Conférence : Des Bonshommes aux Carmes : l’hôpital et couvent Saint-Louis de Senlis

La Société d’histoire & d’archéologie de Senlis propose le samedi 16 mars 2019 à 15h, une conférence d’Arnaud Martinec, DEA en histoire moderne, administrateur de la Société d’histoire et d’archéologie de Senlis.

Appuyé à la courtine méridionale de l’enceinte médiévale de la cité, accueillant autrefois le voyageur franchissant l’ancienne porte de Paris et longeant la rue qui fut, jusqu’en 1753, le principal axe nord-sud de la ville, le couvent des Carmes est depuis bien longtemps une silhouette familière aux Senlisiens. Pour autant, l’histoire de ce bâtiment demeure singulièrement méconnue. Ainsi, l’appellation de Couvent des Carmes, qui ne date que du milieu du XVIIe siècle, occulte en réalité une origine bien plus ancienne. Fondé dès 1303, grâce à la générosité d’un bourgeois de Senlis, Jean Le Gagneur, cet établissement fut initialement confié aux Frères de la Charité Notre-Dame, plus connus sous le nom de Bonshommes, et avant de devenir un couvent, ce fut tout d’abord un hôpital placé sous l’invocation de Saint-Louis, destiné à héberger et à secourir les pauvres. Il prospéra durant deux cents ans grâce aux dons et fondations de nombreux bienfaiteurs, étendant alors son aire à la plupart des maisons bordant la partie sud de la rue Vieille de Paris, avant que les difficultés financières de la fin du XVIe siècle et la décadence générale des Frères de la Charité Notre-Dame n’obligent ceux-ci à céder leur place aux Carmes déchaux en 1641. Seul témoignage de ce passé médiéval, l’église qui s’adosse aux bâtiments conventuels du XVIIe siècle, quoique profondément dégradée, présente un intéressant exemple de l’architecture religieuse des XIVe et XVe siècles. Par l’étude des sources archivistiques et l’analyse des éléments architecturaux, Arnaud Martinec se propose de retracer l’histoire oubliée de cet ensemble et de ses occupants. Continuer la lecture