La céramique à dégraissant coquillier entre le IXe et le XIVe siècle à Marck-en-Calaisis (Pas-de-Calais)

affiche_conference_ceramique_a_degraissant_coquillier_15_dec_2016-1024x768Dans le cadre de l’atelier Approches de l’occupation du littoral dans le Pas-de-Calais aux périodes historiques, le laboratoire HALMA propose une conférence de Line Pastor, docteur en archéologie, responsable d’opération Cap Calaisis.

Le jeudi 15 décembre 2016 aura lieu à la Maison de la Recherche, Université Lille 3, à partir de 14h30 une conférence de Line Pastor sur : La céramique à dégraissant coquillier entre le IXe et le XIVe siècle à Mark-en-Calaisis (Pas-de-Calais) : évolution du corpus et provenances. Lire la suite

Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)

Cet article a été rédigé par Angélique Demon, archéologue territorial, Service archéologique de la Ville de Boulogne-sur-Mer.

Ernest-Théodore Hamy est né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer, où son père est pharmacien. Il suit des études de médecine à la Faculté de Paris et obtient le titre de docteur en 1868. En 1869, il devient l’assistant de Paul Broca, fondateur de la Société d’anthropologie de Paris, et se découvre une véritable vocation. Il abandonne alors la médecine pour se consacrer à l’anthropologie. En 1872, il entre au Muséum national d’histoire naturelle comme aide-naturaliste et assistant d’Armand de Quatrefages, à qui il succède en 1892.

Ernest-Théodore Hamy s’intéresse également à l’ethnographie, au point d’être considéré comme l’un des fondateurs de la discipline en France. Lors de l’exposition universelle de 1867, il est chargé de l’étude de momies et de crânes égyptiens rassemblés par un autre boulonnais, Auguste Mariette. Mais il reste surtout connu pour être l’un des initiateurs et le premier conservateur du Musée d’ethnographie du Trocadéro (Musée de l’Homme), fondé en 1880.

Parallèlement à sa carrière parisienne, Ernest-Théodore Hamy, qui reste très attaché à sa ville natale, consacre une grande partie de son énergie à l’archéologie boulonnaise, contribuant au développement des sciences historiques et préhistoriques dans la région.

Dès 1857, encore adolescent, il accompagne son professeur, le Chanoine Daniel Haigneré (1824-1893), sur plusieurs de ses chantiers de fouilles archéologiques[1] et travaille notamment sur les sites mérovingiens de Pincthun (Echinghen), où le Chanoine lui confie la réalisation des dessins du mobilier, puis d’Hardenthun (Marquise). C’est également avec le Chanoine Haigneré qu’il publie sa première notice archéologique en 1862[2].

Sommaire

Lire la suite

Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (Somme) : un établissement rural protohistorique et antique

saint-quentin-la-motteLASCOUR Vincent
Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (Somme) : un établissement rural protohistorique et antique
Amiens : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [8] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 4

Résumé éditeur :

Le site est localisé sur le rebord d’un plateau limoneux formant le versant nord de la vallée de la Bresle. Il se trouve à proximité de la ville romaine de Briga, positionnée sur le versant opposé de la vallée, et qui fait l’objet d’une fouille programmée depuis plusieurs années. Une villa romaine avait été également repérée en prospection aérienne par R. Agache à une centaine de mètres : «La villa des Trente». Plusieurs traces d’occupation ont été décelées, du Néolithique final à la période contemporaine. Mais les vestiges les plus significatifs sont ceux de la fin de La Tène moyenne-Tène finale (IIe-Ier siècle av. n.è.) et leur évolution jusqu’au début du IIIe siècle de n.è. Seuls quelques outils néolithiques ont été récoltés hors contexte. Lire la suite

L’épigraphie monétaire gauloise, une source historique majeure

conference-stephane-martinLe laboratoire HALMA-UMR 8164 Lille 3 et le Centre de Recherche en Archéologie et Patrimoine (CReA-Patrimoine) de l’ULB propose une conférence de Stéphane Martin, chercheur post-doctoral, Radboud Universiteit Nijgemen, Pays-Bas, le jeudi 8 décembre 2016 de 16h à 18h.

Cette conférence est organisée dans le cadre de l’atelier épigraphie et numismatique : Expression et réception du pouvoir impérial dirigé par Jean-Marc Doyen et Christine Hoët-Van Cauwenberghe. Stéphane Martin, chercheur post-doctoral, Radboud Universiteit Nijgemen, Pays-Bas est l’auteur du livre Du statère au sesterce. Monnaie et romanisation dans la Gaule du Nord et de l’est, IIIe s. a.c. – Ier s. p.c. (prix SOPHAU 2014 et pris Babut 2016 de la Société française de numismatique), Bordeaux, Ausonius, 2015. Lire la suite

Coyolles (Aisne) : un camp de prisonniers allemands de la seconde guerre mondiale

coyollesDESPLANQUE Gilles
Coyolles (Aisne) : un camp de prisonniers allemands de la seconde guerre mondiale
Amiens : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [8] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 2

Résumé éditeur :

Préalablement à une série d’aménagements sur le tracé de la Route Nationale 2 au sud-ouest de Villers-Cotterêts, un diagnostic archéologique a été réalisé par le Pôle archéologique du Département de l’Aisne pour la DREAL Picardie (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). Cette opération a permis de mettre au jour un camp de prisonniers allemands tenu par les autorités américaines entre 1944 et 1946. Lire la suite

Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville. Lire la suite

Waziers (Nord) : l’homme de Néandertal fréquentait les abords de la Scarpe durant l’Eemien

wazier-homme788HÉRISSON David
Waziers (Nord) : l’homme de Néandertal fréquentait les abords de la Scarpe durant l’Eemien (130-110 000 ans)
Lille : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [8] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 3

Résumé éditeur :

Le gisement paléolithique de Waziers se situe au Nord-Est de l’agglomération de Douai, sur la bordure Sud-Ouest de la basse plaine de la Scarpe, à environ 21 mètres d’altitude. Le site fut découvert lors des diagnostics archéologiques réalisés par la Direction de l’Archéologie Préventive de la Communauté d’Agglomération du Douaisis en 2011 et 2013, préalablement à l’aménagement de la ZAC du Bas-Terroir. Lire la suite

Orchies (Nord) : la découverte des Belles du Nord, quatre statues des XVIe et XVIIe siècles

orchies-belles-nord787AUDOLY Marion, BARRAGUÉ-ZOUITA Laetitia, DEBS Ludovic
Orchies (Nord) : la découverte des Belles du Nord, quatre statues des XVIe et XVIIe siècles
Lille : DRAC Hauts-de-France, SRA, 2016, [12] p.
Collection Archéologie des Hauts-de-France ; 1

Résumé éditeur :

Le centre-ville d’Orchies occupe encore l’emplacement de la ville médiévale, dont l’existence est attestée depuis le XIIe siècle. Si la topographie de la ville médiévale est bien connue, car documentée par plusieurs plans, seuls quelques vestiges de l’enceinte fortifiée subsistent en élévation : la Tour à Diables notamment, classée Monument Historique en 1922. Plusieurs opérations avaient déjà permis d’appréhender ce passé médiéval d’Orchies et de mieux localiser les éléments figurés sur les sources historiques. Lire la suite

La pierre bleue de l’Avesnois

Catalogue de l’exposition « La pierre bleue : un marbre noir de l’Antiquité« .

pierre-bleue785COMIER Sébastien (dir.)
La pierre bleue de l’Avesnois : entre paysage et architecture : les collections du forum antique de Bavay
Cinisello Balsamo (Milano) : Silvana, 2016, 154 p.
ISBN 978-88-366-3339-5

Résumé éditeur :

Est-elle bleue, noire, grise ? Marbre ? Calcaire ? La pierre bleue utilisée massivement dans les monuments antiques de Bavay interroge le promeneur qui parcourt le dallage du forum ou découvre les stèles présentées dans le musée. Ce questionnement est aussi partagé par les spécialistes qui ont étudié au cours des dernières années les importantes collections en pierre du musée archéologique départemental dans le cadre d’une campagne d’inventaire. En effet, labellisé musée de France, le Forum antique de Bavay doit enregistrer les pièces qu’il abrite. Estimée à près de 60 000 objets, cette collection exceptionnelle se caractérise notamment par la diversité des matériaux qui s’y trouvent. Céramique, métaux, verre, os et pierre sont les plus nombreux. Lire la suite

Responsable du pôle accueil et animations Musée archéologique de l’Oise

logo-communaute-communeLe Musée archéologique de l’Oise recherche un responsable du pôle accueil et animations.

Type de recrutement : fonctionnaire ou contractuel de droit public
Gardes/Cadres d’emplois : Assistant de conservation

Missions :
– Soutenir le directeur dans la gestion administrative du musée
– Encadrer le pôle accueil et animation (2 agents)
– Participer à la gestion des collections
– Participer aux manifestations patrimoniales et culturelles organisées par le musée
Lire la suite

Café-archéo avec Vincent Merkenbreack, archéologue spécialiste de l’Antiquité

La Maison de l’archéologie à Dainville propose un café-archéo le 08 décembre 2016 de 18h00 à 18h30 animé par Vincent Merkenbreack, archéologue spécialiste de l’Antiquité.

henin_beaumont_fouille_galleryfullArchéologue spécialiste de l’Antiquité, Vincent Merkenbreack exerce depuis 2012 à la Direction de l’Archéologie en tant que responsable d’opérations archéologiques. Engagé depuis de nombreuses années dans la vie associative, il met son expérience en archéologie expérimentale au service de sa profession, mais aussi du grand public, dans un souci de transmission au plus grand nombre. Lire la suite

Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France, Nord – Pas-de-Calais Picardie

Les Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France, Nord Pas-de-Calais Picardie auront lieu les 17 et 18 novembre 2016 à l’université Lille 3 et le 19 novembre à la DRAC, site d’Amiens.

jra-2016Les journées sont organisées par le Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC des Hauts-de-France, Service Régional de l’Archéologie, en collaboration avec l’Université de Lille SHS, l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS UMR 8529 Univ. Lille, CNRS) et le Ciras, Centre interdisciplinaire des recherches archéologiques de la Somme.

Pour télécharger le programme des journées, cliquez ici. Lire la suite

La figure du prince à travers les médaillons et corniates de l’Antiquité tardive

Conférence d’Isabelle Bollard-Raineau, conservatrice du patrimoine, SRA Hauts-de-France, LIlle, le jeudi 24 novembre 2016 à l’Université SHS Lille 3 à partir de 16h.

conference-isabelle-bollard-raineauLe laboratoire de recherches HALMA-UMR 8164 Lille 3 et le centre de Recherche en Archéologie et Patrimoine (CReA-Patrimoine) de l’ULB proposent lors de leur atelier épigraphie et numismatique « Expression et réception du pouvoir impérial » une conférence d’Isabelle Bollard-Raineau, conservatrice du patrimoine, SRA Hauts-de-France, Lille.

Informations complémentaires :
Conférence : La figure du prince à travers les médaillons et corniates de l’Antiquité tardiveDate : 24 novembre 2016 de 16h à 18h
Lieu :
Université Lille-SHS
Domaine universitaire du Pont de Bois
Bâtiment A, amphithéâtre A5
59653 Villeneuve d’Ascq

 

Chronique de Vendeuil-Caply (2)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

C’est quoi un CCE ?

J’ai beau l’expliquer à chaque fois que j’en ai l’occasion, finalement, peu de gens savent que le Musée archéologique de l’Oise est également un Centre de Conservation et d’Étude (CCE), un des plus récents à l’échelle nationale.

Fig. 1 – CCE – Musée archéologique de l’Oise

La définition officielle de ce type de structure est la suivante : « Les CCE sont définis comme des unités de traitement et de gestion destinées à répondre aux besoins des archéologues et des musées en organisant une mutualisation des moyens et des compétences, en termes de conservation préventive, d’accessibilité, de valorisation scientifique des collections et du produit des fouilles, ainsi que de médiatisation auprès du grand public. »[1] Lire la suite

Poste CDD : Technicien(ne) de fouilles archéologiques/Communauté d’agglomération Béthune-Bruay-Noeux & environs (62)

La Communauté d’agglomération Béthune-Bruay-Noeux & environs recherche un(e) technicien(ne) de fouilles archéologiques, CDD.

  • Poste : Technicienne/Technicien de fouille.
  • Employeur : Communauté d’agglomération Béthune-Bruay-Noeux et environs (Pas-de-Calais/62).
  • Offre : fonctionnaire ou contractuel de droit public.
  • Cadre d’emploi/Grade : Assistant(e) de conservation/Adjoint(e) du patrimoine de 2e classe.
  • Date limite de candidature : 04/11/2016.
  • Date de prise de poste : dès que possible.

EMPLOYEUR/CONTEXTE : Au sein de la Direction Générale Adjointe en charge de l’aménagement de l’espace, la Direction de l’Archéologie a pour vocation de planifier et de conduire les opérations archéologiques sur le territoire de l’agglomération Béthune-Bruay-Noeux et environs, dans le cadre de la mise en oeuvre des opérations d’aménagement.

Lire la suite