Nouvelle publication : Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil : travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique)

SAUSSUS Lise (éd.), THOMAS Nicolas (éd.), BRACKE Maarten (coll.), GOEMAERE Eric (coll.), LEDUC Thierry (coll.), TYS Dries (coll.), VERSLYPE Laurent (coll.), ZAOUR Nolwenn (coll.)
Un atelier d’orfèvre autour de l’an mil : travail du cuivre, de l’argent et du fer à Oostvleteren (Flandre occidentale, Belgique)
Louvain : Presses universitaire de Louvain, 2019, 262 p.
Collection d’archéologie Joseph Mertens ; XVIII
ISBN 978-2-87558-879-1

Résumé éditeur :

En 2014, les fouilles archéologiques préventives réalisées par Monument Vandekerckhove aux abords du village d’Oostvleteren (Flandre occidentale) ont révélé les vestiges d’un atelier métallurgique daté entre la fin du Xe et le début du XIe siècle. Établi aux confins du pagus de l’Yser, le domaine de Fletrinio in pago Isseretio est caractéristique des propriétés qui se développent dans la plaine maritime flamande à cette période. Le travail conjoint des alliages à base de cuivre et de l’argent ainsi que du fer y met en exergue le rôle économique et l’importance sociale du site dont le noyau d’habitat, doté d’une église, est tôt adossé à une résidence castrale. Une unique fosse témoigne de cet atelier dont les nombreux déchets ont été étudiés à l’aide de méthodes qualitatives et quantitatives. Ils éclairent les différents aspects de la production et permettent d’en apprécier l’intensité. Les techniques de fonderie et de l’affinage de l’argent par coupellation, la qualité et la provenance des terres utilisées, les alliages mis en œuvre, les indices de l’élaboration du laiton par cémentation, ainsi que le répertoire des objets fabriqués sont mis en lumière, comblant une lacune pour la période et la région. Prenant en compte les enjeux environnementaux et définissant le cadre historique, étroitement corrélés, la polyvalence d’un artisan, sa sédentarité, sa mobilité voire son origine sont mises en question. Il en ressort que, dans un environnement favorable aux échanges maritimes et commerciaux, l’atelier d’Oostvleteren a produit de petites séries d’objets de la parure, très probablement liée à l’équipement du cheval et du cavalier, au bénéfice d’une clientèle privilégiée. (4e de couv.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.