Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) : 2. Le château de Courtrai (1987-1989).

À l’occasion du traitement archivistique du « Fonds Gilles Blieck » conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck, sera publiée sur le portail. Vous trouverez ci-dessous le quatrième billet. Les deux premiers ont été publiés en mai et août 2019 et le troisième en janvier 2020.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie, Carte archéologique).

A. Un bref aperçu du château de Courtrai.

Le château de Courtrai, placé le long de la route éponyme, a été construit en 1298 par le roi de France, Philippe le Bel, dans le nord de la ville de Lille, à 100 m de la porte du même nom et au contact des fortifications urbaines dont il faisait partie intégrante : la forteresse, implantée sur une légère éminence, face à la ville et à son principal port, le Rivage, permettait de contenir Lille récemment conquise par le roi et de la défendre contre les Flamands. Au XIVe siècle, la forteresse passe aux mains des ducs de Bourgogne qui l’adaptent aux progrès de l’artillerie. Le château finit par tomber en désuétude et son démantèlement, autorisé en 1577, est effectif à partir de 1617 et s’achève en 1623. Le terrain sur lequel le château prenait place fut alors loti peu à peu et les fossés qui l’entouraient progressivement canalisés, puis comblés au XIXe siècle.

Fig. 1 – Vue du château de Courtrai (Dessin à l’encre et aquarelle, sur papier, XVIIIe siècle, Musée de l’Hospice Comtesse de Lille, ML 1386 – © photographie : Frédéric Legoy – Musée de l’Hospice Comtesse/Ville de Lille)

Le château prenait la forme d’un quadrilatère (180 × 150 m) et disposait d’une courtine crénelée et cantonnée de grosses tours cornières, rondes ou carrées, et des tours intermédiaires, moins importantes. Bâti en pierres blanches, grès et briques, il comprenait plusieurs bâtiments pour la garnison et une chapelle dédiée à saint Vital.

Fig. 2 – Restitution du plan du château de Courtrai dans le tissu urbain actuel (D’après Blieck 1997, p. 199, fig. 17)

De 1987 à 1989, plusieurs projets de transformation du quartier (construction d’immeubles, travaux de rues) ont favorisé la conduite de fouilles de sauvetage ou de suivis de travaux qui ont permis d’étudier les vestiges du château. Aujourd’hui, peu d’éléments de cette forteresse sont conservés au niveau du sol, mais le tracé des rues de Gand, des Bonnes Rappes, des Célestines, d’Ostende, du Crédit municipal et des Tours perpétuent encore le tracé des voies qui le desservaient.

Fig. 3 – Localisation des opérations archéologiques citées dans le texte (D’après Blieck 1997, p. 191, fig. 2)

B. Les opérations menées par Gilles Blieck sur le château de Courtrai.

Nous reprenons ici la numérotation des sites, à la suite de ceux déjà exposés dans la première partie de cette synthèse.

12. Rues des Tours et de la Rapine (1987).

En 1987, la pose d’une conduite d’eau, rues des Tours et de la Rapine, a occasionné l’ouverture d’une tranchée d’une largeur d’1,50 m et d’une profondeur de 2,50 m. Dans la rue des Tours, seuls des remblais récents ont été rencontrés. À l’inverse, dans la rue de la Rapine, des structures et niveaux anciens sont apparus à 0,65 m sous le niveau des pavés. Un mur au tracé perpendiculaire à l’axe de la rue a pu être reconnu : seul son parement sud-est subsistait, le reste de la maçonnerie ayant disparu lors du creusement d’une tranchée et d’un puits au début des années 1980. Ce mur présentait en élévation un appareil mixte fait d’un parement de blocs calcaires qui enserrait un blocage de fragments informes et de briques lié au mortier beige. L’ensemble était recouvert par une couche compacte (morceaux de calcaire de petite taille et mortier beige) qui correspondait vraisemblablement à l’arasement du mur. La puissance de ce dernier permet de penser qu’il appartenait à la courtine du château de Courtrai ou à l’un des bâtiments intérieurs.

15. Rues des Bonnes Rappes, à Claques et des Célestines (1989).

Préalablement à la construction d’un immeuble avec parking souterrain, rues des Bonnes Rappes, à Claques et des Célestines, des sondages et une fouille de sauvetage ont été menés en février 1989. L’opération a favorisé l’étude d’une stratigraphie constituée :

– d’une couche d’humus qui correspond probablement au sol du château et à partir de laquelle ont été creusées des fosses, parfois très importantes, qui témoignent de l’extraction systématique de l’argile naturelle dans ce secteur ;

– d’une accumulation de remblais argilo-sableux stériles, relevant le terrain d’une hauteur de 2,50 m, de trois aires de cendres et charbons de bois et de traces d’installations temporaires ;

– et, enfin, d’une couche de déchets de taille de calcaire qui témoigne de la construction de maisons au XVIIe siècle et dont subsistaient encore divers aménagements annexes (puits et latrines).

Fig. 4 – Plan général des vestiges découverts en 1989 rue des Tours (D’après Blieck 1997, p. 192, fig. 3)

17. Rue des Tours, n° 30-32 (1989).

En 1989, aux n° 30-32 rue des Tours, une fouille de sauvetage urgent a été menée préalablement à la construction d’une résidence. Cette opération a favorisé la découverte d’une portion de la courtine du château de Courtrai :

Fig. 5 – Vue générale du chantier de la rue des Tours en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

– la courtine a été mise au jour sur une longueur de 26 m : celle-ci montrait une épaisseur, à la base, de 7,50 m ; elle avait fait l’objet d’une récupération intensive au XVIIe siècle ; la maçonnerie était constituée d’un massif de blocage compris entre deux parements (craie locale, dite pierre de Lezennes, et grès de la région de Béthune) en moyen appareil ; la courtine devait s’élever à une hauteur de 20 m environ ;

Fig. 6 – Vue verticale de la courtine découverte rue des Tours en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

– dans l’épaisseur du mur, avait été ménagée une galerie voûtée en berceau ; celle-ci ne subsistait plus que sur une longueur de 5 m environ ; ces galeries aveugles du château étaient désignées dans les textes sous le terme d’allées ; le mur d’enceinte en comportait trois, superposées à intervalle régulier ; l’ensemble était couronné d’un chemin de ronde ;

– solidement ancrée dans la muraille, une tour circulaire avait un diamètre total d’environ 13 m ; on peut lui restituer une hauteur approximative d’environ 30 m ;

– la galerie avait aussi pour fonction la desserte d’une latrine de plan rectangulaire, ménagée dans l’épaisseur du mur et conservée sur une hauteur de 3,50 m ; cette latrine était reliée à un conduit horizontal qui devait permettre au contenu de se déverser dans le fossé longeant la courtine ;

Fig. 7 – Vue de la latrine – en cours de fouille – aménagée dans la courtine découverte rue des Tours en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

– l’opération a permis également de noter les phases de réfection de la courtine : celle-ci s’est écroulée à une époque tardive et une campagne de réfection a été lancée entre le XVIe et le XVIIe siècle (briques de l’époque moderne et mortier solide) ; à cette occasion, la galerie a été bouchée et la tour presque totalement arasée.

Fig. 8 – Vue d’un dépotoir en cours de fouille, rue des Tours, en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

18. Rue de Gand (1989).

En 1989, aux n° 50-52 de la rue de Gand, a été conduite une fouille de sauvetage urgent préalablement à la construction d’une résidence. Cette opération a été menée sur une porte de la forteresse qui donnait sur la campagne : celle-ci était constituée de deux tours reliées par un corps de bâtiment au couloir défendu par des herses ; cette porte était précédée par un pont dormant, puis par un pont-levis ; la maçonnerie de l’une des deux tours était semblable à celle découverte rue des Tours (craie et mortier strictement identiques), mais son diamètre, que l’on peut estimer à au moins 15 m, était supérieur ; cette tour, qui comprenait au moins deux archères, était voûtée en coupole et communiquait par l’intermédiaire d’un passage en plein-cintre avec le reste de l’ouvrage d’entrée.

Fig. 9 – Vue verticale des vestiges de l’une des deux tours de la porte ouvrant sur les champs, découverte rue de Gand en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

19. Place Louise de Bettignies, n° 35, et rue des Bonnes Rappes, n° 1-13 (1989).

En 1989, au n° 35 de la Place Louise de Bettignies et aux n° 1 à 13 de la rue des Bonnes Rappes, a été menée une fouille préventive d’urgence préalablement à la construction d’un immeuble. Plusieurs constructions datables pour l’essentiel du XVe siècle ont été mises au jour :

– l’une d’entre elles est un bâtiment rectangulaire subdivisé en deux pièces et probablement couvert d’un étage ; un autre bâtiment accolé au précédent devait servir de remise ; un troisième n’a été reconnu qu’à l’une de ses extrémités ; cet ensemble devait avoir une fonction résidentielle : il est possible qu’il s’agisse du logement d’un personnage haut placé dans la hiérarchie de la garnison de la forteresse ;

Fig. 10 – Plan général des vestiges découverts place Louise de Bettignies en 1989 (D’après Blieck 1997, p. 196, fig. 13)

– une phase antérieure a été étudiée : elle est marquée par un la destruction, lors d’un violent incendie, probablement intervenu au XIVe siècle, d’un bâtiment en bois et torchis partiellement reconnu ;

– enfin, au bâtiment résidentiel de la phase intermédiaire ont succédé des constructions fortement arasées, dont la fonction n’a pu être déterminée.

Fig. 11 – Vue du bâtiment – en cours de fouille – découvert place Louise de Bettignies en 1989 (© Fonds Gilles Blieck, Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

 

BIBLIOGRAPHIE SUCCINCTE

Synthèse :

Blieck G., « Le château dit de Courtrai à Lille de 1298 à 1339 : une citadelle avant l’heure », Bulletin Monumental, 155-3 (1997), p. 185-206.

Rues des Tours et de la Rapine :

Blieck G., Lille, Rue de la Rapine, Rapport d’intervention, Lille, 1987 [Document conservé au Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck G., « Surveillance archéologique rue de la Rapine à Lille », Dossiers archéologiques, historiques, culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 24 (1987), p. 9-10.

Rues des Bonnes Rappes, à Claques et des Célestines :

Blieck G., Lille, Rue des Bonnes Rappes, Rapport de sauvetage urgent, Lille, 1988 [Document conservé au Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Rue des Tours, Rue de Gand et Place Louise de Bettignies :

Blieck G., Rapport des fouilles du château de Courtrai à Lille, Service Urbanisme et Action foncière – Archéologie, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1989 [Document conservé au Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search