Le château de Fressin et l’utilisation des perspectives forcées en architecture castrale au XVe siècle : une comparaison avec des châteaux de l’Europe du Nord-Ouest

Cet article a été rédigé par Victorien Leman, doctorant en histoire médiévale à l’université de Picardie (Amiens), EA 4284 TrAme.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du XIXe siècle[1]. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques[2] et archéologiques[3] qui se sont essentiellement penchés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, dont le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie[4]. La plupart des érudits et des universitaires s’étant intéressés au site s’accorde pour en attribuer la construction ou la reconstruction à Jean V de Créquy, au milieu du XVe siècle. Les descendants de Jean V auraient ensuite abandonné le château, le laissant victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, jusqu’à sa destruction par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour buts : 1°) de réaliser un relevé topographique précis du site, et 2°) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique[5]. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Les données archéologiques acquises au cours de cette première campagne ont amené de nouvelles réflexions sur l’architecture castrale de la seconde moitié du XVe siècle, et notamment sur l’utilisation de la perspective forcée qui semble particulièrement présente à Fressin qui est un procédé basé sur l’utilisation de la perspective dans le but de donner artificiellement une impression de profondeur et de mettre en valeur un certain nombre d’éléments architecturaux qui deviennent ainsi particulièrement signifiant dans le programme castral. Lire la suite