-Escaut pour les périodes médiévale, moderne et contemporaine, incluant le patrimoine hydraulique liées aux abbayes et places fortes, jusqu’au patrimoine technique, nautique et industriel des périodes récentes. Ainsi, la Vallée de l’Escaut représente une mine d’or pour la recherche archéologique septentrionale. Cet axe fluvial constitue un véritable chantier pour les historiens et archéologues des périodes historiques autour de différentes thématiques telles l’archéologie des zones humides, l’hydraulique monastique et militaire. Son étude s’articule aux grands projets d’aménagement territorial liés au transport et aux voies navigables (Canal Seine-Nord-Europe), aux travaux de requalification et de rénovation urbaines, ainsi qu’aux opérations de restauration écologique, actuellement nombreuses et qui ne cesseront d’augmenter dans les années à venir.

La sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine archéologique doit donc se faire en dialogue et concertation avec les acteurs techniques de l’eau, les gestionnaires d’espaces naturels et les collectivités territoriales. Par conséquent, les recherches historiques et archéologiques actuellement menées sur la Vallée de l’Escaut s’inscrivent dans une perspective opérationnelle et appliquée visant à une meilleure compréhension du territoire actuel et à la conciliation des enjeux de sauvegarde du patrimoine et de développement du territoire, conformément aux dispositions réglementaires prévues dans le Code du Patrimoine (livre V).

De la recherche à l’inventaire et à la sauvegarde du patrimoine fluvial et hydraulique

Le recensement du patrimoine fluvial et hydraulique de la Vallée de l’Escaut et de ses affluents présente un grand intérêt archéologique dans le cadre de la loi sur la continuité écologique des cours d’eau (DCE), qui prévoit la suppression de certains seuils et le démantèlement de certains ouvrages hydrauliques. Dans cette optique, les ministères de la Culture et de l’Écologie ont mis au point une grille d’analyse multicritères des patrimoines liés à l’eau dans l’objectif de concilier les enjeux écologiques et patrimoniaux. Ce recensement est aussi susceptible d’enrichir l’Inventaire général du Patrimoine Culturel de la région Hauts-de-France et l’Inventaire du Patrimoine Bâti réalisé par le Conseil de l’Architecture, de l’Environnement et de l’Urbanisme (CAUE) du Nord. Leur recensement contribue ainsi à l’étude, la sauvegarde et la mise en valeur des ouvrages d’art, équipements et bâtiments liés à l’eau, ainsi qu’à l’enrichissement de la carte archéologique nationale. Il pourra servir d’appui aux prescriptions et au suivi de travaux de restauration écologique qui peuvent affecter les patrimoines archéologiques liés à l’eau. Cette archéologie des fronts d’eau est moins pratiquée sur les petits et moyens cours d’eau et représente un défi pour les régions industrialisées et urbanisées tels que le Nord de la France.

 Développement des recherches collaboratives et projet de synthèse

L’étude de l’Escaut et de ses affluents (Sensée, Rhonelle, Haine, Scarpe, Sambre, etc.) encourage le développement des recherches collaboratives autour de l’histoire et de l’archéologie de la vallée, de l’étude des patrimoines nautiques, fluviaux et hydrauliques qui se déclinent sous diverses formes. Ainsi, un projet PCR permettrait ainsi de réunir les équipes, les recherches archéologiques, historiques et les études paléo-environnementales, en rassemblant les données acquises sur ces vallées fluviales par les différents opérateurs et services (DRAC-SRA, département, services municipaux), avec la possibilité d’étendre cette étude des patrimoines fluviaux et hydrauliques à l’échelle des Hauts-de-France. Dans un premier temps, le carnet de recherche collaboratif Carnets d’Escaut, visait ainsi à réunir les travaux historiques et archéologiques menées par les archéologues, les universitaires, les professionnels du patrimoine et les acteurs du monde opérationnel (Syndicats de l’eau, etc.). Dans la continuité de cette réflexion, le groupe de travail consacré aux patrimoines liés aux zones humides, coordonné par le PNR Scarpe-Escaut, s’est également inscrit dans cette démarche collaborative, de mise en commun des données et de partage des connaissances réunies par les différents spécialistes de la vallée de l’Escaut toutes périodes confondues, en s’intéressant aux usages et aménagements déployés sur la longue durée dans les plaines de la Scarpe et de l’Escaut.

Au sortir de ces recherches, les travaux récents montent qu’une nouvelle synthèse sur la Vallée de l’Escaut reste à écrire à partir des nouvelles recherches en histoire et en archéologie réalisées depuis ces vingt dernières années sur le territoire scaldien, avec d’encourageantes perspectives pour la recherche archéologique et historique dans les années à venir.


[1] Voir à ce  sujet Révillion, Stéphane, Hannois, Philippe, « Vers une archéologie de la vallée de la Deûle (Nord) », Revue du Nord, vol. 353, no. 5, 2003, p. 13-22. URL : https://doi.org/10.3917/rdn.353.0013 , consulté le 28/01/2021.

[2] Voir entre autres les travaux de Virginie Serna (dir.), Le Cher : histoire et archéologie d’un cours d’eau, Tours, FERACF, 2013.

[3] Selon la Programmation nationale de la recherche archéologique. Voir entre autres l’argumentaire de l‘axe 14 « le milieu et l’espace », p. 190.

[4] Sur le sujet, lire les travaux de Laurent Deschodt et Pierre-Gil Salvador : Deschodt L., Chronostratigraphie et paléo-environnements des fonds de vallée du bassin français de l’Escaut, thèse de géographie physique, Université de Paris 1, 2014.

[5] D’après la carte d’État-Major et les cartes IGN actuelles. Les sources de l’Escaut auraient cependant migré un peu plus en aval entre le XVIIIe siècle et aujourd’hui, sans doute sous l’effet des travaux hydrauliques d’assèchement opérées au XVIIIe siècle qui ont entraîné un déplacement de la source. Ainsi, le « Sommet de l’Escault » identifié au XVIIe siècle était situé 4km en amont de la source actuelle, à Poncheux, dans un hameau actuellement rattaché à la commune de Beaurevoir. Voir Duvosquel Jean-Marie, Albums de Croÿ, tome XXV : Fleuves et rivières II, CCB, p. 17-18 et Lefebvre, Annie, Histoire d’un fleuve : l’Escaut, Nord Patrimoine, 2000, p. 5 et p. 15.

[6] Atlas des Paysages de Wallonie, Conférence Permanente du Développement Territorial. URL : http://cpdt.wallonie.be, consulté le 12/12/2019. La Haine prend sa source à Anderlues (179 m.) et se jette dans l’Escaut à Condé après avoir drainé une petite vallée alluviale en territoire wallon.

[7] Deckers, Colette, Delassus, David, Valenciennes : vallée de l’Escaut. Un site du Néolithique final, SAV, 2009, p. 11.

[8] Sevrin Robert, « Esquisse géographique du bassin transfrontalier de l’Escaut », Annales de Géographie, t. 95, n°529, 1986. p. 315-340, ici p. 316. Consulté le 12 mars 2018 : DOI : https://doi.org/10.3406/geo.1986.20424 https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1986_num_95_529_20424.

[9] Sevrin, «L’Escaut», p. 35 ; Lefebvre, p. 14.

[10] Salamagne, Alain, « Urbanisme et topographie de Valenciennes du XIIe siècle au début du XVIe siècle », Valentiana, n° 1, juin 1988, p. 36-44, cité dans Machelart, p. 51.

[11] Voir Delcourte, Marie, Les Valenciennois et l’eau dans la vie quotidienne à la fin du Moyen-Âge, (XIVe-XVe siecles), Mémoire de maitrise en histoire et archéologie médiévales sous la direction de Corinne Beck, UVHC, 2008-2009.

[12] Duvosquel, tome XXV, p. 150-151, pl. 23.

[13] Voir à ce sujet l’article à paraître : Deudon, Laëtitia, Deltombe Matthieu, « Les places fortes de la vallée de l’Escaut : environnement et aménagement du territoire (XVIe-XIXe siècles » in Byhet, Thomas, Aubry, Christine (éd.), Les places fortes des Hauts-de-France. Actualités et recherches inédites, Lille, Septentrion, 2021 [à paraître].

[14] Droin, Lionel, La forteresse médiévale et moderne de Condé-sur-l’Escaut, rapport 2015, p. 115 et 120 ; Deudon, Laëtitia, La forteresse médiévale et moderne de Condé-sur-l’Escaut, étude historique 2017, p. 85.

[15] Voir le site de la fosse du Chauffour à Valenciennes, qui a fait l’objet d’un diagnostic récent, Di Rosso, Élodie, Quai des Mines, rapport de diagnostic, Service archéologique de Valenciennes, 2020.

[16] Vergne, Virginie, Delangue, Benoît, Deligne, Chloé, « Approche géo-historique des paysages d’eau en Scarpe-Escaut (Moyen Âge -XXIe siècle) ». In Lit mineur, lit majeur, lit voyageur, Actes des 11e Rencontres internationales de Liessies, numéro spécial de la Revue du Nord, Lille, 2011, p. 207-213.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Alexandre dit :

    Un bel ouvrage !…très intéressant, felicitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search