La carpologie

Cet article a été rédigé par Emmanuelle Bonnaire, carpologue,  Laboratoire de Bio-Archéologie, Archéologie Alsace, Sélestat et UMR 7209 – Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnements, CNRS/MNHN/Sorbonne universités, Paris.

Vient du grec Karpos : fruit
La carpologie est une discipline qui étudie les graines et les fruits provenant des sites archéologiques. Autrement dit, il s’agit d’analyser les relations de l’homme des sociétés passées avec son environnement végétal.

Triticum spelta, bases de glumes de blé épeautre

Les restes végétaux sont conservés sous divers modes de préservation. La majorité des carpo-restes retrouvés sont carbonisés. D’autres peuvent être minéralisés ou imbibés.
Ces restes végétaux étant rarement visibles sur le terrain, des prélèvements de sédiment sont nécessairement réalisés dans les structures archéologiques. Le minimum requis est de 10 litres de sédiment pour chaque fait. Les structures dites humides ne requièrent que 2 à 3 litres par US. L’échantillonnage, systématique, peut être pratiqué de manière exhaustive selon les unités stratigraphiques composant les structures.

En principe, tout type de structures peut être prélevé :
– Structures en creux de types : Fosses, puits, fossés, latrines, silos, trous de poteau, fonds de cabane, latrines etc.
– Structures de stockage ou traitement des végétaux : Silos, greniers, celliers
– Structures de combustion à vocation domestique : Foyers, fours
– Structures funéraires : Incinérations (dans et autour des vases), bûchers
– Les cas particuliers de structures incendiées, avec des concentrations de carpo-restes nécessitent une prise en charge par le carpologue qui indiquera le protocole à suivre : carroyage, séparation d’échantillons issus de la paroi de ceux du fond de fosse.

Une fois réalisés, les prélèvements sont traités suivant divers procédés : la flottation et le tamisage à l’eau. Dans les deux cas, des tamis de mailles différentes sont employés. Celles de 1mm et 0,315mm sont requises afin de recueillir l’ensemble des graines préservées, dont les petites semences de plantes sauvages.

La flottation offre l’opportunité de récolter les éléments carbonisés, tandis que le tamisage à l’eau permet de récupérer les restes minéralisés et imbibés. Pour ces derniers, il est nécessaire de les replacer dans l’eau, afin de maintenir leur préservation.

« Assemblage carpologique » qui montre un refus de tamis en cours de tri comprenant des carpo-restes bien visibles (tels que des grains de céréales)

Les autres restes végétaux sont mis à sécher à l’air ambiant puis sont reconditionnés en petits sacs distinguant les diverses mailles de tamis.

Le carpologue se charge ensuite d’étudier ces refus de tamis. Il trie chaque échantillon afin d’identifier et d’isoler chaque taxon. Des collections de référence de graines modernes sont consultées, ainsi que des atlas et des flores.

Les données sont ensuite enregistrées sous forme de tableurs permettant ensuite de traiter les résultats et d’interpréter les renseignements recueillis. Une collaboration partagée avec les autres spécialistes et les responsables des sites est réalisée afin de rendre un travail collectif, dont le potentiel informatif de chacun a été exploité.

La carpologie permet de documenter l’économie végétale du site étudié. La gestion des ressources végétales est appréhendée. Des pratiques sont retracées.

Au fil des études et des renseignements inventoriés, des synthèses locales, régionales et nationales se dessinent peu à peu. D’un point de vue géographique, mais aussi chronologique, des évolutions de nos sociétés sont perçues.

Les grandes thématiques abordées par la carpologie sont les suivantes :
de l’échelle de la structure → à l’échelle extra-régionale
– Economie végétale :

  •  Alimentation humaine: plantes consommées, modes culinaires
  • Alimentation animale: fourrage
  • Artisanat : plantes textiles, tinctoriales
  • Pharmacopée et drogues
  • Rituel et ornementation (les tombes)
  • Echanges et commerces

– Stratégies d’acquisition

  • Cueillette
  • Agriculture : reconstitution des systèmes agraires
  • Horticulture et fructiculture
  • Traitement des récoltes
  • Stockage

– Origine, domestication et diffusion des espèces cultivées


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *