Le château de Fressin et l’utilisation des perspectives forcées en architecture castrale au XVe siècle : une comparaison avec des châteaux de l’Europe du Nord-Ouest

Cet article a été rédigé par Victorien Leman, doctorant en histoire médiévale à l’université de Picardie (Amiens), EA 4284 TrAme.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du XIXe siècle[1]. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques[2] et archéologiques[3] qui se sont essentiellement penchés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, dont le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie[4]. La plupart des érudits et des universitaires s’étant intéressés au site s’accorde pour en attribuer la construction ou la reconstruction à Jean V de Créquy, au milieu du XVe siècle. Les descendants de Jean V auraient ensuite abandonné le château, le laissant victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, jusqu’à sa destruction par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour buts : 1°) de réaliser un relevé topographique précis du site, et 2°) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique[5]. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Les données archéologiques acquises au cours de cette première campagne ont amené de nouvelles réflexions sur l’architecture castrale de la seconde moitié du XVe siècle, et notamment sur l’utilisation de la perspective forcée qui semble particulièrement présente à Fressin qui est un procédé basé sur l’utilisation de la perspective dans le but de donner artificiellement une impression de profondeur et de mettre en valeur un certain nombre d’éléments architecturaux qui deviennent ainsi particulièrement signifiant dans le programme castral. Lire la suite

Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville. Lire la suite

Étaples et son château aux époques médiévale et moderne

Conférence de Thomas Byhet, technicien de recherche, DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le 26 mars 2016.

conf-chateau-etaples-2016La communication aura lieu le samedi 26 mars 216 à l’Auditorium de l’Office de Tourisme d’Étaples, Boulevard Bigot-Descelers à partir de 14h30, à l’invitation de la Municipalité d’Étaples, du Musée Quentovic, et de la DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Le château d’Étaples : une place forte méconnue

Exposition proposée par le Musée Quentovic et le Service Régional de l’Archéologie du 8 février au 31 mars 2016 dans le hall de l’office de tourisme d’Étaples.

expo chateau etaples 2016 [50%]Les recherches historiques et les fouilles archéologiques ont permis de dégager une vision du bourg, de son port et de son château fort aux époques médiévales et moderne.

En effet, la ville d’Étaples constitue l’un des sites archéologiques les plus importants du Pas-de-Calais : de nombreux gisements de la Préhistoire ancienne aux époques plus récentes y ont fait l’objet d’études depuis le début du XIXe siècle. Toutefois, le cœur de la ville n’a pas connu de chantiers de grande ampleur qui auraient pu fournir des informations sur le bourg et son port aux époques médiévale et moderne. Or, à l’exemple de ses voisines du littoral (Calais, Boulogne-sur-Mer et Montreuil-sur-Mer), Étaples a possédé un patrimoine fortifié, témoin de son importance stratégique passée : Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, y fit construire en 1172 un château, à la périphérie est de la ville, le long de la Canche, et une enceinte défensive ont protégé la cité jusqu’au XVIIe siècle. Lire la suite

Nogent-l’Artaud, 7 rue Porteneuve (Aisne) : le Château d’Artaud

Nouvelle publication de la collection, « Archéologie en Picardie », numéro 45, 2014.

Nogent-l-artaud365ZIEGLER Sébastien
Nogent-l’Artaud, 7 rue Porteneuve (Aisne) : le Château d’ArtaudAmiens : DRAC Picardie, SRA, 2014, 8 pages
Colllection Archéologie en Picardie

Résumé

Le site du donjon de Nogent l’Artaud fut redécouvert à l’occasion de la construction d’un établissement d’Hébergement pour personnes agées dépendantes par la société GDP Vendome Immobilier; La parcelle se situe dans le parc de l’établissement existant qui occupe un château bâti à la fin du XVIIIe siècle. L’église paroissiale…

Coucy, dernière splendeur : photographies de 1916. Un geste de mémoire : le don Möller

Découvrez l’exposition de photographies représentant le château de Coucy avant sa destruction à partir du 18 septembre 2015 et jusqu’en 2018.

CoucyLe Centre des monuments nationaux a accepté le 10 décembre 2013 la donation d’un album de photographies consacrées au Château de Coucy. L’album a été remis en 2014 par le petit-fils de son propriétaire, le major Hans Stach von Goltzheim. Christian Möller et sa femme Marianne ont souhaité, par cette donation et sa diffusion au château de Coucy, effectuer un geste symbolique de pardon devant les désastres de la guerre. Lire la suite

Le château de l’Arsenal à Condé-sur-Escaut

Parution d’une nouvelle plaquette sur le château de Condé-sur-Escaut.

Chateau-Arsenal254« Redécouvrir le château de l’arsenal à Condé-sur-Escaut », cette plaquette publiée en aout 2015 par l’association SO DEV Château Arsenal, fait état des tous derniers résultats de la fouille programmée menée sur ce site depuis 2008.

DROIN Lion, NOWAK Sophie, LEMOINE Mickael
Redécouvrir le château de l’arsenal à Condé-sur-Escaut
Condé-sur-Escaut : SO.DEV. Château Arsenal, 2015, 11 p.

Résumé :

Le site archéologique de l’Arsenal se situe au sud de la ville de Condé-sur-l’Escaut, à 15 km de Valenciennes. Condé occupe une position stratégique à la confluence de l’Escaut et de la Haine. On comprend alors l’origine du nom Condé venant de Condate, signifiant la confluence en gaulois.
Condé-sur-l’Escaut aurait pour origine la fondation d’un monastère par Saint Wasnon à l’époque mérovingienne.
Cependant,…