Chronique de Vendeuil-Caply (6). Quand vient le moment de partir

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

Alors que je m’apprête à quitter mes fonctions de directeur du Musée archéologique de l’Oise, je me permets de proposer une dernière chronique pour Nordoc’archéo pour expliquer comment je suis arrivé à Vendeuil-Caply, ce que j’y ai fait et pourquoi je pars au bout de trois ans. Certains me reprochent d’ailleurs de n’être resté que trois ans. J’y vois une forme de compliment car ils auraient voulu que je reste plus longtemps, preuve que je n’ai pas trop mal travaillé et que j’ai su me faire apprécier en dépit d’un manque flagrant de diplomatie et d’une liberté de parole qui m’est chère. Lors de mon entretien de recrutement, je m’étais engagé à diriger minimum trois ans la structure auprès des personnes présentes. J’ai donc respecté ma parole. Se projeter sur une période de trois à cinq ans est par ailleurs ce qui est actuellement préconisé en termes de gestion de carrière car le temps des conservateurs qui consacraient toute leur vie à un musée est révolu. Conscient que les trois années passeraient vite, j’ai dès le départ essayé d’être le plus ambitieux possible en me fixant des objectifs élevés à atteindre durant cette période : faire l’inventaire des collections, réaliser trois expositions annuelles accompagnées de leur catalogue, établir une programmation événementielle attractive, développer des partenariats tous azimuts, donner une légitimité scientifique à la structure, intégrer le musée dans les réseaux… bref, bousculer la belle endormie qu’était le musée à ma prise de fonction en juillet 2014.

Fig.1 : L’enthousiasme de la prise de poste

Mais, au fait, comment devient-on conservateur du patrimoine ?

Avant de le devenir, je l’avoue, je ne savais pas ce qu’était un conservateur du patrimoine. En dehors du milieu, peu de gens savent réellement en quoi consiste ce métier. On a l’image d’Épinal du vieil érudit dans son bureau poussiéreux qui passe ses journées à étudier des œuvres à la loupe, ce n’est bien sûr qu’un cliché. En réalité, le corps des conservateurs du patrimoine est une spécificité de la fonction publique française. Un concours de catégorie A, ouvert à partir de la licence, alimente ce groupe de fonctionnaires en lauréats qui intègrent l’Institut National du Patrimoine (INP), école du Ministère de la Culture et de la Communication qui les forme pendant 18 mois avant qu’ils prennent un poste dans un musée ou un service patrimonial. L’INP accueille des élèves qui travailleront pour l’État ou les Collectivités territoriales. Le corps des conservateurs s’organise en spécialités : Archéologie ; Musée ; Monuments Historique/Inventaire ; Archives. Les profils des lauréats sont variés : ils peuvent venir de l’Université, de l’École du Louvre, de l’École des Chartres ; plus rarement de Sciences Po ou d’une école de commerce. Tous ont obtenu ce concours du patrimoine dont le taux de réussite est inférieur à 10%, généralement après une ou plusieurs années de classe préparatoire. Une promotion de l’INP est composée d’une quarantaine de lauréats du concours en interne et en externe[1].

Alors que j’étais doctorant en anthropologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales au Centre d’Étude de la Chine Moderne et Contemporaine, je me suis (enfin) posé la très pragmatique question suivante : c’est bien de faire des études mais pour quoi faire ? J’ai découvert par hasard l’existence d’une classe préparatoire intégrée de l’INP sur critères sociaux et académiques et j’ai envoyé un dossier de candidature. Ce dernier a été sélectionné et j’ai pu passer devant un jury présidé par le directeur de l’institut qui m’a posé la question suivante : « Pourriez-vous nous expliquer votre conception du métier de conservateur ? » Ma réponse a été on ne peut plus honnête : « Quitte à vous étonner, je ne suis pas en mesure de le faire là maintenant, mais ce que je peux vous promettre, c’est que je le saurai dans un an et que j’aurai le concours. » Et après une année intense, parfois frustrante, souvent passionnante, j’ai réussi à l’obtenir en archéologie territoriale. Il s’agissait de mon dernier choix mais la déception de ne pas avoir mieux réussi le concours (synonyme d’un éloignement temporaire de la civilisation chinoise, ma spécialité) s’est progressivement effacée à la perspective d’avoir un métier passionnant. Vous l’aurez compris, être conservateur n’est pas ma vocation, ma passion pour ce métier est une lente construction qui s’est faite au fil des mois de formation à l’INP et qui s’est confirmée après ma prise de fonction.

Tu as vraiment choisi de venir à Vendeuil-Caply ?

Après l’obtention du diplôme de l’INP, les conservateurs de l’État sont affectés à un poste tandis que les conservateurs territoriaux ont quatre ans pour se faire recruter par une collectivité. J’ai personnellement été sélectionné par l’ex-Communauté de Communes des Vallées de la Brèche et de la Noye (aujourd’hui Communauté de Communes de l’Oise Picarde) pour diriger son Musée archéologique de l’Oise. Lauréat du concours du patrimoine en archéologie territoriale, j’étais censé me faire recruter dans un service territorial d’archéologie mais mon profil peu aguerri en opérations de terrain, notamment en préventif, m’a obligé à trouver autre chose.

Ce petit musée archéologique constituait l’opportunité idéale pour compléter ma formation théorique et pour tester mes aptitudes à la gestion d’un établissement. Eh oui, j’ai vraiment choisi de venir à Vendeuil-Caply, pour plusieurs raisons : la Communauté de Communes avait une vraie ambition pour sa structure muséale avec un budget satisfaisant pour mener ce projet, diriger une petite équipe pousse à la polyvalence, les fouilles programmées sur le site me permettaient de garder un lien avec le terrain, et quitte à ne pas faire de l’art asiatique autant se consacrer à ma deuxième spécialité : l’archéologie nationale, qui est ma formation de base. Une longue période de deux ans sans directeur a également été une aubaine puisqu’en raison de cela, la collectivité était disposée à prendre un jeune conservateur sans expérience de direction. Il faut dire qu’ils n’avaient pas trop le choix s’ils voulaient un conservateur : j’étais le seul à postuler.

Fig.2 : Être conservateur du patrimoine en milieu rural

Six ans en trois ans

Du travail, il y en avait à faire et j’ai eu la chance de pouvoir préparer mon action pendant un mois avant de lancer une série d’exposition sur trois ans qui avait pour but de montrer ce qu’il est possible de faire dans un musée archéologique : une scientifique sur une découverte récente pour asseoir la légitimité de la structure ; une décalée sur l’archéologue dans les dessins humoristiques pour faire écho à une actualité douloureuse, une atypique sur les relations entre archéologie et art contemporain pour sortir des sentiers battus. Se sont greffés à cette trame le développement des événements annuels (Nuit des musées, Journées du patrimoine, Journées de l’archéologie, Fête de la Science…) et l’accueil des scolaires. Et, en coulisses, il a fallu mener des missions diverses : accueil des chercheurs, élaboration et réalisation de la campagne d’inventaire des collections, participation à des colloques, rédaction de catalogues et d’articles, communication autour des événements, relations avec l’administration et les élus, management de l’équipe, préparation et suivi du budget, recherche de financements… Passionnant et épuisant ! Je me rappelle que pour ma première exposition Figures de la terre j’ai travaillé 42 jours d’affilée, par manque de méthode sans doute, par envie de bien faire pour sûr.

