Chronique de Vendeuil-Caply (5). La fouille vue du musée

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Le Musée archéologique de l’Oise est un des tous derniers musées de site créés en France. J’entends souvent des visiteurs se demander pourquoi ce bâtiment a été construit au milieu de nulle part. Eh bien, pour la simple et bonne raison que le site dont il conserve et valorise les vestiges se trouve à 200 m, sous les champs. Il est en effet difficile de visualiser l’agglomération antique de Vendeuil-Caply qui s’étendait sur plus de 100 hectares. Définitivement ensevelie au Ve siècle de notre ère, ce qu’il reste de cette ville est aujourd’hui conservé dans le sol. Et seul le Grand théâtre, cœur monumental de la cité bellovaque, a été extrait de la terre par les archéologues. Lire la suite

Chronique de Vendeuil-Caply (4). Le récolement

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 Vous avez dit récolement ?

D’après l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement : « Le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire : Lire la suite

De nouvelles fouilles à Rhodaus Town, Canterbury, Kent

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Fig. 1 – Vue panoramique du quartier de Rhodaus Town, montrant le site du garage Peugeot (au premier plan), l’ancien St Mary Bredin School (arrière plan) et le mur de la ville avec le tertre et jardins du Dane John (à droite).

Ces dernières années, Canterbury a connu de grands changements, et au cours de la dernière décennie, un développement considérable a eu lieu dans la région de ‘Rhodaus Town’, immédiatement à l’extérieur des murs anciens de la ville (Fig. 1). Les fouilles archéologiques dans ce quartier en 2007 et 2013 ont mis en évidence le potentiel caché de notre patrimoine enfoui au-delà des limites des défenses historiques de la ville. Ces opérations archéologiques commencent aujourd’hui à démontrer la valeur cumulative de ce qui pourrait sembler à première vue des vestiges archéologiques disparates (Fig. 2). Lire la suite

Un siècle de fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer

Cet article a été rédigé par Damien Schirrer (Master 2 Métiers de l’Archéologie – Université SHS Lille) dans le cadre d’un stage de recherche documentaire effectué en mars-avril 2017 au sein de la Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France – Pôle Patrimoines et Architecture – Service Archéologie (site Lille) et co-dirigé par Karine Delfolie (Documentation, Communication et valorisation) et Thomas Byhet (Carte archéologique).

Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) et son pays sont riches de leur histoire. Le val de Canche, point de confluence entre les eaux et les terres, attire et concentre les activités humaines depuis des temps immémoriaux. Des premiers habitats néolithiques au port de Quentovic jusqu’à l’histoire récente, ce sont plus de 6000 ans d’occupation humaine qui reposent sous nos pieds. Si la conscience du riche passé de la région n’est pas nouvelle, voire ancienne, il faut pourtant attendre la seconde moitié du XXe siècle pour assister aux premières véritables fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer. Par le passé, nombreuses ont étés les découvertes fortuites et les observations de vestiges lors des réaménagements successifs dont la ville a fait l’objet ; mais l’étude raisonnée du patrimoine archéologique enfoui, qu’il soit menacé par de nouvelles constructions ou non, est une discipline récente. Lire la suite

Chronique de Vendeuil-Caply (3). L’exposition : comment, pourquoi ?

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

De l’art contemporain au Musée archéologique de l’Oise !

L’exposition est sans doute ce qui définit le mieux, dans l’opinion commune, le concept même du musée. On y va d’ailleurs pour visiter « la dernière expo » ou « une expo dont le sujet nous intéresse ». L’exposition est, sans jeu de mots, une véritable vitrine pour un musée, encore plus quand ce dernier est au milieu de nulle part et qu’il n’est doté que d’une seule salle pour l’accueillir. Le Musée archéologique de l’Oise n’a en effet qu’une salle d’exposition de 200 m2 mais, côté positif, elle présente un beau volume et un excellent éclairage. Pour ne rien vous cacher, lorsque j’ai postulé pour prendre la direction de cette institution, je me suis posé de nombreuses questions face à l’impossibilité de développer une exposition permanente consacrée au site archéologique de Vendeuil-Caply, attenant au musée, couplée à des expositions temporaires dans un autre espace. Il fallait d’une part répondre aux demandes de certaines personnes qui souhaitaient l’élaboration d’une seule exposition permanente mais aussi tenir compte du fait que le public ne viendrait qu’une fois au musée pour la voir, alors que le projet était de dynamiser la fréquentation de la structure ! Il a fallu trouver des solutions pour satisfaire le besoin justifié d’une exposition portant sur le site archéologique, tout en respectant l’ambition du musée d’être créatif en renouvelant l’offre chaque année.

Fig.1 : Salle d’exposition du Musée archéologique de l’Oise

Lire la suite

Le château de Fressin et l’utilisation des perspectives forcées en architecture castrale au XVe siècle : une comparaison avec des châteaux de l’Europe du Nord-Ouest

Cet article a été rédigé par Victorien Leman, doctorant en histoire médiévale à l’université de Picardie (Amiens), EA 4284 TrAme.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du XIXe siècle[1]. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques[2] et archéologiques[3] qui se sont essentiellement penchés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, dont le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie[4]. La plupart des érudits et des universitaires s’étant intéressés au site s’accorde pour en attribuer la construction ou la reconstruction à Jean V de Créquy, au milieu du XVe siècle. Les descendants de Jean V auraient ensuite abandonné le château, le laissant victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, jusqu’à sa destruction par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour buts : 1°) de réaliser un relevé topographique précis du site, et 2°) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique[5]. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Les données archéologiques acquises au cours de cette première campagne ont amené de nouvelles réflexions sur l’architecture castrale de la seconde moitié du XVe siècle, et notamment sur l’utilisation de la perspective forcée qui semble particulièrement présente à Fressin qui est un procédé basé sur l’utilisation de la perspective dans le but de donner artificiellement une impression de profondeur et de mettre en valeur un certain nombre d’éléments architecturaux qui deviennent ainsi particulièrement signifiant dans le programme castral. Lire la suite

Tourcoing, une cité industrielle sous l’Ancien Régime

Cet article a été rédigé par José Barbieux, Service archéologique de Tourcoing.

La ville de Tourcoing a perdu dans des incendies, dès l’époque moderne, l’essentiel de ses archives anciennes. Le pire reste celui de 1711 qui a vu la destruction de tout le centre, de la grand’ place et de la maison de ville. L’archéologie permet, néanmoins, de compenser, en partie, ces pertes et d’apporter des données patrimoniales et culturelles qui, une fois, analysées permettent de mieux comprendre le passé de la ville. À Tourcoing, un développement singulier lié au travail de la laine a ainsi été observé.

Fragment de figurine en terre cuite, Vénus

Une occupation laténienne et gallo-romaine est attestée sur le territoire par des découvertes ponctuelles et des chantiers forcément limités par la densité du bâti. Le matériel correspond à La Tène 1, à La Tène 3, puis aux trois premiers siècles de notre ère (note voir Revue du Nord n°373)

 

Lire la suite

St James’s, Douvres, Angleterre

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Après plusieurs des années de préparation, les travaux de réaménagement du quartier de St James à Douvres, ont commencé au printemps 2015.
Située à l’est de cet ancien port, en contrebas du coteau du château, ce nouvel aménagement a fourni une occasion importante d’examiner sur le plan archéologique, une partie substantielle de la vieille ville.
Ce quartier a toujours été une banlieue, située au-delà de l’implantation principale, mais placé de façon importante juste en retrait du littoral, entre le centre historique de la ville et le château médiéval.

Vue générale du quartier de St James avant la Deuxième Guerre Mondiale (1932)

Le Canterbury Archaeological Trust a été chargé d’entreprendre toutes les recherches requises avant l’aménagement du site, et l’équipe a presque finit après plus d’un an de fouilles urbaines à grande échelle. Lire la suite

Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville. Lire la suite

Chronique de Vendeuil-Caply (2)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

C’est quoi un CCE ?

J’ai beau l’expliquer à chaque fois que j’en ai l’occasion, finalement, peu de gens savent que le Musée archéologique de l’Oise est également un Centre de Conservation et d’Étude (CCE), un des plus récents à l’échelle nationale.

Fig. 1 – CCE – Musée archéologique de l’Oise

La définition officielle de ce type de structure est la suivante : « Les CCE sont définis comme des unités de traitement et de gestion destinées à répondre aux besoins des archéologues et des musées en organisant une mutualisation des moyens et des compétences, en termes de conservation préventive, d’accessibilité, de valorisation scientifique des collections et du produit des fouilles, ainsi que de médiatisation auprès du grand public. »[1] Lire la suite

Chronique de Vendeuil-Caply (1)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 

Il y a tout juste soixante ans débutaient les premières recherches de terrain du XXe siècle à Vendeuil-Caply. L’examen d’un cliché aérien pris par l’I.G.N., en 1955, montrant l’existence d’un théâtre sur le Mont Catelet est à l’origine des premiers sondages réalisés l’année suivante[1]. Soixante ans, ce n’est pas rien : plusieurs générations de passionnés, archéologues chevronnés ou néophytes, se sont succédées et ont participé à la découverte de ce site archéologique majeur des Hauts-de-France. Il convient donc de leur rendre hommage car c’est leur activité désintéressée qui est à l’origine de la création d’un musée de dernière génération sur le site archéologique en 2011.

Un projet muséal est protéiforme et complexe puisqu’il comprend la gestion d’un lieu, d’un corpus d’œuvres, des personnes qui en ont la charge mais aussi sa mise en réseau afin de le faire connaître et vivre. La mise en œuvre de ce type de projet est à la fois passionnante et épuisante, le temps manque pour prendre un recul souvent salvateur. La plateforme numérique Nordoc’archéo me donne l’opportunité de faire un bilan en présentant le Musée archéologique de l’Oise de manière exhaustive à travers une chronique qui va explorer le passé et le présent de la structure, de sa genèse à son installation dans un bâtiment Haute Qualité Environnementale, en passant par ses collections, leur exploitation scientifique et leur valorisation.

Fig 1 : Restitution du Grand Théâtre de Vendeuil-Caply © V. Delebarre

Lire la suite

Les soldats voyageurs : une quantité exceptionnelle de graffitis de soldats de la Grande Guerre dans la Cité souterraine de Naours

Cet article a été rédigé par Gilles Prilaux (Inrap) et Matthieu Beuvin (Cité souterraine de Naours).

C’est à l’occasion d’une intervention archéologique coordonnée par un chercheur de l’Inrap dans le vaste site souterrain de Naours (80) à l’invitation de la Communauté de communes Bocage-Hallue, qu’a été découverte une concentration insoupçonnée à ce jour de graffitis et d’inscriptions de soldats de la Grande Guerre. Contrairement au discours touristique trop longtemps délivré sur la présence d’un hôpital souterrain, les premiers résultats des recherches permettent aujourd’hui de penser que ces traces laissées sur les parois des galeries ont été faites à l’occasion de visites touristiques et d’agrément à quelques kilomètres des premières lignes du front. Elles permettent ainsi d’alimenter la thématique très rarement étudiée des loisirs et des distractions des soldats pendant la Grande Guerre.

Le souterrain aménagé de Naours, un refuge des biens et des hommes dès le XIVe siècle.

IMG_1848Le site de Naours a été redécouvert à la fin du XIXe siècle par l’abbé Danicourt, qui au terme de 18 années de fouilles et d’importants travaux de déblaiements, a rendu accessible dès 1888 cet incroyable ouvrage souterrain. Les souterrains aménagés de Picardie et d’Artois diffèrent des autres cavités artificielles par l’organisation générale qu’ils présentent. Ces systèmes se présentent toujours sous une forme plus ou moins ramifiée et complexe. Le réseau de Naours offre la particularité de se structurer à partir d’un épicentre correspondant à d’anciennes carrières d’extraction au bout desquelles une douzaine de ramifications se développent pour former des « îlots » plus ou moins bien individualisés. Les recherches archéologiques menées depuis un an ont permis de conforter une occupation importante de ces lieux au début du XVIIe siècle comme le prouvent des inscriptions épigraphes, des pièces de monnaies, des poteries et des balles de mousquets. Lire la suite

Un site du Néolithique récent exceptionnellement bien conservé dans la vallée de l’Escaut à Bouchain (Nord)

Cet article a été rédigé par Gilles Leroy, ingénieur (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie).

Le Ministère de la Culture est investi depuis 2014, avec l’aide de la commune, dans la fouille programmée d’un site de la Préhistoire récente, et plus précisément de la fin du Néolithique, à Bouchain dans le Nord. L’opération fait suite à une reconnaissance opérée par l’Inrap en 2012 dans un contexte préventif. Le diagnostic avait révélé, outre l’existence de vestiges d’un faubourg médiéval et moderne, un niveau archéologique bien conservé à la base d’une séquence sédimentaire d’origine alluviale à proximité d’une berge de l’Escaut. Une mesure C14, réalisée en 2013 confirmait l’attribution de cette occupation humaine au Néolithique récent.
Les campagnes de fouilles, débutées en 2014, se prolongeront jusqu’en 2017.  Elles réunissent annuellement une équipe d’étudiants, chercheurs bénévoles et de spécialistes issus de différents organismes de recherche nationaux (CNRS, universités, Museum, C2RMF…).

Site-Bouchain

Site du Néolithique récent fouillé à Bouchain (Nord)

Lire la suite

Actualité de l’inventaire et des études sur les manifestations graphiques du château de Selles à Cambrai, Nord (France)

Cet article sur le château de Selles à Cambrai, Nord (France) a été rédigé par Nicolas Mélard, Thomas Byhet et Virginie Motte1.

Construit au XIIIe siècle pour le comte-évêque de Cambrai, le château de Selles a connu de nombreuses modifications architecturales. Intégré dans le nouveau système de fortifications au XVIe siècle, il est aujourd’hui englobé sur trois cotés dans la masse des fortifications construites en brique et terre. Son intégration dans les fortifications modernes a permis non seulement sa conservation mais également celle des traces, plus fines et personnelles de ses occupants, sous forme de manifestations graphiques, gravées, sculptées et dessinées, se comptant par centaines sur les murs des tours et couloirs. Cet important témoin du passé médiéval et moderne de la ville constitue un des plus grands ensembles de manifestations graphiques connus en Europe, dont les plus anciennes datent probablement de la première moitié du XIVe siècle.

Vue extérieure-chateau-Selles

Vue extérieure du château de Selles (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

Lire la suite