Actes de la journée d’étude – « La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire » – Introduction

Le 05 décembre 2019 s’est tenue la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS). Celle-ci s’inscrit dans la continuité des ateliers Escaut (coord. G. Leroy, SRA/laboratoire HALMA-IPEL) afin d’offrir une vue d’ensemble des travaux menés dans le Nord de la France et en Belgique. L’objectif de cette manifestation était donc de rassembler les chercheurs, archéologues et acteurs franco-belges ayant travaillé sur la vallée de l’Escaut de part et d’autre de la frontière en Flandre, Hainaut, Cambrésis et Tournaisis, en mettant leurs fouilles et recherches respectives en miroir. L’ensemble des contributions a permis d’offrir un regard inédit et renouvelé sur le territoire du Haut-Escaut, allant des recherches archéologiques et historiques à la mise en valeur du patrimoine fluvial et industriel. La journée d’étude a ainsi permis d’offrir une première synthèse des travaux menés depuis 20 ans sur le territoire du Haut-Escaut.

 

 

Introduction de la journée d’étude par Laëtitia Deudon, Bahéra Oujlakh et Caroline Soreau :

À l’heure où la vallée de l’Escaut s’inscrit au cœur d’importants projets de territoire (Canal Seine-Nord Europe, labellisation RAMSAR, parc naturel transfrontalier, projet EscautSchelde2050), il paraît intéressant de revenir sur l’histoire de ce territoire transfrontalier en pleine mutation, au sein duquel les initiatives de recherche, les opérations archéologiques et les projets de valorisation se sont multipliées au cours de ces dernières années.  L’objectif de cette journée d’étude a été de rendre compte d’une partie des travaux et actions menées en ce sens par les chercheurs (archéologues, historiens, géographes), le monde culturel et les professionnels du territoire, et par-là de renforcer la coopération entre ces différents acteurs de part et d’autre de la frontière franco-belge, en mettant leurs recherches respectives en miroir.  Pour ce faire, trois axes thématiques ont été privilégiés dans cette journée d’étude, sous forme de trois sessions, mêlant, histoire, archéologie et valorisation du patrimoine culturel, portant sur :

1°) L’étude des dynamiques environnementales et territoriales de la vallée de l’Escaut, de la Préhistoire à la période industrielle

L’archéologie régionale, grâce aux opérations préventives et programmées, et les recherches historiques récentes ont beaucoup contribué à faire avancer les connaissances sur l’évolution du territoire de l’Escaut sur le temps long. Dans une approche diachronique et interdisciplinaire, cette première session a permis de retracer les trajectoires d’occupation et d’aménagement de la vallée de l’Escaut, à travers l’étude de plusieurs sites archéologiques du Hainaut-Cambrésis (Proville, Bouchain, Condé) et de la Flandre belge (Ruien, Kerkhove). En outre, les sites mésolithiques et néolithiques mis au jour récemment nous éclairent sur les processus d’anthropisation, les dynamiques paléoenvironnementales et l’exploitation des ressources naturelles de la vallée de l’Escaut. Ensuite, pour les périodes historiques, le croisement des données archéologiques, cartographiques et textuelles permet de retracer les principales phases d’aménagement de la vallée entre les IIIe et XXe siècles, à travers l’examen des modalités de conquête des milieux humides, la construction d’infrastructures fluviales et le déploiement des systèmes hydrauliques (réseaux d’assèchement, fossés, moulins, écluses), associés aux activités agricoles, industrielles, à la navigation et aux usines installées sur les berges de l’Escaut et ses affluents (Haine, Scarpe, Sensée). Dans cette perspective, l’étude de la vallée de l’Escaut permet de se questionner sur le développement d’une archéologie fluviale dans les Hauts-de-France, portant sur le patrimoine hydraulique des rivières du bassin (moulins, voies navigables, etc.), et d’une archéologie du territoire. Celle-ci s’articule aux grands travaux d’aménagement passés et actuels (routes, canaux, fortifications) qui représentent un volet important de l’archéologie régionale dans le Nord de la France et la Wallonie. Ainsi, le cas de l’Escaut permet un questionnement transversal sur le développement urbain (A. Henton), sur la conquête et la mise en valeur des zones humides en contexte rural (L. Deudon), intimement liés à la transformation du réseau hydrographique et à l’aménagement des milieux humides, où la stratigraphie rejoint les sources textuelles, avec une complémentarité des données historiques et de terrain. De plus, la géoarchéologie et la géohistoire nous éclairent plus largement sur les dynamiques paysagères de longue durée (L. Deschodt, H. Vandendriessche & P. Crombé, L. Deudon), et l’évolution des rapports ville-rivière qui ont contribué à façonner le territoire actuel. Les travaux récents contribuent ainsi à dessiner les contours de ce qui constitue l’histoire et l’archéologie des milieux humides du bassin de l’Escaut, en mettant l’accent sur les particularités structurantes de ce territoire, et a contrario d’entrevoir les grandes étapes de transformation et d’aménagement de l’axe scaldien, qui rejoignent celles des autres vallées alluviales de l’Europe du Nord-Ouest (Somme, Oise, Sambre, Meuse, Senne).

2°) L’utilisation des nouvelles technologies et des arts numériques appliqués à la connaissance, à la protection et à la valorisation du patrimoine scaldien

Les humanités numériques connaissent un essor marqué dans les Hauts-de-France, avec une application particulière dans le domaine de l’archéologie et de la valorisation patrimoine. En effet, ces outils offrent une nouvelle lecture des vestiges, constituent une nouvelle méthode d’archivage, de sauvegarde virtuelle du patrimoine bâti, de même qu’un support de valorisation patrimoniale auprès des acteurs et du grand public. Ainsi, à partir d’exemples concrets, cette deuxième session a permis d’illustrer l’apport des outils numériques et des nouvelles technologies dans l’étude et la mise en valeur du territoire de l’Escaut, ainsi que les enjeux patrimoniaux associés. Grâce à la restitution en images de synthèse du château de Condé-sur-l’Escaut et du Pont des Trous de Tournai aux époques médiévale et moderne, Matthieu Deltombe et Thierry Tiston ont montré l’intérêt de ces outils pour l’étude et la mise en valeur du patrimoine archéologique dans le cadre de la mise en valeur du site archéologique de la forteresse de l’Arsenal à Condé-sur-l’Escaut, et de la controverse autour du Pont des Trous de Tournai, dont la destruction récente a suscité la polémique auprès des acteurs du patrimoine wallon et français. Associés à ces outils de modélisation 3D, les analyses géospatiales, s’appuyant sur les outils cartographiques (SIG, carte archéologique), permettent aussi d’étudier le paysage et les infrastructures fluviales, associés aux canaux et aux aménagements militaires. Ensuite, Bahéra Oujlakh et Monique Szarek ont montré comment les artistes pouvaient s’approprier ce patrimoine fluvial et le thème de l’eau sur le territoire de l’Escaut français. En outre, les Arts dans les Remparts  est une manifestation culturelle bi-annuelle qui prend place dans l’ancienne citadelle de Valenciennes, réunissant bénévoles, artisans, artistes et acteurs du patrimoine afin de mettre à l’honneur des vestiges liées liés aux fortifications modernes de la place forte (écluse des Repenties, pont de la Citadelle), et les anciens métiers liés à l’eau existant dans l’ancien faubourg de Paris à Valenciennes. Dans ce panel, Caroline Soreau s’est enfin intéressée à la valorisation du patrimoine industriel et minier grâce à l’art industriel appelé Steampunk, qui connait un essor marqué en Europe au sein des régions marquées par les friches industrielles, formant une nouvelle catégorie de patrimoine à faire connaitre et à mettre en valeur.

3°) L’apport des recherches sur l’Escaut pour les acteurs de l’aménagement et les gestionnaires actuels du territoire de l’Escaut

Dans le cadre des projets d’aménagement actuels et dans les processus de labellisation patrimoniale, la connaissance et d’ l’expertise sur les milieux d’eau est importante en vue de la valorisation des zones humides du bassin-versant de l’Escaut, pour bien comprendre les problématiques actuelles du territoire en termes d’aménagement et de protection patrimoniale. Cette troisième session a donc été consacrée à l’intégration des valeurs culturelles et historiques dans les enjeux d’aménagement et patrimoniaux du territoire, à travers quelques exemples de démarches collaboratives associant chercheurs et gestionnaires, dans une perspective opérationnelle et appliquée, en conciliant les enjeux patrimoniaux et environnementaux (loi sur la continuité écologique de 2010). Ainsi, les connaissances historiques et archéologiques ont contribué à l’obtention en 2020 du label international Ramsar, label patrimonial qui vise à la reconnaissance des valeurs culturelles et naturelles des zones humides d’importance mondiale, sous la coordination du Parc naturel régional de Scarpe-Escaut, en collaboration avec les chercheurs de la région. Ensuite, dans le cadre des projets actuels, les travaux de Thibaut Ghils permettent de comprendre les enjeux d’aménagement de la plaine humide de l’Escaut dans le Tournaisis, à travers l’exemple du village de La Plaigne, marqué par une population riveraine qui a toujours vécu au contact de la zone humide. Son regard historique apporte des éclairages sur les enjeux d’aménagement actuels et sur l’importance d’intégrer les propriétés géographiques et géomorphologiques de ces milieux humides dans les projets d’aménagement et d’urbanisme, en mettant l’accent sur l’adaptation des constructions à cet environnement humide. Parallèlement à cette intervention, Léon Dhaene, secrétaire général de la Commission internationale de l’Escaut, est ainsi revenu sur l’importance de ces connaissances historiques pour cerner les enjeux du territoire aujourd’hui, liés à aux infrastructures portuaires de cette région très peuplée, très urbanisée et industrialisée.

La journée d’étude s’est conclue par une exposition sur le thème « Arts et industries dans le territoire de l’Escaut », à laquelle plusieurs artistes et associations culturelles furent conviés pour présenter leurs œuvres et projets artistiques dans la/les thématique(s) de la journée d’étude, avec un focus sur les patrimoine fortifiés et industriels.

 

 

SOMMAIRE DE LA PUBLICATION :

1. L’étude des dynamiques environnementales et territoriales de la vallée de l’Escaut, de la Préhistoire à la période contemporaine

Gilles Leroy (DRAC Hauts-de-France -Service régional de l’archéologie – Laboratoire HALMA), 20 années d’archéologie : le Haut-Escaut, une vallée fortement fréquentée ;

Hans Vandendriessche & Philippe Crombé (Université de Gand), L’occupation préhistorique de l’Escaut belge et son cadre paléo-environnemental : le site de Ruien et de Kerkhove (Flandre) ;

Laëtitia Deudon (Université polytechnique Hauts-de-France et Université de Montréal (Canada)), De la rivière au canal, quelle histoire environnementale de la vallée du Haut-Escaut ? Retours sur une trajectoire paysagère originale du Moyen Âge à aujourd’hui (12e-21e siècles).

Alain Henton et Laurent Deschodt (Inrap Hauts-de-France), Condé-sur-l’Escaut. L’anthropisation de la confluence Escaut-Haine, au coeur du développement de la ville médiévale et moderne (12e -17e siècles). 

 

2. Art et nouvelles technologies : la valorisation culturelle et patrimoniale sur le territoire de l’Escaut

Matthieu Deltombe (Muséoparc Arkéos, Douaisis Agglo), Les outils numériques et la restitution de la place forte de Condé-sur-l’Escaut ;

Thierry Roland Tiston (auteur et artiste tournaisien), L’âme de la pierre : la reconstitution de l’Escaut et du pont des Trous à Tournai ;

Bahéra Oujlakh (UPHF, Calhiste),« Ondes » : une immersion aquatique et sonore dans l’œuvre du plasticien Julien Poidevin ;

Monique Szarek (Présidente du comité de quartier du Vignoble/ coordinatrice de l’association les Arts dans les Remparts), Présentation de la fête historique Les Arts dans les Remparts : la valorisation du patrimoine, de la mémoire et des savoir-faire dans le territoire de l’Escaut.

 

3. De l’histoire et de l’archéologie aux enjeux de développement et de valorisation patrimoniale du territoire

Mathilde Bouret (PNR Scarpe-Escaut) et Laëtitia Deudon (UPHF / CRISS), La géohistoire des vallées de la Scarpe et de l’Escaut, un atout pour la labellisation Ramsar des zones humides ;

Thibaut Ghils (Université catholique de Louvain), L’évolution du rapport à l’humide en zone de plaine alluviale : le cas de Laplaigne, village riverain de l’Escaut (Belgique) ;

Serge Carpentier (receveur honoraire des douanes), La navigation sur l’Escaut et le patrimonial fluvial d’hier à aujourd’hui : témoignage et retour d’expérience sur le métier de douanier à Mortagne du Nord;

Caroline Soreau (UPHF, De Scripto), Raconter le patrimoine industriel de l’Escaut grâce au Steampunk ?

 

 

RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS :

20 années d’archéologie : le Haut-Escaut, une vallée fortement fréquentée, Gilles Leroy, ingénieur d’étude et responsable territorial – Service régional de l’archéologie       

L’Escaut ou Schelde s’étend du Vermandois en France au sud des Pays-Bas, où il partage un vaste système estuarien avec la Meuse et le Rhin. Sa partie française traverse le bassin minier et industriel du Nord de la France qui se caractérise depuis une vingtaine d’années par une forte activité de renouvellement des infrastructures, notamment économiques, donnant lieu à d’importants projets d’aménagements. Cela va de pair avec une évolution sans précédent de la politique patrimoniale du pays depuis 2001 qui a permis de multiplier les interventions préventives en matière d’archéologie. Un renouvellement massif des connaissances s’est donc opéré sur le territoire. Dans le sous-bassin de l’Escaut, les contextes physiques sont mieux compris, les peuplements humains sont détaillés depuis la Préhistoire ancienne jusqu’à la période contemporaine. Le cours d’eau lui-même a joué différents rôles, qu’ils soient stratégiques ou économiques. L’archéologie récente joue un rôle important pour l’illustration de ces différents moments d’occupation et de transformation de cette vallée historique, en lien avec les métamorphoses actuelles du territoire.

 

L’occupation préhistorique de l’Escaut belge et son cadre paléo-environnemental : les sites de Ruien et de Kerkhove (Flandres orientale et occidentale), Hans Vandendriessche & Philippe Crombé, Université de Gand

L’étude archéologique des sites de Ruien et de Kerkhove offre une perspective de longue durée unique sur les occupations Tardiglaciaires/début-Holocène du bassin du Haut-Escaut belge. En effet, une approche comparative de ces sites avoisinants et des locus qu’ils ont livrés nous permettent d’analyser comment les préhistoriques géraient leurs ressources minérales, végétales et fauniques, ainsi que l’organisation spatiale et fonctionnelle de leurs campements pendant une période qui couvre plusieurs millénaires. Grâce à l’étude paléo-environnementale développée au site de Kerkhove, ces aspects diachroniques ont pu être mis en relation avec les changements climatiques et paysager.  Cette étude met en corrélation les changements socioculturels et climatiques qui ont lieu pendant le Dryas récent et le début de l’Holocène, tant au niveau du bassin de l’Escaut qu’au niveau suprarégional du nord-ouest de l’Europe. 

 

De la rivière au canal, quelle histoire environnementale de la vallée du Haut-Escaut ? Retours sur une trajectoire paysagère originale (12e-21e siècles), Laëtitia Deudon, Université polytechnique Hauts-de-France et Université de Montréal (Canada)

Du Moyen Âge à l’époque contemporaine, la vallée de l’Escaut connaît d’importantes transformations environnementales liées au développement des activités présentes sur la rivière et ses abords. Support de la navigation, source d’énergie, outil de défense, alimentation des industries, ces différents usages contribuent à modifier le faciès de la vallée du Haut-Escaut. Ces aménagements se matérialisent par d’importants travaux hydrauliques et corrections fluviales qui réorganisent le réseau hydrographique du territoire, à travers le développement de micro-réseaux hydrauliques, le creusement de dérivations, l’assèchement des marais, et les travaux de canalisation de l’Escaut. En croisant les données historiques, cartographiques et archéologiques, ces recherches, mêlant histoire environnementale, géohistoire et archéologie fluviale, tentent donc de reconstituer la trajectoire paysagère de la vallée sur les 800 dernières années, grâce à une approche diachronique et pluridisciplinaire. Cette étude offre ainsi une réflexion globale et une synthèse inédite sur l’aménagement de la vallée de l’Escaut, et la transition progressive de la rivière historique au canal industriel entre le XIIe et le XXe siècle. Elle attire également l’attention sur l’importance de considérer le patrimoine fluvial et hydraulique du Haut-Escaut sous ses différentes formes.

 

Condé-sur-l’Escaut. L’anthropisation de la confluence Escaut-Haine, au coeur du développement de la ville médiévale et moderne (12e -17e siècle), Alain Henton et Laurent Deschodt, Inrap Hauts-de-France

Petite ville installée à la confluence entre l’Escaut et la Haine, Condé-sur-l’Escaut est principalement connue pour ses remarquables fortifications bastionnées. Paradoxalement, ce n’est qu’assez récemment que son histoire a été revisitée par l’archéologie. Il faut en effet attendre 2005 pour que les archéologues reviennent à Condé, lors d’un diagnostic d’archéologie préventive réalisé sur le site du château de l’Arsenal. Depuis lors, les équipes de l’Inrap ont été amenées à intervenir à 10 reprises au centre-ville et dans ses faubourgs immédiats, parallèlement aux campagnes archéologiques programmée menées depuis 2008 sur le site de l’Arsenal (L. Droin). Ainsi, de précieuses données ont été recueillies sur le tracé des deux enceintes médiévales, mais aussi sur l’extension singulière de l’espace urbain sur la zone marécageuse de la confluence Escaut/Haine à partir du XIVe siècle. Au-delà de l’approche archéologique classique le contexte particulier de la confluence commence à être analysé plus précisément grâce à l’implication systématique d’un géo-archéologue, spécialisé dans l’étude paléo-environnementale des vallées de l’Escaut et de ses affluents depuis le début du Quaternaire et dans l’étude des interactions humaines au cours du dernier millénaire.

 

L’âme de la pierre : la reconstitution 3D du Pont des Trous de Tournai et ses enjeux patrimoniaux, Thierry Roland Tiston, artiste et auteur tournaisien

Le Pont des Trous était l’un des derniers rares exemples de porte d’eau médiévale sur l’Escaut, faisant partie de la seconde enceinte communale et construit en pierres de Tournai et en moellons de calcaire. De manière plus précise, le Pont des Trous a été construit de 1281 à 1329 en plusieurs étapes. À l’origine, seules deux tours circulaires étaient présentes. Les tours furent ensuite reliées par trois arches identiques en arc brisé. Une toiture était également présente au-dessus des arches (courtine), mais elle a aujourd’hui disparu tout comme les créneaux couronnant vraisemblablement les tours. Bien que reconnue par un arrêté ministériel de 1991 qui officialise le classement de ce monument, la porte d’eau médiévale « Pont des Trous » à Tournai en Belgique est détruite en août 2019. Poussé par l’intérêt d’un tel monument et le devoir de mémoire, ainsi que par un goût certain pour l’Histoire en autodidacte, j’entame la reconstitution la plus fidèle possible en images de synthèse (3D), accompagné d’historiens, passionnés d’histoire et d’archéologue disponibles à l’œil averti. Partager cette aventure et montrer les diverses étapes qui ont permis ce travail de reconstitution du « Pont des Trous » tel qu’il était en 1329 m’apparait utile et intéressant dans le cadre des enjeux de valorisation patrimonial actuels.

 

« Ondes » : une immersion aquatique et sonore dans l’œuvre du plasticien Julien Poidevin, Bahéra Oujlakh, Docteur et enseignante contractuelle à l’UPHF

Le plasticien Julien Poidevin travaille sur des dispositifs qui interrogent notre rapport au corps et au territoire en ayant recours à des installations sonores, visuelles et performatives. En 2017, il réalise « Crossing Waves » – une installation vidéo – à la chambre d’eau du Favril (un lieu de résidences d’artistes pluridisciplinaire implanté au Favril dans la Région des Hauts-de-France). L’année suivante, en 2018, il créer un dispositif sonore « Ondes » au centre aquatique de Vitry-en-Artois. Cet article porte ainsi sur l’eau comme objet de création artistique. Il s’agira de voir comment l’histoire folklorique et pittoresque du territoire (notamment celle des sourciers) tend à renouveler la création contemporaine actuelle dans le territoire du Haut-Escaut, et à attirer les artistes et auteurs autour de cette thématique (ex : projets de l’association Travail & Culture).

 

Présentation de la fête historique Les Arts dans les Remparts : la valorisation du patrimoine, de la mémoire et des savoir-faire dans le territoire de l’Escaut, Monique Szarek, Comité de quartier du Fg de Paris

Depuis 2015, le comité de quartier du Faubourg de Paris organise une fête historique mettant en valeur le site du Parc de la Citadelle, situé le long du Vieil Escaut, au cœur des vestiges des remparts de Valenciennes remaniés par Vauban, méconnus des Valenciennois. Il s’agit d’un événement culturel qui mobilise l’expression artistique sous toutes ses formes : arts plastiques, arts du cirque, musique, théâtre, artisanat. Le choix de la thématique de 2020 porte sur l’histoire et la mémoire des habitants : il existait dans notre quartier une activité prépondérante pour le rayonnement économique de Valenciennes : le blanchiment des toiles de lin. Valenciennes a connu au Moyen-âge un essor économique considérable avec l’industrie drapière qui alimentait le commerce international en se spécialisant dans le filage et le tissage des toiles de lin fines – la batiste. La dernière étape de la fabrication des pièces de toiles était confiée aux blanchisseurs de notre quartier qui tiraient parti de l’abondance d’eau des rivières Ste-Catherine et Balhaut. A partir de la mémoire collective et d’un fonds documentaire sur l’activité de blanchissage et du travail du lin à Valenciennes, nous envisageons de mobiliser les habitants pour échanger sur ce volet de l’histoire de la cité valenciennoise et créer un spectacle vivant : «Au fil de la Balhaut», pour redécouvrir les métiers liés à l’eau et appréhender une filière en devenir.

 

La géohistoire des vallées de la Scarpe et de l’Escaut et la labellisation Ramsar des zones humides du territoire, Laëtitia Deudon & Mathilde Bouret (animatrice Ramsar, PNR Scarpe-Escaut)

Depuis 2016, le travail conjoint mené entre les chercheurs de l’Université polytechnique Hauts-de-France et le PNR Scarpe-Escaut a permis de reconstituer les trajectoires spatio-temporelles des zones humides sur la longue durée. L’intérêt de cette démarche collaborative et interdisciplinaire est de fournir une meilleure compréhension du territoire actuel et valoriser la patrimonialité des zones humides de Scarpe-Escaut. D’une part, l’acquisition de nouvelles données et la synthèse de celles-ci sont un plus pour le projet de labellisation RAMSAR des vallées de la Scarpe et de l’Escaut, puisqu’il a permis de mettre en avant les valeurs sociales et culturelles dans le dossier de candidature et d’éclairer l’étendue du périmètre de classement patrimoniale. D’autre part, les recherches peuvent être valorisées de manière opérationnelle et appliquée auprès du grand public, pour mettre en avant la richesse et le caractère essentiel des zones humides dans toutes leurs dimensions culturelles et historiques au-delà de l’aspect « biodiversité » et de la dimension écologique de ces milieux hybrides, et d’attirer l’attention sur le potentiel archéologique de ces zones humides pour le territoire.

 

L’évolution du rapport à l’humide en zone de plaine alluviale : le cas de Laplaigne, village riverain de l’Escaut (Belgique), Thibaut Ghils, Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme de l’Université catholique de Louvain

L’étude de la vulnérabilité des sociétés et des facteurs humains y contribuant est au centre des préoccupations de nombreux auteurs.  Plus spécifiquement, la problématique de l’aléa inondation, conséquence de l’anthropisation de milieux humides ou inondables, fait l’objet d’un intérêt récent mais marqué.  Cependant ces recherches sont encore trop rarement réalisées dans une optique opérationnelle. Pourtant, en interrogeant le passé, il est possible de comprendre le déroulé des mutations s’opérant sur un espace spécifique donné afin d’en imaginer le futur.
Le cas du village frontalier de Laplaigne, situé en bord d’Escaut belge, est à ce titre exemplatif.
Lié à l’humide, il s’en est détourné pour finir par l’ignorer.  Aujourd’hui, n’est-il pas temps d’imaginer un nouveau paradigme permettant d’inventer de nouveaux modèles d’aménagement du territoire qui réintroduiraient l’eau dans le paysage ?

 

La navigation sur l’Escaut et le patrimoine fluvial d’hier à aujourd’hui : témoignage et retour d’expérience sur le métier de douanier à Mortagne-du-Nord (frontière franco-belge), Serge Carpentier, receveur principal des douanes honoraire retraité

En 1964, Serge Carpentier est affecté comme contrôleur des douanes au bureau de Mortagne-du-Nord, dans le port fluvial au confluent de la Scarpe et de l’Escaut. Il y observe la vie des mariniers qui transitaient par cette frontière franco-belge à la position stratégique pour l’activité économique de cette vallée. Les mariniers avaient l’obligation de déclarer à l’entrée en France les provisions de bord sur le manifeste de pacotille, les quantités de gazole contenues dans les réservoirs et d’acquitter les droits et taxes et selon une convention internationale la patente fonction du gabarit de la péniche. Les agences en douane implantées sur les berges sont chargées des formalités douanières. Cet article offre ainsi un témoignage sur la navigation sur l’Escaut, et sur la vie fluviale de la fin du XXe siècle à aujourd’hui.

 

Raconter le patrimoine industriel de l’Escaut grâce au Steampunk ?, Caroline Soreau, doctorante du CALHISTE, Université Polytechnique Hauts-de-France

D’abord sous-genre de la littérature de science-fiction apparu dans les années 1960, inspiré par le Merveilleux Scientifique, Jules Verne ou H.G. Wells, le Steampunk s’est fortement développé et possède aujourd’hui une esthétique, une iconographie et une philosophie riches de sens comme de possibilités. Son principe fondamental consiste à remettre en lumière et revisiter le XIXème siècle de façon uchronique et fantastique. Ma recherche-création a pour objectif de questionner ces possibilités et de créer un projet artistique et culturel qui permettrait de remettre en lumière le patrimoine industriel des Hauts-de-France, et plus particulièrement celui du Haut Escaut, tout en le faisant entrer dans la Quatrième Révolution Industrielle qui se dessine aujourd’hui.


1 réponse

  1. CHEUVA Odile dit :

    Bonjour,
    j’aimerai avoir le pdf de la publication pour pouvoir l’intégrer dans le Centre de ressources du Parc naturel régional Scarpe-Escaut
    en vous remerciant
    Odile Cheuva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search