Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)

Cet article a été rédigé par Angélique Demon, archéologue territorial, Service archéologique de la Ville de Boulogne-sur-Mer.

Ernest-Théodore Hamy est né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer, où son père est pharmacien. Il suit des études de médecine à la Faculté de Paris et obtient le titre de docteur en 1868. En 1869, il devient l’assistant de Paul Broca, fondateur de la Société d’anthropologie de Paris, et se découvre une véritable vocation. Il abandonne alors la médecine pour se consacrer à l’anthropologie. En 1872, il entre au Muséum national d’histoire naturelle comme aide-naturaliste et assistant d’Armand de Quatrefages, à qui il succède en 1892.

Ernest-Théodore Hamy s’intéresse également à l’ethnographie, au point d’être considéré comme l’un des fondateurs de la discipline en France. Lors de l’exposition universelle de 1867, il est chargé de l’étude de momies et de crânes égyptiens rassemblés par un autre boulonnais, Auguste Mariette. Mais il reste surtout connu pour être l’un des initiateurs et le premier conservateur du Musée d’ethnographie du Trocadéro (Musée de l’Homme), fondé en 1880.

Parallèlement à sa carrière parisienne, Ernest-Théodore Hamy, qui reste très attaché à sa ville natale, consacre une grande partie de son énergie à l’archéologie boulonnaise, contribuant au développement des sciences historiques et préhistoriques dans la région.

Dès 1857, encore adolescent, il accompagne son professeur, le Chanoine Daniel Haigneré (1824-1893), sur plusieurs de ses chantiers de fouilles archéologiques[1] et travaille notamment sur les sites mérovingiens de Pincthun (Echinghen), où le Chanoine lui confie la réalisation des dessins du mobilier, puis d’Hardenthun (Marquise). C’est également avec le Chanoine Haigneré qu’il publie sa première notice archéologique en 1862[2].

Sommaire

Lire la suite

Louis-Gabriel Bellon (1819-1899) et sa collection d’antiques

Archéologue, collectionneur et peintre du XIXe siècle, article rédigé par Corinne Helin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS).

Louis-Gabriel Bellon (1819-1899) a fouillé dans les années 1874-1879 plusieurs cimetières situées à Saint-Nicolas-lez-Arras. Il a également constitué la plus grande collection d’antiqué du XIXe siècle dont une partie de la collection a été mise aux enchères lors une vente publique en 2009.

Louis-Gabriel-Bellon

Louis-Gabriel Bellon (tiré de de Cardevacque 1899, p. [124])

Sommaire

Lire la suite

Auguste Terninck (1811-1888), un archéologue amateur de l’Artois

Auguste Terninck, percepteur de profession, est un archéologue amateur de l’Artois dont les travaux ont pris une large part à la connaissance des découvertes archéologiques du XIXe siècle en Artois. Cet article a été rédigé par Corinne Hélin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS)

Auguste terninck

Auguste Terninck (Archives départementales du Pas-de-Calais)

Sommaire

Lire la suite

Roger Rodière, historien et archéologue montreuillois

Cet article a été rédigé par Jean-Claude Routier, archéologue à l’Inrap.

rodiereCette présentation de Roger Rodière s’inspire en majeure partie de la Bibliographie historique de Montreuil-sur-Mer et de son pays publiée en 2009 par Frédéric Brasseur1. Dans les sept premiers chapitres, l’auteur cite toutes les sources historiques du Montreuillois : articles de revues ou périodiques, livres, fascicules, tirés à part et mémoires de maîtrise édités ou thèses, atlas généraux de géographie, manuscrits, ex libris, catalogue iconographique. Il dresse ensuite dans le chapitre 8 un portrait rapide des historiens de Montreuil depuis le XIXe s., de Charles Henneguier, Florentin Lefils, Auguste Bracquehay à Georges de Lhomel et de Roger Rodière, Louis-Alphonse Dautricourt jusqu’à Albert Leroy et Lucien Vasseur. Lire la suite

Ernest Will (1913-1997) et la création d’un service archéologique dans le nord de la France

Ernest Will, archéologue, spécialiste du Proche-Orient hellénisé, a joué un rôle considérable dans la création d’un Service archéologique dans le nord de la France, service qui vit le jour en 1964. Cet article a été rédigé par Corinne Helin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS)

Sommaire

Lire la suite

Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise

Le deuxième portrait d’archéologues présenté par Nordoc’Archéo est celui de Gustave Souquet, érudit étaplois du XIXe siècle. Cet article a été rédigé par Thomas Byhet1.

Si, au cours du XVIIIe siècle, plusieurs historiens boulonnais ou picards (Michel Lequien, Philippe Luto, Michel-François Dubuisson, Pierre-Nicolas Grenier) avaient pratiqué des recherches sur la ville d’Étaples (Pas-de-Calais), ils ne livrèrent leurs résultats que dans des manuscrits à portée encyclopédique (et non encore publiés aujourd’hui) sur le comté de Boulogne ou la province de Picardie. Au XIXe siècle, Gustave Souquet est le premier érudit à s’intéresser presque uniquement à l’histoire ancienne (époque gallo-romaine ou médiévale) ou récente (époque napoléonienne) de sa ville natale et à porter cette connaissance à ses pairs, érudits ou confirmés, en publiant plusieurs études. Il sera le seul jusqu’au détour du XXe siècle. S’il ne possède pas l’envergure scientifique d’un abbé Haigneré (son équivalent boulonnais à la génération suivante), il livre néanmoins les bases d’une réflexion ultérieure sur l’histoire encore méconnue de ce port de la Manche.

Sommaire

Lire la suite

L’abbé Haigneré (1824-1893)

Un archéologue du Boulonnais du XIXe siècle, l’abbé Haigneré.

Nordoc’Archéo entend valoriser l’actualité de l’archéologie. Le Réseau souhaite également rappeler l’histoire de l’archéologie en Région, présentant les découvertes et les figures marquantes de l’archéologie septentrionale. Notre premier portrait est consacré à l’abbé Haigneré, archéologue du XIXe siècle qui participa à la découverte du boulonnais.

L’abbé Haigneré est un des principaux archéologues du XIXe siècle dans la région septentrionale. Il explore notamment des cimetières mérovingiens dans le boulonnais et la nécropole gallo-romaine du Vieil Ârte à Boulogne. Il est l’un des premiers à fouiller et publier le résultat de ses fouilles. Il permet, grâce aux résultats de ses fouilles, un enrichissement considérable des collections d’archéologie régionale du Musée de Boulogne. Il est, selon Roland Delmaire, « le meilleur des archéologues locaux du XIXe siècle, le seul à son époque à disposer d’une véritable compétence scientifique »1.

Sommaire

Lire la suite