L’abbé Haigneré (1824-1893)

Un archéologue du Boulonnais du XIXe siècle, l’abbé Haigneré.

Nordoc’Archéo entend valoriser l’actualité de l’archéologie. Le Réseau souhaite également rappeler l’histoire de l’archéologie en Région, présentant les découvertes et les figures marquantes de l’archéologie septentrionale. Notre premier portrait est consacré à l’abbé Haigneré, archéologue du XIXe siècle qui participa à la découverte du boulonnais.

L’abbé Haigneré est un des principaux archéologues du XIXe siècle dans la région septentrionale. Il explore notamment des cimetières mérovingiens dans le boulonnais et la nécropole gallo-romaine du Vieil Ârte à Boulogne. Il est l’un des premiers à fouiller et publier le résultat de ses fouilles. Il permet, grâce aux résultats de ses fouilles, un enrichissement considérable des collections d’archéologie régionale du Musée de Boulogne. Il est, selon Roland Delmaire, « le meilleur des archéologues locaux du XIXe siècle, le seul à son époque à disposer d’une véritable compétence scientifique »1.

Sommaire

Son enfance

Acte-naissance-Haigneré

Acte de naissance de l’abbé Haigneré (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 104-2)

Jacques Marie Daniel Haigneré est le né le 18 décembre 1824 au hameau de Bucq, commune de Bellebrune (Pas-de-Calais), dans le Boulonnais. Il est le fils de Pierre-Marie-Daniel Haigneré, cordonnier, et de Marie-Françoise Sergent.

Son enfance se passe entre l’école d’Alincthun, la surveillance des bêtes dans les champs et la lecture. Il lit beaucoup. Sous les conseils du curé de Bellebrune, l’abbé Jean-Baptiste Bochent, ses parents le placent en octobre 1840 en pension à la maison d’éducation de l’abbé Haffreingue à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) en 7e année pour y suivre ses études. Il achève sa rhétorique en 1845 et reste dans l’établissement en tant que bibliothécaire et répétiteur dans un premier temps, puis professeur.

En 1849, il assure la chaire de rhétorique dans cette même institution où il enseigne pendant 10 ans. Il est ordonné prêtre en 1853.

ses recherches sur le boulonnais.

Pendant ses études, l’abbé Haigneré entreprend des recherches sur l’histoire du Boulonnais dont il parcours à pied les villages à la recherche des traces du passé (Cromlech de Landrethun-le-Nord, autel votif d’Halinghem, portail roman du Wast,…). A partir de 1848, il entreprend d’écrire des monographies sur les églises de l’ancien diocèse de Boulogne. Suite à ses travaux, il est nommé, en 1849, membre correspondant de la Société des Antiquaires de la Morinie dont il devint un collaborateur actif.

Haignere

L’abbé Haigneré, portrait par Berr, 1860 (Seillier, 1974, p. 47)

Le 31 mars 1854, il succède à François Morand en tant qu’archiviste de la ville de Boulogne-sur-Mer. Il doit s’occuper de trier, classer et inventorier les archives qui sont dans un très grand désordre, tout en continuant ses publications sur l’histoire du Boulonnais. En 1857, il publie une nouvelle édition de l’Histoire de Notre-Dame de Boulogne d’après l’oeuvre du chanoine A. Le Roy rédigée en 1681.

Il est chargé par la Société d’Agriculture de Boulogne, suite à la demande de M. Rouland, ministre de l’instruction de la création d’un Dictionnaire topographique de la France, de rédiger un Dictionnaire topographique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer. Il dépouille pour ce travail, les chartes, chroniques, vies des saints, cartulaires,… et obtient, pour cette publication, en 1861, le second prix au concours des Sociétés Savantes.

L’abbé Haigneré participe avec M. de Boyer de Sainte-Suzanne à la constitution de la Société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, société qui est proclamée le 27 mai 1864. Il en fut élu secrétaire-général perpétuel, le 10 janvier 1866.

Ses premiers pas en tant qu’archéologue.

C’est lors de l’agrandissement de la crypte de l’église Notre-Dame à Boulogne-sur-Mer et la découverte de vestiges antiques en 1851 que l’abbé Haigneré fait ses premiers pas en tant qu’archéologue. Il en suit assidûment les fouilles chaque hiver et rédige cette même année une monographie Notice archéologique, historique et descriptive sur la crypte de l’église Notre-Dame de Boulogne.

Planche-Cimetiere-Pincthun

Objets découverts lors des fouilles du cimetière de Pincthun (Planche tirée de HAIGNERÉ Daniel. Quatre cimetières mérovingiens. Société académique de Boulogne, 1866)

Sa carrière d’archéologue débute réellement en 1857 avec la fouille du cimetière mérovingien de Pincthun. L’exploitation d’une carrière a révélé l’existence d’un cimetière mérovingien, l’abbé Haigneré est chargé de diriger les fouilles. Le site révèle la présence de 49 tombes. Pincthun est le premier cimetière mérovingien identifié dans la région de Boulogne. L’abbé Haigneré fait le relevé de chaque tombe et en dresse l’inventaire. Contrairement aux pratiques qui se font à l’époque de laisser la responsabilité de la fouille à un contremaître, l’abbé Haigneré est présent en continu sur le terrain. Il est l’un des meilleurs archéologiques de la seconde moitié du XIXe siècle. Le résultat des fouilles du cimetière de Pincthun est publié dans l’ouvrage Quatre cimetières mérovingiens du Boulonnais, tome 1 des Mémoires de la société académique de Boulogne en 1866.

Cette fouille est suivie de nombreuses autres dans la région du boulonnais. Il fouille notamment divers cimetières gallo-romains et mérovingiens. Le résultat de ses fouilles est déposé par l’abbé Haigneré au Musée de Boulogne dont il est nommé membre du Conseil d’administration du musée par arrêté préfectoral le 29 février 1860. Il dirige les fouilles financées par le musée et permet ainsi l’enrichissement des collections d’archéologie locale.

De 1869 à 1872, il dirige les fouilles du cimetière gallo-romain du Vieil Âtre à Boulogne, mais ne peut les suivre en permanence en raison de son travail d’archiviste.

controverse historique au sujet de sa localisation du portus itius.

Carte-Gaule

Extrait Carte des Gaules (Wikipedia)

Portius Itius est le nom donné par Jules César au port romain au nord de la France lors de sa conquête des Gaules. Sa localisation exacte reste inconnue. De ce port, Jules César entreprend une première expédition en 55 avant J.-C. pour soumettre les peuples de Bretagne  et assurer sa conquête de la Gaule mais l’expédition est un échec. Une seconde expédition est envoyée l’année suivante.

L’abbé Haigneré a animé l’une des grandes controverses historiographiques du XIXe siècle quand à l’emplacement de ce Portius Itius cité par César. Une commission est instituée par ordre de Napoléon III vers 1860-1861 pour étudier la topographie de l’ancienne Gaule et dresser une carte de la France à l’époque de Jules César. Cette commission localise à Wissant le port d’où César s’est embarqué pour envahir la Bretagne. L’abbé Haigneré, d’un avis contraire, publie une Étude sur le Portus Itius, réfutation d’un mémoire de M. F. de saulcy, 1862 localisant le port à Boulognesur-Mer. L’étude qu’il publie, très riche, complète celle d’Auguste Mariette. L’abbé Haigneré reçoit les félicitations de l’empereur pour celle-ci.

Il répond, en 1864, à la Société des Antiquaires de la Morinie qui a pris partie pour Wissant, dans une brochure intitulée Le Portius Itius à Boulogne-sur-Mer, observations sur le procès-verbal de la Société des Antiquaires de la Morinie et sur l’opinion de M. Pallue. Observations sur l’opinion du général Creuly, 1864 et fait une conférence à la Sorbonne à ce sujet.

Une seconde controverse portée par l’abbé Haigneré, en 1861, concerne le lieu de naissance de Godefroi de Bouillon. Selon certains, Godefroi de Bouillon serait né à Baisy près de Genape en Belgique,  d’autres affirment qu’il serait né à Boulogne-sur-Mer, résidence habituelle du comte Eustache et de la comtesse Ide. Textes à l’appui, l’abbé Haigneré apporte la preuve de cette naissance boulonnaise.

controverse politique.

Son engagement politique contre les Républicains nuit à sa carrière. En 1870, dans un journal conservateur, l’Impartial, le chanoine Haigneré, qui en a pris la direction, prend parti contre le gouvernement républicain. Il soutient le maire de Livois qui a démissionné suite à son refus d’adhérer au gouvernement républicain.  Le 31 janvier 1871, il est révoqué par le maire républicain Désiré Henry en tant qu’archiviste.

Recueil-boulonnais205Il est, ensuite, nommé par son évêque desservant de la cure de Menneville, petite commune du canton de Desvres, le 14 août 1872, ce qui l’éloigne de Boulogne. Il est destitué de ses fonctions au Musée de Boulogne en 1873, une nouvelle réglementation ayant été donnée au Musée. À Menneville, il connaît une longue période de découragement pendant laquelle il remplit uniquement les devoirs de son ministère. Puis, après la rédaction de quelques publications notamment des chartes, il entreprend, sur la demande de la Commission départementale des monuments historiques, en 1880, la rédaction des notices des communes de l’arrondissement de Boulogne. Il les réunit dans ses trois volumes du Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais, Arrondissement de Boulogne pour lequel il reçoit de la part de l’académie des Inscriptions et Belles Lettres, le prix de La Fons-Mélicocq  le 14 novembre 1884. Les notices ont été rédigées principalement à partir de documents originaux et inédits.

Les dernières années de sa vie.

Chanoine-Haignere206

Le chanoine Haigneré, photo A. Lormier, 1892 (HAIGNERÉ D. Recueil historique du Boulonnais. Tome I. Boulogne-sur-Mer : G. Hamain, imp., 1897, 536 p.)

Les dernières années de la vie de l’abbé Haigneré sont assombries par la maladie. Il écrivait dans une lettre adressée à  l’archiviste départemental Loriquet le 24 juillet 1889 : « Je suis broyé par la fatigue ; je commence une maladie du coeur qui doit m’emporter à bref délai. »2.

Il est honoré à plusieurs reprises, il est notamment élu en 1887 Président de la Commission départementale des Monuments Historiques, poste dont il démissionne un an après. Il est nommé Officier de l’instruction publique le 4 juillet 1887 par le ministre, M. Spuller, et correspondant du ministère le 3 août 1889.

Le 25 octobre 1889, il est nommé par Mgr Dennel, évêque d’Arras, chanoine honoraire de la cathédrale d’Arras puis vice-doyen du canton de Desvres le 25 avril 1890 et enfin, sur sa demande, à la desservance de Le Wast le 26 novembre 1890.

Il continue sa collaboration avec la Société des antiquaires de la Morinie, la Commission des antiquités départementales, la Société Académique de Boulogne,…

Il prépare un ouvrage pour la Société des Antiquaires de la Morinie sur les Chartes de Saint-Bertin, d’après le grand cartulaire de Dom Charles-Joseph Dewitte, dernier archiviste de ce monastère qui reste inachevé, seuls les deux premiers volumes ont vu le jour dans lesquels il réunit plus de 3000 chartes, il publie également une Épigraphe du département du Pas-de-Calais avec V.J. Vaillant.

Haignere-deces

Acte de décès du chanoine Haigneré en la commune de Le Wast (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 880-2)

Il meurt le 13 décembre 1893 à Le Wast où il est inhumé dans l’église le 16 décembre 1893. Une délégation de la Société académique de Boulogne était présente au funéraille du chanoine Haigneré notamment Arthur de Rosny, vice-président de l’académie ; Louis Bénard, secrétaire annuel ; Eugène Martel, ancien président de la Société ; Edmond Rigaux, Alphonse Lefebvre, Camille Le Roy, membres de la Société.

Un monument fut élevé à sa mémoire à Boulogne-sur-Mer, à l’initiative de la Société Académique, au milieu de la cour extérieure du Musée. Il fut inauguré le 1er septembre 1895. Ce monument se composait d’une pyramide tronquée, en marbre du Boulonnais, portant le buste en bronze du chanoine Haigneré, revêtu du camail canonial, de la croix spéciale constituant l’insigne de la dignité ecclésiastique et de la palme d’officier de l’Instruction publique. La face principale du monument portait l’inscription suivante : À l’abbé Haigneré, historien du Boulonnais, lauréat de l’Institut 1824-1893, la Société académique et le ville de Boulogne-sur-Mer.

D’après une note manuscrite datée du 5 janvier 1946, le buste de l’abbé Haigneré (ainsi que trois autres) était déclaré disparu à la fonte3.

  • Bibliographie

BENARD L. Notice sur les travaux historiques et archéologiques de M. Le Chanoine Haigneré, secrétaire perpétuel de la Société Académique de Boulogne-sur-Mer. In Mémoires de la société académique de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer, tome XVII, 1895-1896, p. 5-68.
Daniel Haigneré [en ligne], http://www.wikipasdecalais.fr/index.php/Daniel_Haigneré (consulté le 03 septembre 2015).
DELMAIRE Roland. Le Pas-de-Calais : 62. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres, Ministère de la culture, 1993, 2 vol. (608 p.)
SEILLIER Claude. Daniel Haigneré (1824-1893) : l’archéologue et son temps. In Septentrion, 4, 1974, p. 45-60.

  • Notes :

1. DELMAIRE 1993, p. 54.
2. BENARD L. 1895-1896, p. 65.
3. Merci au service patrimoine de la ville de Boulogne-sur-Mer pour cette information.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *