L’occupation préhistorique de l’Escaut belge et son cadre paléo-environnemental : les sites de Ruien et de Kerkhove (Flandre). Notice scientifique

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Hans Vandendriessche et Philippe Crombé (Université de Gand, département d’Archéologie).
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le troisième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture

Introduction :

Les recherches en archéologie préhistorique à l’université de Gand ont débuté dans les années 1990. Durant les 15 premières années, les interventions se sont concentrées dans la région de l’estuaire de l’Escaut, sur le district d’Anvers. C’est seulement ces dix dernières années que les investigations archéologiques ont pu commencer dans le Moyen-Escaut, un peu plus près de la frontière française. Ces nouvelles fouilles sont venues combler quelques lacunes au niveau de notre compréhension du Paléolithique final et du Mésolithique de la région. Ces recherches concernent surtout des sites s’étirant du Tardiglaciaire jusqu’au Mésolithique final, ce qui correspond à la période allant de – 13 000 jusqu’à – 4500 av. J.C.

Ainsi, l’étude approfondie et pluridisciplinaire des sites de Ruien et de Kerkhove nous offre une perspective de longue durée unique sur les occupations Tardiglaciaires/début-Holocène du bassin du Haut-Escaut belge. En effet, une approche comparative de ces sites avoisinants et des locus qu’ils ont livrés nous permettent d’analyser comment les populations préhistoriques géraient leurs ressources minérales, végétales et animales. Elle permet également de comprendre l’organisation spatiale et fonctionnelle de leurs campements pendant une période qui couvre plusieurs millénaires. Grâce à l’étude paléo-environnementale développée au site de Kerkhove, ces aspects diachroniques ont en outre pu être mis en relation avec les changements climatiques et paysagers visibles sur la longue durée, tant au niveau du bassin de l’Escaut qu’au niveau suprarégional du nord-ouest de l’Europe.

Pour le site de Kerkhove, on voit par exemple des changements radicaux dans les modalités d’occupation du site à la transition du Mésolithique ancien au Mésolithique moyen (Vandendriessche et al., 2019)[1]. Au Mésolithique ancien, les armatures consistent exclusivement de types à retouches abruptes (triangles scalènes, pointes à base retouchée, … etc.). Des locus au spectre fonctionnel large et relativement uniforme témoignent d’occupations résidentielles répétées aux bords du fleuve. À partir du Mésolithique moyen (ca. 9,350 cal BP) de nouveaux types d’armatures (à retouches couvrantes) et de nouvelles matières premières siliceuses sont introduites sur le site, caractéristique pour cette période dans la région du RMS (Rhin-Meuse-Scheldt)[2]. Les locus semblent plutôt devenir des aires de travail spécialisées où l’on trouve également pour la première fois des traces de l’exploitation des ressources halieutiques (poisson). De plus, une analyse technologique quantitative détaillée et des remontages du matériel lithique démontrent l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de taille du silex dans ce secteur de la Vallée de l’Escaut.

Tous ces changements semblent évoquer des transformations socio-culturelles et socio-économiques profondes qui sont à mettre en relation avec les changements climatiques et paléo-environnementaux qui ont lieu pendant le Début-Holocène. Entre autres, l’inondation du bassin de la Mer du Nord et la période de refroidissement abrupte du « 9.3 event » ont dû avoir un impact énorme sur la région et ont probablement entrainé des déplacements et migrations de populations importants[3].

 

Fig. 1 – Historique des recherches sur la vallée de l’Escaut en Belgique par l’université de Gand

 

Fig. 2 – Localisation des sites de Kerkhove et de Ruien

 

Fig. 3 – Le site de Ruien, situé sur une ancienne terrasse de l’Escaut, en bordure de la plaine alluviale. Il s’agit du tout premier site du tardiglaciaire dans la vallée de l’Escaut pour le Dryas recent, daté aux alentours de 11 000 BP. Il est en outre assez particulier parce qu’il est exceptionnellement bien préservé, par des colluvions qui sont venues couvrir le site dans un lapse de temps très court après son abandon par les préhistoriques, ce qui permet d’y développer une véritable approche paléo-éthnologique

 

Fig. 4 – Vue aérienne des fouilles de Kerkhove, qui se trouve dans la plaine alluviale holocène de l’Escaut, dont les contextes ont été préservés sous 5 à 10 mètres de tourbe et d’argile. 4 transects stratigraphiques ont été réalisés sur le site et ont permis d’étudier le comblement d’une partie du paléochenal de l’Escaut. L’analyse du pollen, des macro-restes végétaux et des mollusques compris dans ces couches entre autres ont été utilisés pour faire des reconstructions paléo-environnementales du site d’occupation localisé sur la levée alluviale (voir ci-dessous).

