Mémoires d’archéologues. Chap. 10 : Jean-Claude Routier : Passion(s) Archéologie (2e partie)

 

Avant-propos
La série Mémoires d’archéologues se poursuit aujourd’hui avec le portrait de Jean-Claude Routier, archéologue et responsable d’opérations à l’Inrap Hauts-de-France, qui nous raconte son parcours, ses souvenirs et les découvertes qu’il a faites sur les différents chantiers qu’il a menés ou auxquels il a participé.
Nous le remercions d’avoir bien voulu nous consacrer le temps nécessaire à cette interview : il a su nous transmettre toute la passion de son métier.
Cet article, illustré de photos et agrémenté d’extraits de l’enregistrement, sera publié en deux chapitres.
Le premier, plus chronologique, présentera la naissance de la vocation de Jean-Claude Routier pour l’archéologie, les débuts et les grandes étapes de sa carrière.
Le second sera consacré à ses chantiers de prédilection et à ses thématiques de recherche. Il sera publié dans les deux ou trois jours qui suivent la publication du premier chapitre.
La bibliographie commune aux deux chapitres sera diffusée à la fin de la deuxième partie.
Bonne découverte !

Cet article a été rédigé par Karine Delfolie, Thomas Byhet et Luc Vallin ; avec la collaboration de Géraldine Faupin (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie).

Cette interview a été conduite par Karine Delfolie, Géraldine Faupin, Thomas Byhet et Luc Vallin (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie) au Salon de Flore de la DRAC Hauts-de-France, à Lille, le 3 juillet 2020.

Avertissement : nous avons délibérément décidé de garder un style oral à cette interview afin de rester dans l’esprit de la série de portraits d’archéologues de la région disponibles sur Nordoc’Archéo : Mémoires d’archéologues.

*
* *

Au cours de ta carrière, tu as fouillé plusieurs nécropoles également ?

Oui, effectivement ! Celle qui m’a particulièrement marqué, c’est la nécropole de Fréthun. Il y avait beaucoup de matériel anthropologique que j’ai prélevé et donné au laboratoire d’anthropologie à l’université de Lille. Il fallait prélever ces ossements sur ce site. Il y avait une vingtaine de squelettes avec des tombes de chefs présentant du beau matériel : par exemple, des runes (inscription saxonne du propriétaire de l’épée) sur les pommeaux d’épée étudiés par Jean Soulat dans sa thèse[1]. On a trouvé aussi un vase, dont un autre exemplaire existe dans une nécropole du Kent, en Grande-Bretagne. À Offin[2], le cimetière est magnifique ! Il est partiel, mais avec beaucoup de matériel anthropologique que j’ai prélevé également et inventorié dans des caisses par un système de fiches, mais les études ostéologiques n’ont jamais été faites et cela manque. Si un jour un anthropologue veut un ensemble à étudier, il y en a deux : Fréthun et Offin. Les éléments de Fréthun ont servi, même si les résultats ne sont pas encore publiés.

 

Fig. 9. Vue de la nécropole mérovingienne de Fréthun en 1988 (Collection : J.-Cl. Routier).

 

Peut-on te qualifier aussi de céramologue ?

Pendant la période de post-fouille de 2012 à 2017, j’ai fait aussi beaucoup d’études de céramiques carolingienne et post-carolingienne issues des nombreuses opérations de diagnostics et de fouilles dans les Flandres. Je suis plutôt un archéologue généraliste, mais j’ai été amené très tôt à étudier de la céramique extraite de mes propres chantiers. Finalement, je suis aussi devenu un céramologue sans en avoir réellement le titre officiel à l’Inrap. Dès 1994, j’ai commencé avec la céramique du haut Moyen Âge trouvée dans des fosses du Xe siècle à Montreuil[3]. Puis, j’ai poursuivi avec le matériel céramique Xe-XIIIe siècles des fouilles du gazoduc à Brouckerque, en 1996. Le colloque international de céramologie de Caen en 2004 a permis de publier une première synthèse des poteries des Xe-XIe siècles de notre littoral. Depuis, de nombreux ensembles multi-périodes ont été mis au jour. C’est la raison pour laquelle je suis associé à l’Arc’céram mené à l’Inrap par ma collègue, Vaiana Vincent[4] .

 

Quels sont les apports de la recherche récente autour du site de Quentovic ?

Grâce au projet collectif de recherche portant sur le port de Quentovic, PCR qui est dirigé par Laurent Verslype[5], j’ai eu la chance de travailler sur la problématique de ce site emblématique majeur des temps carolingiens. Laurent Verslype, professeur à l’université de Louvain, est une personnalité attachante. Il est très fédérateur, ce qui a entraîné le déroulement avec succès de cette entreprise pluridisciplinaire. On a sympathisé et c’est certainement pendant cette période que je me suis senti à l’aise pour prendre la parole dans des ateliers ou des colloques. Ce travail collaboratif a conduit à la publication du premier colloque organisé sur Quentovic, après deux ans d’interventions sur le terrain en 2005-2006. Les actes de ce colloque ont été publiés en 2010[6], ce qui est très satisfaisant ! Le PCR de Quentovic est très enrichissant sur le plan des échanges avec les collègues étrangers, belges, hollandais et britanniques. Les contacts avec les collègues britanniques de Hamvic[7] se sont d’ailleurs prolongés jusqu’en juin 2018, date à laquelle je leur ai présenté un bilan des céramiques comparables des deux côtés de la Manche.

À propos de Quentovic, c’est-à-dire La Calotterie, la différence entre Britanniques et Français réside dans l’investigation de terrain. Nous avons d’emblée attaquer le site par des diagnostics mécaniques, ce dont rêvait le professeur Hill, qui  a circonscrit uniquement par des sondages manuels une zone d’occupation correspondant à la surface plausible des emporia[8] connus dans le nord de l’Europe. Grâce à la mécanisation, le décapage du banc de sable émergé du haut Moyen Âge a révélé un très grand nombre de structures et un fort taux d’occupation humaine des lieux. On n’a encore jamais découvert les points de débarcadère du port ; on n’a pas de berge linéaire avec les pieux ou plusieurs états de pontons, comme à Dorestad[9], autre port parallèle et contemporain de Quentovic. Ces installations sont peut-être plus au nord, à l’endroit où le banc de sable disparaît dans le colluvionnement de la vallée… En revanche, on connaît un peu la zone arrière du port où se tenaient les activités et le transit des marchandises. Cette zone d’occupation a été bien mise en valeur en 2009 par Archéopole[10] : plus de deux hectares de terrain avec des parcelles, des rues, des chemins refaits, des haies, du matériel archéologique très abondant… J’ai pu comparer leur mobilier céramique et l’harmoniser avec celui des parcelles que l’on avait fouillées. Les datations dendrochronologiques obtenues à partir des bois de tonneaux mérovingiens et carolingiens mettent en évidence les VIIIe et IXe siècles, période très florissante à Quentovic. De notre côté, l’époque carolingienne est davantage représentée par du matériel céramique typique recueilli dans plusieurs structures. C’est le seul habitat mérovingien véritablement attesté sur les deux hectares fouillés par les deux opérateurs (Archéopole et Inrap). À Quentovic, rien ne se ressemble d’une parcelle à l’autre. La seule chose qui nous relie, c’est un large fossé « embergé » avec des gros pieux bien préservés et datés de l’époque mérovingienne, prouvant l’occupation des lieux et la tentative de la maîtrise de l’eau dès cette période.

 

Fig. 10. Jean-Claude Routier lors du diagnostic archéologique de La Calotterie (Pas-de-Calais) en 2006 (Collection : J.-Cl. Routier).

Il n’y a plus lieu de se quereller pour la localisation exacte de Quentovic. La dernière querelle en date, c’est celle de 1981 entre Pierre Leman et Jean Couppé[11], quand des squelettes furent trouvés dans la parcelle 277[12]. Dès cette époque, on soupçonnait l’importance du site, cela est confirmé depuis ! Inès Leroy[13] me disait que seulement 0,05 % de la zone détectée par les Anglais a été archéologiquement exploitée ! Il faudrait faire de la détection électromagnétique au sol de chaque parcelle ou passer un Lidar pour se rendre compte de l’immensité du site. On l’a déjà fait un peu dans une des parcelles investies avec Sylvain Rassat[14] : on a vu sortir les tracés de fossés, les anomalies comme les poteaux de bâtiment, presque à fleur de sol…  Le banc de sable dans lequel sont implantées les structures de Quentovic se poursuit plus au sud dans la vallée, mais l’occupation altomédiévale semble disparaître, si l’on tient compte des quelques diagnostics opérés en 2011-2012. De ce côté, il semble qu’il y ait eu un colmatage marin important depuis l’époque romaine. En conclusion, l’agglomération de Quentovic ressemblerait à un gros village endigué sur plusieurs côtés ! Les Anglais ont trouvé une portion de digue datée des VIIIe et IXe siècles, au nord. En tous cas, en ce qui concerne le matériel, on a beaucoup de peignes à laine décorés de type anglo-saxon et énormément de faune surtout. On a également une consommation hors norme de bœufs, de porcs et de caprinés !  D’après Jean-Hervé Yvinec[15], on a l’impression d’avoir affaire à une population urbaine très consommatrice de viande et qui générait aussi un commerce de redistribution. Il n’avait jamais vu une telle concentration !

 

Peux-tu nous parler de Montreuil-sur-Mer ? Il s’agit de l’un de tes sites de prédilection : quels sont les apports de tes recherches à l’histoire de la ville ?

Je prépare actuellement une publication sur Montreuil-sur-Mer. J’ai demandé un congé d’études pour cela. J’ai d’ailleurs pu avancer sur ce sujet au printemps pendant le confinement. Il y aura 12 chapitres avec des éléments inédits. Le dossier a été déposé sur la plateforme @GIR en septembre pour le soumettre au conseil scientifique de l’Inrap en décembre 2020 et obtenir un contrat d’étude. Il s’agit du bilan sur 30 ans (1987-2017) des diverses opérations de fouilles menées à Montreuil-sur-Mer, bilan que j’ai, en partie, présenté au colloque historique d’Étaples en novembre 2019[16]. Il y aura un chapitre sur les origines de la ville, sur le domaine religieux (fouilles de l’abbatiale Saint-Saulve et de l’église Saint-Walloy). Il y a aussi un chapitre sur le domaine militaire axé sur les remparts notamment et un autre sur le domaine civil, c’est-à-dire l’habitat médiéval et moderne mis au jour dans les différents diagnostics. Je consacre naturellement une partie de la publication au mobilier céramique daté du Xe au XVIIIe siècle. On notera en particulier un ensemble de la période révolutionnaire et du Consulat, trouvé Grand-rue dans un diagnostic en 2000 et en tout point comparable à la céramique trouvée sur le Camp napoléonien d’Étaples fouillé par Frédéric Lemaire[17]. Je prévois aussi un chapitre sur le petit mobilier métallique et monétaire, et une étude sur l’inventaire des caves médiévales visitées de 1989 à 1997 par les membres locaux de l’association Sub Artésia, soit 120 caves du XIIIe au XVIIIe siècle. Un chapitre sera consacré aux carrières souterraines du puits Renart explorées en 1992. Dans ce registre, il y a l’hôpital souterrain de la Seconde Guerre mondiale exploré en 1992 ! Il est depuis rouvert pour le public. Il a été creusé sous les remparts ouest, dans la craie à côté de la citadelle. Cet ensemble souterrain remonte à 1943. Lucien Vasseur[18] a décrit mieux que personne l’histoire de cet hôpital souterrain. Il nous a d’ailleurs laissé pas mal d’écrits (notices, articles de presse) sur des découvertes fortuites à Montreuil.

 

Fig. 11. Jean-Claude Routier sur le site de l’abbatiale Saint-Saulve à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 2009 (Photographie : La Voix du Nord).

 

Pour revenir à Montreuil, qui est une composante essentielle de mon parcours, même si je n’y ai pas fouillé en permanence, je dirais, après 30 ans de récolement de données, que ce qui est « inédit », ce sont les découvertes de témoins sur les origines de la cité. Dans le chœur de l’abbatiale Saint-Saulve, deux niveaux anciens, l’un du IXe siècle et l’autre du Xe siècle, attestent d’une présence sur le site bien avant la fondation de la première abside de l’église. L’occupation est essentiellement domestique avec des restes de faune très abondants : avec des animaux consommés (porcs, bœufs, caprinés) et chassés (cerfs, sangliers), des poissons, des espèces rares aussi d’après les observations de Tarek Oueslati[19] sur près de 3000 pièces examinées. On a retrouvé sous le cloître de Saint-Saulve une occupation domestique, à savoir une fosse du Xe siècle contenant 5 deniers de Quentovic, de la poterie peinte, de la faune, des instruments pour le tissage (fusaïoles, lissoirs). Les résultats ont été publiés dans la première Histoire de Montreuil en 1998[20]. Les 5 deniers de Quentovic en argent ont été frappés dans la seconde moitié du Xe siècle. On a trouvé le même mobilier sur le site de Saint-Walloy. C’est un denier en argent de Lothaire II daté des années 975-980 par le Cabinet des Médailles. On sait donc qu’il y a une présence à Montreuil avant l’année du sacre de la ville en 987 par Hugues Capet.

Ce qui est nouveau aussi, c’est la découverte, dans les fouilles de l’église Saint-Walloy, du premier sanctuaire, peut-être aux origines de Saint-Walloy daté de 913 dans les textes : il s’agit d’un petit bâtiment à fondations de craie, enserré dans le transept roman et qui possédait des sarcophages anthropomorphes en place, ou monolithe en une seule pièce, anthropoïdes, ou en deux ou trois pièces, associés sans conteste à ce bâtiment. C’est sans doute le noyau original du monastère Saint-Walloy.

 

Fig. 12. Visite de chantier lors des fouilles archéologiques de l’église Saint-Walloy à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 1992 (Photographie : Montreuil Hebdo).

 

Les données issues de la fouille du chœur de Saint-Saulve sont nouvelles aussi. On a mis au jour le premier état de l’église abbatiale du XIe siècle, à savoir une abside calcaire en forme de U, hélas sans sépulture interne à cause d’une excavation de récupération de matériaux creusée au XVIe siècle. On sait aussi qu’au chevet circulaire à déambulatoire et chapelles rayonnantes du début du XIIIe siècle a précédé un chevet plat en couloir du XIIe siècle. Le passage entre les deux plans de construction est marqué par une sépulture de père abbé intacte avec du matériel liturgique daté de 1180-1200[21].

On fait parfois des découvertes exceptionnelles comme la sépulture isolée découverte dans la tour C du front ouest des remparts en 1992 : l’inhumé portait une monnaie d’argent de 1538 au niveau de la hanche droite. Une inhumation du XVIe siècle dans une tour[22], c’est rare !

Ce que je déplore, c’est d’avoir été impuissant devant le vidage des caves « Henry »[23], datées du XIIIe siècle. On avait fait là un diagnostic concluant en 2000. En octobre 2001, une fouille d’évaluation a porté sur les niveaux modernes. On avait une belle stratigraphie médiévale avec l’occupation arrière d’un bâtiment sous lequel se trouve un bel ensemble de caves du XIIIe siècle avec des voûtes d’ogives et 1,70 m de stratigraphie de remplissage !

Fig. 13. Jean-Claude Routier dans les caves médiévales de l’imprimerie Henry à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 2000 (Collection : J.-Cl. Routier).

 

Je n’explique pas ma passion pour Montreuil. C’est du domaine de l’irrationnel. Je suis né là et j’ai grandi là. Il y a aussi toute la vallée de la Canche qui me passionne.

 

La fortification médiévale et moderne est un autre thème de recherche majeur pour toi ?

Oui, la fortification est un autre de mes domaines de prédilection. Le château de Montcavrel, par exemple, est atypique dans le secteur par sa grande enceinte oblongue normande à deux cours comme Arques[24] ; un autre exemple proche est le château de Beaurain[25] où fut enfermé le roi Harold, comme on le voit sur la tapisserie de Bayeux. Le château de Montcavrel est resté intact dans son assiette fortifiée malgré les siècles de transformations. Une problématique demeure toujours : il serait intéressant de savoir, lors d’une éventuelle fouille programmée, à quelle date s’est fait le transfert de l’habitation du donjon vers un nouveau corps de résidence. Dans les textes, le donjon sert de résidence au XVIe siècle, ce que j’ai constaté dans les fouilles par les aménagements de murs intérieurs, le pavement d’une cheminée, la quantité de mobilier archéologique de cette période (poteries, monnaies…). Puis, les seigneurs veulent un peu plus de confort : un nouveau logis aurait été construit. On suppose qu’il fut bâti à la jonction des deux cours. L’emplacement est aujourd’hui marqué par une énorme butte de terre à sonder sur le plan stratigraphique. En 1982, j’avais terminé mes fouilles par cet aspect : j’avais fait un sondage à l’endroit d’un sas de couloir menant peut-être à une cave ou un sous-sol (?). Ce château de Montcavrel, et notamment le donjon, c’est le sujet de ma maîtrise, sous la direction de Jacques Thiébaut et de Gérard Sivery[26].

 

Fig. 14. Vue du donjon du château de Montcavrel (Pas-de-Calais) en cours de fouille en 1978 (Photographie : J.-Cl. Routier).

 

J’ai été amené à fouiller également les remparts du Lycée Monsigny de Saint-Omer et celui du site des abattoirs. J’ai fouillé aussi le château de Frévent en 1989 et celui de Fressin. À Fressin, deux campagnes en 1995 et 1996, avec Sub Artésia, ont permis de vider, aux seaux et en équipes, les caves que l’on peut encore parcourir de nos jours : on s’est réintroduit dans le souterrain à logettes du logis seigneurial après avoir retrouvé le bouchon d’effondrement qui obstruait l’accès au réseau depuis des fouilles anciennes de Rodière et Pentel en 1923 ! Dans la  région, il y a pour moi, deux sites emblématiques qui sont loin d’avoir livré leurs secrets : le site des Créquy [Fressin] et le site de La Montoire[27] dont j’ai pu revoir les ruines très récemment. À Fressin, il reste encore des zones d’ombres sur le plan de l’archéologie : on y a fait quelques sondages pour vider des fonds de tours, mais des galeries souterraines entourant la cour resteraient à découvrir ! J’ai également fait un sondage en 1993 sur la motte de Guînes avec l’aval de Gérard Fosse[28]. On y a découvert les bases du donjon anglais de Henri VIII vers 1538. Un autre sondage au pied de la motte a également eu lieu en 1998.

 

La participation aux colloques et les publications sont-elles fondamentales pour toi ?

En 1992-1993, j’ai pris un congé sans solde pour faire un DEA sur le cimetière de Fréthun avec Élisabeth Magnou-Nortier[29] et j’ai pu participer à trois campagnes de fouille sur le cimetière d’Offin, notamment en bénévole. Ces deux sites, ainsi que le cimetière de Bloville, ont été les points de démarrage de mes recherches en archéologie funéraire mérovingienne. Il y eut d’abord le colloque de Tournai[30] en 2004, puis, dix ans plus tard, le colloque de l’AFAM[31] et celui de Douai[32] en 2014. Mais on n’a pas pu publier dans les Actes au grand désespoir de Laurent Verlyspe. Pourtant, on avait beaucoup travaillé, entre temps, sur les nécropoles de la métropole lilloise, d’Houplin-Anscoine[33], de Lesquin[34], de Marquette[35]… Il était prévu de faire un numéro spécial dans la Revue du Nord.

En 2004, commence une période de recherche importante : c’est l’année des colloques ! Il y a eu le colloque mérovingien de Tournai, déjà cité, et le colloque de Caen pour la céramologie. Ces études de sites ont été faites « à chaud », en amont des colloques, ce qui facilite grandement la reprise des données au moment du travail de publication même. Elles profitent à celui qui les réalise : ça fait progresser ! C’est du bonus pour lui et pour la communauté scientifique ! La spécialisation aboutit à des travaux plus approfondis, plus pointus ; on approche la quintessence du sujet, ce qui entraîne une grande satisfaction. J’ai l’impression que ça prend de plus en plus de temps pour publier : quelquefois, on aimerait accélérer le rythme. Il est difficile de reprendre des études de sites parfois plus de 10 ans après leur fouille, voire plus ! On traîne aussi avec soi des sites sur plusieurs décennies tant on y est attaché. J’ai consacré plus ou moins dix ans à l’étude de Quentovic, depuis le colloque de 2006 jusqu’au dernier bilan des connaissances sur le site publié en 2016, à la suite du colloque de Boulogne-sur-Mer. Heureusement qu’il y a maintenant les publications en ligne, comme celles du laboratoire universitaire IRHiS, non limitées en nombre de pages ou de figures. Moi, je me réjouis d’avoir publié diversement : ça me donne une assise et une authentique satisfaction, même s’il y a encore pas mal à faire au vu des archives inédites que l’on stocke ad vitam aeternam ! Mon fond d’archives, je le confierai, le moment venu, aux services compétents : association, services de l’État ou aux archives départementales… On verra ! Je suis actuellement en train d’inventorier diapositives et photographies accumulées sur plus de 40 ans ! C’est aussi ça la transmission ! Quand l’on voit l’immense travail de publications effectué par nos prédécesseurs, chercheurs, archéologues, universitaires… on se dit qu’il faut en faire autant dans la mesure du possible !

Fig. 15. Jean-Claude Routier lors d’une conférence sur le cimetière mérovingien d’Offin, à Torcy (Pas-de-Calais) en 2019 (Photographie : S. Léger, Comité d’Histoire du Haut-Pays).

 

En guise de conclusion, peux-tu répondre, en quelques mots, à ces questions ?

 
Quelle est ta définition de l’archéologie ?

Pour moi, c’est ressusciter le passé. Les premiers livres que l’on m’a offerts, c’est À la découverte des mondes perdus et L’archéologie, résurrection du passé de Henri-Paul Eydoux[36]. L’archéologie, c’est faire ressortir la vie de nos ancêtres par les précieuses archives du sous-sol symbolisées par la sacro-sainte lecture stratigraphique. Et surtout ne pas laisser détruire des sites ! Je n’ose imaginer, dès les décennies 60 et 70, le nombre de sites ruraux et urbains détruits avant l’instauration de l’archéologie de sauvetage, d’abord effective dans les villes…

 
L’archéologie est-elle une passion ?

Ma vie personnelle est imbriquée dans l’archéologie. Depuis 35 ans, ma compagne est de bonne composition ! Je n’ai pas toujours été là pour contribuer aux tâches de famille, car j’étais souvent en déplacement. J’avais toujours l’archéologie en tête et, quelquefois, ça travaille. On peut en souffrir : je pense à Éric Belot[37] qui était un acharné. Pour ma part, je n’ai pas eu véritablement de plan de carrière, je n’ai rien programmé, mais j’ai toujours agi par passion. Aujourd’hui, je cherche à donner du goût et de la saveur à mon métier qui est devenu très « cadré » !

 

Quelles sont les personnalités de l’Archéologie régionale qui t’ont marqué ?

Les personnalités qui m’ont marqué, c’est d’abord celles avec lesquelles je fus amené à travailler concrètement. Je pense à Luc Vallin[38], coordonnateur du projet Transmanche, mon premier long contrat. Puis, Hervé Barbé, ingénieur d’études, qui a fait travailler pas mal de personnes dans les années 1990 sur les tracés de routes et les chantiers urbains. Gérard Fosse, aussi. Pierre Leman a été un grand soutien. Le père révérend Courtois m’a marqué aussi, ainsi que Claude Seillier[39], Étienne Louis[40], Stéphane Lebecq[41], Roland Delmaire[42]… et Jacques Thiébaut ! J’allais exprès écouter ses cours en UE optionnelle.

Actuellement, je salue Jean-Luc Collart, conservateur régional de l’archéologie des Hauts-de-France, avec lequel j’ai vécu mes stages Afan à Ribemont en 1979 et 1981. Enfin, je ne voudrais pas oublier Laurent Verslype, directeur du PCR Quentovic, pour ses qualités sur les plans humain et professionnel. 

 

Qu’est-ce qui te ravit encore dans la profession ?

Ce qui me ravit, c’est qu’on peut faire encore de belles découvertes. Mais, parfois, on joue de malchance ! C’est le cas, par exemple, du sanctuaire de Marquise[43]. J’étais avec Pierre Barbet[44] qui était le responsable d’opération. Lors de la phase du diagnostic, on n’a pas pu faire la dernière tranchée à cause des intempéries. C’est le service archéologique du Pas-de-Calais qui a trouvé le bâtiment du sanctuaire du Bas-Empire avec le « bloc au serpent ». Il faut un minimum de chance. On a eu aussi le cas à Nempont-Saint-Firmin[45] et à Douchy-les-Mines[46], où ont été découvertes, à la fouille, dans une carrière de craie, les tombes à hypogée. Les fouilles et découvertes des autres opérateurs m’intéressent aussi grandement. C’est la raison pour laquelle j’aime bien venir aux Journées régionales de l’Archéologie. Je passe deux jours, même si je dois poser des jours de congé. Il faut aussi prendre le temps d’exploiter les données : les plaquettes Archéologie des Hauts-de-France et le portail documentaire Nordoc Archéo permettent de faire circuler l’information ! Le bilan scientifique régional est un outil important aussi pour connaître les résultats archéologiques dans les Hauts-de-France année par année depuis 1991.

 

Quelle est la plus belle découverte que tu aies faite ?

L’une de mes plus belles découvertes ? C’est la cave gallo-romaine de Zouafques construite en pierres de réemploi, avec les demi-colonnes réutilisées en marche, les tambours de fûts de colonne, les bases en place avec blocs architecturaux … J’ai retrouvé la même chose à Attin et à Cambrai pour le IVe siècle ap. J.-C. C’est là que tu te dis qu’il y a un sens à ce que tu fais en constatant des similitudes chronologiques dans les modes de constructions dans une même région… tout en n’étant pas antiquisant au départ !

La redécouverte des souterrains sous le logis seigneurial du château de Fressin en août 1995 fait partie de ces moments d’émotion liée au mystère entourant les souterrains.

Une autre découverte qui m’a marqué est plus récente. C’est la tombe d’un père abbé dans le chœur de l’abbatiale Saint-Saulve, en 2011. Un caveau de pierre taillée intact de la fin du XIIe siècle ! Le squelette portait les sandales au pied, les cuirs sur les jambes, une boucle de ceinture et un crosseron de canne en cuivre ouvragé ! Ce matériel a été pris en charge par le musée de Montreuil. J’étais notamment avec Pierre Barbet, anthropologue. C’était impressionnant ! On a attendu pendant 2 jours un temps clément pour ouvrir la sépulture. Très beau souvenir !

Fig. 16. Vue de la cave de la villa gallo-romaine de Zouafques en 1990 (Pas-de-Calais) (Photographie : J.-Cl. Routier).

 

As-tu connu des frustrations au cours de ta carrière ?

Ces frustrations sont assez anciennes et concernent toujours le secteur de Montreuil. L’une d’elle concerne une carrière de limon à Beutin, placée en-dessous de la villa gallo-romaine fouillée en 2013. Malgré une courte intervention en 1985 sur un chemin menant à la villa et la fouille d’une fosse, des témoins relatent la découverte d’un sarcophage récupéré par un particulier et dont on gomma vite le souvenir… C’est frustrant, car c’est un patrimoine proche.

La même chose est arrivé à Estréelles[47], en fond de vallée. Le creusement d’étangs en 1984 a détruit un établissement sur la voie romaine Amiens-Boulogne. Malgré une petite fouille en 1987, les dégâts furent importants : on voyait toute la coupe de la chaussée romaine à 1,70 m de profondeur sur sa totale largeur et des installations en dur avec des niveaux de tuiles. Je crois que, dans les années 80, il y a eu des destructions sur des sites majeurs.

 

Quels sont tes hobbies ?

Il y a tout d’abord l’écriture de mon journal de fouilles depuis 1975 qui est très vite devenu un journal de bord personnel. J’y note tout ce qui se rapporte à l’archéologie, mes affectations et tout ce que je fais depuis l’âge de 15 ans et demi, c’est-à-dire le début des fouilles du donjon au château de Montcavrel. Mon intérêt pour Montreuil date un peu après cette période au moment de mes années de lycée. J’y relate une découverte faite dans une carrière au-dessus de la gare, où la contrescarpe d’une fortification avait été rabotée lors de travaux. Lucien Vasseur avait fait des relevés graphiques d’un mur en pierres blanches accompagné d’un puits. Je m’en souviens visuellement et parce que c’est noté dans mon journal sous forme de croquis. Mes carnets sont tous au même format. Je note tout : ma vie y est racontée, mes fouilles, ce que j’ai fait, ce que j’ai vécu, mes impressions, comment j’ai ressenti les choses. C’est une aide ! Il y a une multitude d’informations, de notes suite à des balades ou des prospections, et lorsque j’ouvre une page, je me remémore l’évènement parfois au jour donné. L’écriture de ce journal est devenue pour moi un besoin. Si je ne le remplis pas de façon journalière ou hebdomadaire, c’est comme si je me reniais moi-même ; c’est une obligation impérieuse en même temps qu’un excellent exercice pour retranscrire de manière sûre les évènements du passé récent ! C’est ma manière de revivre un peu le passé et, surtout, de le remettre en mémoire pour ne pas oublier, éviter les erreurs, les amalgames et la confusion mentale qui pourraient survenir avec l’âge. C’est ma façon de me souvenir, de m’exercer. C’est pareil avec les chansons et la musique en m’accompagnant à la guitare. En répétant son répertoire des dizaines de fois, on ne perd pas les paroles et les accords, c’est gratifiant et rassurant à la fois. 

Fig. 17. Jean-Claude Routier présentant ses journaux de bord lors de l’interview en juillet 2020 (Photographie : Th. Byhet, SRA Hauts-de-France).

Mon autre hobby, c’est la musique ! J’ai toujours aimé parodier mes collègues archéologues, car, finalement, c’est une population bigarrée peuplée de personnages parfois loufoques, tantôt un peu trop sérieux, tantôt pas assez ! Avec beaucoup de dérision, mais sans méchanceté ! J’ai fait un CD avec 22 titres, certains avec des paroles transposées sur des airs connus ou des morceaux totalement inspirés de mes contacts archéologiques depuis les années 1990 : par exemple, Les archéos de 14-18, Les molettes, La base de Thérouanne

 

Fig. 18. Jean-Claude Routier présentant son CD de chansons parodiques lors de l’interview en juillet 2020 (Photographie : Th. Byhet, SRA Hauts-de-France).

 

Que feras-tu à la retraite ?

La retraite ? C’est dans quelques années seulement ! J’ai un peu peur de m’embêter ! On verra bien à ce moment-là ! Je vais partir dans le show business ! [Rires]. Plus sérieusement, je ne sais pas encore ce que je ferai à la retraite. Quelquefois, je me dis que j’arrêterai les recherches bien avant, et puis, après un temps d’accalmie, je me relance. Par exemple, pour la céramique, j’avais plus ou moins dit à Vaiana [Vincent] que je voulais lever le pied, mais devant le matériel qui sort toujours plus des diagnostics en Flandres, c’est difficile de dire non, car l’on n’a pas fait tout le tour du sujet.  Je n’ai pas envie d’être porteur de projet, mais j’ai toujours aimé participer, apporter ma quote-part comme au PCR Les places fortes des Hauts-de-France, car ça m’intéresse. Je me sens toujours motivé par une problématique à élucider sur un site fortifié, par exemple, s’il y a possibilité d’y faire un sondage préalable et, pourquoi pas, une fouille plus conséquente !

 

 

Bibliographie

La bibliographie présentée dans ce portrait n’est évidemment pas exhaustive : Jean-Claude Routier a publié de nombreux rapports d’opérations archéologiques, plusieurs notices scientifiques et des articles que nous n’avons pas pu tous citer ici.

 

Barbé et al. 1997 : BARBÉ (H.) et alii, Saint-Omer, Caserne Foch, Rapport de fouille de sauvetage urgent, AFAN, 1997.

Barbé et al. 1998 : BARBÉ (H.), ROUTIER (J.-Cl.), ROY (E.), BARRET (M.), « Aménagement du réseau hydrographique et urbanisation aux abords de l’abbaye Saint-Bertin. Données récentes de l’archéologie à Saint-Omer », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 80 (1998), n° 328, p. 7-50.

Barbet, Routier 2010 : BARBET (P.), ROUTIER (J.-Cl.), « Bilan des connaissances archéologiques en basse vallée de Canche autour de Quentovic », dans : Lebecq, Béthouart, Verslype 2010, p. 265-306.

Barret 1999 : BARRET (M.), « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Painlevé, site de l’Esplanade », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 267.

Barret, Routier 1999 : BARRET (M.), ROUTIER (J.-Cl.), « Cambrai. Les fouilles du lycée Fénelon : un habitat du Bas-Empire », Archéologia, n° 360 (octobre 1999), p. 26-31.

Béthouart 1998 : BÉTHOUART (B.) [dir.], Histoire de Montreuil-sur-Mer, Terres Septentrionales de France, Le Téméraire, Condé-sur-l’Escaut, 1998.

Béthouart 2008 : BÉTHOUART (Br.) [dir.], Histoire de Montreuil-sur-Mer, Les Écrits du Nord, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2008.

Bocquet-Liénard, Routier 2016 : BOCQUET-LIÉNARD (A.), ROUTIER (J.-Cl.), « Les productions médiévales de La Caloterie », dans : Leroy, Verslype 2016, p. 311-326.

Cabuy et al. 1990 : CABUY (Y.), LEMAN-DELERIVE (G.), LOURDAUX (S.), MEES (N.), NILLESSE (O .), ROUTIER (J.-Cl.), « Fouilles et découvertes récentes de l’Âge du Fer dans le département du Nord », Revue du Nord, 72 (1990), n° 286, p. 7-28.

Cense-Bacquet 2010 : CENSE-BACQUET (D.), « Caloterie (La) (Pas-de-Calais). Chemin de Visemarais », Archéologie médiévale, 40 (2010), p. 181.

Coupland 2002 : COUPLAND (S.), « Trading places : Quentovic and Dorestad reassessed », Early Medieval Europe, 11-3 (2002), p. 209-232.

Clotuche, Routier 2003 : CLOTUCHE (R.), ROUTIER (J.-Cl.), Solesmes, RD 942 – Voyette de Vertain, Rapport de diagnostic, INRAP, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 2003.

Crépin 1957 : CRÉPIN (A.), « Le cimetière de Preures », dans : LESTOQUOY (J.), Nécropoles et civilisations en Artois et Boulonnais, Mémoires de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 1957.

Delfolie, Byhet, Vallin 2019 : DELFOLIE (K.), BYHET (Th.), VALLIN (L.), « Mémoires d’archéologues (hors-série) : Pierre Leman, une carrière dédiée à l’archéologie », Nordoc’ Archéo, mis en ligne le 26 mars 2019 <https://nordoc.hypotheses.org/8478>.

Ducrocq et al. 2013b : DUCROCQ (Th.), COUTARD (S.), ROUTIER (J.-Cl.), BRIDAULT (A.), « Un important site mésolithique dans le Nord – Pas-de-Calais : La Mort à Beaurainville », Bulletin de la Société préhistorique française, 110-1 (2013), p. 130-133.

François 1992 : FRANÇOIS (G.), « Le souterrain-refuge de Filescamps (Pas-de-Calais) », Subterranea, 82 (1992), p. 68-71.

François 1993 : FRANÇOIS (G.), « Tincques (Pas-de-Calais). Château de Penin », Archéologie médiévale, 23 (1993), p. 449-450.

François 1998 : FRANÇOIS (G.), « Gouy-en-Artois (Pas-de-Calais). Souterrain-refuge de l’Église », Archéologie médiévale, 28 (1998), p. 272-273.

Labarre 2016 : LABARRE (D.), Beutin, Le Camp Saint-Pierre, Rue de l’Église, Les thermes de la villa de Beutin, Rapport de fouille, 3 volumes, INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2016.

Lebecq, Béthouart, Verslype 2010 : LEBECQ (S.), BÉTHOUART (B.), VERSLYPE (L.) [dir], Quentovic, Environnement, Archéologie, Histoire, Actes du colloque international de Montreuil-sur-mer, Étaples et Le Touquet et de la journée d’études de Lille sur les origines de Montreuil-sur-Mer (11-13 mai 2006 et 1er décembre 2006), Collection UL3 travaux & recherches, Villeneuve d’Ascq, 2010.

Legoux, Routier 2006 : LEGOUX (R.), ROUTIER (J.-Cl.), « Les sépultures mérovingiennes du site du « Bois Montclair » à Offin », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 24 (2006), p. 9-63.

Leman 1981 : LEMAN (P.), avec la collaboration de COUPPÉ (J.), « Quentovic ressucité ? » [séance du 13 mai 1981], Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France 1980-1981, 1982, p. 285-287.

Leman 1982 : LEMAN (P.), « La Calotterie (Pas-de-Calais). Site de Quentovic », Archéologie médiévale, 12 (1982) p. 301-302.

Leman, Cousin 1977 : LEMAN (P.), COUSIN (J.-L.), « Contribution à la recherche de Quentovic : découverte de tessons du haut Moyen Âge dans la Canche », Revue du Nord, n° 235 (1977), p. 489-500.

Leman, Jeanneret 2018 : LEMAN (V.), JEANNERET (L.), « Le château des Créquy à Fressin De la résidence seigneuriale à la forteresse (XVe-XVIIe siècles) », dans : Byhet (Th.), Aubry (Ch.) [dir.], Places-fortes des Hauts-de-France, volume 1 : Du littoral à l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme). Actualités et recherches inédites, Publications de l’IRHiS, Collection : Histoire et littérature du Septentrion : 57, Villeneuve d’Ascq, 2018 <https://books.openedition.org/irhis/873>.

Leman-Delerive 1989 : LEMAN-DELERIVE (G.), Les habitats de l’âge du Fer à Villeneuve d’Ascq (Nord), Revue du Nord, Collection Art et Archéologie, Hors-série : 2, Villeneuve d’Ascq, 1989.

Leroy, Verslype 2016 : LEROY (I.), VERSLYPE (L.) [dir.], Les cultures des littoraux au haut Moyen Âge. Cadres et modes de vie dans l’espace maritime Manche-mer du Nord du IIIe au Xe s., Revue du Nord, Collection Art et Archéologie, Hors-série : 24, Villeneuve d’Ascq, 2016.

Rance 1986 : RANCE (A.), Southampton. An Illustrated History, Milestone publications, Southampton, 1986.

Routier 1977 : ROUTIER (J.-Cl.), « Un site gallo-romain près du Ménage d’Alette », Bulletin historique du Haut-Pays, 13 (1977), p. 28.

Routier 1982 : ROUTIER (J.-Cl.), « Le donjon du château de Montcavrel », Bulletin historique du Haut-Pays, 23 (1982), p. 155-161.

Routier 1984 : ROUTIER (J.-Cl.), « Découverte d’un site gallo-romain à Estréelles », Bulletin historique du Haut-Pays, 28 (1984), p. 69-76.

Routier 1985 : ROUTIER (J.-Cl.), « Découvertes gallo-romaines sur la voie Thérouanne-Cassel à Clarques (Pas-de-Calais) », Bulletin historique du Haut-Pays, 30 (1985), p. 181-187.

Routier 1987a : ROUTIER (J.-Cl.), « Fouille de la voie romaine Amiens-Boulogne à Beutin (Pas-de-Calais) », Bulletin historique du Haut-Pays, 33 (1987), p. 5-12.

Routier 1987b : ROUTIER (J.-Cl.), Saint-Pol-sur-Ternoise, Chapelle des Sœurs Noires, Rapport de fouilles, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1987.

Routier 1987c : ROUTIER (J.-Cl.), Tournehem-sur-la-Hem, Histoire et Archéologie, Rapport de fouilles, Service régional de l’Archéologie Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, 1987.

Routier 1988a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Ancienne abbaye Sainte-Austreberthe », Archéologie médiévale, 18 (1988), p. 329-330.

Routier 1988b : ROUTIER (J.-Cl.), « Sépultures mérovingiennes à Offin », Bulletin historique du Haut-Pays, 35 (1988), p. 159-160.

Routier 1988c : ROUTIER (J.-Cl.), « Souterrains et carrières du Moyen Âge à Tournehem-sur-la-Hem », Bulletin historique du Haut-Pays, 35 (1988), p. 161-166.

Routier 1989a : ROUTIER (J.-Cl.), « Les remparts de Montreuil-sur-Mer », Revue du Nord – Histoire et Archéologie, 71 (1989), n° 280, p. 205-214.

Routier 1989b : ROUTIER (J.-Cl.), « Fréthun (Pas-de-Calais). La Carrière des Morts. Le Rietz », Archéologie médiévale, 19 (1989), p. 357-358.

Routier 1990 : ROUTIER (J.-Cl.), Le château fort de Montcavrel. Étude historique et archéologique, Études et documents n° 4, Comité d’histoire du Haut-Pays, s.l., 1990.

Routier 1991 : ROUTIER (J.-Cl.), « Le site archéologique gallo-romain de Zouafques », Bulletin historique du Haut-Pays, 42 (1991), p. 73-86.

Routier 1992a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Ancienne abbaye Saint-Wallois », Archéologie médiévale, 22 (1992), p. 455-456.

Routier 1992b : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Rue du Thorin », Archéologie médiévale, 22 (1992), p. 527-528.

Routier 1992c : ROUTIER (J.-Cl.), « Les souterrains de l’ancienne abbaye de Marœuil », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 13-2 (1992), p. 524.

Routier 1993a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Église Saint-Walloy », Archéologie médiévale, 23 (1993), p. 383-385.

Routier 1993b : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Front de la Madelaine », Archéologie médiévale, 23 (1993), p. 434-435.

Routier 1993c : ROUTIER (J.-Cl.), « Offin (Pas-de-Calais). Le Bois Monclair », Archéologie médiévale, 23 (1993), p. 464-465.

Routier 1993d : ROUTIER (J.-Cl.), « L’église paroissiale Saint-Walloy de Montreuil-sur-Mer », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 13-3 (1993), p. 599-630.

Routier 1994a : ROUTIER (J.-Cl.), « Guînes (Pas-de-Calais). La Motte de la Cuve », Archéologie médiévale, 24 (1994), p. 495-496.

Routier 1994b : ROUTIER (J.-Cl.), « Guînes (Pas-de-Calais). La Motte de la Walle », Archéologie médiévale, 24 (1994), p. 496.

Routier 1994c : ROUTIER (J.-Cl.), « Offin (Pas-de-Calais). Le Bois Montclair », Archéologie médiévale, 24 (1994), p. 538.

Routier 1995a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Cloître de l’abbaye Saint-Saulve », Archéologie médiévale, 25 (1995), p. 251-252.

Routier 1995b : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil, abbaye Saint-Walloy – Saint-Saulve : bilan des fouilles (1991-1994) », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 14-2 (1995), p. 445-447.

Routier 1996a : ROUTIER (J.-Cl.), « Zudausques (Pas-de-Calais). Les Cormettes (cimetière, parcelle 231) », Archéologie médiévale, 26 (1996), p. 345.

Routier 1996b : ROUTIER (J.-Cl.), « Deux sites funéraires médiévaux du Transmanche : le complexe motte, église, cimetière et la nécropole mérovingienne de Fréthun », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, Arras, 14-3 (1996-1997), p. 525-555.

Routier 1997a : ROUTIER (J.-Cl.), « Fressin (Pas-de-Calais). Château de Fressin », Archéologie médiévale, 27 (1997), p. 232-233.

Routier 1997b : ROUTIER (J.-Cl.), « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Les Abattoirs », Archéologie médiévale, 27 (1997), p. 246.

Routier 1998a : ROUTIER (J.-Cl.), « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Lycée technique Monsigny », Archéologie médiévale, 28 (1998), p. 290-291.

Routier 1998b : ROUTIER (J.-Cl.), « La céramique carolingienne du Xe siècle de Saint-Omer », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 80 (1998), n° 328, p. 51-67.

Routier 1999a : ROUTIER (J.-Cl.), « Harnes (Pas-de-Calais). Zone industrielle de La Motte au Bois », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 242.

Routier 1999b : ROUTIER (J.-Cl.), « Guînes (Pas-de-Calais). Motte de la tour de l’horloge », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 331.

Routier 1999c : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). 6, parvis Saint-Firmin », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 337.

Routier 1999d : ROUTIER (J.-Cl.), « Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais). Hôpital, maison de retraite, place Lebel », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 365-366.

Routier 2004 : ROUTIER (J.-Cl.), « Le site médiéval de Brouckerque. Présentation, étude des structures et du mobilier céramique », dans De Saulce (A.) [dir.], Les fouilles du gazoduc Artère des Hauts-de-France, Revue du Nord, Collection art et archéologie, Hors-série : 9, Villeneuve d’Ascq, 2004, p. 113-157.

Routier 2006 : ROUTIER (J.-Cl.), « Céramiques médiévales des Xe-XIe s. en Flandre et sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais », dans : Hincker (V.), Husi (Ph.) [éd.], La céramique du haut Moyen Âge (Ve-Xe siècles) dans le Nord-Ouest de l’Europe. Bilan et perspectives dix ans après le colloque d’Outreau, Actes du colloque de Caen (18-20 mars 2004), NEA Éditions, Condé-sur-Noireau, 2006, p. 267-286.

Routier 2008a : ROUTIER (J.-Cl.), « Le pays de Montreuil jusqu’à l’époque gallo-romaine », dans : Béthouart 2008, p. 5-18.

Routier 2008b : ROUTIER (J.-Cl.), « Le point sur Quentovic, marché sur la Canche », dans : Béthouart 2008, p. 19-39.

Routier 2008c : ROUTIER (J.-Cl.), « La naissance de Montreuil au Xe siècle », dans : Béthouart 2008, p. 40-57.

Routier 2008d : ROUTIER (J.-Cl.), « La prospérité montreuilloise du XIe au XIIIe siècle » et « Montreuil dans ses murs », dans : Béthouart 2008, p. 59-111.

Routier 2010 : ROUTIER (J.-Cl.), Bierne, Rue des Fleurs, La Fleur des Champs III, Rapport de diagnostic, INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2010.

Routier 2012a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Jardin du presbytère – ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Archéologie médiévale, 42 (2012), p. 245-247.

Routier 2012b : ROUTIER (J.-Cl.), Beutin, Parcelles ZA 82p et 83p, Route départementale 146, Le camp Saint-Pierre, Rapport de diagnostic, INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2012.

Routier 2013a : ROUTIER (J.-Cl.), « La céramique carolingienne de La Calotterie (Visemarest) », dans : Mouny (S.) [dir.], Des productions céramiques de l’époque gallo-romaine à la Renaissance, Actes des journées d’étude sur les productions céramiques (Amiens et Fosses, 2008, 2009 et 2010), Revue archéologique de Picardie, 1/2 (2013), p. 73-102.

Routier 2013b : ROUTIER (J.-Cl.), « Le caveau seigneurial des Monchy dans le chœur de l’église de Montcavrel », Mémoire d’Opale, 5 (2013), p. 41-50.

Routier 2014 : ROUTIER (J.-Cl.), « Découvertes gallo-romaines et mérovingiennes dans le Pas-de-Calais à Beaurainville, Beutin, Conteville-en-Ternois, Bloville, Ouve-Wirquin et Cormettes », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 32 (2014), p. 63-84.

Routier 2016 : ROUTIER (J.-Cl.), Bierne, La Fleur des Champs III, Rapport de fouille, INRAP Nord-Picardie, Amiens, 2016.

Routier 2018a : ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais). Rue Carnot », Archéologie médiévale, 48 (2018), p. 221.

Routier 2018b : ROUTIER (J.-Cl.), « L’ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve de Montreuil d’après les fouilles de 2009-2011 », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 35 (2018), p. 5-42.

Routier 2018c : ROUTIER (J.-Cl.), « Entre Moyen Âge et Modernité : les embrasures de bouches à feu du château de Montcavrel, aux remparts de Montreuil et dans la motte de Guînes », dans : Byhet (Th.), Aubry (Ch.) [dir.], Places-fortes des Hauts-de-France, volume 1 : Du littoral à l’arrière-pays (Pas-de-Calais et Somme). Actualités et recherches inédites, Publications de l’IRHiS, Collection : Histoire et littérature du Septentrion : 57, Villeneuve d’Ascq, 2018 <https://books.openedition.org/irhis/1344>.

Routier 2019 : ROUTIER (J.-Cl.), Étaples-sur-Mer, Le Bel Air, Angle Boulevard Bigot, Rapport de diagnostic, INRAP Hauts-de-France, Glisy, 2019.

Routier 2020 : ROUTIER (J.-Cl.), Étaples, Route de Fromessent, Rapport de diagnostic, INRAP Hauts-de-France, Glisy, 2020.

Routier 2021 : ROUTIER (J.-Cl.), « Pour un bilan archéologique : 30 années de recherche à Montreuil (1987-2017) », dans : Byhet (Th.), Aubry (Chr.] [éd.], Entre Boulonnais et Picardie : Estaples sur la mer aux époques médiévale et moderne, Actes du 4e colloque historique de la ville d’Étaples (16 novembre 2019), Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion : 65, Villeneuve d’Ascq, 2021 (à paraître).

Routier et al. 2011 : ROUTIER (J.-Cl.), DELMAIRE (R.), LEPETZ (S.), COLLART (J.-L.), « Le site gallo-romain de Wolphus à Zouafques (62) », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 2011-5, n° 393, p. 79-165.

Routier et al. 2016 : ROUTIER (J.-Cl.), BARBET (P.), FOUCRAY (Br.), « Bilan des opérations archéologiques de l’Inrap à La Calotterie (2005-2007) », dans : Leroy, Verslype 2016, p. 217-254.

Routier, Barret, Mangeon 2000 : ROUTIER (J.-Cl.), BARRET (M.), MANGEON (G.), Montreuil-sur-Mer, Anciennes imprimeries Henry, Rapport de sondages, AFAN, Amiens, 2000.

Routier, Landriu 1976 : ROUTIER (J.-Cl.), LANDRIU (J.), « Un site néolithique au Ménage d’Alette », Bulletin Historique du Haut-Pays, 11 (1976), p. 69-76.

Routier, Legoux, Thuillier 2008 : ROUTIER (J.-Cl.), LEGOUX (R.), THUILLIER (Fr.), « La nécropole mérovingienne de Bloville (commune de Campagne-les-Hesdin, Pas-de-Calais) », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 2008-5, n° 378, p. 93-156.

Routier, Leleu 1992 : ROUTIER (J.-Cl.), LELEU (P.), « Le château des Comtes de Saint-Pol à Frévent : histoire et archéologie », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 13-2 (1992), p. 525-526.

Routier, Révillion 2007 : ROUTIER (J.-Cl.), RÉVILLION (St.), « Le site gallo-romain des « Trente » à Attin (Pas-de-Calais) : une occupation du Bas-Empire en vallée de Canche », Revue du Nord – Archéologie de la Picardie et du Nord de la France, 2007-5, n° 373, p. 89-100.

Routier, Thuillier 1995 : ROUTIER (J.-Cl.), THUILLIER (Fr.), « La nécropole mérovingienne de Bloville (Campagne-les-Hesdin, Pas-de-Calais) : premiers résultats », Revue du Nord – Archéologie, 77 (1995), n° 313, p. 185-198.

Routier, Thuillier 1998 : ROUTIER (J.-Cl.), THUILLIER (Fr.), « Des imitations de sigillée Drag. 45 (Chenet 328-330) dans la villa gallo-romaine de Zouafques », Bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 16 (1998), p. 3-12.

Schirrer 2017 : SCHIRRER (D.), « Un siècle de fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer », Nordoc’ Archéo, mis en ligne le 28 avril 2017 <https://nordoc.hypotheses.org/2474>.

 


Notes de la deuxième partie :

[1] Les contacts transmanche aux Ve-VIIe siècles à travers la présence du mobilier de type mérovingien dans le sud-est de l’Angleterre, thèse soutenue en 2015 à l’Université de Paris X-Nanterre.

[2] En 1987, à Offin (Pas-de-Calais), l’ouverture d’une petite carrière de craie a révélé l’existence d’un cimetière mérovingien des VIe-VIIe siècles, dont 68 sépultures ont été fouillées en 1992. Voir Routier 1993c et Legoux, Routier 2006.

[3] Voir, ci-dessous, la question relative aux recherches effectuées à Montreuil.

[4] Vaiana Vincent est archéologue céramologue à l’INRAP.

[5] Laurent Verslype est professeur d’archéologie à l’Université Catholique de Louvain et directeur du Centre de recherches d’archéologie nationale de l’UCL.

[6] Voir Lebecq, Béthouart, Verslype 2010.

[7] Hamwic ou Hamtun, le futur Southhampton, est un port important de la période anglo-saxonne (Ve-XIe siècle). Voir Rance 1986.

[8] Un emporium est un comptoir maritime.

[9] Ancien port situé dans le delta du Rhin aux Pays-Bas. Voir Coupland 2002.

[10] Fouille préventive effectuée au hameau de Visemarais à l’emplacement d’un projet de lotissement. Voir Cense-Bacquet 2010.

[11] Jean Couppé (1926-2008) était le fondateur de l’association archéologique Quentovic et du musée du même nom à Étaples (aujourd’hui fermé).

[12] Sur les sépultures découvertes en 1977 et 1981 à La Calotterie (Pas-de-Calais), voir Leman 1981 et 1982.

[13] Assistante de recherche à l’Université catholique de Louvain.

[14] Ingénieur et géomaticien à l’INRAP, de 2008 à 2011, ingénieur d’études au SRA Picardie de 2011 à 2016, aujourd’hui au CNRS.

[15] Archéozoologue à l’INRAP et entomologiste.

[16] Routier 2021 (à paraître).

[17] Frédéric Lemaire est archéologue à l’INRAP. Il a été responsable de nombreuses fouilles, notamment celle des camps napoléoniens d’Étaples : le camp du Puits d’Amour a été fouillé en 2005 ; d’autres fouilles ont eu lieu en 2009 (route de Fromessent) et 2010 (Domaine du Chemin des Prés).

[18] Né à Montreuil, Lucien Vasseur était passionné par l’histoire de sa ville natale, notamment l’histoire militaire. Il a réuni une grande quantité de données (plans, articles, coupures de presse) dont il a fait don aux archives départementales du Pas-de-Calais et au musée de Montreuil.

[19] Tarek Oueslati est archéozoologue, chargé de recherches au CNRS (HALMA – Université de Lille).

[20] Béthouart 1998.

[21] Routier 2018b.

[22] Voir Routier 1993b.

[23] Voir Routier, Barret, Mangeon 2000.

[24] Le château d’Arques-la-Bataille est un ancien château fort, de la première moitié du XIIe siècle, remanié à plusieurs reprises, aujourd’hui en ruine, dont les vestiges se dressent sur la commune française d’Arques-la-Bataille dans le nord du département de la Seine-Maritime, en région Normandie.

[25] La motte castrale de Beaurain-Château (2 ha) est située sur le versant sud de la vallée de la Canche, sur la commune de Bearainville (Pas-de-Calais) : au XIe siècle, le prince anglais Harold y fut gardé en captivité. Au XIIe siècle, un château en pierre se substitua à la motte castrale.

[26] Gérard Sivery (1925-2012), spécialiste du monde rural médiéval, a été professeur à l’Université de Lille.

[27] Le château de La Montoire est situé sur la commune de Zutkerque (Pas-de-Calais).

[28] Gérard Fosse (1948-2019), paléolithicien, fut conservateur régional de l’Archéologie à la Direction Régionale des Affaires Culturelles du Nord – Pas-de-Calais de 1991 à 2011. Voir l’hommage qui lui a été consacré : https://nordoc.hypotheses.org/8881.

[29] Élisabeth Magnou-Nortier, spécialiste de la fiscalité médiévale, a été professeure d’histoire à l’Université de Lille.

[30] Les XXVe Journées internationales d’archéologie mérovingienne, organisées par l’AFAM, avaient pour thème : Villes et campagnes en Neustrie (IVe-Xe siècles) : sociétés, économies, territoires, christianisation.

[31] Il s’agit de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne fondée en 1979 : elle a pour but l’étude des vestiges et problématiques de la période mérovingienne.

[32] Ce colloque, tenu en octobre 2014, avait pour thème : Communauté des vivants, compagnie des morts.

[33] La nécropole d’Houplin-Ancoisne (Nord) a été découverte lors d’un diagnostic de l’INRAP en 2005 et fouillée en 2009 par le Service archéologique de Seclin.

[34] La nécropole de Lesquin (Nord) a été découverte par un diagnostic sur l’emprise d’une ZAC en 2006 et fouillée en 2008 par l’INRAP.

[35] La nécropole de Marquette-lez-Lille (Nord) a été découverte lors d’un diagnostic de l’INRAP en 2004 sur l’emprise d’une ZAC et fouillée en 2005-2006 par la société privée Archéopole.

[36] Henry-Paul Eydoux (1907-1986) était un fonctionnaire français, homme de lettres et résistant. Il a publié plusieurs ouvrages de vulgarisation d’histoire et d’archéologie dont À la découverte des mondes perdus, chez Larousse, en 1967, et L’archéologie, résurrection du passé, chez Perrin, en 1970.

[37] Éric Belot, décédé en 2016, a été archéologue municipal de Boulogne-sur-Mer de 1990 à 2001 : à la suite de Claude Sellier, il a fouillé les casernes romaines de la Classis Britannica.

[38] Luc Vallin, paléolithicien, est conservateur du Patrimoine au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France.

[39] Claude Sellier (1935-2009) a été professeur d’histoire-géographie et conservateur du Musée de Boulogne-sur-Mer :  durant sa carrière, il a fouillé plusieurs sites sur la Côte d’Opale et a étudié plus particulièrement les vestiges romains de la classis Britannica à Boulogne.

[40] Étienne Louis a été archéologue municipal à Douai, aux côtés de Pierre Demolon, puis directeur du Musée Arkéos : c’est un spécialiste du Moyen Âge.

[41] Spécialiste du haut Moyen Âge et du port de Quentovic (La Calotterie, Pas-de-Calais), Stéphane Lebecq a été professeur d’histoire médiévale à l’Université de Lille 3 de 1993 à 2009.

[42] Roland Delmaire a enseigné l’histoire romaine à l’Université de Lille 3 de 1970 à 2006. Il a dirigé la publication des volumes de la Carte archéologique de la Gaule consacrés au Nord et au Pas-de-Calais. Il est également connu pour ses travaux d’épigraphie et surtout de numismatique.

[43] Un diagnostic réalisé par l’INRAP à Marquise (Pas-de-Calais), en octobre 2017, préalablement à la construction d’un bâtiment public et d’une piscine, a mis au jour un site du Haut-Empire dont la fouille a été confiée par l’aménageur au service archéologique départemental du Pas-de-Calais l’année suivante.

[44] Pierre Barbet était archéologue à l’INRAP : il est décédé en 2018.

[45] Mis au jour lors d’un diagnostic réalisé par Jean-Claude Routier en 2009, le site Bas-Empire de Nempont-Saint-Firmin (Pas-de-Calais) a été fouillé par la société Archéopole en 2010 ; la nécropole attenante au site d’habitat a été mis au jour à la fin de l’opération de fouille préventive.

[46] Un diagnostic réalisé en 2016 par l’INRAP sur l’emprise d’un projet de ZAC à Douchy-les-Mines (Nord) a mis au jour une carrière de craie antique qui a été fouillée en 2017 par le service archéologique de la Communauté d’Agglomératiuon du Douaisis.

[47] À Estrée (Pas-de-Calais), près d’Estréelles, le creusement d’un étang en 1984 et l’aménagement des berges en 1987 ont permis d’observer un tronçon de la voie romaine Amiens-Boulogne.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search