Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 3. Les chantiers des années 1990.

À l’occasion du traitement archivistique du « Fonds Gilles Blieck » conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France en 2019, il a été décidé de publier sur le portail une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck. Vous trouverez ci-dessous le cinquième et dernier billet. Les quatre précédents ont été publiés en mai et août 2019 et en janvier et août 2020.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie, Carte archéologique).

Nous reprenons ici la numérotation des sites, à la suite de ceux déjà exposés dans les deux précédentes parties de cette synthèse sur les opérations archéologiques menées par Gilles Blieck à Lille entre 1984 et 1991.

Les numéros des notices renvoient aux numéros de leur localisation sur la carte générale insérée dans le billet publié en janvier 2020 [fig. 2]. Toutefois, 5 de ces opérations n’ont pas pu être renseignées, faute d’informations disponibles : pour cette notice, il s’agit des opérations réalisées sur la ZAC Gares – îlot 2 (1989) [n° 20] et Rue du Vieux Faubourg (1989) et ZAC gares – îlot 1 (1990) [n° 21].

22. Fort Sainte Agnès – Euralille (1990).

En 1990, la construction de la gare TGV, au lieu-dit « Les Dondaines », a entraîné la démolition du fort Saint-Agnès, ouvrage avancé des fortifications réaménagées par Vauban, après la conquête de Lille en 1667. Cette redoute avait été installée à l’est de la ville à 200 m de la Porte de Fives, dans une zone humide et vierge : elle avait pour vocation le renforcement d’une portion vulnérable de l’enceinte dans un lieu inondable traversé par le Becquerel, petite rivière qui alimentait en partie les fossés. Ce fort était constitué d’une plateforme en terre ceinturée par des murs et entourée d’eau ; il affectait la forme d’un hexagone dont la surface mesurait 1 914 m² ; sa hauteur atteignait, dans son état final, 6,50 m. La maçonnerie était constituée de blocs calcaires en fondation, de briques en élévation et de grès dans le chaînage, le soubassement et parfois dans le parement. La courtine avait une épaisseur maximale de 2,30 m. Le couronnement était constitué d’un muret de briques qui faisait office de parapet : celui-ci était conservé sur une hauteur de 0,65 m. Deux fondations en calcaire correspondaient probablement aux premières piles d’un pont franchissant le fossé et assurant la liaison avec le reste de l’enceinte.

Fig. 1 – Vue générale du chantier du Fort Sainte Agnès – Euralille en 1990 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

23. Le Lion des Flandres, rue Paul-Ramadier (1990).

En 1990, la construction d’habitations et de bureaux sur une surface d’1,5 ha, à l’angle de l’avenue du Peuple Belge et de la rue Paul-Ramadier, a permis l’étude de l’enceinte édifiée par Vauban consécutivement à l’agrandissement de la ville de Lille en 1670. Ont été étudiés, sur des longueurs diverses, la courtine, le flanc et la face gauche du bastion du Rivage, la face gauche d’une contre-garde couvrant ce dernier, un débarcadère pour l’entretien du fossé et une digue. Les stigmates du siège de 1708 étaient également visibles sur la face du bastion.

Fig. 2 – Vue du chantier Le Lion des Flandres, rue Paul-Ramadier en 1990 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).


24 et 25. Place Rihour et rue des Fossés (1990).

Préalablement à la construction d’un établissement à vocation mixte (commerce, bureaux, logements), entre la place Rihour et la rue des Fossés, ont été menés six sondages préalables, puis une opération de fouille de sauvetage programmée en 1990[1].

La rue des Fossés fut ainsi nommée parce qu’elle fut ouverte sur les fossés de la ville au Moyen Âge, après leur désaffection consécutive à l’agrandissement de 1603 ; la place Rihour fut créée après la démolition du Palais éponyme en 1917.

L’opération a permis d’étudier les remparts médiévaux et modernes.

Le rempart médiéval a été reconnu sur toute la longueur du terrain, soit 41 m. Il était en grande partie arasé, mais suffisamment explicite. Il était, à l’origine, essentiellement constitué d’une levée de terre en partie érigée à l’aide des déblais issus du creusement du fossé qui l’accompagnait (sable, argile, limon). Cette levée de terre probablement recouverte de gazon, comme l’indiquent les comptes communaux, était couronnée par un mur peu épais (1,50 m en moyenne) : sans doute percé de créneaux, il devait servir de parapet et protéger les défenseurs sur le chemin de ronde établi au sommet de la terrée ; il n’en subsistait plus que les fondations constituées d’arcades de calcaire et de briques.

Il convient de souligner la bonne adaptation de ce type de fondation à la nature des remblais essentiellement organiques, dans lesquels elles s’ancraient. Les voûtes ne sont pas parfaitement régulières, mais la maçonnerie n’apparait pas fissurée. L’ensemble des données recueillies permet de restituer une largeur de 16 à 20 m pour la levée de terre, et une hauteur maximale de 6 à 8 m, parapet compris. Plus aucune trace ne subsistait du fossé d’origine : on peut supposer, néanmoins, qu’il était alimenté par une dérivation de la Deûle. Des empiètements de constructions périphériques sont également à signaler sur le bord interne de la levée de terre : c’est le cas de deux bâtiments rectangulaires continus qui ont pu servir à abriter des postes de guet.

Au XVIe siècle, des travaux ont modifié sensiblement l’aspect et la capacité de résistance de l’enceinte : cette phase voit l’installation, à peu de distance de l’enceinte médiévale, de deux murs en briques qui permettent de renforcer cette dernière et un réaménagement total du fossé.

Au XVIIe siècle, le rempart est arasé et le fossé remblayé. Cette phase est suivie d’un lotissement intensif des espaces disponibles pour l’habitat.

Fig. 3 – Vue des chantiers de la Place Rihour et de la rue des Fossés en 1990 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

Fig. 4 – Vue des chantiers de la Place Rihour et de la rue des Fossés en 1990 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

Fig. 5 – Vue des chantiers de la Place Rihour et de la rue des Fossés en 1990 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

26. Station terminus du tramway, avenue Le Corbusier (1990-1991).

Lié au projet Euralille, la station de tramway « Lille terminus » a été aménagée sur une tranchée large de 10 m et longue de 100 m. Au cours des années 1990 et 1991, ce chantier a offert l’opportunité d’étudier l’enceinte établie au nord-est de la ville de Lille, suite à l’agrandissement décidé en 1617. Cette enceinte a totalement disparu, à l’exception de deux portes, lors de la création des boulevards périphériques dans les années 1930. Ont été étudiés la courtine, un mur de soutènement qui lui était parallèle à une distance de 12 m, le flanc et la face droits du bastion dit « de Saint-Maurice », l’angle d’une contre-garde en V et la contre-escarpe.

Les traces d’une occupation primitive du site ont également été mises au jour sur une surface de 40 m² : elles correspondent à un aménagement en bord de rivière, le Becquerel. Cet aménagement reposait sur des pieux datés du XIe siècle.

Fig. 6 – Vue du chantier de la Station terminus du tramway, avenue le Corbusier en 1990-1991 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

Fig. 7 – Vue du chantier de la Station terminus du tramway, avenue le Corbusier en 1990-1991 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).


27. Euralille – Porte de Roubaix (1991).

En 1991, l’aménagement de la gare TGV a nécessité l’étude des fortifications aménagées dans cette partie de la ville de Lille au XVIIe siècle. Ont été reconnus, sur plus de 2 ha, une demi-lune, deux contre-gardes entourées chacune d’un fossé, une contre-escarpe, un chemin couvert et le fossé dit « des Élites ». L’examen de la stratigraphie a permis d’établir une chronologie relative dans la construction des ouvrages.

 

Fig. 8 – Vue du chantier d’Euralille – Porte de Roubaix en 1991 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

Fig. 9 – Vue du chantier d’Euralille – Porte de Roubaix en 1991 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

 

BIBLIOGRAPHIE SUCCINCTE

Le Lion des Flandres, rue Paul-Ramadier :

Gilles Blieck, Lille, Le Lion des Flandres, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1991.

Catherine Monnet, 19, 19bis et 21 avenue du Peuple Belge, Rapport de diagnostic archéologique, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Service de l’Archéologie de Lille, Villeneuve d’Ascq – Lille, 1995.

Ludovic Debs, Lille, avenue du Peuple Belge, Rapport de diagnostic archéologique, INRAP Hauts-de-France, Glisy, 2017.

Place Rihour et rue des Fossés :

Gilbert Tieghem, Lille, Rue du Palais de Rihour, Groupe archéologique lillois, Lille, 1979.

Jean Singer, Rapport des fouilles effectuées au Palais Rihour, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1980.

Gilles Blieck, Rapport des fouilles de la place Rihour, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Villeneuve d’Ascq – Lille, 1990.

Gilles Blieck, Lille, 55-65 place Rihour et 12-30 rue des Fossés, Projet d’intervention archéologique, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1990.

Christine Cercy, Lille, rue du Palais, rue des Fossés, square Morisson, Rapport de diagnostic archéologique, INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2008.

Christine Cercy [dir.], Lille, rue du Palais, square Morisson, La tour de l’Angèle et l’enceinte médiévale de Lille, Rapport de fouille archéologique, 2 vol., INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2012.

Station terminus du tramway, avenue Le Corbusier :

Anonyme, Modification du tramway, Lignes 1bis et 2 du métro, Impact du projet sur le patrimoine archéologique, Circonscription des Antiquités du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1990.

Anonyme, Modification du tramway, Ligne 2 du métro, Note complémentaire, Circonscription des Antiquités du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1991.

Gilles Blieck, Eddy Roy, Lille, Nouvelle station de tramway « Lille Terminus », Fouilles archéologiques préalables, Rapport de fouille, Circonscription des Antiquités du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1991.

Euralille – Porte de Roubaix :

Gilles Blieck, Euralille, Porte de Roubaix, Rapport de fouille, Circonscription des Antiquités du Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1990.

 


[1] Une première opération de fouille préventive s’est déroulée en 1979, sous la direction de l’abbé Gilbert Tieghem qui a mis au jour un puits et des fonds de cave. Une seconde opération archéologique s’est déroulée en 1980 sous la direction de Jean Singer afin d’évaluer le potentiel archéologique de la zone du Palais Rihour et de mettre au jour ses fondations. Après l’opération de Gilles Blieck, une quatrième opération archéologique sous la direction de Christine Cercy en 2008 a eu lieu et a permis de mettre au jour des vestiges datés du bas Moyen Âge (tour de l’Angèle) jusqu’à l’époque moderne (des fonds de caves et autres maçonneries).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search