 

Fig. 5 – Reconstitution de l’environnement de la période boréale sur le site de Kerkhove © U. Glimmerveen, De Vlaamse waterweg). Elle met en évidence le changement du couvert forestier : la forêt devient de plus en plus boisée, le pin est graduellement remplacé par le chêne. Le ralentissement du débit du fleuve rend l’exploitation de la pêche plus accessible, tandis que l’exploitation du silex change.

 

 

Fig. 6 – L’occupation du Mésolithique ancien de Kerkhove. Les microlithes de cette période consistent surtout en triangles scalènes et de pointes à base retouchée. Les assemblages sont composés de silex Turoniens dit ‘Silex de l’Escaut’ de la région de Lille-Tournai ; 2. Au Mésolithique moyen, des pointes à retouches couvrantes accompagnées de lamelles à bord étroits sont introduites sur le site. Comme le reste de l’assemblage, ils sont surtout taillés dans un silex Sénonien gris/brun translucide qui aurait été récolté dans la région de Lille (Deûle) ou du Haut-Escaut français.

 

Conclusion :

Les résultats obtenus dans le Haut-Escaut belge, une région qui n’avait pas encore fait l’objet de recherches systématiques dans le passé (à l’opposé du Bas-Escaut[4]), démontrent le potentiel archéologique pour la Préhistoire et les riches informations qu’apporte l’étude de ces sites inscrits dans la plaine alluviale de l’Escaut. En outre, ce potentiel ne diminue pas en traversant la frontière, comme laissent déjà entrevoir les résultats récents obtenus pour la période du Tardiglaciaire et du Début-Holocène dans le Haut-Escaut français. La comparaison des sites de Ruien et Kerkhove avec les sites de l’Escaut français tels que Proville ou Escaudoeuvres (Leroy, 2013, Leroy, 2020)[5] apportent d’intéressantes perspectives de recherche. Leur étude permet ensemble de retracer les dynamiques démographiques et environnementales du bassin hydrographique de la vallée du Haut-Escaut.


[1] VANDENDRIESSCHE H., GUÉRET C., ALUWÉ K., MESSIAEN L., CRUZ F., STORME A., ALLEMEERSCH L., VAN NEER W., SERGANT J., CROMBÉ P. (2019), « Deux millénaires d’occupations mésolithiques au bord de l’Escaut à Kerkhove (Belgique) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 116, 2, p. 283-316.

[2] GOB A. (1985), « Extension géographique et chronologique de la culture Rhein-Meuse-Schelde (RMS) », Helinium, 25, 1, p. 23-36.

[3] CROMBÉ P. (2019) – Mesolithic projectile variability along the southern North Sea basin (NW Europe): Hunter-gatherer responses to repeated climate change at the beginning of the Holocene, PloS one, 14, 7, p. e0219094.

[4] CROMBÉ P. (Dir.) (2005) – The last hunter-gatherer-fishermen in sandy-Flanders (NW Belgium). The Verrebroek and Doel excavation projects (Vol.1: Palaeo-environment, chronology and features), Gent: Universiteit Gent (Archaeological Reports Ghent University 3).

[5] Leroy, Gilles, « 20 ans d’archéologie en Haut-Escaut », Actes de la journée d’étude sur la Vallée de l’Escaut, Nordoc’Archéo, DRAC Hauts-de-France/Université de Lille, 2020 ; LEROY G. (2013), « Une occupation de l’extrême fin du Paléolithique dans la vallée de l’Escaut à Proville (Nord) «le Bois Chenu», Bulletin de la Société préhistorique française, 110 (4), p. 691-702.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search