Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)

Cet article a été rédigé par Angélique Demon, archéologue territorial, Service archéologique de la Ville de Boulogne-sur-Mer.

Ernest-Théodore Hamy est né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer, où son père est pharmacien. Il suit des études de médecine à la Faculté de Paris et obtient le titre de docteur en 1868. En 1869, il devient l’assistant de Paul Broca, fondateur de la Société d’anthropologie de Paris, et se découvre une véritable vocation. Il abandonne alors la médecine pour se consacrer à l’anthropologie. En 1872, il entre au Muséum national d’histoire naturelle comme aide-naturaliste et assistant d’Armand de Quatrefages, à qui il succède en 1892.

Ernest-Théodore Hamy s’intéresse également à l’ethnographie, au point d’être considéré comme l’un des fondateurs de la discipline en France. Lors de l’exposition universelle de 1867, il est chargé de l’étude de momies et de crânes égyptiens rassemblés par un autre boulonnais, Auguste Mariette. Mais il reste surtout connu pour être l’un des initiateurs et le premier conservateur du Musée d’ethnographie du Trocadéro (Musée de l’Homme), fondé en 1880.

Parallèlement à sa carrière parisienne, Ernest-Théodore Hamy, qui reste très attaché à sa ville natale, consacre une grande partie de son énergie à l’archéologie boulonnaise, contribuant au développement des sciences historiques et préhistoriques dans la région.

Dès 1857, encore adolescent, il accompagne son professeur, le Chanoine Daniel Haigneré (1824-1893), sur plusieurs de ses chantiers de fouilles archéologiques[1] et travaille notamment sur les sites mérovingiens de Pincthun (Echinghen), où le Chanoine lui confie la réalisation des dessins du mobilier, puis d’Hardenthun (Marquise). C’est également avec le Chanoine Haigneré qu’il publie sa première notice archéologique en 1862[2].

Sommaire

Lire la suite