De l’importance des synthèses archéologiques micro-régionales

   
          Cet article a été rédigé par Alice Dananai, docteur en archéologie.
   

L’ouvrage publié, Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C., est le résultat de plusieurs années de recherches menées dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Lille en 2015.

Son ambition était de définir, à partir de la documentation archéologique récente, les pratiques funéraires sur le territoire de l’Ostrevant, situé à l’époque antique à la croisée des cités des Atrébates, des Nerviens et des Ménapiens, tout en mettant en lumière la continuité et les transformations des sociétés en lien avec la présence romaine sur le territoire. Les limites chronologiques fixées s’étendent de la transition entre la fin de l’Âge du Fer et le Haut-Empire jusqu’au début du IIIe s.

Fig. 1 : Carte des ensembles funéraires du Haut-Empire. En vert, les ensembles funéraires du corpus de l’Artois-Ostrevant. Echelle 1 : 1 000 000. (©ABG)

Le choix de la zone d’étude est né de la volonté d’exploiter une importante quantité de données disponibles grâce aux nombreuses opérations d’archéologie préventive menées ces trente dernières années. Le corpus initial est constitué par les résultats issus des interventions de la Direction de l’Archéologie Préventive de Douaisis Agglo (ou Communauté d’Agglomération du Douaisis jusqu’en 2018) depuis les années 1990. Il est enrichi par le dépouillement des rapports de diagnostic et de fouilles effectués par l’ensemble des acteurs de l’archéologie préventive actifs du Nord-Pas-de-Calais et les publications de sites localisés sur la frontière occidentale belge.

Il fallait, à partir de ces données, pouvoir déterminer des limites culturelles perceptibles grâce aux vestiges laissés par les peuples antiques lors des activités liées aux funérailles, tout en caractérisant ces dernières afin d’en restituer la chaîne opératoire. Ce travail a été opéré conjointement à l’examen chronologique des ensembles funéraires constituant notre corpus.

Fig. 2 : Résultat de la permutation matricielle des sépultures de l’Artois-Ostrevant.

À ces fins, la réalisation d’une permutation matricielle a autorisé la datation fine des tombes et une caractérisation indirecte des limites culturelles. La méthode de la permutation repose sur l’axiome selon lequel deux ensembles identiques sont contemporains. Ainsi, des sépultures appartenant à des groupes culturels différents ne peuvent être rapprochées, car elles créent des incohérences dans la permutation. Un long travail de nettoyage de la matrice permet d’aboutir à une diagonale lisible, qui a pu être découpée en huit phases, caractérisées par l’apparition de nouveaux objets déposés dans les sépultures et la disparition d’autres. La zone finalement délimitée par cette sélection algorithmique correspond exactement à l’est du territoire atrébate, étendu jusqu’à la périphérie d’Arras, voire pour le Ier s. jusqu’à Bruay-la-Buissière. Nous la dénommons de ce fait Artois-Ostrevant dans notre étude, puisqu’elle ne correspond par véritablement à une entité géographique ou culturelle connue à la période antique. L’examen des structures funéraires, de leur architecture et de leur contenu (dépôt de crémation, mobilier et comblement) montre des différences, qui sont le reflet de gestes effectués par des groupes humains distincts.

Les multiples aspects constitutifs des structures funéraires sont décortiqués dans le volume, permettant d’apprécier à la fois les évolutions chronologiques des pratiques et de percevoir les différences micro-régionales. De plus, cette tâche est rendue possible grâce à un volume de données conséquent, tant en termes de quantité que de qualité.

Ces évolutions se caractérisent d’abord par une transformation du paysage funéraire à la fin de l’Âge du Fer. Le nombre de sépultures augmente, tandis que l’on observe des regroupements de tombes aux abords des habitations et des chemins. Auparavant, les structures funéraires sont peu nombreuses et dispersées sur les parcelles occupées par les hommes. Ce phénomène semble commun à l’ensemble de la Gaule Belgique. L’aspect des tombes, en revanche, offre de multiples facettes, qui caractérisent les nombreuses communautés humaines occupant des territoires restreints. Une étude réalisée à l’échelle micro-régionale permet justement de mettre en lumière ces phénomènes. Nous en résumerons quelques aspects.

Le traitement du défunt, brûlé sur un bûcher, est pratique commune depuis le second Âge du Fer jusqu’au début du IIIe s. Par la suite, l’inhumation remplace de manière relativement rapide la crémation. Si le poids des ossements semble plus substantiel à la période romaine, aucune pratique uniforme n’a été mise en évidence concernant la sélection des ossements, ni les gestes de ramassage sur le bûcher et de dépôt dans la tombe. Le traitement des résidus du bûcher trahit en revanche des comportements différents. Sur notre territoire d’étude, ils sont presque toujours absents des sépultures durant tout le Ier s., alors qu’au IIe s. ces derniers servent régulièrement à combler les tombes. Au nord de l’Artois-Ostrevant, sur le territoire ménapien mais aussi dans la région septentrionale de la cité atrébate, il est commun de trouver des résidus de crémation dans les fosses sépulcrales, parfois également dans les ossuaires, et ce depuis la période laténienne. Les sépultures à dépôt primaire de crémation, ou tombe-bûcher, y sont également plus nombreuses.

La sépulture qui accueille les restes brûlés du défunt subit également des évolutions à travers les siècles. Au Ier s. de notre ère, sa forme est similaire à celle des sépultures aristocratiques laténiennes : la fosse sépulcrale est carrée, de grandes dimensions et relativement profonde, proprement creusée et parfois coffrée de planches de bois. Elle peut être rapprochée des sépultures observées sur le territoire sud-nervien aux périodes laténiennes et alto-impériales, mais se distingue par ailleurs des sépultures observées au nord de l’Escaut. Au IIe s., les fosses se réduisent et sont de forme circulaire, à profil en cuvette. À cette même période, les sépultures appartenant à de riches et/ou puissants individus prennent la forme d’hypogées. La découverte de nombreuses tombes de ce type ces dernières années met en évidence une particularité du sud du territoire de la cité des Nerviens.

Les dépôts funéraires subissent également des évolutions qui reflètent des changements dans les pratiques funéraires et une transformation du sens des gestes opérés lors des funérailles. Ainsi, tout au long du Ier s., il apparaît essentiel de placer dans la tombe aux côtés du défunt des offrandes alimentaires, constituées de nourriture, dont de la viande issue d’un sacrifice sanglant effectué lors des funérailles, et de boissons placées dans des récipients nombreux et variés. Progressivement en Artois-Ostrevant, les dépôts se restreignent à des récipients à boire et à des jattes ou des pots à cuire. Ces vestiges témoignent de deux aspects fondamentaux dans la transformation des sociétés : l’évolution des pratiques alimentaires (que l’on met en parallèle avec les résultats d’analyse des contextes domestiques) et la mutation des pratiques funéraires, où le sacrifice animal ne semble plus indispensable à la mise en place de la sépulture. L’aspect de la tombe en est radicalement transformé, puisque l’on passe de l’étalage de récipients garnis de nourriture et de dépôts de quartiers de viande dans de grandes fosses, à de petites fosses aux allures modestes dans lesquelles deux ou trois récipients suffisent désormais.

Fig. 3 : Dépôts alimentaires dans la sépulture 1047 d’Hénin-Beaumont « Rue des Chauffours » (©Direction de l’Archéologie Préventive-Douaisis Agglo)

Tous ces changements semblent s’opérer de façon simultanée et paraissent, de façon plus large, accompagner une transformation de la société à la fin du Ier s. Cette dernière est perceptible dans de multiples domaines, dans la réorganisation des territoires et le façonnage des centres urbains comme dans la vie quotidienne des occupants de la Gaule Belgique. L’analyse fine des contextes funéraires permet de cerner ainsi divers groupes culturels se côtoyant sur le territoire d’une même cité et met en évidence l’aspect « artificiel » des limites administratives des ciuitates. Cette étude a pu être réalisée grâce au volume important de données archéologiques réunies et à la qualité de celles-ci. Les résultats obtenus invitent à poursuivre ce type de recherches sur les territoires voisins afin de caractériser les groupes humains qui peuplaient les confins septentrionaux de l’Empire.

DANANAI Alice, Entre cendres et offrandes : les pratiques funéraires en territoire atrébate de la fin du Ier s. av. J.-C. au début du IIIe s. ap. J.-C. Villeneuve d’Ascq : Revue du Nord, 2019, 532 p. (Art et archéologie ; 29)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.