Gustave Souquet (1805-1867), un érudit aux prémices de l’archéologie étaploise

Le deuxième portrait d’archéologues présenté par Nordoc’Archéo est celui de Gustave Souquet, érudit étaplois du XIXe siècle. Cet article a été rédigé par Thomas Byhet1.

Si, au cours du XVIIIe siècle, plusieurs historiens boulonnais ou picards (Michel Lequien, Philippe Luto, Michel-François Dubuisson, Pierre-Nicolas Grenier) avaient pratiqué des recherches sur la ville d’Étaples (Pas-de-Calais), ils ne livrèrent leurs résultats que dans des manuscrits à portée encyclopédique (et non encore publiés aujourd’hui) sur le comté de Boulogne ou la province de Picardie. Au XIXe siècle, Gustave Souquet est le premier érudit à s’intéresser presque uniquement à l’histoire ancienne (époque gallo-romaine ou médiévale) ou récente (époque napoléonienne) de sa ville natale et à porter cette connaissance à ses pairs, érudits ou confirmés, en publiant plusieurs études. Il sera le seul jusqu’au détour du XXe siècle. S’il ne possède pas l’envergure scientifique d’un abbé Haigneré (son équivalent boulonnais à la génération suivante), il livre néanmoins les bases d’une réflexion ultérieure sur l’histoire encore méconnue de ce port de la Manche.

Sommaire

ÉTAT CIVIL (NAISSANCE, MARIAGE, DÉCÈS)

Acte-naissance-Souquet

Acte de naissance de Gustave Souquet (source : Archives départementales du Pas-de-Calais, 5MIR318-2)

Gustave Souquet est né le 27 avril 1805 (7 floréal an XIII) à Étaples, dans le Boulonnais. Il est le fils de Nicolas César Souquet-Marteau (1765-1819), alors maire de la commune, âgé de 40 ans à la naissance de son fils, et de Marie Antoinette Victoire Marteau (1783-1826), son épouse. Nicolas Souquet est un négociant aisé qui a pris alliance par son mariage le 22 août 1801 (4 fructidor an IX) avec une famille renommée de la ville, la famille Marteau : Antoine Marteau, père de Marie Antoinette, fut mayeur de la ville de 1773 à 1789. La famille vit dans une maison bourgeoise située à l’extrémité sud-est de la place principale de la ville (actuelle place du Général de Gaulle). Les Souquet-Marteau jouissent au sein de la communauté étaploise d’une aura incontestée : c’est dans la maison familiale que Napoléon, dans l’objectif d’un débarquement en Angleterre, est reçu par deux fois, la première, le 29 juin 1803 (10 messidor an XI), lors de l’inspection par le premier consul de la baie de la Canche, et la seconde, le 31 décembre de cette même année (9 nivôse an XII) quand il souhaite constater la bonne marche des travaux entrepris dans la ville (camps en construction, batteries, parcs, arsenaux et hôpitaux). De même, les Souquet-Marteau s’investissent-ils dans la gestion de leur ville : Nicolas assume la charge de maire de 1804 à 1819, tandis que son fils Achille, le frère de Gustave, assumera cette charge de 1835 à 1837. Gustave Souquet se marie à l’âge de 24 ans, le 17 août 1829, à Saint-Quentin (Aisne), avec Hyacinthe Labalette (1811-1891), fille de Jacques Labalette, propriétaire et marchand de draps originaire de cette ville. Le couple aura cinq enfants dont : Gustave (né en 1829 à Arras), Angéline (née en 1832 à Arras), Achille (né en 1839 à Boulogne), Ernest (né en 1841 à Étaples), et Marie Antoinette Juliette (née en 1846 à Étaples).

Acte-deces-Souquet

Acte de décès de Gustave Souquet (source : Archives départementales du Pas-de-Calais 5MIR318-5)

À la suite d’une longue maladie, Gustave Souquet s’éteint à son domicile à l’âge de 62 ans, le 14 novembre 1867. Une grande partie de la population étaploise suivit les funérailles et accompagna le défunt jusqu’au cimetière communal (actuel cimetière du château) où sa tombe et celles des membres de sa famille se trouvent aujourd’hui encore conservées.

UN INVENTEUR INGÉNIEUX ET UN IMPRIMEUR LIBÉRAL

Le jeune Gustave Souquet est envoyé par son père à Paris où il fait ses études au sein du collège Sainte-Barbe, sur la montagne Sainte-Geneviève. Il entre comme élève en typographie chez Firmin Didot, puis à l’imprimerie Le Roy-Berger à Boulogne-sur-Mer, où il invente un instrument d’imprimerie : le justificateur ou typomètre. Cette règle pliable en cuivre de 41,8 cm, qui a pour principal objet d’accélérer la justification d’un texte, est décrite en 1824 dans un mémoire imprimé chez l’éditeur boulonnais. L’ouvrage est examiné la même année par la Société d’Agriculture, du Commerce et des Arts de Boulogne-sur-Mer qui encourage le jeune élève à poursuivre ses recherches et lui décerne une médaille de vermeil. Son apprentissage achevé, il obtient son brevet d’imprimeur le 20 septembre 1825. Ayant acquis l’imprimerie Leducq-Défontaine, il s’installe à Arras cette même année. Il réalise dans son atelier l’impression d’ouvrages de portée historique (Anonyme, Sully : Histoire française, en 1828) ou scientifique (J. S. Clémandot, Essai de chimie et observations sur le sucre de betterave, Fabrication du sucre de betterave et Notice sur la fabrication du noir animal, les deux premiers publiés en 1829 et le troisième en 1833), ceux de familiers (César Souquet, Nouveau manuel des chasseurs, en 1826) ou les siens (G. Souquet, La semaine de juillet 1830 à Arras, en 1831). Mais surtout il publie La revue départementale (de 1826 à 1828), le Journal de l’arrondissement de Montreuil (à partir de septembre 1826), le Journal de l’arrondissement de Saint-Pol (à partir de mai 1827) et Le Propagateur (à partir de novembre 1828), publication de l’opposition libérale à laquelle il contribue également en tant que rédacteur. Ce dernier journal l’entraîne au cœur des événements de la Révolution de Juillet. En effet, les ordonnances royales du 28 juillet 1830 interdisent la publication de la gazette. Refusant de se soumettre, Souquet voit la police investir son imprimerie et les presses placées sous scellés, puis enlevées. Une machine de fortune, qui a échappé aux investigations de la force publique, permet la sortie d’une feuille de remplacement. Mais Souquet se voit intimer l’ordre par Blin du Bourdon, le préfet du département, et par le baron de Hauteclocque, maire d’Arras, de cesser ses publications. Le 29 juillet, l’imprimerie est à nouveau investie, la presse est brisée et les caractères d’imprimerie dispersés sur la voie publique malgré les protestations de l’imprimeur. La chute du pouvoir royal le 30 juillet lui permet de retrouver un matériel hors d’usage. Bien que décoré de la croix de Juillet, il est à demi-ruiné et doit accepter un faible dédommagement de l’auteur de la destruction de ses presses, l’ancien préfet Blin du Bourdon. La charge de la moitié des impressions de la préfecture offerte par Cahouet, nouveau préfet du département, sauve l’imprimeur de la ruine pour un temps seulement.

Couv-Petition

Couverture de la Pétition adressée à Messieurs les députés, publiée en 1831 (source : Gallica)

En effet, la nomination du baron de Talleyrand à la tête de la préfecture du Pas-de-Calais entrava rapidement l’activité d’un Souquet jugé trop proche du parti libéral. Ainsi perd-il en juin 1831 l’important appel d’offre pour les travaux d’imprimerie de la préfecture et ceux qui en dépendent. Il dénonce ce qu’il qualifie d’injustice flagrante par la publication d’opuscules à charge à l’exemple de la Pétition adressée à messieurs les députés de la France contre M. de Talleyrand, préfet du Pas-de-Calais, et du recueil d’Articles publiés dans le Propagateur du Pas-de-Calais sur la conduite administrative de M. de Talleyrand, préfet du département du Pas-de-Calais, tous deux publiés en 1831. Lue et débattue à la Chambre des députés, la pétition est rejetée le 12 novembre 1831 : dans le rapport de la commission, Souquet y est décrit comme injurieux, indécent, outrageant, ridicule…2 Dès lors écarté, Gustave Souquet cède son imprimerie à l’imprimeur-libraire Jean Degeorge et se retire dans sa ville natale en juillet 1833.

UN BOURGEOIS ET UN BIENFAITEUR AUX ACTIVITÉS MULTIPLES ET HONORIFIQUES

Etaples_maison_Souquet

Vue actuelle de la maison Souquet à Étaples (Source : Wikipasdecalais)

À Étaples, la famille Souquet s’installe dans le vieil hôtel familial de la grand-place. Gustave Souquet succède à ses parents et grands-parents en reprenant le commerce de négoce ancestral : bois du Nord en gros, liquides, sucre colonial, fourniture pour la marine… Son caractère conciliant, son intégrité, son sens des affaires et sa solide connaissance des activités portuaires lui valent d’assumer les fonctions de vice-consul de Belgique (depuis le 12 juillet 1842), du Danemark (dès 1843), de Suède et Norvège, des Pays-Bas, de l’Espagne et du roi de Sardaigne : il peut ainsi défendre les intérêts et résoudre les différends des navigateurs et marchands de ces nations qui accostent dans le port d’Étaples. À l’exemple de son père et de son frère, il assume à partir de 1843 des charges municipales en tant qu’adjoint du maire François Prévost (qui assume cette fonction de 1837 à 1865) et prend ainsi part à plusieurs des projets de modernisation de la ville. Mais, en 1848, constatant que sa participation aux séances est plus qu’irrégulière et considérant cet état de fait comme un abandon de poste, les membres du conseil municipal décide de son éviction.

Autoportrait-Gustave-Souquet

Autoportrait de Gustave Souquet, avant 1867 (collection photographique du Musée Quentovic, Étaples)

En mars 1853, il est proclamé capitaine de la compagnie de sapeurs-pompiers étaplois. En 1856, ayant prêté un concours utile lors de l’exposition universelle de 1855, une médaille en bronze lui est décernée en tant que secrétaire du comité de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer. Il est également durant ces deux décennies délégué communal pour l’instruction primaire, délégué cantonal, membre dès 1844, puis président du comité d’administration de la Société humaine de sauvetage de l’arrondissement de Montreuil… Gustave Souquet et son épouse jouent aussi le rôle de bienfaiteurs auprès de la population marine et des moins privilégiés. Leur générosité n’a d’égale que leur piété : ainsi l’église paroissiale Saint-Michel fit-elle l’objet de nombreuses donations (sculptures, tableaux, lambris, ex-voto).

UN ÉRUDIT LABORIEUX…

Si le XIXe siècle est « le siècle de l’histoire » comme l’affirme en 1876 l’historien Gabriel Monod, Gustave Souquet participe de ce vaste mouvement de transmission de la connaissance historique en collaborant de 1841 à 1864 aux recherches archéologiques opérées sur le territoire de sa ville natale, en créant un cabinet de curiosités dans son hôtel particulier (cabinet qu’il augmente jusqu’à la fin de sa vie par de nombreuses acquisitions – dont certaines issues directement des chantiers archéologiques auxquels il a participé : médailles, antiquités, objets d’histoire naturelle, œuvres d’art, plans, cartes et gravures), en adhérant dès le début des années 1840 et jusqu’à la fin de sa vie aux sociétés savantes de portée régionale ou nationale et en publiant de 1851 à 1863 dans les revues de ces sociétés ou à compte d’auteur notices et opuscules sur des thématiques proprement étaploises ou circonvoisines. Cette passion pour l’histoire locale était déjà partagée dans sa famille : en 1793, Jean-François Souquet, son grand-oncle, médecin de l’hôpital militaire de Boulogne, a publié un Essai sur l’histoire topographique physico-médicale de Boulogne, et en 1826, César Souquet, son frère, avocat à la cour royale de Douai, reçut une médaille de vermeil de la société d’agriculture, de commerce et des arts de Boulogne-sur-Mer pour son Mémoire historique, topographique et statistique sur le canton d’Étaples.

Etaples_ruines_du_château

Carte postale publiée vers 1900 montrant les ruines du château d’Étaples, d’après une photographie de G. Souquet, avant 1867 (Source : Wikipasdecalais)

Gustave Souquet n’est pas le premier à effectuer observations ou fouilles archéologiques sur le territoire étaplois : ainsi, dès 1810, Laurent-Joseph Traullé visita, au nord d’Étaples, probablement dans les Garennes, des ruines que l’on associait alors à Quentovic ; en 1812, Jacques Boucher de Perthes fit également quelques découvertes dans ces garennes ; enfin, en 1836, le marquis Louis-Augustin Le Ver et son neveu, le comte Édouard de Cossette, pratiquèrent des fouilles dans les dunes, à 1 km à l’ouest d’Étaples. Toutefois, il demeure l’érudit qui finança, participa, suivit ou fit suivre la plupart des grands chantiers archéologiques ou travaux de construction de sa commune durant tout le deuxième tiers du XIXe siècle. De 1841 à 1843, en collaboration avec plusieurs membres du comité boulonnais de la Société des Antiquaires de la Morinie (Pierre-Joseph Marguet, Bruno Marmin, Charles-Alexandre Marmin-Pamart, Louis Cousin, et l’abbé Constant Ledieu), il fit entreprendre une fouille à grande échelle de « La Pièce à Liards », du « Ruisseau d’Argent » et du « Pli de Camiers », pièces de terre situées au nord d’Étaples, le long de la Canche : sous le sable, les fouilleurs découvrirent les vestiges d’une petite agglomération gallo-romaine (fondations maçonnées, chemin, puits, nécropole) et se partagèrent le mobilier (céramiques, fibules, monnaies) en vue de compléter leurs cabinets d’antiques ou de l’offrir au musée de Boulogne. En 1847-1848, dans le cadre de la construction du chemin de fer d’Amiens à Boulogne, il suit les travaux de démolition du vieux château médiéval qui permettent notamment la découverte de substructions attribuées à un fortin romain. En 1853, il procède à une fouille du dolmen de La Roque à Tubersent avec Narcisse Cavrois, membre de la Commission des monuments historiques du Pas-de-Calais. En 1864, d’autres travaux effectués au château, favorisant la découverte d’une nécropole du Bas-Empire, lui permettent d’acquérir une partie du mobilier (céramiques, bijoux, verreries) qu’il inclut dans ses propres collections. Enfin, de 1849 à 1861, il mentionne plus ou moins brièvement plusieurs découvertes archéologiques réalisées sur la commune d’Étaples ou dans les communes avoisinantes : un trésor monétaire dans la rue de Montreuil (1849 ou 1850), un tertre funéraire (les Cronquelets, en 1852) des vases gallo-romains péchés en mer (1853, 1855 et 1856), un buste gallo-romain en bronze dans les garennes (1857), des insignes de pèlerinage au lieu-dit « Rombly » (1857), des bois et plantes fossiles dans la baie d’Étaples (1859), le gisant de Mathieu d’Alsace, comte de Boulogne, à Saint-Josse (découvert en 1855 mais signalé en 1861), la sépulture d’un chevalier près de l’ancienne église Notre-Dame de Foy (1861, et pour laquelle il entretiendra une correspondance avec l’abbé Cochet), et des fondations gallo-romaines rue du Havre (actuelle rue de Rosamel, non daté). S’il ne participe pas directement à ces chantiers, il se tient informé et obtient parfois qu’on lui offre le mobilier découvert pour son cabinet ou les musées d’Amiens et de Boulogne. Il n’hésite pas non plus à en informer les nombreuses sociétés savantes dont il dépend (une dizaine environ, voir la liste en fin de ce portrait) en prenant la parole lors des assemblées ou bien en envoyant à ses collègues chargés de le représenter notices, plans, cartes, photos, dessins ou objets liés à ces découvertes.

Couv-Histoire-Chateau-Etaples

Couverture de l’Histoire et description du château d’Étaples, publié en 1855 (Source : Gallica)

Son intérêt pour l’histoire d’Étaples ne se limite pas au champ archéologique, puisqu’il entreprend également l’étude des principales composantes – disparues ou encore existantes à son époque – du patrimoine architectural de la ville, qu’elles soient de nature civile, religieuse ou militaire : l’échevinage (abandonné au XVIIe siècle, puis détruit en 1944, mais pour lequel Souquet a proposé une identification incorrecte), la chapelle du Saint-Sacrement (détruite en 1640), l’église Notre-Dame de Foy (aujourd’hui en partie détruite), l’église Saint-Michel (détruite en 1944) et le château (détruit en 1864). Les notes récoltées font l’objet de communications au sein des sociétés savantes (il en va ainsi de son travail sur les églises d’Étaples lu le 7 février 1867 lors d’une séance de la Commission des antiquités départementales du Pas-de-calais) et de publications à l’aide de souscriptions ou à compte d’auteur dans les imprimeries d’Amiens et de Montreuil (Histoire et description des églises d’Étaples, Histoire et description du château d’Étaples, tous deux publiés en 1855, et Notice sur l’échevinage et sur le bailliage de la ville d’Étaples depuis son origine jusqu’à sa suppression, en 1856). Il travaille également sur des thématiques à la mode chez les historiens régionaux au cours du XIXe siècle, évoquant l’histoire d’Étaples à travers ses rues ou ses grands hommes (Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, en 1857, et Histoire des rues d’Étaples, en 1860) et celle des communes du canton en invitant le lecteur à parcourir un itinéraire descriptif (Excursion historique et archéologique dans le canton d’Étaples, en 1862). Le caractère novateur de ces recherches réside principalement dans l’utilisation de textes inédits issus des archives municipales (comptes de l’échevinage ou Livre noir, état civil), des registres paroissiaux et des bibliothèques familiales, encore largement inexploités dans cette partie du Boulonnais (Compte municipal rendu à Étaples en 1621, publié en 1855, ou Documents pour servir à l’histoire d’Étaples, publiés en 1863), sur l’attention portée au folklore et aux mœurs du monde des marins (Usages anciens conservés à Étaples, en 1861) ou bien encore au passé récent (à l’exemple de son Histoire militaire et navale d’Étaples depuis 1800 jusqu’à 1806, publiée en 1856). Après la publication de ces essais, probablement Gustave Souquet avait-il le souhait d’écrire une histoire générale de la ville d’Étaples : il n’a pu mener à bien cette synthèse, mais les connaissances acquises lui permirent d’éditer en 1863 une Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples. Gustave Souquet a aussi soutenu les recherches de ses collègues en souscrivant à leurs futures publications : ainsi apparaît-il comme souscripteur de l’Histoire de Montreuil-sur-mer et de son château de Florentin Lefils, parue en 1860.

… MAIS INACCOMPLI

Les nombreuses publications de Gustave Souquet reçoivent un accueil poli mais critique de la part des membres des sociétés savantes qu’il fréquente : il est clair pour beaucoup de ses collègues que Souquet n’est pas à classer parmi les historiens dont les compétences scientifiques sont des plus solides, des plus affirmées. Ainsi, en 1864, Edmond Dupont, membre de l’École des Chartes, dans son compte rendu de l’Histoire de Quentowic et d’Étaples, indique : « Les diverses études que M. G. Souquet a fait paraître avant son histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples sont toutes intéressantes ; la description du château d’Étaples offre des pages curieuses, et l’on pourra consulter avec fruit les deux plans du seizième et du dix-septième siècle que l’auteur a joints à cette notice ; nous nous permettrons toutefois de regretter que les origines ne soient pas plus approfondies ; la notice sur l’échevinage et le bailliage d’Étaples, l’histoire militaire et navale d’Étaples nous semblent fort abrégées et peu riches en pièces justificatives. M. G. Souquet a cependant dépouillé plusieurs collections de la Direction générale des Archives, ainsi que celles des Archives du département du Pas-de-Calais ; mais les a-t-il visitées avec soin ? n’a-t-il pas laissé de côté des pièces importantes ? (…) Malgré nos critiques, cette suite de travaux sur Étaples n’en sera pas moins extrêmement utile à tous ceux qui voudront étudier en détail l’histoire de l’antique pays des Morins et nous aurions plaisir à voir, dans chaque ville de France, un homme aussi consciencieux que M. G. Souquet, résolu à tenter l’œuvre patiente que cet archéologue vient d’accomplir pour sa ville natale »3. De même, en 1871, Jacques Garnier, conservateur de la bibliothèque municipale d’Amiens et membre de la Société des antiquaires de la Picardie, chargé de rédiger après sa mort une notice sur l’érudit étaplois, écrit à propos des publications de son ancien collègue : « Ce ne sont point assurément des ouvrages de haute portée. On y chercherait en vain des considérations politiques ou économiques, des discussions approfondies sur les points douteux. (…) Si l’on y trouve plus d’un détail qu’on pourrait qualifier de futile, il ne faut point oublier que le sujet, tel qu’il l’avait embrassé, appelait nécessairement les petits faits et l’énumération des moindres événements. Peut-être aussi l’auteur a-t-il été trop absolu dans l’antiquité qu’il attribue à certains monuments ; mais on se laisse si facilement aller, quand les apparences s’y prêtent, et l’amour du sol natal fait vite de présomptions des preuves acceptables et qu’on ne discute plus »4. Il est vrai que les lacunes des connaissances de Gustave Souquet sont patentes et transparaissent très clairement dans ses études. Si on lui doit l’utilisation de figures illustrant son propos ou la transcription dans plusieurs de ses études de documents aujourd’hui disparus, égarés ou difficilement localisables – on songera par exemple au compte des travaux exécutés au château par le sieur d’Estréelles en 1591 issu des archives familiales du baron Morand, procureur impérial à Montreuil en 1855 – on doit au même érudit la propagation d’erreurs dues aux méconnaissances de son temps, à certains partis-pris, ou au report – sans vérification – de données issues de la compilation d’ouvrages antérieurs : citons, pêle-mêle et pour le château toujours, l’attribution à l’époque gallo-romaine de certaines parties médiévales ou modernes, sa destruction en 842 par les Vikings, la mauvaise compréhension de l’utilisation de certaines structures de la forteresse ou, bien encore, les assertions concernant l’existence de souterrains ou forts annexes, ces légendes étant communes à l’histoire de nombreux autres châteaux de la région. Ultérieurement, ces erreurs seront notées par plusieurs historiens ou archéologues comme le montrent les deux exemples qui suivent. Le premier est celui de l’abbé Haigneré qui, en évoquant la transcription d’une charte latine, écrit en 1885 : « Une traduction française de cet acte, où les signatures testimoniales ne sont pas toutes correctement interprétées, a été publiée par M. G. Souquet, dans son Histoire chronologique de Quentowic et Étaples, p. 41 » ; le second est celui de l’archéologue boulonnais Henri-Émile Sauvage qui, dans son étude sur les marques de potiers gallo-romains recueillies dans le Boulonnais, prévient : « Dans le Bulletin de la Commission des antiquités du Pas-de-Calais, t. II, n° 1, p. 92, M. G. Souquet (…) avait publié d’une façon très incorrecte vingt-quatre marques-de sa collection ».

UN HISTORIEN AU CŒUR DE CONTROVERSES LOCALES

Les recherches de Gustave Souquet sur Étaples l’ont aussi amené à se positionner sur des questions d’identification ou de chronologie controversées qui ont agité la communauté des historiens boulonnais et picards au cours du second tiers du XIXe siècle. Malheureusement, ses argumentations maladroites ou trop brèves ne lui ont pas permis de s’élever dans le débat et de se distinguer du nombre des commentateurs – parfois talentueux – prenant parti. Il en va ainsi de son exposé sur l’emplacement du port carolingien de Quentovic. Jusqu’à une date très récente, les historiens se partageaient entre partisans d’une localisation sur la rive droite de la Canche, et plus particulièrement sur le territoire d’Étaples, et partisans d’une localisation sur la rive gauche du fleuve, près du village de Saint-Josse. Au XIXe siècle, le débat s’est transformé en une querelle de clocher assez vive entre Louis Cousin, archéologue boulonnais et tenant de la première hypothèse, et les abbés Robert, curé de Merck-Saint-Liévin, et Laurent, ancien curé de Saint-Josse, puis curé de Brimeux, tous deux partisans de la seconde hypothèse, chacun répondant aux autres par la publication de droits de réponse et de mémoires présentant arguments et contre-arguments. Entrant dans le débat, Gustave Souquet prit position pour Étaples en rédigeant en préambule de son Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, parue en 1863, une synthèse des différentes opinions émises par ses prédécesseurs ou ses contemporains : il s’agit en réalité d’une compilation d’avis disséminés dans différents ouvrages et les arguments de l’érudit étaplois (reposant essentiellement sur l’attribution erronée au port de Quentovic de vestiges gallo-romains découverts en 1841 au nord d’Étaples) paraissent bien faibles (quelques paragraphes) en regard des exposés pléthoriques de ses pairs.

Cette difficulté à étayer une argumentation scientifique solide et convaincante se retrouve dans le débat portant sur la localisation d’un poste défensif de la flotte romaine du Bas-Empire : le locus quartensis sive hornensis. Les fouilles de 1847-1848 et 1864 avaient montré l’existence de vestiges gallo-romains implantés sur le site du château d’Étaples. La majorité d’entre eux appartenaient de toute évidence à un cimetière comprenant une trentaine d’inhumations : le mobilier issu de ces découvertes (céramiques, verreries, fibules, monnaies) traduit l’existence d’une petite communauté sur cette portion de la rive droite de la Canche dans la seconde moitié du IVe siècle. À ces sépultures étaient également associés les restes de constructions non identifiées (murs, tuiles). La découverte de ce site a rapidement intrigué les historiens du Bas-Empire, et plus particulièrement les spécialistes de la Notice des Dignités. En effet, dans ce document du début du Ve siècle est mentionnée l’existence d’une base de la flotte romaine chargée de défendre la Manche, la classis Sambrica (ou Samarica, la flotte du fleuve Somme) située aux deux endroits suivants : in loco Quartensi sive Hornensi. À l’exemple des débats incessants qui ont animé la question controversée de la localisation du port carolingien de Quentovic, l’identification de cette base maritime et de ses deux postes a suscité maintes recherches et de multiples questionnements, la plupart des érudits locaux manifestant pour le rattachement de la flotte à la commune dont ils avaient la prédilection. Ayant rapidement entériné la correction du mot Quartensis en Quantensis, c’est tout naturellement sur la Canche – Quantia en latin – que s’est posé le regard des partisans d’une base de la classis Sambrica postée à Étaples, sur la rive droite du fleuve. Gustave Souquet présenta dans un mémoire, lu à la 27e session du Congrès archéologique de France en 1860, puis dans son Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples de 1863, les indices qui lui permettaient de trancher en faveur d’Étaples. Si l’hypothèse de Souquet paraît être aujourd’hui la bonne, les critiques de l’époque qui en convenaient en déploraient cependant la brièveté des arguments, à commencer par Edmond Dupont, déjà cité : « Enfin, parmi les points encore incertains d’histoire ou de géographie [que Gustave Souquet] était appelé à résoudre, nous en citerons un qui est simplement signalé, et que l’auteur aurait dû, ce nous semble, éclaircir ; nous voulons parler de la question du Locus Hornensis. M. G. Souquet place à l’an 400, dans son histoire chronologique de Quentovic, le passage suivant : « Au commencement du cinquième siècle, une flotte romaine, destinée à la défense des côtes, portant le nom de Classis Sambrica, avait une division commandée par un préfet maritime, stationnée dans la baie de Canche in loco Quantensi, sive Hornensi, c’est-à-dire à la pointe de l’Hornez. La conservation du nom ancien Hornensi dans le nom moderne de l’Hornez, situé à la pointe nord de l’embouchure de la Canche, ne laisse aucun doute sur son emplacement. Et M. G. Souquet se borne à cette simple mention ; il n’ignore cependant pas que de savants géographes sont encore dans l’incertitude sur la position du Locus Hornensis. M. G. Souquet, dans le plan de la Baie et des environs d’Étaples au seizième siècle qu’il ajoute à son histoire chronologique, écrit bravement le nom d’Hornez sur l’emplacement de l’ancien Locus Hornensis, et je pense qu’il a raison ; mais il aurait dû faire à son opinion l’honneur d’une dissertation plus étendue ; son argumentation eût été sans doute accueillie, et ce qui n’est resté qu’à l’état de proposition se fût changé en certitude »5.

UN PRÉCURSEUR DE LA PHOTOGRAPHIE ARCHÉOLOGIQUE

Planche-ruines-chateau-decouvertes

Planche montrant les ruines du château d’Étaples et les découvertes effectuées en 1864 (Gravure d’Alfred Robaut, vers 1865)

Amateur passionné dans bien des domaines, Gustave Souquet l’était aussi dans celui de la photographie. Il fut membre de la Société boulonnaise de photographie, fondée en 1856, société auprès de laquelle il apprit probablement les rudiments de ce nouveau médium en vogue dans la bonne société. Il photographia en extérieur des scènes de vie de la marine étaploise, des vues pittoresques et des monuments de sa ville natale, et prit en intérieur, peut-être dans le studio qu’il s’était aménagé, plusieurs portraits de la bourgeoisie locale, des administrateurs, des officiels et autres personnalités de la cité, ainsi que ceux des divers représentants des corps de métier. Surtout, la photographie lui a permis de fixer les découvertes archéologiques faites sur le territoire étaplois ou certaines pièces de sa collection personnelle (parfois dans une mise en scène rappelant les vanités de l’époque classique). Les clichés étaient envoyés aux sociétés savantes qui pouvaient ainsi visualiser bien plus rapidement et facilement les objets sur lesquels Souquet désirait attirer l’attention. Ils servaient également de support aux gravures destinées à illustrer les publications de l’érudit étaplois, à l’exemple des gravures réalisées par Alfred Robaut, lithographe douaisien, au milieu des années 1860 (église saint-Michel, château, mobilier archéologique).

Verreries-gallo-romaines

Verreries gallo-romaines découvertes lors de la fouille du château d’Étaples en 1864 (G. Souquet, avant 1867 – Collection photographique du Musée Quentovic, Étaples)

Les photographies d’objets archéologiques de Souquet figurent parmi les plus anciennes de ce genre et appartiennent selon Serge Lewuillon « indéniablement à la préhistoire de la photographie archéologique »6. Le procédé à partir duquel Gustave Souquet obtenait ses clichés était celui de la plaque de verre au collodion ou à la gélatine, inventé en 1851. Les négatifs accumulés formèrent une sorte de collection qui fut transmise à l’un des familiers de l’historien, Louis Caron, puis léguée à son fils et à son petit-fils (Achille Caron, père et fils), et enfin déposée à la fin des années 1990 au Musée Quentovic d’Étaples.

POSTÉRITÉ

 À la mort de Gustave Souquet, son fils Ernest, avocat et juge de paix, prolonge cette passion familiale pour l’histoire étaploise en devenant, dès 1867, membre de la Société de l’Histoire de France. Il maintient et augmente le cabinet d’antiquités de son père jusqu’à sa mort prématurée en 1878. Les collections passent ensuite entre les mains d’un second fils, Achille, qui se proclame lui aussi archéologue, mais qui ne jouit pas d’une réputation d’estime parmi les archéologues régionaux (l’historien montreuillois Roger Rodière le considère, au détour d’un article publié dans le bulletin de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, comme « à peu près fou »). En 1900, Achille Souquet dispersera les collections de son père lors d’une vente aux enchères : une grande partie du mobilier archéologique doit être aujourd’hui considérée comme perdue, tandis qu’une autre a rejoint les musées régionaux (Boulogne, Lille, Rouen, Amiens) ou nationaux (Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye). En 1936, sous l’impulsion de l’une des premières sociétés savantes étaploises, la société Quentovic, et afin de célébrer sa mémoire, la municipalité d’Étaples baptisera « Rue Gustave Souquet » une artère de la ville qui porte encore aujourd’hui ce nom. Si certaines des œuvres de Gustave Souquet apparaissent aujourd’hui vieillies, elles n’en constituent pas la moins le viatique nécessaire à l’étude de l’histoire et de l’archéologie étaploises.

  • Liste des sociétés savantes dont Gustave Souquet était membre :

– Membre de la Commission des Antiquités départementales (par arrêté préfectoral du 15 juin 1843) ;
– Membre correspondant de la Société des antiquaires de la Morinie (vers 1845) ;
– Membre de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais (par arrêté préfectoral du 3 mars 1846) ;
– Membre de la Société française d’Archéologie et du Congrès scientifique de France (dès 1853) ;
– Membre de la Société des antiquaires de Picardie (élu membre non-résident le 9 décembre 1856) ;
– Membre correspondant de la Société dunkerquoise pour l’encouragement des sciences, des lettres et des arts (dès 1857) ;
– Membre correspondant de la Société d’émulation d’Abbeville (le 2 mai 1861) ;
– Membre de la Société de l’histoire de France (décembre 1863) ;
– Membre de l’Institut des provinces (1866).

  • Notices et ouvrages de Gustave Souquet :

Mémoire sur un nouvel instrument d’imprimerie nommé justificateur, inventé par Gustave Souquet, élève en typographie, Imprimerie Le Roy-Berger, Boulogne-sur-Mer, 1824.
Pétition adressée à Messieurs les Députés de la France, par G. Souquet, imprimeur à Arras contre M. le Baron de Talleyrand, préfet du Pas-de-Calais, Imprimerie Souquet, Arras, 1831.
Articles publiés dans le Propagateur du Pas-de-Calais, sur la conduite administrative de M. de Talleyrand, préfet du département du Pas-de-Calais, Imprimerie G. Souquet, Arras, 1831.
Semaine de juillet 1830, Imprimerie G. Souquet, Arras, 1831.
– « Une pêche archéologique », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 8e livraison, p. 140-142.
– « Documents pour servir à l’histoire d’Étaples (Revenus et frais divers de la ville d’Étaples vers le milieu du XVIIe siècle), Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 10e livraison, p. 177-181.
– « Seconde pêche archéologique », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 11e livraison, p. 214-215.
– « Compte municipal rendu à Étaples en 1621 », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 13e livraison, p. 19-23.
Histoire et description des églises d’Étaples, Imprimerie Duval et Herment, Amiens, 1855.
Histoire et description du château d’Étaples, Imprimerie Duval et Herment, Amiens, 1855.
– « Troisième pêche archéologique », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 1 (1853-1856), 19e et 20e livraisons, p. 261-262.
– « Lettre relative à une figure antique, trouvée sur l’emplacement présumé de Quentovic », Bulletin historique de la Société des Antiquaires de la Morinie, 2 (1857-1861), 25e livraison, p. 487-489.
Notice sur l’échevinage et sur le bailliage de la ville d’Étaples, depuis leur origine jusqu’à leur suppression, Imprimerie Duval, Montreuil, 1856.
Histoire militaire et navale d’Étaples, depuis 1800 jusqu’à 1806, Imprimerie Duval, Montreuil, 1856.
Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d’Étaples, Imprimerie Duval, Montreuil, 1857.
– « Note sur une médaille de St Jean-Baptiste », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 6 (1857-1858), p. 326-328.
– « Travail concernant l’emplacement de la station romaine, Loco Quartensi et Hornensi », Congrès archéologique de France, 27e session, 1861, p. 139-142.
Histoire des rues d’Étaples, Imprimerie Lenoël-Hérouart, Amiens, 1860.
– « Liste de vingt-deux noms de potiers incrustés dans des fragments de vases, trouvés à Étaples », Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales, 2 (1862), p. 92.
Usages ancien conservés à Étaples, Imprimerie Duval, Montreuil, 1861.
Excursion historique et archéologique dans le canton d’Étaples, Imprimerie Tierny, Arras, 1862.
Histoire chronologique de Quentowic et d’Étaples, Imprimerie Lenoël-Hérouart, Amiens, 1863.
– « Communication relative aux fouilles du château d’Étaples, en 1864 », Bulletin de la Commission des Antiquités Départementales, 2 (1862), p.  270-273.

  • Bibliographie sommaire :

Coffinier, 1868 : COFFINIER (J.), « Notice sur M. Gustave Souquet », Bulletin de la Commission des Antiquités départementales du Pas-de-Calais, 3 (1869), Séance du 3 décembre 1868, p. 39-41.
Dupont, 1864 : DUPONT (Ed.), « Analyse de l’Histoire chronologique de Quentovic et d’Étaples, par G. Souquet », Bibliothèque de l’École des Chartes, 5 (1864), p. 471-473.
Garnier, 1871 : GARNIER (J.), « Notice sur M. Gustave Souquet », Bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie, 11 (1871-1873), Séance du 12 décembre 1871, p. 23-32.
Jaubert, 1831 : JAUBERT (H. Fr.), « Rapport sur la pétition du sieur Souquet, imprimeur à Arras », Archives parlementaires, 71 (1889), Séance du 12 novembre 1831, p. 535-541.
Lewuillon, 2008 : LEWUILLON (S.), « Positif/négatif. Les antiquités nationales, l’estampe et la photographie », Les nouvelles de l’archéologie, 113 (2008), p. 37-45.
Notter, 2001 : NOTTER (A.), « 160 ans de photographie en Nord-Pas-de-Calais. La photographie et le monde artistique de 1840 à 1900 à Arras », Nordmag, édition en ligne, consultée le 11 décembre 2015 (http://www.nordmag.fr/culture/expo_arras/debut_photo_arras.htm)
Steenbrugge, 2015 : STEENBRUGGE (M.), « La collection photographique du Musée Quentovic d’Étaples, témoin de l’évolution de la ville transmise de génération en génération », dans : Moyne-Charlet (M.) [dir.], D’un regard à l’autre. Photographies d’Étaples avant 1914, Somogy éditions d’art, Paris, 2015, p. 16-21.
Wintrebert, 1988 : WINTREBERT (P.), Le Pas-de-Calais dessiné par Félix et Alfred Robaut, Catalogue d’exposition et inventaire des œuvres de ces artistes conservées aux Archives départementales du Pas-de-Calais (Archives départementales du Pas-de-Calais, 19 septembre – 28 octobre 1988), Imprimerie Mordacq, Aire-sur-la-lys, 1988.

  • Notes :

1. Direction régionale des Affaires culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie. Nous remercions Loïc Vambre, président de l’association Mémoire d’Opale, des renseignements fournis lors de la rédaction de ce portrait.
2. Jaubert, 1831 : passim.
3. Dupont, 1868 : p. 473.
4. Garnier, 1871 : p. 26-27.
5. Dupont, 1864 : p. 473.
6. Lewuillon, 2008 : p. 41.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *