Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991). 1. Les opérations archéologiques des années 1980.

À l’occasion du traitement archivistique du “Fonds Gilles Blieck” conservé au Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France, une série de 5 articles consacrés à l’un des premiers archéologues municipaux de la ville de Lille, Gilles Blieck, sera publiée sur le portail. Vous trouverez ci-dessous le troisième billet. Les deux premiers ont été publiés en mai et août 2019.

Cette notice a été rédigée par Alexia Antrope et Thomas Byhet (DRAC Hauts-de-France, Pôle Patrimoines et Architecture, Service régional de l’Archéologie, Carte archéologique).

 

Propos général

Fig. 1 – Liste des opérations archéologiques réalisées par Gilles Blieck à Lille dans les années 1980-1990 (A. Antrope, 2019).

27 opérations archéologiques ont été menées à Lille, entre 1984 et 1991, sous la direction de Gilles Blieck, archéologue municipal (fig. 1) : celles-ci sont toutes situées dans le nord-est de la ville (fig. 2). Ces opérations archéologiques (sondages, fouilles préventives d’urgence et surveillances de travaux) ont été menées dans le cadre de la modernisation accrue de la ville de Lille dans les années 1980 et au début des années 1990. Durant une décennie, de grands chantiers ont vu le jour : Euralille, TGV, tramway et métro, parking souterrain de la Grand-Place, centres commerciaux, grands ensembles de bureaux et immeubles d’habitation. Elles illustrent un pan de l’archéologie française et régionale avant la professionnalisation de cette science dans les années 2000.

Fig. 2 – Localisation des opérations archéologiques réalisées par Gilles Blieck à Lille dans les années 1980-1990 (Dao : Th. Byhet et A. Antrope, 2019)

Les apports scientifiques de ces opérations sont nombreux pour l’histoire de la ville de Lille aux époques médiévale et moderne : en effet, les chantiers ont porté sur plusieurs édifices ou établissements religieux et leurs abords (église Saint-Maurice, cimetière de la paroisse Sainte-Catherine, couvent des Urbanistes, collégiale Saint-Pierre), sur les fortifications (remparts médiévaux et modernes, fossés, château de Courtrai, fort Sainte-Agnès) et sur les activités économiques (la place du Marché) ou ludiques (joutes équestres) de la ville.

La Carte archéologique du Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France (site de Lille) possède les rapports pouvant renseigner 22 des 27 opérations archéologiques mentionnées dans le fonds. Les notices de sites qui vont suivre ont été rédigées à partir de ces rapports ou à partir des notices publiées dans le Bilan scientifique régional Nord-Pas-de-Calais (pour la seule année 1991), la revue Archéologie Médiévale et le site ADLFI – Archéologie de la France Informations[1], quand les rapports étaient manquants. Les numéros des notices renvoient aux numéros de leur localisation sur la carte générale (fig. 2). Toutefois, 5 de ces opérations n’ont pas pu être renseignées, faute d’informations disponibles : pour cette notice, il s’agit des opérations réalisées rue du Pont Neuf et Place du Concert (1985) [n° 4], avenue Charles Saint-Venant (1986) [n° 7], rues du Barbier Maes et Jeanne Maillotte (1988) [n° 14].

Afin d’alléger un propos qui pourrait être conséquent, il a été décidé de scinder la notice consacrée aux opérations archéologiques menées par Gilles Blieck en trois parties qui prendront pour titre, Gilles Blieck, 8 années d’archéologie lilloise (1984-1991) :

1. Les opérations archéologiques des années 1980

2. Le château de Courtrai (1988-1989)

3. Les opérations archéologiques des années 1990

 

1. L’Îlot des Tanneurs (1984).

Cette fouille de sauvetage a été menée du 26 mars au 30 mai 1984, dans le cadre du projet d’aménagement d’un îlot urbain (habitation, bureaux et parkings souterrains) délimité par la rue de Paris (actuelle rue Pierre Mauroy), la rue du Sec-Arembault et la rue du Molinel (fig. 3). Située au cœur de la ville de Lille, elle avait pour objectif de mettre au jour des ateliers de tanneurs, dont l’existence et la localisation est attestée par le nom même de la rue des Tanneurs et par les textes. Toutefois, cet objectif n’a pu être atteint en raison même de l’exiguïté du périmètre de l’opération et des vestiges découverts.

Fig. 3 – Vue générale du chantier de l’îlot des Tanneurs en 1984 (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

Cinq phases d’aménagement du site ont pu être déterminées :

– la première est datable de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle : une portion de mur de clôture en briques était associée à un sol de cour de même nature ;

– la seconde phase voit le démantèlement de ce mur et la récupération des briques du sol de la cour ; après remblayage du secteur, d’autres murs de clôture sont aménagés (briques et blocs de calcaire) : ces derniers ont peut-être servi à canaliser le cours de la Rivièrette qui traversait le site ;

– la troisième phase connaît un important remblayage après arasement des murs ; une fosse dépotoir a été mise au jour ; son comblement contenait de la céramique datée du début du XVIIe siècle et des ossements ;

– la quatrième phase correspond à la construction d’un bâtiment (murs en briques, grès et tuiles) associé à un couloir ; cet ensemble, rapidement comblé à en juger par le remplissage indifférencié dans la seconde moitié du XVIIe siècle, avait peut-être pour fonction celle d’un lavoir ; il était associé à un mur de clôture ; le comblement a livré 130 objets en terre cuite composés essentiellement de statuettes très fragmentées : il s’agit de rebus de cuisson d’un atelier spécialisé dans la fabrication de statuettes religieuses (anges, enfant Jésus, Vierge à l’enfant, Saintes, Jésus flagellé) et profanes (amulettes, pendentifs, poupées) ; cet atelier était probablement situé à proximité du couvent des Clarisses et devait vendre sa production aux fidèles et pèlerins qui venaient en dévotion à l’église du couvent ;

– la cinquième et dernière phase prend place à la fin du XVIIIe siècle ou au début du siècle suivant : le terrain est nivelé pour faire place à des jardins.

2. La Collégiale Saint-Pierre – Palais de Justice (1984-1985).

La collégiale Saint-Pierre a été construite en 1050-1066, reconstruite vers 1220-1230 jusqu’à la fin du XIIIe siècle, détruite en 1354, reconstruite à nouveau entre le XIVe et le XVIe siècle et totalement détruite lors de la Révolution. Le site a été redécouvert en 1833, dans le cadre de l’aménagement du Palais de Justice. Par la suite, le site a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles en 1963, 1982 et 1984.

La dernière campagne de fouille a été conduite du mois de mars au mois d’août 1985, dans le cadre de l’extension du Conservatoire de Musique. Cette opération a permis de mettre au jour une occupation antérieure datée du haut Moyen Âge (bâtiment excavé et four de l’époque carolingienne), une partie de la crypte de la collégiale, les piliers du chœur, les chapelles paroissiales et de Notre-Dame-de-la-Treille (évolution et démantèlement), mais aussi plusieurs inhumations en cercueil, trois caveaux funéraires, dont un seul était encore occupé par une inhumation, et un ossuaire (fig. 4).

Fig. 4 – Vue générale du chantier du Palais de Justice en 1984-1985 (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France).

3. Trésorerie générale – Rue Basse (1984).

L’opération archéologique a pris la forme de sondages, conduits en 1984, dans le cadre de l’aménagement de bureaux et d’un parking public établis à l’emplacement de l’ancienne Trésorerie générale, rue Basse, désaffectée en 1974. Ils ont permis de mettre au jour des niveaux médiévaux remontant pour les plus anciens au XIIIe siècle, ainsi qu’une stratigraphie continue sur 4 m (fig. 5). Cette opération a permis de mettre en avant la forte occupation de ce secteur de la ville dès le XIIIe siècle, avant l’intense urbanisation dont il fait l’objet à partir de la fin du XVe siècle. La zone se situe en bordure de la rue Basse et du Canal du Pont de Weppes, soit un endroit de passage important qui permettait de mettre en communication deux artères supposées de Lille primitive (la rue Esquermoise et la rue de la Grande Chaussée).

Fig. 5. Vue générale du chantier de la Trésorerie générale, rue Basse, en 1984 (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

5. Église Saint-Maurice (1985).

Une série de sondages a été menée en 1985, à la demande de l’entreprise Sofretu (maître d’œuvre du métro de Lille), afin d’obtenir des informations sur les fondations de l’église Saint-Maurice (mentionnée pour la première fois en 1066 dans la Grande Charte de Baudouin V), en prévision de la mise en place de la ligne 1bis (actuelle ligne 2).

Les sondages ont mis au jour les fondations du mur gouttereau de la chapelle Saint-Joseph et celles du contrefort contigu. Une monnaie de Philippe le Bon datée de 1433-1467 a également été découverte. Le secteur montrait une stratigraphie assez perturbée.

6. Cimetière de la paroisse Sainte-Catherine (1985 à 1988).

Le cimetière paroissial Sainte-Catherine est mentionné pour la première fois en 1306 : celui-ci prenait place entre l’église Sainte-Catherine et la courtine de l’enceinte médiévale. Sa fermeture intervient en 1779, à la suite du transfert extra muros des lieux de sépulture lillois.

Plusieurs campagnes de fouilles préventives ont été menées à l’emplacement du cimetière de la paroisse Sainte-Catherine de 1985 à 1988. Nous ne possédons pas d’informations sur les campagnes 1985 et 1988 : seules les campagnes 1986 et 1987 sont ici renseignées.

– La campagne de 1986, qui a pris place entre les mois de mai et août, avait pour objectif de dater l’établissement du cimetière, d’étudier son organisation et son évolution, ainsi que les modes d’inhumation et rites funéraires, de contribuer à l’étude anthropologique de la population concernée et d’examiner et de dater la structure de l’enceinte médiévale qui lui est contiguë. Cette dernière n’a pas été retrouvée et la fouille s’est exclusivement consacrée au cimetière, pour lequel 339 sépultures ont été mises au jour sur une surface d’environ 300 m² et une épaisseur moyenne de 0,50 m : cette faible épaisseur témoigne d’une forte densité d’occupation se traduisant notamment pas des superpositions, perturbations et recoupement fréquents. Toutes les tranches d’âge sont représentées avec une forte proportion d’enfants (42 %). L’orientation préférentielle des sépultures est sensiblement est-ouest. La disposition générale des tombes est celle d’un cimetière en rangées irrégulières : l’organisation montre des groupements de sépultures plus ou moins parallèles, l’inhumation en linceul maintenu par des épingles en laiton est la règle quasi unique. Plusieurs fosses communes ont été décelées : celles-ci sont désignées comme « saloirs » dans les textes. Le mobilier en place est pratiquement absent et seuls quelques fragments de céramique permettent de dater certaines des inhumations des XVIIe-XVIIIe siècles. Cinq fragments de dalles funéraires ont également été retrouvés.

– Une seconde opération s’est déroulée du mois d’avril au mois de novembre 1987. Elle a mis au jour 127 nouvelles sépultures qui ne semblent pas remonter au-delà des XVe-XVIe siècles. Quelques fragments de dalles funéraires et de pieds de croix en calcaire ont été recueillis en surface.

Parallèlement à cette opération archéologique, un important travail d’archive a été mené afin de poser un nouveau regard sur la population dans ses critères généraux et aussi dans la vie de tous les jours (fig. 6).

Fig. 6 – Reconstitution du cimetière de la paroisse Sainte-Catherine à l’époque moderne (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

8. Rues Carnot, des Jardins et de Roubaix (1986 à 1988).

Plusieurs opérations archéologiques ont été effectuées entre 1986 et 1988 : seule l’opération réalisée en avril 1986 est ici renseignée.

La fouille de sauvetage, menée dans le cadre de l’aménagement d’un projet de construction de 8 359 m² destiné à la direction régionale des PTT, prend place immédiatement au nord-ouest de l’ancien couvent des Sœurs Noires, fondé en 1327 et occupé ultérieurement par le garage Peugeot (aujourd’hui disparu). Le secteur se trouvait à proximité des remparts médiévaux, entre la porte de Courtrai et la porte de Diergnau.

Les fouilles n’ont pas permis de mettre au jour l’enceinte médiévale, mais ont favorisé la découverte d’une importante pièce d’eau aménagée, régulièrement curée et qui pourrait être apparentée à un second fossé intra muros.

9. Îlot Fauvarque – Rue des Trois Molettes (1986).

Une campagne de fouille préventive a été menée en 1986 dans le cadre de l’aménagement immobilier Cogedim nord aux n° 2bis, 4, 6 et 8 rue des Trois Molettes. Ce projet devait s’établir à l’emplacement de l’ancien hôpital des Vieillettes ou Vieilles Femmes érigé en 1541. Mais cette opération n’a donné aucun résultat probant, la zone étudiée se trouvant sur le lit primitif du cours d’eau voisin (canal des Sœurs Noires) qui devait être plus large et irrégulier avant sa canalisation. De plus, un réseau assez dense de caves avait mité le terrain.

10. Couvent des Urbanistes (1986).

Cette fouille a été menée de septembre à novembre 1986, dans le cadre de l’aménagement d’un immeuble avec parking souterrain par la Société Immo-Duttilleul, dans la cour de l’Hôtel actuel des Canonniers. Le nouvel aménagement devait prendre place sur l’ancien couvent des Urbanistes ou Riches Claires édifié en 1628. La fouille a porté principalement sur la chapelle du couvent construite à partir de 1645 (fig. 7) : elle était constituée d’un vaisseau unique terminé par un chevet à trois pans ; elle se divisait d’ouest en est en trois parties distinctes (nef, chœur et abside) ; on y accédait par un porche précédé d’une cour délimitée par un mur de clôture. L’opération a aussi porté sur les bâtiments du cloître qui n’étaient bordés d’une galerie que sur trois côtés : ce cloître a été construit entre 1631 et 1634. L’aile orientale reposait sur trois caves ; le sol de l’aile occidentale était revêtu de carreaux de terre cuite intégralement récupérés ; enfin, la troisième galerie desservait une latrine rectangulaire. Seules quelques assises subsistent en élévation, avec une conservation des vestiges assez inégale. Cette opération archéologique a permis de proposer une restitution poussée dans le détail du mode de vie des religieuses de ce couvent des XVIIe et XVIIIe siècles.

Fig. 7. Vue générale du chantier du Couvent des Urbanistes en 1986 : fondations de la chapelle du couvent construite à partir de 1645 (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

11. Place du Général de Gaulle (1987 à 1989).

Avec la place du Théâtre, l’actuelle place du Général de Gaulle ou Grand-Place constituait durant le Moyen Âge le Grand Marché, un carrefour des principales voies qui desservaient la ville de Lille. Mais c’était aussi un centre économique, politique, judiciaire et religieux.

Plusieurs opérations archéologiques ont été menées préalablement à la construction d’un parking souterrain à plusieurs niveaux :

– La première opération s’est déroulée en novembre 1986 : deux sondages ont été creusés à une distance l’un de l’autre de 45 m ; la stratigraphie qui se développe sur une épaisseur d’environ 3 m montre une suite continue des états successifs de la place médiévale ; certaines couches étaient recoupées par des trous de poteaux calés par des grès, qui appartenaient vraisemblablement aux étals des marchands ; à l’époque moderne, l’aspect de la place change avec des lits de pose de pavés.

– La seconde opération a pris place du 5 mai 1988 au 20 janvier 1989. Les fouilles avaient pour objectif de mettre en avant les différentes étapes de l’évolution et de l’urbanisation du cœur de la ville médiévale. Deux secteurs ont été ouverts, distants l’un de l’autre d’une cinquantaine de mètres.

Fig. 8 – Vue générale du chantier de la Place du Général de Gaulle entre 1987 et 1989 : traces de trous de poteaux correspondant aux hayons du marché de l’époque médiévale (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

Dans le secteur 1, sept phases ont été individualisées (fig. 8) :

– la phase 1 montre que le site n’est pas occupé de façon fixe et durable avant la seconde moitié du XIIIe siècle ; auparavant, le site est soumis à l’action de l’eau et comporte certaines zones de circulation, à cheval notamment ;

– la phase 2 traduit une volonté d’occupation permanente : elle voit l’installation d’au moins un bâtiment sur poteaux plantés ; ce bâtiment fait songer à une sorte de halle, peut-être un édifice public à vocation économique (nombre important de graines) ; ce bâtiment est détruit par un incendie ; puis, le secteur est livré à nouveau à la circulation (ornières) ; cette phase se place dans le dernier tiers du XIIIe siècle ; elle se clôt par un dernier dépôt d’origine fluviatile ;

– la phase 3 est marquée par un épandage de mortier afin d’assécher le terrain très humide ; ce travail d’assainissement traduit une volonté d’urbanisation de l’espace qui ne prélude à aucune installation ; des ornières traduisent à nouveau un espace de circulation ;

– la phase 4 témoigne d’une véritable occupation : le sol est constitué de petits fragments de craie tassés ; des trous de poteaux correspondent à des installations légères, probablement celles de structures temporaires démontables : il s’agit des plus anciennes traces attestant de la tenue d’un marché à cet endroit ;

– la phase 5 voit l’apport d’un nouveau remblai destiné à améliorer la circulation : la fonction du lieu n’est pas véritablement déterminée ;

– la phase 6 correspond véritablement à la place de marché : le terrain est aménagé avec l’apport d’une couche de craie uniformément répartie et soigneusement damée ; celle-ci était percée de trous de poteaux parfois calés par des pavés en grès ; ces vestiges traduisent l’existence de structures temporaires et légères nommées « hayons[2] » qui apparaissent dès la fin du XIVe siècle ;

– la phase 7 est caractérisée par l’aménagement de deux remblais différents coup sur coup : leur dépôt est immédiatement suivi de l’implantation de nouveaux hayons disposés de manière aléatoire ; cette période se place vers l’extrême fin du XIVe siècle ;

– la phase 8 correspond à un tournant de l’histoire de la place avec le dépôt sur la totalité du site d’une couche de sable préparatoire à la pose d’un premier pavage ; cette opération intervient dans les toutes premières années du XVe siècle ; la fonction et l’utilisation de la place ne semblent pas affectées par cet important changement (nombreux trous de poteaux et pierres de calage) ; certaines des réfections ont aussi été consécutives au démontage des lices installées lors de joutes plusieurs fois mentionnées au cours du XVe siècle (négatif d’une palissade longue d’au moins 21,50 m).

Dans le secteur 2, ont été distinguées deux zones A et B dans lesquelles ont été pratiqués plusieurs sondages :

– dans la zone A, ont été mis au jour une grande étendue de terre rapportée, une tranchée traversant le terrain du nord-ouest au sud-est, un alignement de pierres de Tournai orienté nord-est/sud-ouest, une tranchée avec petites empreintes rectangulaires et une surface de craie ; quatre phases ont été distinguées : la première correspond à une zone de circulation en milieu humide, la deuxième à une volonté d’assèchement du terrain, la troisième à un possible bornage de la zone et, enfin, la quatrième à un véritable aménagement de la place.

– dans la zone B, le relevé d’une coupe montre une succession de dépôts fluviatiles entre lesquels s’intercalent des couches liées à des aménagements temporaires.

Au final, les deux opérations ont permis de mettre en évidence les débuts de la fréquentation du site par l’homme et ce qui résulte de son action (modification d’une zone humide, zone de passage). Elles ont permis également de retracer les principales étapes de l’évolution du site qui passe de l’état de marécage à celui de place de marché. Les vestiges recueillis permettent aussi d’appréhender le mode de construction des hayons dont le plan demeure toutefois difficile à préciser (fig. 9). Enfin, les fouilles ont mis en lumière l’embellissement de la place au début du XVe siècle avec l’installation d’un pavage, ainsi que l’existence de tournois qui se déroulaient sur la place.

Fig. 9 – Reconstitution du marché de la Grand-Place à l’époque médiévale (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

12. Rue Gombert (1987).

La découverte d’une puissante fondation maçonnée lors de la démolition d’immeubles anciens, préalablement à la construction du siège du Crédit Mutuel, rue Gombert, a conduit à l’organisation d’une fouille de sauvetage du 2 au 4 novembre 1987.

La fondation appartenait à l’enceinte du XVIIe siècle, dont la construction en 1603 a permis l’agrandissement de la ville de Lille vers l’ouest et de s’adapter aux nouvelles conditions de guerre avec les progrès notamment de l’artillerie, qui inaugure le système bastionné de la ville de Lille.

La portion de courtine mise au jour était contiguë au nord-ouest de la porte Notre-Dame (fig. 10) : elle a été relevée sur une longueur d’environ 42 m et sur une largeur d’environ 3 m à son sommet ; sa fondation était constituée de blocs de calcaire posés à sec et en boutisses sur une hauteur de 60 cm, puis de briques formant le gros de la maçonnerie ; l’élévation était constituée de blocs de grès dont il ne restait que quatre assises régulières. Ce mur était lié à un fossé qui n’a pu être exploré.

Fig. 10 – Vue générale du chantier de la rue Gombert en 1987 : fondation de l’enceinte urbaine de Lille datée du XVIIe siècle (© Fonds Gilles Blieck – Service régional de l’Archéologie Hauts-de-France)

13. La Vieille Bourse (1988).

Construite de 1652 à 1653, la Bourse des Marchands ou Vieille Bourse est implantée à l’endroit qu’occupaient auparavant la Fontaine au Change, le Pilori et la chapelle Notre-Dame-des-Ardents sur le Grand Marché médiéval, qu’elle divise aujourd’hui en deux parties.

En 1988, une série de sondages a été entreprise dans les caves du bâtiment, à la demande d’Étienne Poncelet (alors architecte des Monuments Historiques) afin de vérifier l’état des fondations, en prévision de restaurations éventuelles. Le creusement des caves a fait disparaître toute trace d’aménagement antérieur : le sol naturel apparaît à une profondeur moyenne de 16,60 m NGF. Un autre sondage a été implanté en une zone non excavée de la cour de la Vieille Bourse : la stratigraphie relevée appartient aux niveaux successifs de la place du Marché évoqués ci-dessus.

Bibliographie

1. Îlot des Tanneurs :

Blieck (G.), Lille, L’Îlot des Tanneurs, Rapport de fouille, Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais, Lille, 1984 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), « Les fouilles de l’îlot des Tanneurs à Lille », Revue du Nord, LVII, n° 164, janvier-mars 1985, p. 121-140.

2. Collégiale Saint-Pierre :

Blieck (G.), Lille, Collégiale Saint-Pierre, Rapport de fouille, Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Lille, 1985 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), « Les fouilles de la collégiale Saint-Pierre de Lille. I. Le site. Les fouilles de 1985 », Revue du Nord, LXVIII, n° 268, janvier-mars 1986, p. 121-152.

Blieck (G.), « Les fouilles de la collégiale Saint-Pierre de Lille. II. Les fouilles de 1985 », Revue du Nord, LXIX, n° 272, janvier-mars 1987, p. 59-86.

Gardelles (J.), « La Collégiale Saint-Pierre », dans : Trénard (L.), Histoire de Lille, Tome 1 : Des origines à l’avènement de Charles Quint, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Lille, Privat, Lille, 1970, p. 425-436.

Jessu (Ph.), Leman (P.), « Les fouilles de la Collégiale Saint-Pierre de Lille », Revue du Nord, 1964, p. 129-158.

Jessu (Ph.), « Rapport sur les fouilles exécutées à l’emplacement de l’ancienne Collégiale Saint-Pierre à Lille », Revue du Nord, 1966, p. 602-604.

3. Trésorerie générale :

Blieck (G.), Lille, Rapport des sondages menés à l’emplacement de l’ancienne Trésorerie Générale du Nord, Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service Études et Urbanisme, Lille, 1984 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), « Sondages archéologiques à l’emplacement de l’ancienne trésorerie générale du Nord de Lille », Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, 1985, p. 11-15.

5. Église Saint-Maurice :

Blieck (G.), Sondage archéologique contre l’église Saint-Maurice à Lille, Direction des Antiquités historiques du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service de l’Urbanisme et de l’Action foncière, Lille, 1985 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), « Sondage archéologique contre l’église Saint-Maurice à Lille », Dossiers archéologique, historiques, culturels du Nord et du Pas-de-Calais, n° 22, 1986, p. 37-38.

6. Cimetière Sainte-Catherine :

Blieck (G.), Les fouilles du Cimetière Sainte-Catherine à Lille, Circonscription archéologique Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service de l’Urbanisme et de l’Action foncière, Lille, 1986 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), Lille, Fouilles du Cimetière Sainte-Catherine, Circonscription archéologique Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Lille, 1987 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), « L’ancien cimetière paroissial de Sainte-Catherine », dans : Collectif, L’église Sainte-Catherine de Lille, Association des amis de l’église Sainte-Catherine, Lille, 1991, p. 33-40.

8. Rues des Jardins, de Roubaix et des Arts :

Blieck (G.), Lille, Terrassements préliminaires à l’emplacement de la future Direction régionale des PTT, Ville de Lille – Service de l’Urbanisme et de l’Action foncière, Lille, 1986 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

9. Îlot Fauvarque – rue des Trois Molettes :

Maliet (V.), Lille, Rue des Trois Mollettes, Rapport provisoire de fouilles, Circonscription archéologique Nord-Pas-de-Calais, Direction des Antiquités historiques, Lille, 1982 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), Lille, Îlot Fauvarque, sondages préliminaires, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Lille, 1986 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’archéologie Hauts-de-France].

10. Couvent des Urbanistes :

Blieck (G.), Les fouilles du Couvent des Urbanistes à Lille, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service de l’Urbanisme et de l’Action foncière, Lille, 1986 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

11. Place du Général de Gaulle :

Blieck (G.), Sondages archéologiques préliminaires place du Général de Gaulle, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Lille, 1986 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].

Blieck (G.), Gemehl (D.), « Sondages archéologiques préliminaires place du Général de Gaulle à Lille », Dossiers archéologiques, historiques et culturels du Nord et du Pas-de-Calais, supplément archéologique, n° 2, 1987, p. 46-49.

Blieck (G.), Rapport des fouilles de la place du Général de Gaulle, Circonscription archéologique du Nord-Pas-de-Calais, Ville de Lille – Service Urbanisme et Action foncière, Lille, 1988-1989 [Document conservé à la Carte archéologique du Service Régional de l’Archéologie Hauts-de-France].


[1] https://journals.openedition.org/adlfi/9906

[2] Tentes à quatre pieds et à couverture de toile sous lesquelles les artisans vendaient leurs marchandises.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.