Une preuve de l’usage de « bouteille de sorcière » en France au XVIIIe siècle (Seclin, Nord).

Cet article a été rédigé par Guillaume Lassaunière (Service archéologique de Seclin) avec la collaboration de Viviane Bulckaen (conservation-restauration de vitraux).

Présentation de la découverte

D’importantes fouilles archéologiques ont été menées en 2011 dans le centre historique de Seclin. Au cœur de l’ancien enclos canonial dominé par la collégiale Saint-Piat, ces recherches ont mis en évidence tout un pan de l’histoire religieuse et civile de Seclin allant du Moyen Âge à la Première Guerre Mondiale[1].

Le quartier résidentiel des chanoines, établi dès le XIIIe siècle au sud de l’église accueille également des édifices civils administrés par le chapitre de Saint-Piat. L’un d’eux, en front de rue, abrite un cabaret réputé, connu depuis le XIVe siècle sous l’enseigne du « Cheval Blanc ». Les sources anciennes permettent de retracer l’histoire de cet établissement et de ses propriétaires successifs jusqu’en 1846, date de sa fermeture[2]. Le cabaret était installé au sein d’un bâtiment à plan carré sur cour centrée dans lequel les clients pouvaient se restaurer, se divertir et même dormir ; il faisait également office de logement pour les cabaretiers. À l’extérieur, une série de constructions desservies par une cour occupaient les parcelles limitrophes et servaient au stockage des denrées alimentaires. La fouille archéologique s’est concentrée principalement sur cette dernière zone et notamment sur les espaces extérieurs (Fig. 1).

Fig. 1 – Plan des vestiges du cabaret mis au jour en 2011 © Lassaunière 2017

Lire la suite