20 années d’archéologie dans la vallée du Haut Escaut, 2000-2020

L’article qui vous est proposé à la lecture aujourd’hui est rédigé par Gilles Leroy, ingénieur d’études au service régional de l’archéologie (Drac Hauts-de-France).
Il est diffusé dans le cadre de la publication des Actes de la journée d’étude interdisciplinaire intitulée La Vallée de l’Escaut : de l’histoire aux projets de territoire à l’Université polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes), sous la coordination de Laëtitia Deudon, Bahera Oujlakh et Caroline Soreau (UPHF, Centre de Recherche Interdisciplinaire en Sciences de la Société – CRISS).
Le comité d’organisation de cette journée qui s’est tenue le 05 décembre 2019 a décidé en accord avec le réseau Nordoc’Archéo de publier ces Actes sur le portail.
Comme annoncé en novembre dernier, vous retrouverez donc tous les mois un article de cette rencontre, celui diffusé aujourd’hui est le deuxième de la série. Un pdf de l’ensemble des articles sera édité lorsque l’ensemble du processus d’édition sera effectué.

Bonne lecture


Introduction

L’Escaut ou Schelde s’étend du Vermandois en France au sud des Pays-Bas où il partage un vaste système estuarien avec la Meuse et le Rhin. Sa partie française traverse le bassin minier et industriel du Nord de la France qui se caractérise, depuis une vingtaine d’années, par une forte activité de renouvellement des infrastructures notamment économiques. Cela va de pair avec une évolution sans précédent de la politique patrimoniale du pays depuis 2001 qui a permis de multiplier les interventions préventives en matière d’archéologie (fig.1).

Un renouvellement massif des connaissances s’est donc opéré à partir des années 2000. Dans le sous-bassin de l’Escaut, les contextes physiques sont mieux compris, les peuplements humains et dynamiques d’anthropisation du milieu sont détaillés depuis la Préhistoire ancienne jusqu’à la période contemporaine. Le cours d’eau lui-même a occupé un rôle majeur dans ce processus, joué différents rôles  en tant qu’élément stratégique et support du développement économique du territoire. Les opérations de terrain et les recherches archéologiques récentes offrent une illustration de ces différents moments et temps forts de l’archéologie scaldienne que nous proposons de résumer ici.

Fig. 1 – Situation de la vallée de l’Escaut amont dans l’emprise géographique de la région des Hauts-de-France – Répartition spatiale des opérations archéologues préventives pour l’année 2019 – histogramme des résultats par période.


1 – Contexte

L’Escaut s’écoule du sud vers le nord entre les collines de l’Artois, le Cambrésis en passant par les plaines de la Flandre orientale et du Brabant qui constituent la partie occidentale de la grande plaine nord-européenne (fig. 2).

Fig. 2 – Situation de la vallée de l’Escaut amont sur fond orographique au cœur de l’Europe du Nord-Ouest (nord de la France, Belgique et sud des Pays-Bas).

 

Fig. 3 – Cartographie des surfaces traitées par l’archéologie préventive en deux décennies.


La figure 3 illustre l’importance des surfaces traitées en archéologie dans les vingt dernières années sur le secteur étudié. La grande majorité des interventions se placent à proximité de l’axe que constitue le canal de l’Escaut qui forme un élément économique et territorial fortement structurant.

Fig. 4 – Les grands surfaciques. (Inrap, BD topo IGN)


Les grands surfaciques traités depuis les deux dernières décennies résultent notamment du processus de renouvellement des infrastructures industrielles de la région (fig. 4). Les seules opérations d’envergure totalisent 1700 explorés.

Fig. 5 – Sous bassin de l’Escaut – Carte archéologique du secteur et diversité des contextes

 

L’Escaut amont se caractérise notamment sur le plan physique par un changement radical de contexte entre le Haut-pays (plateaux du Cambrésis) et le Bas-pays (plaine de Flandre orientale). Cette situation induit des modes d’occupation particuliers aux différentes époques.

Les pôles urbains médiévaux (Valenciennes, Cambrai) ou antique (Famars) sont réunis par un important réseau viaire ancien (fig. 5).


2 – Nouvelles données et état des lieux par périodes

            La Préhistoire : l’apport des opérations préventives et programmées en plaine alluviale

Fig. 6 – La Préhistoire ancienne


Le sous-bassin de L’Escaut amont se place dans l’aire de recouvrement des loess du Nord-ouest de l’Europe. Le cadre chronostratigraphique et archéologique de ces formations était encore peu exploré au début du 21ème siècle. Depuis, pour la Préhistoire ancienne, plusieurs fouilles importantes (Saint-Amand-les-Eaux, Le-Cateau-Cambrésis, Havrincourt) renouvellent nos connaissances pour le Pléistocène récent. Le site moustérien à tradition acheuléenne (MTA) de Saint-Amand, fouillé par l’Inrap en 2007 constitue aujourd’hui un site de référence pour une tradition technique peu connue de la fin du Paléolithique moyen (fig. 6).

Fig. 7 – Contribution à l’établissement du cadre chronostratigraphique régional


La puissance stratigraphique des formations limoneuses (loess) localement conservées dans ce secteur géographique offre, comme c’est le cas à Le Quesnoy (fig. 7), un excellent spot d’observation des occupations humaines des pléistocène moyen et récent. 

Ensuite, les sites les mieux conservés appartenant à la Préhistoire récente sont actuellement situés dans ou sur les rebords de la plaine alluviale. En outre, la Préhistoire récente est mieux documentée grâce notamment à un nombre important de diagnostics préventifs et d’opérations programmées dans la plaine humide de l’Escaut (fig. 8).

Fig. 8 – La Préhistoire récente, importance de la reconnaissance du contexte

 

Fig. 9 – La Préhistoire récente, un renouvellement progressif

 

À Proville, un site de l’extrême fin du Tardiglaciaire weichsélien début du Préboréal vers -10 000 ans a fait l’objet d’une fouille programmée au tout début des années 2010. L’occupation humaine correspond à l’Epiahrensbourgien du nord de l’Europe dont l’extension la plus méridionale semble se situer au nord du Bassin parisien (fig. 9). L’un des premiers sites documentés se situe à Belloy-sur-Somme (Somme, « Belloisien »).

Le site se caractérise par un locus de production d’outillage lithique sur grandes lames probablement associé à un habitat temporaire de chasseurs.

Le contexte stratigraphique des occupations du Tardiglaciaire et de l’Holocène très ancien mérite d’être précisé par des sites bien conservés à l’instar des sites belges situés plus en aval à Ruien ou Kerkhove (Vandendriessche, Crombé, voir l’article des auteurs dans ces actes).

Fig. 10 – Le Mésolithique

 

L’occupation mésolithique est omniprésente dans ce segment de vallée (fig.10). Elle semble couvrir tout le champ chronologique de la période. Toutefois, la multiplication des reconnaissances archéologiques préventives ou programmées n’a pas permis à ce jour une approche détaillée de la période. Les sites sont parfois des bilans sur plusieurs millénaires comme à Proville. D’autres se situent dans des secteurs urbains pollués (Valenciennes) ou sont en attente d’une fouille complémentaire (Escaudoeuvres).

Fig. 11 – Répartition spatiale des découvertes récentes pour le Néolithique

 

Fig. 12 – Renouvellement des connaissances pour le Néolithique

 

Le Néolithique est l’une des périodes bénéficiant d’un éclaircissement significatif des modes de peuplement dans la vallée de l’Escaut.

L’archéologie préventive a principalement permis l’étude d’occupation du Néolithique final régional réuni sous l’appellation de Groupe Deûle-Escaut. Ces occupations se caractérisent principalement par un ou plusieurs bâtiments d’habitations (fig. 12, Marquion). Le site à caractère funéraire tout à fait remarquable de Valenciennes, situé rue Jean Bernier, mis au jour par le service archéologique de Valenciennes, constitue une exception (Deckers, Delassus, 2009).  

Le site du Néolithique récent de Bouchain, qui a fait l’objet d’une opération programmée annuelle entre 2014 et 2020, situé sur un paléochenal, est à ce jour le seul site fouillé pour cette période dans la région des Haut-de-France. La conservation exceptionnelle du site dans les alluvions tourbeuses de l’Escaut et de la Sensée indique le fort potentiel de ces contextes humides régionaux, notamment pour l’étude des sites de la Préhistoire récente.

Si le Néolithique ancien n’est pas représenté, en revanche, le Néolithique moyen II est massivement présent comme l’indique le nombre grandissant de sites d’enceinte reconnus par le biais de la photo-interprétation. L’archéologie de terrain peine à prendre en compte la multiplicité de ces découvertes importantes. Seul le site d’enceinte de Proville (Nord) (fig. 12) a fait l’objet d’une reconnaissance programmée en 2013.  Les sites d’enceinte de Wavrechain-sous-Faulx et de Banteux ou funéraires comme à Masnières à ce point de vue significatifs de ce potentiel restant à documenter par l’archéologie de terrain (fig. 13).  

Fig. 13 – Sites d’enceinte ou funéraire


            La Protohistoire : une vision nouvelle

Fig. 14 – Répartition des sites protohistoriques fouillés durant les deux dernières décennies.

 

Sans surprise et à l’image de la situation générale dans une large moitié nord de la France, les périodes postérieures à la Préhistoire ont bénéficié d’une évolution spectaculaire des connaissances du fait du développement de l’archéologie préventive (fig. 14).

La Protohistoire, jusque-là méconnue dans le secteur présenté, est aujourd’hui documentée sur le l’ensemble de la période. Le secteur constitue notamment un bon spot d’observation des influences entre RSFO, Groupe des Ardennes et Manche-Mer-du-Nord (Rouvignies : « champ d’urnes », monuments ; Quiévrechain : habitat villageois). Les premier et second Âge du Fer sont également documentés par des habitats plus ou moins bien conservés et des espaces funéraires (Haspres, Hordain, Haynecourt).

 

            La période romaine

Fig. 15 – L’époque romaine

 

L’époque romaine offre l’image d’un secteur stratégique défendu et urbanisé (Famars, Les-Rues-des-Vignes) (fig. 15). La ville de Famars (Fanum Martis) en bordure de la Rhonelle, qui est aujourd’hui fouillée sur une superficie totale d’environ 20 hectares, étonne par son urbanisme étendu. Certaines pratiques spécifiques telles les sépultures en hypogée semblent des marqueurs de particularismes locaux (Haynecourt, Saultain ……). Certaines activités de productions ou d’extractions minières irriguent les région limitrophes (Famars, Douchy-les-Mines).

Fig. 16 – Époque romaine, des découvertes importantes souvent en attente d’une documentation précise.

 

L’enchainement des découvertes bouleverse les idées reçues et dépasse parfois les capacités d’études et de diffusion des données (fig. 16).  C’est notamment le cas pour les sanctuaires urbains ou ruraux découverts par l’archéologie de terrain ou par photo-interprétation (4 entités). Seul le site de Sains-du-Nord a fait l’objet d’une fouille à ce jour.

 

            La période médiévale

Fig. 17 – Le Haut-moyen-Âge – époques mérovingienne et carolingienne

 

Le Haut-Moyen-Âge se caractérise classiquement dans ce secteur géographique par l’installation en grand nombre de communautés monastiques dont les établissements vont perdurer dans le temps (Saint-Amand-les-Eaux, Crespin, Raismes). Toutefois, l’apport majeur de l’archéologie, notamment depuis les deux dernières décennies, est d’avoir révélé une densité importante de site villageois implantés le plus souvent sur ou à proximité d’établissements antiques désertés (fig. 18) (Fontaine-Notre-Dame, Rouvignies, Escaudain, Noyelles-sur-Escaut, Neuville-sur-Escaut, Niergnies, Famars…).

 

Fig. 18 – Le Moyen-Âge central et tardif

 

Au Moyen-Âge, le fleuve Escaut va retrouver pour un temps son rôle de frontière qu’il avait pu occuper, au moins partiellement, au Néolithique moyen et dans la seconde partie de l’Âge du Fer. Il s’agit ici, excusez du peu, d’une frontière d’empire rapidement cristallisée par la formation des comtés de Flandre et de Hainaut. Dès lors, la fortification des villes et l’installation de forteresses se perpétuera jusqu’à l’époque contemporaine, en consolidant la fonction défensive et la position stratégique du fleuve.

L’axe scaldien constitue aussi un support d’échanges commerciaux favorisant l’enrichissement des villes et des établissements monastiques, grâce à un trafic fluvial important sur le fleuve et ses affluents (Scarpe, Hainaut). Ces dynamiques économiques sont visibles à travers l’installations d’infrastructures portuaires et nautiques (Condé, Pommereul).

 

            Les époques moderne et contemporaine

 

Fig. 19 – Les époques moderne et contemporaine

 

L’époque moderne perpétue cette notion de frontière prise dans un contexte plus général. Les villes clés sur l’Escaut appartiendront au « Pré-carré » français. La canalisation des cours d’eau implique la construction d’ouvrages multiples et facilite un développement industriel bientôt massif grâce à la présence du charbon minier. La vallée et son potentiel industriel restent un enjeu stratégique notamment lors du premier conflit mondial de 1914 à 1918.

L’archéologie n’intervient que marginalement sur ces contextes modernes et contemporains. Les problématiques sont plus complexes et s’entremêlent avec la masse considérable des archives. L’intégration de ces périodes récentes soulignent toutefois l’intérêt de ce patrimoine archéologique, notamment des vestiges liés aux fortifications et aux infrastructures fluviales et industrielles.

 

Conclusion

En vingt ans, l’archéologie aura permis un renouvellement profond des connaissances liées aux peuplements et aux développements des activités humaines dans le secteur de l’Escaut amont. Ces avancées ont été rendues possibles en partie par la mise en place d’un cadre réglementaire particulièrement favorable à la préservation du patrimoine enfoui, et ce depuis les lois d’archéologie préventive de 2001, renforcées en 2016.

La présence d’universités impliquées dans l’archéologie (Lille, Valencienne/Cambrai) et de laboratoires de recherche (Halma, IRHiS, CRISS) constitue un atout incontestable pour l’exploitation des données et la diffusion de la recherche archéologique. L’émergence progressive de projets collectifs de recherche (PCR) permet de diversifier les échelles et de synthétiser les résultats (PCR Places fortes, PCR Famars), en croisant les données historiques et de terrain. Enfin, le dynamisme récent de l’archéologie programmée (Cambrai, Bouchain, Condé-sur-l’Escaut, Jenlain) favorise la prise en compte d’un patrimoine archéologique spécifique. Dans une conjoncture commune aux régions situées au nord du Bassin Parisien, rien ne semble indiquer un infléchissement de cette tendance. Il faut donc se préparer à intégrer un flux constant de données nouvelles.

La valorisation de cette connaissance neuve auprès du public et sans aucun doute l’écueil principal auquel sont confrontées les régions ne disposant pas d’une tradition de recherche ancienne. La vallée de l’Escaut n’échappe pas à ce constat. Au-delà de la nécessaire diffusion scientifique des résultats, il sera sans doute nécessaire d’en réaliser une traduction de ces connaissances scientifiques à destination du grand public.  


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour la publication de ce premier article de ces actes de colloque sur la Vallée de l’Escaut et de la précieuse collaboration que nous a permis Nordoc, en nous offrant une belle visibilité en ligne pour cette publication !

Répondre à LAETITIA DEUDON Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search