Fig.3 : Première numérisation en interne d’une œuvre du musée

En parallèle de mon activité de directeur du musée, j’ai également voulu m’investir dans le monde associatif et j’ai rejoins la Revue archéologique de Picardie pour laquelle je fais des relectures. Ce travail a été bénéfique pour le musée puisque la revue a accepté de publier les communications d’une journée d’étude qui s’est tenue à Vendeuil-Caply en 2015. Nordoc-archéo m’a aussi demandé un article qui s’est transformé en chroniques dans lesquelles j’aborde des aspects de ma pratique professionnelle. En plus de cela, et parce que je suis sinologue de formation, j’ai eu l’opportunité d’enseigner à l’Université de Picardie-Jules Verne ; d’écrire des articles pour le Musée National des Arts Asiatiques-Guimet et pour le Musée du Quai Branly – Jacques Chirac ; de partir en Chine avec vingt charpentiers européens pour construire une maison traditionnelle avec six artisans locaux. Bref, j’ai l’impression d’avoir travaillé six ans alors que trois années seulement se sont écoulées depuis que je suis arrivé en Picardie.

Fig.4 : Maison traditionnelle chinoise construite en 2015 à Matou (Guizhou) avec le collectif « Charpentiers sans frontières »

Il semble que mon activité ait été appréciée par la Communauté de Communes pour laquelle je travaille puisque j’ai été nommé directeur des affaires culturelles début 2017. Cette nouvelle fonction a été l’occasion de mener des réflexions beaucoup plus globales à l’échelle territoriale dans des domaines aussi variés que le tourisme, la communication, le numérique, la culture, le patrimoine… Bien que très intéressant, ce travail a été source de frustration pour le conservateur de musée que j’étais devenu parce que je n’avais plus beaucoup de temps à consacrer aux collections dont j’ai la charge. J’ai néanmoins appris énormément et ne regrette absolument pas d’avoir mené cette mission.

Pourquoi partir ?

Tout simplement parce que je suis allé au bout de mon projet pour le Musée archéologique de l’Oise qui avait pour objectif de faire passer un palier à la structure. Sa fréquentation s’est stabilisée à un niveau satisfaisant (environ 5000 visiteurs contre 2500 avant 2014) et ses événements attirent du monde à Vendeuil-Caply (1100 participants aux Journées du patrimoine en 2016 contre 400 en 2013). Le musée a désormais la réputation d’être dynamique dans tous les domaines (scientifique, médiation, communication, numérique…). Il est temps pour moi de passer le relai pour que le projet évolue avec une approche différente. D’autant plus qu’une opportunité s’est présentée et qu’elle me permet de revenir à mes premières amours : la sinologie et l’archéologie chinoise en particulier. À partir du 1er août 2017, je serai conservateur en charge des collections archéologiques Chine-Mongolie au Musée National des Arts Asiatiques-Guimet, l’occasion pour moi de revenir aux fondamentaux : la gestion et la valorisation d’une collection. La Présidente de ce musée m’a également confié la tâche d’actualiser la présentation des collections permanentes archéologiques chinoises, les salles où j’ai appris à aimer la civilisation et l’histoire d’un pays d’où sont originaires mes grands-parents maternels. Il s’agit pour moi d’un projet presque initiatique, profondément personnel, qui va me sortir de la zone de confort que je me suis créée à Vendeuil-Caply.

Du jeune doctorant un peu perdu au directeur des affaires culturelles de la Communauté de Communes de l’Oise Picarde, que de chemin parcouru en cinq ans ! Et c’est avec beaucoup de fierté que je quitte un musée dont je suis tombé amoureux et où j’ai pu œuvrer pour la première fois en tant que conservateur du patrimoine. Je souhaiterais exprimer ma gratitude à tous ceux qui m’ont aidé, soutenu, suivi. Ils se reconnaitront. Si tout n’a pas marché comme je le voulais, nous avons eu le mérite d’essayer, toujours dans la bonne humeur, et d’avancer ensemble. Le Musée archéologique de l’Oise est aujourd’hui dans une excellente dynamique, je souhaite le meilleur à son équipe et à son futur directeur, je serai toujours là pour eux.

Fig.5 : Convoiement d’un mannequin de l’Homme de Néandertal

[1] Pour en savoir plus : http://www.inp.fr/Qu-est-ce-que-l-Inp


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *