Mémoires d’archéologues. Chap. 10 : Jean-Claude Routier : Passion(s) Archéologie (1ère partie)

Avant-propos
La série Mémoires d’archéologues se poursuit aujourd’hui avec le portrait de Jean-Claude Routier, archéologue et responsable d’opérations à l’Inrap Hauts-de-France, qui nous raconte son parcours, ses souvenirs et les découvertes qu’il a faites sur les différents chantiers qu’il a menés ou auxquels il a participé.
Nous le remercions d’avoir bien voulu nous consacrer le temps nécessaire à cette interview : il a su nous transmettre toute la passion de son métier.
Cet article, illustré de photos et agrémenté d’extraits de l’enregistrement, sera publié en deux chapitres.
Le premier, plus chronologique, présentera la naissance de la vocation de Jean-Claude Routier pour l’archéologie, les débuts et les grandes étapes de sa carrière.
Le second sera consacré à ses chantiers de prédilection et à ses thématiques de recherche. Il sera publié dans les deux ou trois jours qui suivent la publication du premier chapitre.
La bibliographie commune aux deux chapitres sera diffusée à la fin de la deuxième partie.
Bonne découverte !

Cet article a été rédigé par Karine Delfolie, Thomas Byhet et Luc Vallin ; avec la collaboration de Géraldine Faupin (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie).

Né le 10 octobre 1959, à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), Jean-Claude Routier se passionne très tôt pour l’archéologie et l’histoire, et particulièrement celles des communes de son territoire natal : Alette, Montcavrel, Montreuil-sur-Mer. En 1975, encore adolescent, il entreprend des fouilles sur le château de Montcavrel. De 1976 à 1985, il acquiert davantage d’expérience sur les chantiers archéologiques des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Parallèlement à ces premiers chantiers, il entreprend des études d’archéologie médiévale à l’Université de Lille : il les poursuivra jusqu’au DEA. En 1983-1984, il devient objecteur de conscience et continue à pratiquer l’archéologie, en Bourgogne d’abord, puis dans le Nord. En 1980, il obtient ses premiers contrats à l’Afan et, dès lors, ne s’arrête plus de fouiller : dans les années 1980 et 1990, il participe à de nombreux chantiers archéologiques, aussi bien sur les grands travaux qui ont marqué le territoire régional, comme le TGV Nord dès 1988, que sur des fouilles urbaines, à l’exemple de celles conduites à Saint-Omer entre 1995 et 1998 ; à partir des années 2000, il intègre l’INRAP et mène plusieurs diagnostics et fouilles archéologiques dans la région. Ses sites de prédilection restent Montreuil-sur-Mer, sa ville natale, et le littoral : il s’y consacre dès qu’il le peut. Ses nombreuses passions, parmi lesquelles se trouvent l’écriture et la musique, l’amènent à s’intéresser également à la céramique, ainsi qu’aux faits fortifié et funéraire de la région aux époques médiévale et moderne. Jean-Claude Routier a également mené une vie associative importante : il a été, par exemple, vice-président de l’association Sub Artésia, dès la fondation de cette dernière. Pour son expertise et ses connaissances archéologiques régionales, il est fréquemment sollicité pour présenter le résultat de ses recherches dans de nombreux colloques et on ne compte plus ses publications dans les revues archéologiques nationales, régionales et locales, telles que la Revue du Nord, par exemple. Sa prochaine publication sera consacrée à Montreuil-sur-Mer et présentera un état des lieux de 30 années d’archéologie menées dans cette ville.

Fig. 1. Jean-Claude Routier lors de l’interview en juillet 2020 (Photographie : Th. Byhet, SRA Hauts-de-France).

Cette interview a été conduite par Karine Delfolie, Géraldine Faupin, Thomas Byhet et Luc Vallin (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie) au Salon de Flore de la DRAC Hauts-de-France, à Lille, le 3 juillet 2020.

Avertissement : nous avons délibérément décidé de garder un style oral à cette interview afin de rester dans l’esprit de la série de portraits d’archéologues de la région disponibles sur Nordoc’Archéo : Mémoires d’archéologues.

*
* *

Peux-tu nous décrire tes années de formation ? Qu’est-ce qui t’a amené à l’archéologie ?

Je peux dire que je suis tombé dans l’Archéologie lorsque j’étais jeune encore. À l’école primaire, notre instituteur avait exposé des silex préhistoriques sur une table, ce qui m’a tout de suite intéressé.

Puis, en 1973, un ami, fils de cultivateur, m’a montré une série de haches en pierre polie trouvées dans un champ à Alette[1], au lieu-dit Le Mont Fayel, et ça m’a passionné. C’est ainsi que j’ai commencé à y faire de la prospection pendant plus de 30 ans. Il s’agissait d’une station néolithique qui présentait une remontée abondante d’outils en silex. J’ai publié un article[2] sur le site après avoir montré les silex à une collègue spécialiste du Néolithique, Françoise Bostyn[3].

Dès l’âge de 15 ans et demi, j’ai surtout commencé à faire des fouilles sur le donjon du château de Montcavrel[4], grâce à la bienveillance du propriétaire de l’époque : c’était une fouille menée avec la « bénédiction » du propriétaire des lieux.

Fig. 2. Jean-Claude Routier sur le site du château de Montcavrel (Pas-de-Calais) en 1977 (Collection : J.-Cl. Routier).

Parallèlement, j’ai eu le bonheur d’avoir le même professeur en 6e et en 3e, Jacky Landriu[5] qui m’a encouragé et m’a dit : « Vous voulez faire de l’archéologie ? C’est bien ! Mais il va falloir se retrousser les manches ! ». Apprenant que je faisais des fouilles « clandestines », il m’a mis en contact avec Pierre Leman[6] pour me rappeler la législation. En août 1975, Jacky Landriu est venu voir mon chantier de fouilles accompagné de Pierre Leman et d’un autre professeur du Comité d’Histoire du Haut-Pays[7] qui me connaissait, car j’avais rejoint cette association. Ils ont vu les stratigraphies et l’importance du travail réalisé. Pierre Leman m’a incité à apprendre davantage et à faire des stages.

À partir de ces années-là, j’ai enchaîné différents stages sur des chantiers archéologiques. Dès 1977, j’ai pu faire un premier stage à l’abbaye de Vauclair[8]. Puis, à nouveau là en 1978 et 1979, et j’ai poursuivi à l’abbaye de Saint-Jean-des-Vignes de Soissons[9], avec le Père Courtois[10]. J’ai commencé des stages AFAN[11] à Ribemont-sur- Ancre[12] en 1979, puis à la Delle Saint-Martin de Mondeville[13] avec Claude Lorren[14] en 1980. Là, j’ai été initié à l’archéologie du haut Moyen Âge. Puis je suis retourné à Ribemont-sur-Ancre toujours en tant que stagiaire AFAN en 1981, puis comme bénévole en 1985.

Parallèlement, j’ai commencé en 1978 de longues études à l’université de Lille. J’ai obtenu mon DEUG d’histoire en 4 ans, car je continuais en même temps les fouilles sur le château de Montcavrel jusqu’en 1982, date à laquelle il a été mis en vente.

Quel rôle ont joué Pierre et Germaine Leman dans la première partie de ta carrière ?

Je leur dois beaucoup ! En 1980, j’ai eu mon premier contrat de vacations avec Germaine Leman[15] et j’ai travaillé sur le chantier archéologique de la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq sur vacations pendant les étés 1981 et 1982[16].

Puis, dans le cadre de mon service national, que j’ai effectué comme objecteur de conscience, je suis parti à Dijon à la Direction des Antiquités historiques de Bourgogne, avec Henri Gaillard de Sémainville[17]. J’ai eu la chance d’être initié par lui à l’archéologie mérovingienne. J’ai appris à dessiner les plaques-boucles mérovingiennes. Nous avons fait des interventions sur des nécropoles mérovingiennes : on a découvert des tombes de chefs à Renève[18] ; j’ai aussi fouillé à Sens[19]. Je logeais dans un foyer de jeunes travailleurs parce que la solde n’était pas très élevée et arrivait souvent en retard. Nous dépendions à l’époque du Ministère de la Solidarité nationale.

Puis, j’ai souhaité rentrer dans le Nord afin de reprendre mes études d’histoire, avec option « histoire de l’art ». J’ai suivi les cours passionnants de Jacques Thiébaut[20]. J’ai donc pu faire ma deuxième année d’objection à Lille en 1984 tout en poursuivant mes études, ce que souhaitait Pierre Leman. J’ai obtenu ma licence en 1985, puis ma maîtrise en 1986. Germaine Leman a continué à me faire travailler à Houplin-Ancoisne[21] sur la période gauloise durant les étés 1986 et 1987. Mon premier contrat en binôme, c’est lors de la prospection sur le tracé de l’A26 avec Freddy Thuillier[22] à Ardres en 1985 : c’était un contrat bizarre ! Pierre Leman nous avait donné un chèque pour nos dépenses hebdomadaires ! Comme quoi, ça a bien changé… C’était par l’intermédiaire de l’association APAR[23] qui était gérée par Louis Jeanson[24].

Fig. 3. Jean-Claude Routier et Jean-Alain et Marie-France Acquart sur le site du château de Frévent (Pas-de-Calais) (Collection : Photothèque SRA Hauts-de-France).

1987 a été une année heureuse où tout a vraiment démarré. J’ai obtenu des contrats grâce à Pierre Leman, mon mentor. J’ai travaillé ainsi à Saint-Pol-sur-Ternoise, à la Chapelle des Sœurs Noires[25] avec le couple Acquart[26], puis à Tournehem-sur-la-Hem[27] sur le déblaiement des souterrains de la porte du château qui devait être aménagée par un privé : c’est un beau dispositif défensif, entre porte fortifiée et château. À Tournehem, j’ai également exploré des carrières souterraines découvertes à l’occasion de la création d’un lotissement : un effondrement de surface a révélé un immense réseau fossilisé de carrières de pierres. C’est ainsi que j’ai rencontré Guy François[28] et, ensemble, nous avons créé l’association Sub Artésia[29] en 1988. Elle a existé jusqu’en 2011, j’en ai été le vice-président, mais Guy François a vraiment été la locomotive de cette association.

Il est vrai que la vie associative est une part importante de ma vie. J’ai participé activement à de nombreuses associations en tant que bénévole : par exemple, l’association des Amis de Guînes[30] ou l’association des Amis de Montreuil[31]. Avec Sub Artésia, j’ai aussi participé à des fouilles ou à des vidages de caves comme à Fressin[32] en 1995-1996, et de souterrains-refuges à la ferme de Filescamp[33], à Penin[34] et à Gouy-en-Ternois[35], ainsi que les souterrains de Marœuil[36] de 1990 à 1993.

Fig. 4. Redécouverte du souterrain seigneurial de Fressin (Pas-de-Calais) (Photographies : haut : Guy François – bas : Jean-Claude Routier)


Que retiens-tu de ton expérience des grands travaux ? Le Transmanche (Fréthun) et le TGV Nord, par exemple ?

Après l’année-charnière de 1987, j’ai eu une période active de 1988 à 1997. Elle commence avec la phase des grands travaux. C’est notamment, l’opération du Transmanche[37] et celle du TGV Nord[38] de 1988 à 1991, à vrai dire les premiers contrats longs. Jusqu’alors, j’avais eu des contrats de fouille d’un mois de terrain environ, mais le travail de post-fouille était à faire en plus, bénévolement.

La période des grands travaux a été une période pionnière, très captivante. Ainsi, on a fouillé au moins 3 sites importants à Fréthun et, au total, plus d’une vingtaine, toutes périodes confondues dans l’emprise du Tunnel. J’ai pu ainsi faire de l’archéologie médiévale, surtout funéraire et mérovingienne, avec notamment la nécropole de Fréthun[39] dont la maquette de publication est prête depuis longtemps : le site n’est pas encore publié, mais le rapport complet, diffusé en pdf, a été beaucoup demandé et utilisé. On voyait bien que l’archéologie commençait à se professionnaliser à cette époque-là par l’embauche de contractuels CDD.

Fig. 5. Jean-Claude Routier sur le site de Ruminghem (Pas-de-Calais), lors des fouilles du TGV Nord, en novembre 1989 (Collection : J.-Cl. Routier).


Quelle a été la suite de ton parcours ? Pourrais-tu qualifier celui-ci de linéaire ? De classique ?

De 1991 jusqu’à la fin de l’année 1994, s’ouvre la phase de Montreuil et les fouilles de sauvetage urbaines, réalisées presque en solo. C’est vrai que mon parcours n’a pas été linéaire et classique. Après la période des grands travaux cités précédemment, j’aurais dû enchaîner les contrats longs AFAN pour assurer ma carrière, mais j’ai préféré profiter des opportunités de fouilles urbaines à Montreuil, car je suis très attaché à ma ville natale. J’ai participé à la fouille de l’église Saint-Walloy[40] et à la restauration des remparts[41]. J’ai pu bénéficier d’un contrat du service des Monuments historiques grâce à l’Architecte en chef, Étienne Poncelet[42], en 1992. Et puis, de mai à septembre 1994, j’ai organisé le chantier du cloître de Saint-Saulve[43] sur lequel devait être bâtie l’annexe de la mairie. Je recrutais les bénévoles dont quelques-uns ont eu un contrat avec la municipalité spécialement pour ce chantier de fouille. Le rythme était dense avec des résultats concluants. Les services de la DRAC ont dû batailler, parce que le maire de l’époque voulait échapper à la fouille, alors qu’il y avait là une occupation du Xe au XVIIe siècle. Aujourd’hui, le rapport est rédigé. Une anecdote : c’est au début de cette fouille, en mai 1994, que j’ai été asphyxié au gaz dans la base de fouille par le chauffe-eau. J’ai été hospitalisé, mais deux jours après je reprenais le chantier de Saint-Saulve. Eh oui, ce sont aussi les risques du métier ! Quelques années auparavant, lors d’un décapage sur le TGV Nord, à Ruminghem, j’ai pris un coup de pelle mécanique à la tête, heureusement sans gravité… Mais je garde le souvenir d’un chantier mené avec empressement et dans une certaine frénésie.

En septembre 1994, Hervé Barbé[44] m’a permis d’enchaîner un autre chantier, celui du cimetière de Bloville[45]. Le Mérovingien a toujours été ma période de prédilection. Il faut dire que j’avais été impressionné par le cimetière de Preures[46]. Et la fouille du cimetière de Fréthun en 1988 avait été une apothéose en quelque sorte ! Pour en revenir à ce site, la nécropole de Fréthun était énorme et on y a mis les moyens : on a pu fouiller 270 tombes. J’ai dû quand même laisser 30 tombes parce que je partais en congé. Le cimetière de Bloville ne faisait lui qu’une centaine de tombes, implantées dans le limon, sur le tracé de la N39 entre Hesdin et Montreuil.

Après les grands travaux en contexte rural, a commencé la période des fouilles urbaines. De 1995 à 1997, j’ai fouillé à Saint-Omer sous la conduite d’Hervé Barbé (chantiers du quai des Salines, du Vainquai, des Abattoirs). 1997 a été une année difficile à cause des grèves. Les archéologues protestaient contre la privatisation de l’archéologie, mais on a quand même diagnostiqué, puis fouillé le rempart du Lycée Monsigny[47], on a organisé des expositions sur place et fait de l’initiation archéologique en milieu scolaire. Cette période de Saint-Omer a été importante et déterminante pour accumuler des contrats. Au bout de ces trois années, j’ai eu mon premier contrat à durée indéterminée, le 1er décembre 1997.

C’est à ce moment-là aussi que j’ai vraiment ressenti l’urgence de la professionnalisation de l’archéologie, dans la mesure où le CDI, tout en garantissant un revenu régulier, entraîne aussi une obligation d’affectations, pas toujours choisies à l’avance. Mais en même temps, on s’ouvre sur le milieu professionnel et l’on est plus en contact avec la réalité pour travailler.

En 1998, l’année a été difficile. Le contexte à Saint-Omer était délicat avec une remise en cause par le biais de la concurrence d’Yves Beauchamp[48] et entraînant une grosse grève. Mes relations avec le Service régional de l’Archéologie se sont tendues également.

C’est l’époque où j’ai commencé à retravailler sur la période tardo-antique. Sans le vouloir, j’ai pris un abonnement pour la période du Bas-Empire avec Cambrai[49], Zouafques[50] et, quelques années plus tard, Attin[51]. Mais je me sens avant tout médiéviste par ma formation et la majorité des fouilles que j’ai pu mener ou auxquelles j’ai pu participer. Cela est dû à ma formation, bien sûr, mais également à la valeur de quelques sites qui m’ont marqué comme la motte de Guînes[52] en 1993 ou le site fortifié de Frévent[53] en 1989, par exemple : ce dernier fait partie des petits contrats des premières années.

Puis, il y a eu Montreuil qui n’a cessé de m’occuper pendant 30 ans, de 1987 à 2017. J’ai eu l’occasion de présenter le bilan de ces fouilles lors du colloque organisé à Étaples, le 16 novembre 2019[54]. J’ai suivi 29 opérations différentes à Montreuil, mais j’ai participé également à des explorations et des inventaires de caves et de carrières souterraines. J’ai commencé par des études d’impact demandées avant sondages et travaux comme pour la restructuration du lycée Woillez[55] et le front ouest des remparts de La Madeleine (Étienne Poncelet).

Fig. 6. Jean-Claude Routier dans la cave-ossuaire de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 1991 (Collection : J.-Cl. Routier).

Il y a eu deux aspects dans mon parcours professionnel : d’un côté, un attachement à l’archéologie de terroir pendant des années, jusqu’à être salarié quelques mois par la mairie de Montreuil ; de l’autre, un parcours structuré par des missions CDI. Marc Talon[56] m’avait d’ailleurs dit sur un chantier à Thérouanne que je faisais de « l’archéologie de maçon », parce qu’il avait l’impression que je « cassais le métier » en ne suivant pas le parcours de l’AFAN. Cette période m’a beaucoup épanoui, avant de suivre un chemin plus classique comme la plupart de mes collègues de l’AFAN. La réorganisation des services archéologiques[57] depuis 1991 a permis de cadrer les choses.

Les premières années CDI ont été des années difficiles, à cause de relations compliquées avec le Service régional de l’Archéologie. J’étais technicien. Pour autant, je n’ai jamais refusé une affectation : tout m’intéressait ! Après quelques opérations de diagnostics comme responsable en Basse-Normandie (Caen, Lisieux, Rouen) au printemps 2000, je suis rentré dans ma région d’attache. Je suis allé sur de nombreux chantiers, y compris en Picardie, et j’ai connu presque tous les responsables d’opérations. J’ai fouillé sur l’A29, dans le Nord, à Solesmes[58], dans l’Oise, à Laversines[59]. Au total, et à mes 60 ans, j’ai à mon actif 317 opérations : 289 en Nord-Pas-de-Calais, dont 138 diagnostics ; j’ai fait 22 fouilles en tant que responsable d’opérations aussi, mais je n’ai jamais été coordonnateur ou second d’un projet d’envergure. On ne se refait pas : j’étais à l’aise comme chef de chantier avec une petite équipe pour davantage ressentir le côté artisanal de l’archéologie de terrain.

J’ai toujours trouvé de l’intérêt partout, mais moins sur les grandes opérations planifiées comme à Onnaing – Toyota[60] en 1998 sur la plateforme Delta 3 à Dourges[61] en 2002. Après avoir fait du funéraire, j’avais envie de faire de l’habitat du haut Moyen Âge et j’ai pu travailler pendant 3 mois avec Isabelle Cattedu[62], à Dourges. Ce n’est pas toujours si simple, tu es là juste pour exécuter, tu prends sur toi. Il faut une forte capacité de résilience et une grande foi dans le métier pour tenir en tant que technicien pendant 4 ans. Mais en même temps, tu vas aider sur les chantiers qui en ont besoin : la semaine prochaine [juillet 2020], par exemple, je suis libre 4 jours, et je vais à Méaulte[63] comme renfort. C’est aussi comme ça que le métier fonctionne !


Le début des années 2000 coïncide avec les années INRAP pour toi ?

Oui ! Avec les années 2000 s’ouvre la phase INRAP qui, de 2002 à 2020, se divise en 3 grandes périodes :

  • À partir de 2003, j’ai de nouveau des autorisations de fouille et je réalise de gros diagnostics sur le terrain, dont certains plus sensibles à Attin et La Calotterie, en binôme avec Pierre Barbet sur le site présumé de Quentovic[64]: ces sites feront l’objet de fouilles plus étendues entre 2005 et 2010.
  • À partir de 2012, et suite au diagnostic de la villa gallo-romaine de Beutin[65], s’en sont suivies cinq années de post-fouille pendant lesquelles ont été repris et finalisés les différents rapports des fouilles précédentes (la Calotterie, Attin, Bierne)[66]. Il s’agissait souvent de formaliser des rapports qui existaient déjà en partie, mais les reprendre est utile.
  • Depuis 2017, je suis à nouveau sur le terrain, mais je consacre aussi du temps à la recherche sous forme de jours PAS[67] dont la quotité devient plus importante au fil des ans. Depuis quelques années, la plateforme de recherche @GIR[68] me permet de suivre ou de porter deux projets collectifs de recherche (PCR)[69]. Je crois avoir 60 publications de plus ou moins grande importance à mon actif. Je ne conçois pas de réaliser des fouilles importantes sans les publier : c’est la finalité de notre métier !

Fig. 7. Jean-Claude Routier sur le diagnostic archéologique de Nouvelle-Église (Pas-de-Calais) en octobre 2020 (Photographie : Ph. Hannois, SRA Hauts-de-France).


Comment as-tu vécu la professionnalisation de l’archéologie ?

Sur le chantier du TGV, par exemple, on a vu défiler tour à tour les différents spécialistes, des sédimentologues, des anthracologues, des archéozoologues aussi… ça a révolutionné le métier en apportant tout un lot d’informations sur les milieux et l’environnement des sites ! Ça nous a servi par la suite lorsqu’on a sorti les poutres en bois, les pieux de berges du Xe siècle à Saint-Omer[70] quelques années plus tard. On a pu faire de la dendrochronologie à l’année près pour les Xe et XIIIe siècles sur plusieurs pieux et poutres mis au jour. Aujourd’hui, on a de plus en plus recours au C14 et autres méthodes pour éclairer le paléo-environnement, etc. Au départ, je n’avais pas trop le déclic pour faire des prélèvements, mais avec la fouille de Bierne en 2011, il y avait beaucoup de sédiments humides et il a bien fallu qu’on les prélève dans des seaux. La palynologue y a repéré énormément de pollens et a pu retracer le paysage du site à l’époque carolingienne. On a beaucoup utilisé la dendrochronologie pour les analyses à Saint-Omer, lors des fouilles du quai des Salines et de la rue Foch[71]. Même chose sur le site de l’Esplanade, mais dans une moindre mesure[72] !


Selon toi, la mécanisation a-t-elle constitué un apport indéniable dans la conduite des chantiers archéologiques ?

La mécanisation est arrivée rapidement avec les grands travaux : incontournable ! Au début, cette utilisation a été décriée par les adeptes de la fouille manuelle. J’ai utilisé la pelle mécanique la première fois en 1989 lors du diagnostic sur le château de Frévent : c’était nécessaire ! La pelle a permis de déblayer la végétation au-dessus des murs et de dégager la courtine du château. Je n’avais pour cela qu’un mois de contrat ! Une fois le terrain déblayé, la fouille des vestiges a pu commencer efficacement : j’ai travaillé avec une pelle légère bien sûr ! Lors des fouilles du Transmanche, on ne pouvait rien voir si on ne décapait pas suffisamment profond au godet mécanique lisse. Je l’ai utilisée aussi à Tournehem-sur-la-Hem pour réaccéder à un puits de carrières. Sur le TGV, on faisait des tracés linéaires : ça allait vite ! Je ne sais plus exactement combien on a fait en longueur, mais ça nous a permis de tenir les délais, de sonder les 120 km en 3 mois.

Aujourd’hui, il faut avoir le bon godet lisse, et surtout la bonne largeur pour diagnostiquer les 10 % du terrain ! Récemment, à Étaples[73], j’ai eu un godet de 2,40 m, mais avec le nombre de jours alloués, j’aurais aimé faire une tranchée supplémentaire à un endroit problématique : je n’ai fait que 9 %, mais, de toute façon, sur le terrain, on est dans un tourbillon, il faut gérer plusieurs choses et l’on peut passer à côté d’un indice capital même avec l’expérience.

Depuis 2017, j’ai fait 7 ou 8 diagnostics assez diversifiés dans la région : je ressors toujours un peu frustré. On veut trop bien faire pour ne pas passer à côté de quelque chose. Je me dis toujours que je suis parti trop vite du terrain… Il y a une sorte de fuite en avant ! On est souvent pressé par le temps. Par exemple, sur le site du Bel Air, à Étaples[74], sur lequel Françoise Bostyn est passée l’an dernier, il fallait absolument étudier le site Néolithique ancien. On a un peu laissé de côté la décharge de la Première Guerre mondiale : c’était très intéressant aussi puisque c’était le camp britannique de la Croix-Rouge. Mais il fallait faire des choix : on doit caractériser les vestiges sur une surface précise. Avec la pelle, on a fait les bons sondages aux bons endroits.

Fig. 8. Jean-Claude Routier sur le site de la nécropole de Fréthun (Pas-de-Calais) en 1988 (Collection : Photothèque SRA Hauts-de-France)


Notes de la première partie :

[1] Alette (Pas-de-Calais), à 8 km au nord-est de Montreuil-sur-Mer.

[2] Routier, Landriu 1976.

[3] Françoise Bostyn, spécialiste du Néolithique et de l’industrie lithique, a été archéologue à l’INRAP. Elle est actuellement professeure à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Voir, dans la même collection, le portrait qui lui est consacré : https://nordoc.hypotheses.org/3597.

[4] Malgré son nom, le château de Montcavrel est situé sur la commune voisine d’Alette. Voir Routier 1982 et 1990.

[5] Né en 1945, Jacky Landriu a été professeur agrégé d’histoire : il fut en poste au collègue Gabriel de la Gorce d’Hucqueliers. C’est également un ancien membre du Comité d’histoire du Haut-Pays. Il est l’auteur de plusieurs articles publiés dans la revue de ce comité.

[6] Alors directeur régional de la Circonscription des Antiquités Historiques et des Antiquités Préhistoriques du Nord – Pas-de-Calais. Voir, dans la même collection, le portrait qui lui est consacré : https://nordoc.hypotheses.org/8478.

[7] Association locale d’histoire et de généalogie fondée en 1972 et consacrée au Haut-Artois et au Haut-Boulonnais : elle édite plusieurs publications, dont un bulletin annuel.

[8] L’abbaye cistercienne de Vauclair, située sur la commune de Bouconville-Vauclair (Aisne), a été ravagée par les combats du Chemin des Dames en 1917 : elle a été fouillée par le père Anselme Dimier, puis par le père René Courtois de 1966 à 1988.

[9] En 1978, une équipe du groupe « Sources », fondé par le Père Courtois, a entrepris des sondages sur l’église romane de l’abbaye augustinienne de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons (Aisne), qui avait été explorée dans les années 1950 par la Société archéologique de Soissons.

[10] René Courtois (1923-2005) était un père jésuite d’origine belge qui avait fouillé l’abbaye cistercienne d’Orval en Belgique.

[11] L’AFAN (Association pour les Fouilles Archéologiques Nationales) a été créée en 1973 par le Ministère de la Culture pour réaliser des fouilles de sauvetage sur le territoire français. En 2001, suite à la promulgation de la loi sur l’archéologie préventive, l’AFAN devient un établissement public dénommé INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives).

[12] Découvert par l’archéologie aérienne, le sanctuaire celte et gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre (Somme) a été fouillé par Alain Ferdière (1966-1967) et, surtout, par Jean-Louis Cadoux (1968-1987) et Jean-Louis Brunaux (à partir de 1990).

[13] Le site de la Delle Saint-Martin à Mondeville, près de Caen (Calvados), a été occupé dès l’âge du Bronze. Une petite agglomération gallo-romaine s’y est développée ensuite, à laquelle succède un village du haut Moyen-Âge. Une fouille de sauvetage y a été conduite par Claude Lorren à partir de novembre 1977, suivie de campagnes de fouilles programmées jusqu’en 1994.

[14] Claude Lorren, né en 1946, a été professeur d’histoire et d’archéologie médiévale à l’Université de Caen-Basse-Normandie.

[15] Germaine Leman-Delerive, chercheure honoraire CNRS – laboratoire Halma de l’Université de Lille, est spécialiste de l’âge du Fer.

[16] La construction de la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq (Nord) entre 1967 et 1984 a occasionné plusieurs fouilles de sauvetage, en particulier dans le quartier des Prés où plusieurs sites protohistoriques ont été découverts par Hubert Halbaut, archéologue départemental du Nord, et fouillés sous la direction de Germaine Leman et de Robert Laude, archéologue municipal de Villeneuve d’Ascq.

[17] Henri Gaillard de Sémainville a été directeur régional des Antiquités de Bourgogne et directeur de la Revue archéologique de l’Est. Spécialiste du haut Moyen-Âge, il a enseigné l’archéologie et l’histoire de l’art à l’Université de Bourgogne.

[18] La nécropole mérovingienne de Renève (Côte-d’Or), découverte au XIXe siècle, a été fouillée en 1984 par Henri Léchenet, président d’association.

[19] Plusieurs fouilles de sauvetage ont été conduites à Sens (Yonne) en 1983-1984, dont celles de l’ancien Archevêché, conduites par Yves Roumegoux.

[20] Jacques Thiébaut (1931-2014) a été maître de conférences de 1985 à 1993, puis professeur en histoire de l’art médiéval de 1993 à 1999 à l’Université de Lille. Il fut également membre de la Commission Historique du département du Nord.

[21] Site archéologique découvert par Hubert Halbaut, archéologue départemental du Nord, lors de la surveillance de travaux de construction d’un lotissement : des fouilles de sauvetage en 1986 et 1987 ont donné lieu, notamment, à la découverte de céramiques exceptionnelles et d’un atelier de fondeur du Hallstatt final (Cabuy et al. 1990).

[22] Freddy Thuillier, archéologue à l’INRAP, est spécialisé dans l’étude des artisanats des terres cuites (potiers, tuiliers et briquetiers) de l’Antiquité à la période contemporaine.

[23] Association pour la Promotion de l’Archéologie Régionale, créée par la Direction Régionale des Antiquités Préhistoriques et Historiques du Nord – Pas-de-Calais pour financer les travaux archéologiques.

[24] Louis Jeanson fut Ingénieur Technique Administratif (ITA) à la Direction des Antiquités Historiques du Nord – Pas-de-Calais de 1978 à 1993. Il fut également trésorier de l’APAR.

[25] L’ordre des Sœurs Noires s’est établi à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais) au XVe siècle. La chapelle actuelle date du XVIIIe siècle ; une fouille liée à des travaux d’aménagement y a été menée en 1987. Voir Routier 1987b.

[26] Jean-Alain et Marie-France Acquart, professeurs d’histoire au lycée de Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais), ont dirigé pendant de nombreuses années le Cercle archéologique du Ternois, créé en 1976.

[27] Tournehem-sur-la-Hem possédait au Moyen Âge un château, démoli par les Français lors du siège de 1542 et dont il ne reste plus aujourd’hui qu’une porte. Voir Routier 1987c et 1988c.

[28] Guy François, né en 1950, a été professeur des Écoles. En 1988, il participe à la fondation de Sub Artésia et en est le président, avant d’en devenir le directeur de 1995 à 2011. Cette association, dissoute en 2011 avait pour but d’explorer les cavités souterraines creusées dans la craie et d’en étudier l’évolution historique.

[29] Voir note précédente.

[30] Cette association fut présidée par Jacques Louf et Bernard Segers en était un membre actif.

[31] L’association des Amis de Montreuil-sur-Mer et de son pays a été fondée en 1996.

[32] Le château de Fressin (Pas-de-Calais) a été édifié au milieu du XVe siècle et partiellement démoli en 1658. Voir Leman et Jeanneret 2018.

[33] Situé à Lattre-Saint-Quentin (Pas-de-Calais), ce souterrain-refuge serait l’un des plus vastes de l’Artois : une galerie sinueuse et voutée amène jusqu’aux salles, au nombre de 5 ou 6. Voir François 1992.

[34] De nombreuses caves, puits et galeries ont été répertoriés sur plusieurs niveaux du sous-sol de Penin (Pas-de-Calais) :  une opération de déblaiement en a été conduite à partir de 1989 par Guy François. Voir, par exemple, François 1993.

[35] Le souterrain de Gouy-en-Artois (Pas-de-Calais) offre une galerie d’amenée typique de l’Artois : il a fait l’objet d’opérations de déblaiement de 1991 à 1995 et en 1997. Voir François 1998.

[36] Voir Routier 1992c.

[37] L’opération réalisée à l’occasion de la construction du Lien fixe Transmanche est la première opération d’archéologie préventive conduite dans la région Nord – Pas-de-Calais préalablement à un chantier d’envergure (920 ha). Les prospections et les sondages ont été réalisés d’août 1986 à février 1987 et les fouilles entre décembre 1987 et juin 1988.

[38] La construction du TGV Nord Paris-Lille-Calais a donné lieu à de nombreuses opérations archéologiques préalables de septembre 1988 au printemps 1991 : elle a marqué les esprits par son ampleur (près de 450 km de tracé avec l’interconnexion Île-de-France) et par l’important budget consacré pour la première fois à l’archéologie.

[39] La nécropole mérovingienne de Fréthun (Pas-de-Calais) a été fouillée dans le cadre de l’opération Transmanche : près de 300 sépultures mérovingiennes, échelonnées du VIe à la fin du VIIe siècle, ont été mises au jour, dont plusieurs sépultures privilégiées. Voir Routier 1996b.

[40] En 1991 et 1992, deux campagnes de fouilles préalables à la construction d’une maison de retraite ont été conduites sur l’emplacement de l’ancienne abbaye Saint-Walloy. Voir Routier 1993a et 1993d.

[41] Voir Schirrer 2017 : https://nordoc.hypotheses.org/2474.

[42] Né en 1949 à Lille, Étienne Poncelet a été architecte en chef des Monuments Historiques du Nord et du Pas-de-Calais de 1980 à 1993 : il fut responsable, entre autres, de la restauration des cathédrales de Saint-Omer, Arras, Boulogne-sur-mer et Cambrai et des fortifications de Lille, Le Quesnoy, Bergues, Montreuil-sur-mer, Gravelines et Cambrai.

[43] L’abbaye Saint-Saulve a été fondée au début du Xe siècle : à son emplacement s’érige actuellement l’hôtel de ville. Voir Routier 1995a, 1995b et 2018b.

[44] Hervé Barbé a été ingénieur d’études au Service régional de l’archéologie du Nord-Pas-de-Calais de 1989 à 1996 et chargé des dossiers d’aménagement dans le Pas-de-Calais.

[45] La nécropole de Bloville à Campagne-lès-Hesdin (Pas-de-Calais), située sur le tracé de la déviation de la RN 39, a été fouillée à l’automne 1994 par une équipe de l’AFAN. Voir Routier, Thuillier 1995 et Routier, Legoux, Thuillier 2008.

[46] La nécropole mérovingienne de Preures (Pas-de-Calais), datée du VIIe siècle, a été fouillée par Albert Crépin qui avait découvert le site sous le bâtiment de sa ferme. Voir Crépin 1957.

[47] Les fouilles du Lycée Monsigny à Saint-Omer (Pas-de-Calais) ont permis d’étudier la chronologie du rempart médiéval et moderne de la ville. Voir Routier 1998a.

[48] À la suite de la fouille de Saint-Omer, Yves Beauchamp, membre d’une association archéologique dunkerquoise (le GRAAL, Groupe de Recherches Archéologiques et Archives du Littoral), a pris la tête d’une croisade contre l’AFAN, réclamant l’ouverture des chantiers de fouille archéologiques à la concurrence, rejoint en cela par plusieurs archéologues de collectivité locale, dont Pierre Demolon, président de l’Association Nationale des Archéologues de Collectivité Territoriale (ANACT). L’aboutissement a été la loi de 2003, instituant la mise en concurrence des opérateurs d’archéologie, publics et privés.

[49] Des reconnaissances archéologiques préalables à des travaux d’aménagement ont été conduites au Lycée Fénélon de Cambrai (Nord), en 1998 : elles ont révélé les vestiges d’une occupation du Bas-Empire. Voir Barret, Routier 1999.

[50] La villa gallo-romaine de Wolphus à Zouafques (Pas-de-Calais) a été fouillée en 1990 dans le cadre de la construction de la ligne du TGV Lille-Calais. Voir Routier et al. 2011.

[51] Des bâtiments gallo-romains à vocation agricole ont été fouillés préalablement à un lotissement en 2005 et 2006 à Attin (Pas-de-Calais). Voir Routier, Révillion 2007.

[52] La motte de la Cuve (ou motte de la Tour de l’Horloge) à Guînes (Pas-de-Calais) est une fortification de terre dont l’origine remonte au Xe siècle et qui supporte un donjon anglais du début du XVIe siècle. Voir Routier 1994a.

[53] Le château de Frévent (Pas-de-Calais) a été fouillé en 1989 par Jean-Claude Routier, puis jusqu’en 1996 par Marie-France, Jean-Alain Acquart et Pierre Leleu. Voir Routier, Leleu 1992.

[54] Le 16 novermbre 2019 s’est tenu le 4e colloque historique d’Étaples (Pas-de-Calais) qui avait pour thème : Entre Boulonnais et Picardie, Estaples sur la mer aux époques médiévale et moderne (dir. : Th. Byhet, SRA Hauts-de-France). Jean-Claude Routier y a participé avec la communication suivante : Pratiques archéologiques à Montreuil sur trois décennies : bilan 1987-2017. Voir https://nordoc.hypotheses.org/9235.

[55] Ce lycée d’enseignement secondaire de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) est construit à l’emplacement de l’ancienne abbaye Sainte-Austreberthe : il a fait l’objet de recherches archéologiques partielles en 1987. Voir Routier 1988a.

[56] Marc Talon a été coordinateur de l’opération archéologique du TGV Nord, directeur interrégional de l’INRAP Nord Picardie et directeur de projet INRAP pour le canal Seine-Nord Europe. Il est aujourd’hui conservateur régional de l’archéologie à la Direction régionale des Affaires culturelles Bourgogne-Franche-Comté. Voir, dans la même collection, le portrait qui lui est consacré : https://nordoc.hypotheses.org/3686.

[57] En 1991, les Directions régionales des Antiquités Préhistoriques et Historiques de chaque région ont été fusionnées en Services Régionaux de l’Archéologie, sous tutelle des Directions Régionales des Affaires Culturelles.

[58] En 2003, un diagnostic préalable à un lotissement a été réalisé à Solesmes (Nord). Voir Clotuche, Routier 2003.

[59] Des sondages, suivis de fouilles, ont été réalisés en 1998 à Laversines sur le tracé de la déviation de la RN 31.

[60] En 1998-1999, les recherches préalables à la construction de l’usine Toyota à Onnaing (Nord) ont livré 23 sites archéologiques et ont révélé une occupation humaine très dense, du Paléolithique moyen au haut Moyen Âge. Voir les nombreuses notices contenues dans le Bilan scientifique régional Nord-Pas-de-Calais des années 1998 et 1999 (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais).

[61] Les prospections et fouilles archéologiques réalisées sur le site de la plateforme multimodale de Dourges (Pas-de-Calais) se sont échelonnées entre mai 2000 et novembre 2002. Voir les nombreuses notices contenues dans le Bilan scientifique régional Nord-Pas-de-Calais des années 2000 à 2002 (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais).

[62] Isabelle Cattedu est archéologue à l’INRAP, spécialiste du Moyen Âge, rural notamment. Elle a dirigé de nombreuses fouilles archéologique, dont celle du site des Bas-Champs à Dourges (Pas-de-Calais).

[63] À Méaulte (Somme), la construction d’une vaste plateforme comprenant un aérodrome et une zone industrielle a occasionné des opérations d’archéologie préventive menées par l’INRAP depuis 2004.

[64] L’emplacement présumé du port carolingien de Quentovic est localisé par la plupart des archéologues à La Calotterie (Pas-de-Calais) : de nombreux diagnostics y ont été réalisés depuis 2005. Voir Routier 2008b et Lebecq, Béthouart, Verslype 2010.

[65] La villa gallo-romaine de Beutin (Pas-de-Calais) a été découverte en 2012 lors d’un diagnostic, puis fouillée en 2013. Voir Routier 2012b et Labarre 2016.

[66] En 2010, un diagnostic réalisé à Bierne (Nord) a mis au jour une occupation carolingienne qui a fait l’objet d’une fouille préventive en 2011. Voir Routier 2010 et 2016.

[67] À l’INRAP, les jours dits « PAS » sont des jours attribués dans le cadre des Procédures concernant les Activités Scientifiques et Techniques à des fins de recherche.

[68] La plateforme @GIR, mise à disposition de ses agents par l’INRAP, est un outil dédié à la gestion de son activité de recherche.

[69] Jean-Claude Routier participe activement aux deux PCR suivants : Quentovic. Un port du haut Moyen-Âge entre Boulonnais et Ponthieu (dir. L. Verslype, Université catholique de Louvain) et Les places fortes des Hauts-de-France (dir. Th. Byhet, SRA Hauts-de-France).

[70] De nombreuses fouilles archéologiques ont eu lieu à Saint-Omer (Pas-de-Calais) : l’opération menée sur le quai des Salines en 1995-1996 a mis au jour 19 pieux attenant à l’aménagement d’une berge qui peut être datée du dernier quart du Xe siècle.

[71] Voir Barbé et al. 1997.

[72]À l’emplacement d’un futur cinéma, des fouilles conduites en 1998 ont mis au jour des bâtiments médiévaux et des latrines des XIIIe et XVIe siècles. Voir Barret 1999.

[73] Diagnostic réalisé en juin 2020, route de Fromessent, à l’emplacement d’un futur lotissement. Voir Routier 2020.

[74] Diagnostic réalisé en avril 2019, Boulevard Bigot-Descelers, au lieu-dit Le Bel Air, en avril 2019, sur le futur emplacement d’un îlot résidentiel. Voir Routier 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search