« Carnets d’inventaire » #1 : Cave canem

Cet article est rédigé par Laure De Chavagnac, responsable du Service Recherche et Conservation, Forum antique de Bavay.

L’inventaire des collections d’un musée archéologique s’avère souvent une tâche ardue du fait de la quantité importante de mobilier conservé, des particularités propres aux vestiges archéologiques, et, de la complexité des circonstances qui ont conduit à la constitution de ces collections muséales. Au Forum antique de Bavay – Musée archéologique du Département du Nord, ce sont plus de 60 000 objets, au sens large du terme, qui sont conservés. Cette riche collection, provenant essentiellement de Bavay, a été constituée au gré des découvertes anciennes et des fouilles menées sur le forum dès le milieu du XXème s.

Cette « exploration » des collections du Forum antique de Bavay, menée patiemment par les équipes du musée, depuis sa départementalisation au début des années 2000, livre régulièrement son lot de surprises. La « redécouverte » des objets conservés dans les réserves du musée s’accompagne de recherches documentaires à partir de la documentation de fouille disponible. Les fouilleurs qui se sont succédés à Bavay (de Maurice Hénault, archiviste de Valenciennes, à Jean-Claude Carmelez, enseignant et conservateur du premier musée de Bavay, en passant par l’abbé Henri Biévelet), ont enregistré dans leurs cahiers d’inventaire les trouvailles qu’ils avaient effectuées. Ces documents, qui ressemblent parfois à des « inventaires à la Prévert » d’objets hétéroclites (« des débris de verre, de bronze, des tuiles… »), nous en apprennent souvent davantage sur les archéologues du siècle dernier que sur le contexte de découverte des objets mais ils peuvent receler des indications précieuses sur les circonstances de leur entrée dans les collections.

Ce sont ces anecdotes, reflets d’un travail muséal souvent mené dans la pénombre de réserves inaccessibles au public, que nous vous proposons de découvrir sur le portail Nordoc.


Parmi les objets archéologiques qui « dorment » dans les réserves du Forum antique de Bavay dans l’attente de leur récolement, se trouvait un petit chien en bronze juché sur un socle rectangulaire rainuré, lui-même précédé de plusieurs moulures (Fig. 1). Ce petit chien, à la queue et aux oreilles dressées, constitue vraisemblablement la partie sommitale d’un objet pourvu d’une tige qui n’a pas été conservée (H. tot. cons.  : 29 mm ; L. : 17 mm).

Fig. 1 – Photographies des faces de l’objet (cl. et DAO : L. de Chavagnac, FAB)

Cet étonnant petit élément décoratif a conservé une étiquette avec un numéro d’inventaire qui permet de le relier à l’un des carnets établis par M. Hénault. On y apprend qu’il a été découvert en 1931, plus précisément au mois de novembre, dans la structure 778 sur le terrain Dehon. Cette parcelle, ainsi que plusieurs autres à Bavay, était une carrière de sable dont l’exploitation a permis la découverte de zones de nécropole (Fig. 2). La structure d’où provient notre objet est une sépulture à inhumation, orientée tête à l’est, dont le crâne était trépané. Le carnet de M. Hénault précise que notre objet était disposé au niveau du ventre du défunt. La tombe a également livré plusieurs éléments de mobilier dont certains orientent sa datation vers la fin du IIème s. ou le IIIème s. ap. J.-C. : trois lampes en terre cuite de type Loeschcke X, plusieurs vases également en terre cuite, un alabastre en verre bleu et deux monnaies en bronze. Les monnaies sont respectivement à l’effigie de Faustine II, épouse de l’empereur Marc-Aurèle, et de Lucilla, fille du même empereur et épouse de Lucius Verus ; elles permettent de proposer un terminus post quem dans le troisième quart du IIème s. ap. J.-C. (Loridant 1991, p. 115 ; Delmaire dir. 2011, p. 230, n° 10).

fig-2_necro_sablieres

Fig. 2 – Localisation des sablières de Bavay (DAO : C. Louvion, Service Archéologique Départemental du Nord)

fig-3_croquis

Fig. 3 – Croquis de l’objet extrait du carnet de M. Hénault

Le carnet de Maurice Hénault comporte un croquis de notre objet au moment de sa découverte où l’on peut voir que des moulures supplémentaires étaient alors conservées (Fig. 3). La photographie publiée en 1957 par G. Faider-Feytmans dans son catalogue des bronzes de Bavay montre également ces éléments (fig. 4). La description qui en est faite indique que l’objet était alors restauré au plâtre « au milieu de la colonnette » (Faider-Feytmans 1957, p. 120, pl. XLVIII, n° 301). En revanche, l’objet avait acquis son aspect actuel lorsqu’il apparaît dans le catalogue établi par J.-C. Carmelez et ses élèves du lycée des Nerviens en 1990 (Carmelez 1990, p. 193, pl. V, n° 11) : à cette date la restauration, sans doute effectuée peu après le moment de la découverte, n’a pas tenu. Les deux premiers documents permettent de restituer la partie supérieure de la tige de l’objet, au-delà de ce qui nous en est parvenu : sous la sphère, partiellement brisée, il devait y avoir deux moulures précédées par un resserrement, faisant écho aux moulures conservées sous le socle du chien, puis, une partie bitronconique massive (fig. 5).

fig-5_restit

Fig. 5 – Hypothèse de restitution de la partie haute de l’objet à partir des documents graphiques (cl. et DAO : L. de Chavagnac, FAB)

fig-4_faider_feytmans

Fig. 4 – Photographie de l’objet (Faider-Feytmans 1957, pl. XLVIII, n° 301

Le motif du petit chien alerte figure sur plusieurs types d’objets quotidiens à l’époque romaine (Thévenot 1953). On le retrouve ainsi à l’extrémité de manches de couteaux à lame pliante en os ou en bronze (Béal 1986) et de couteaux à affûter les calames (Kaufmann-Heinimann 1998, p. 32-35, abb. 9). La finesse du support nous invite à écarter l’hypothèse d’un objet aussi massif. Maurice Hénault désigne notre objet fragmentaire comme une « épingle » à cheveux dans son carnet.

fig-6_augst

Fig. 6 – Agitateur surmonté d’un quadrupède, Augst, milieu Ier s. ap. J.-C., H. tot. : 190 mm ; H. fig. : 13 mm (Riha 1986, taf 14, n° 117)

Si des épingles à sommet figuré sont effectivement attestées à l’époque romaine, la forme du socle et l’organisation des moulures en partie haute du fût, rapprochent plutôt notre exemplaire d’une série d’objets interprétés comme des agitateurs (Kaufmann-Heinimann 1998, abb. 7 ; Riha 1986, p. 40, taf. 14 ; fig. 6).

Les agitateurs, qui pouvaient également être façonnés dans d’autres matériaux (verre, os), étaient pourvus à leur extrémité inférieure d’une partie sphérique ou d’un disque plat, perpendiculaire à la tige. Ils étaient vraisemblablement utilisés pour la préparation et la manipulation de cosmétiques ou de parfums : l’extrémité inférieure servait alors à mélanger ces substances, à les broyer voire à les prélever dans un récipient (Riha 1986, p. 38 ; Bertrand 2003, p. 98).

En l’absence de sa partie basse, l’identification de notre objet bavaisien comme un agitateur à cosmétiques ne peut cependant rester qu’une hypothèse.

Bibliographie :

Béal 1986 : BEAL (J.-C.). – Manches de couteau gallo-romains en os à décors figurés de Clermont et ses environs. Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, vol. 93, n° 689, p. 83-91.

Bertrand 2003 : BERTRAND (I.). – Objets de parure et de soins du corps d’époque romaine dans l’Est picton (Deux-Sèvres, Vienne). Chauvigny : Ed. de l’A.P.C., 2003 (Mémoire ; XXIII).

Carmelez 1990 : CARMELEZ (J.-C). – Les objets en bronze conservés au musée de Bavay (suite). Archéologie et Pédagogie, 12, 1990, p. 189-209.

Delmaire dir. 2011 : DELMAIRE (R.) dir. – Carte archéologique de la Gaule. 59/2 : Le Nord, Bavay. Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2011.

Faider-Feytmans 1957 : Faider-Feytmans (G.). – Recueil des bronzes de Bavai (Gallia Suppl. VIII), Paris, 1957.

Kaufmann- Heinimann 1998 : Kaufmann-Heinimann (A.-M.). – Götter und Lararien aus Augusta Raurica. Herstellung, Fundzusammenhänge und sakrale Funktion figürlicher Bronzen in einer römischen Stadt, Augst, 1998. (Forsch. in Augst ; 26)

Loridant 1991 : LORIDANT (F.). – Inventaire des découvertes de Maurice Hénault dans les sablières de Bavay. Catalogue et essai d’interprétation. Tome 1 : Catalogue des structures. Mémoire de D.E.A inédit, Université Charles De Gaulle Lille 3, 1991.

Riha 1986 : Riha (E.). – Römisches Toilettgerät und medizinische Instrumente aus Augst und Kaiseraugst, Augst, 1986 (Forschungen in Augst ; 6).

Thévenot 1953 : Thevenot (E.). – Le symbolisme du chien dans les figurations gallo-romaines. Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 4, 1953, p. 332-334.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *