Une preuve de l’usage de « bouteille de sorcière » en France au XVIIIe siècle (Seclin, Nord).

Cet article a été rédigé par Guillaume Lassaunière (Service archéologique de Seclin) avec la collaboration de Viviane Bulckaen (conservation-restauration de vitraux).

Présentation de la découverte

D’importantes fouilles archéologiques ont été menées en 2011 dans le centre historique de Seclin. Au cœur de l’ancien enclos canonial dominé par la collégiale Saint-Piat, ces recherches ont mis en évidence tout un pan de l’histoire religieuse et civile de Seclin allant du Moyen Âge à la Première Guerre Mondiale[1].

Le quartier résidentiel des chanoines, établi dès le XIIIe siècle au sud de l’église accueille également des édifices civils administrés par le chapitre de Saint-Piat. L’un d’eux, en front de rue, abrite un cabaret réputé, connu depuis le XIVe siècle sous l’enseigne du « Cheval Blanc ». Les sources anciennes permettent de retracer l’histoire de cet établissement et de ses propriétaires successifs jusqu’en 1846, date de sa fermeture[2]. Le cabaret était installé au sein d’un bâtiment à plan carré sur cour centrée dans lequel les clients pouvaient se restaurer, se divertir et même dormir ; il faisait également office de logement pour les cabaretiers. À l’extérieur, une série de constructions desservies par une cour occupaient les parcelles limitrophes et servaient au stockage des denrées alimentaires. La fouille archéologique s’est concentrée principalement sur cette dernière zone et notamment sur les espaces extérieurs (Fig. 1).

Fig. 1 – Plan des vestiges du cabaret mis au jour en 2011 © Lassaunière 2017

Fig. 2 – Structure à l’origine de la découverte © Tellier 2011

À proximité d’un puits maçonné bouché à la fin du XVIIe siècle, un récipient en bois enterré à l’intérieur de la seconde cour a retenu l’attention des archéologues. Ce récipient dont le montage des planches était assuré au moyen de cerclages en bois souple et de ligatures en osier comme l’indique l’absence de cerclages métalliques, s’apparente à un baquet. Ce type de cuve, entièrement réalisé en bois, est employé au début du XVIIIe siècle sur le navire corsaire de la Natière mis au jour à Saint-Malo[3]. La nature humide du colmatage, comme en témoigne les gonflements des surfaces originelles du matériel métallique dont il est issu, ont favorisé la préservation de particules de bois (Fig. 2). Placé en extérieur et encavé, ce baquet sert-il à la récupération des eaux de pluie ou d’autres liquides ? Parmi le mobilier recueilli en son sein, on compte huit tessons de bouteille, vingt-six épingles en laiton, huit clous en fer, une agrafe en alliage cuivreux, vingt-sept fragments de gobelet en verre, cent-dix-huit tessons de verre à vitre et enfin deux monnaies en alliage cuivreux rattachés au tout début du XVIIIe siècle. La faune a également livré des restes de bœuf, de mammifère indéterminé et une dent pharyngienne de tanche de forme caractéristique (Fig. 3).

Fig. 3 – Mobiliers associés à l’élaboration de la bouteille de sorcière © Lassaunière2017

Contenant et contenu

Fig. 4 – Bouteille de type « oignon » de Seclin © Lassaunière 2017

Fig. 5 – Pièces de vitrerie © Lassaunière 2017

Fig. 6 – Pièces de vitreries peintes © Bulckaen 2012

Les fragments de la bouteille se rapportent au col, à la panse et au cul sans que le profil archéologique ne puisse être restitué. Ils correspondent à une bouteille en verre soufflé moulé de couleur sombre, à col droit légèrement évasé au contact de l’épaule (Fig. 4). Les tessons de la panse signalent une forme globulaire qui rapprocherait notre occurrence des bouteilles de vin de type « oignon », productions néerlandaises de la première moitié du XVIIIe siècle[4]. Cent-quarante-cinq tessons de verre ont pu être recueillis parmi lesquels un important lot de verres à vitre. Il offre un corpus évolutif particulièrement intéressant de la fin de la période médiévale à l’aube de la Révolution française. Hormis un cas, aucune pièce de vitrerie n’est entière. Les verres sont majoritairement fins, souvent entre 1 et 2 mm et prennent des teintes bleutés, jaunâtres ou verdâtres. Les altérations, la finesse et la couleur des verres permettent de les dater entre le XVIe et le XVIIe siècle. On remarque que certains tessons sont coupés en angles de telle sorte qu’on peut restituer des vitreries losangées (Fig. 5). Parmi ce lot, cinq tessons non jointifs sont peints à la grisaille brune et à la sanguine et proviennent très probablement de la même production de vitraux. Les teintes et le style pictural tendent à rapprocher ces pièces du XVIe voire du début du XVIIe siècle. La taille des traits et des motifs visibles, ici des parties anatomiques anthropomorphes pour deux des trois tessons, suggère que la taille des personnages représentés à l’origine était de l’ordre d’une dizaine de centimètres (Fig. 6). La seconde série se rapporte aux verres à boire. Les tessons de verre en volume ne nous permettent pas toujours d’identifier le type de récipient, au contraire des décors plus aisément reconnaissables. Parmi ceux-ci, ont été observés des décors de surface en relief, à l’instar de côtes réalisés sur un gobelet de forme tronconique, soufflé dans un moule. Les gobelets de ce type se généralisent au XVe siècle et perdurent au siècle suivant. Des émaux peints, opaques ou colorés, sont également employés pour orner la vaisselle en verre (Fig. 7).

Fig. 7 – Décors des verres à boire © Bulckaen 2012

Les fragments issus du corpus, par leur couleur, l’aspect particulièrement incolore du verre support ainsi que celui des altérations suggèrent le XVIe siècle. La forme du support d’origine, qu’il s’agisse d’un verre à boire ou d’un plat ne peut être précisée. Plusieurs séries de verres à émaux peints de l’Est de la France donnent un aperçu des productions du XVIe siècle[5]. Les objets en métal englobent vingt-six épingles de morphologie classique pour l’époque. Leur tête est obtenue par enroulement du fil de section circulaire formant la tige puis est polie. D’usage généralisé, elles ont pu servir dans le costume à maintenir les guimpes et les voiles sur les vêtements et les cheveux, pour la couture ou pour les linceuls en contexte funéraire. Parmi les exemplaires complets, trois modules ont été déterminés. Les cinq plus grandes mesurent 37 mm de long, six jugées de taille moyenne 32 mm et enfin les plus petites, au nombre de trois, ne dépassent pas 26 mm. Outre ces épingles, huit clous en fer et une agrafe de vêtement en bronze, identifié comme un élément femelle de barbacane, complète le lot (Fig. 8). Les deux monnaies, l’une en argent, l’autre en cuivre, ont particulièrement souffert de la corrosion et restent totalement illisibles.

Fig. 8 – Mobilier métallique © Lassaunière2017

L’enfouissement de cet assemblage hétéroclite d’objets pointus et/ou tranchants fait précisément référence à des pratiques magiques et en particulier à des usages traditionnels de la culture populaire anglo-saxonne finalement peu relayés en France.

Les bouteilles de sorcière dans la culture anglo-saxonne

La confection de tels expédients pour servir d’antisort contre les conjurations des sorcières ou pour ses vertus apotropaïques au sein du foyer[6], serait pratiquée en Angleterre depuis le milieu du XVIe siècle et peut être également en Europe continentale même si les données sur ce sujet restent lacunaires[7]. En effet, si la majorité des exemples recensés sont d’origines britanniques et américaines, la mise au jour d’une bouteille de sorcière de la première moitié du XVIIIe siècle à Lewes dans le Delaware au sein d’un fort occupé par des troupes néerlandaises, semble prouver qu’à la même période ces pratiques magiques populaires n’étaient pas étrangères aux habitants du Vieux Continent[8]. Il s’agit généralement d’un récipient en verre ou en grès de type bouteille ou fiole dans lequel sont déposés épingles, clous et autres objets effilés, parfois mélangés à de l’urine humaine. L’adjonction de ces objets pointus en métal est d’ailleurs intimement liée aux superstitions. Cette action possible de « clouer », de « fixer » ou de « figer » se retrouve dans des rituels dès la période gréco-romaine. On peut évoquer les tablettes où étaient gravées des malédictions (tabellae defixionum) qui étaient parfois percées par un ou plusieurs clous[9]. L’affiliation de clous et d’épingles forme la combinaison la plus usitée dans la préparation des bouteilles de sorcière britanniques et leur présence simultanée au sein d’un contexte à vocation rituelle supposée demeure un indicateur fiable[10]. La présence de petits ossements d’animaux au sein de ces contextes n’est pas rare car considérés de la même façon pour leur potentiel tranchant[11]. En outre, on note parallèlement à ces assemblages l’ajout d’éléments sensés rappeler une partie du corps humain visée par le rituel. À ce titre, le cœur est l’organe le plus souvent symbolisé, parfois transpercés d’épingles, au travers des découpes de feutrine ou de cuir (Pittsburgh, USA[12] ; Londres[13]). Suivant le rituel consacré et selon la portée du sort à infliger, la bouteille de sorcière ainsi préparée est mise au feu ou enterrée sous le foyer d’une cheminée à moins qu’elle ne soit ensevelie entière, le goulot parfois orienté vers le bas. Le but recherché est avant tout d’écarter le malheur sur soi ou son foyer ou, à l’extrême, de prodiguer à distance des douleurs à une personne jugée comme malveillante. Dans le cas d’un passage au feu, l’éclatement de la bouteille au cours de la cérémonie prédit l’annihilation du sort ou du mal ressenti[14]. Parmi les centaines de bouteilles de sorcières recensées, nous pouvons mentionner les exemplaires de Great Neck en Virginie (vingt-six épingles et trois clous concrétionnés par l’urine) datée du XVIIIe siècle[15], de Londres constituées de cruches en grès de type « bellarmine » datées du XVIIe siècle[16] ou encore de Québec[17] datée du XVIIIe siècle (un millier d’épingles et « aiguillettes » et deux paires de ficelles de lin nouées, urine probable) (Fig. 9).

Fig. 9 – Exemples de bouteilles de sorcières anglaises et nord-américaines, découvertes en contexte archéologiques © Lassaunière 2017

Un rituel associé aux bouteilles de sorcière à Seclin ?

D’après les premières observations, la bouteille de Seclin a été ensevelie brisée avec tout ce qu’elle renfermait, dans un environnement acide et humide, vraisemblablement de l’urine. Un passage préalable de la bouteille au feu n’est pas à exclure eu égard à son éclatement. La cérémonie achevée, les reliques de la bouteille de sorcière ont été prélevées puis rejetées dans le baquet en bois au même titre que les pièces de vitrerie, qui de toute évidence ne pouvait être contenues dans la bouteille, et ce dans le but précis de « fixer » le sort dans le sol de la cour du cabaret. À ce titre, le site colonial de Patuxent Point dans le Maryland apporte des points de comparaison tout à fait pertinents. Sur ce gisement, une fosse de la fin du XVIIe siècle a livré plusieurs centaines de tessons de bouteilles en verre, des clous, des monnaies et des ossements d’animaux remarquables par leur forme et leur rareté en contexte archéologique (opossum, raton laveur…)[18]. Bien que l’absence d’épingles demeure inhabituelle, l’auteur n’émet aucun doute sur l’identification de cet assemblage qu’elle rattache à la confection de bouteilles de sorcière. De la même façon, la petite agrafe en bronze de Seclin, dont la morphologie cordiforme n’est pas anodine, a pu remplir un rôle symbolique dans l’acte rituel comme cela a encore pu être constaté sur le site américain avec la présence d’un os appartenant à la ceinture pelvienne d’un porc dont la forme n’est pas sans rappeler celle d’un cœur[19]. Les rituels observés à Seclin et à Patuxent Point diffèrent de ceux connus pour la confection de bouteilles de sorcières en Angleterre ou au Canada. Ils semblent révéler une variante des pratiques issues de la culture populaire anglo-saxonne.

La dernière mention de condamnation pour sorcellerie à Seclin date de la toute fin du XVIIe siècle. En 1679, Jeanne Marchand, 63 ans, est accusée et condamnée pour être « […] fort suspectee pour sorciere, et pour ce crainte et redoubtee de tous ceux quy la congnoissent »[20]. Elle évite la condamnation à mort, faute de preuves évidentes, mais est mise en prison avant d’être bannie de la ville[21] (Fig. 10). Ainsi, la population de Seclin, exclusivement rurale à cette époque, est donc coutumière des croyances et des superstitions liées à la sorcellerie et des moyens à mettre en œuvre pour pallier les mauvais sorts.

Fig. 10 – Témoignage contre Jeanne Marchand accusée d’actes de sorcellerie dans un cabaret seclinois.

Bibliographie

Becker 2005 : Becker M., « An Update on Colonial Witch Bottles », Pennsylvania Archaeologist, 75, 2, Harrisburg, 2005, p. 12‐23.
Blagrave 1671 : Blagrave J., Astrological Practice of Physick, Londres, 1671, 187 p.
Cabart 2011 : Cabart H., La verrerie archéologique. Dieulouard et l’Est de la France aux XVIe et XVIIe siècles, Nancy, 2011, 308 p.
Gaimster 1997 : Gaimster D. R.M., German Stoneware, 1200-1900 : archaeology and cultural history : containing a guide to the collections of the British Museum, Victoria & Albert Museum and Museum of London, Londres, 1997, p. 139-140.
Geddes 2009 : Geddes L., « London’s magical history uncorked from « witch bottle » », NewScientist (4 juin).http://www.newscientist.com/article/dn17245.
Glanvill 1681 : Glanvill J., Sadducismus Triumphatus : or, a full and plain evidence, concerning witches and apparitions, Londres, 1681, 498 p.
Hoggard 2004 : Hoggard B., « The archaeology of counter‐witchcraft and popular magic », Beyond the Witch Trials : Witchcraft and Magic in Enlightenment Europe, New York, 2004, p. 167‐186.
King 1996 : King J., « The Patuxent Point Site », Living and Dying on the 17th Century Patuxent Frontier, Crownsville, 1996, p. 15‐46.
Lassaunière 2014 : Lassaunière G., « La légende de Saint-Piat au regard des récentes découvertes réalisées à Seclin », Bulletin de la Société Historique du Pays de Pévèle, 75, Mons-en-Barœul, 2014, p. 41-48.
Lerouge 2012 : Lerouge D., Histoire des cabarets de Seclin, Wasquehal, 2012, 228 p.
L’Hour & Veyrat 2000 : L’Hour M. & Veyrat É., Un corsaire sous la mer. L’épave de la Natière. Archéologie sous-marine à Saint-Malo. Campagne de fouilles 1999, Paris, 2000, 97 p.
Maillot, Révillion & Michel 2002 : Maillot J.-F., Révillion S. & Michel M.-C. : Étude des archives de Seclin. Constitution d’un fonds documentaire pour servir à l’étude de la collégiale Saint-Piat et du quartier canonial, vol. 1, document inédit conservé au Centre Archéologique de Seclin, 2002, 217 p.
Manning 2011 : Manning C., Buried Bottles: The Archaeology of Witchcraft and Sympathetic Magic, poster libre,www.academia.edu/MCManning_2011/Buried_Bottles_poster.pdf (accès le 3 décembre 2014).
Martin 2010 : Martin M. : Sois Maudit ! Malédictions et envoûtements dans l’Antiquité, Paris, 2010, 302 p.
Merrifield 1987 : Merrifield R., The Archaeology of Ritual and Magic, Londres, 1987, 256 p.
Moussette 2006 : Moussette M., « L’épingle et son double en Nouvelle-France », Les Cahiers des Dix, n° 60, Québec, 2006, p. 103-128.
Painter 1980 : Painter F., « An Early 18th Century Witch Bottle : A Legacy of the Wicked Witch of Pungo », The Chesopian, vol. 18, n° 3-6, Norfolk, 1980, p. 62-71.
Piédalue & Cybulski 1992 : Piédalue G. & Cybulski J., « Les sépultures des fortifications de Québec : une histoire à suivre », Mémoires Vives, n° 3, Montréal, 1992, p. 4-12.
Puckett Newbell 1926 : Puckett Newbell N., Folk Beliefs of the Southern Negro, Chapel Hill, 1926, 644 p.
Van Den Bosch 2001 : Van Den Bosch W., Antique Glass Bottles, their History and Evolution (1500-1850), Woodbridge, 2001, 350 p.

Sources anciennes :

ADNord, interrogatoires et instruction de Jeanne Marchand (1679), Archives Départementales du Nord, Lille, cote B 19817.
ADNord, condamnation de Jeanne Marchand (1679), Archives Départementales du Nord, Lille, cote 17 G 97.

Notes
[1] Lassaunière 2014, p. 41-48.
[2] Maillot, Révillion & Michel 2002, p. 150-151 ; Lerouge 2012, p. 108-114.
[3] L’Hour & Veyrat 2000, p. 34.
[4] Van Den Bossche 2001, p. 121.
[5] Cabart 2011, p. 21.
[6] Manning 2011.
[7] Merrifield 1987 ; Moussette 2006, p. 123.
[8] Becker 2005, p. 12-23.
[9] Martin 2010, p. 20.
[10] Hoggard 2004, p. 172.
[11] Ibid.
[12] Becker 2005, p. 19-20.
[13] Geddes 2009.
[14] Procédé mentionné par Blagrave 1671, p. 154-155, Glanvill 1681, p. 205-208 ; pour les périodes plus récentes Puckett 1926, p. 299.
[15] Painter 1980, p. 62-71.
[16] Gaimster 1997, p. 139-140 ; Geddes 2009.
[17] Piédalue & Cybulski 1992, p. 4-12.
[18] King 1996, p. 27-28.
[19] Ibid.
[20] ADNord, interrogatoires et instruction de Jeanne Marchand, cote B 19817.
[21] ADNord, condamnation de Jeanne Marchand (1679), cote 17 G 97.


3 réflexions au sujet de « Une preuve de l’usage de « bouteille de sorcière » en France au XVIIIe siècle (Seclin, Nord). »

  1. This is very interesting, You’re an excessively professional blogger.
    I have joined your rss feed and sit up for in search of extra of your magnificent post.
    Additionally, I have shared your site in my social networks

  2. Très bel article qui met en évidence cette pratique particulière et nous invite à la prudence pour l’interprétation de dépôts apparemment anodins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *