La céramologie

Ce billet a été rédigé par Vaiana Vincent, céramologue médiévale, INRAP, CRAHAM UMR 6273.

La céramique est incontestablement l’artefact qu’on retrouve le plus souvent sur les opérations archéologiques que se soit en diagnostics, fouilles ou prospections pédestres. Outre leur récurrence, les objets en terre cuite sont, en plus, généralement présents en grande quantité. Sur les sites de consommation, la gestion des déchets se fait le plus souvent sur place, dans des parcelles attenantes à l’habitat. Ainsi les fosses, souvent recyclées en dépotoirs, contiennent des tessons qui nous renseignent sur le mode de vie des occupants. D’autres exemples, plus exceptionnels, montrent la céramique en position primaire. C’est le cas ici d’un fond de cellier découvert sur le site de Téteghem (Nord). Les pots, majoritairement complets, étaient posés sur une étagère qui s’est écroulée suite à l’abandon du site (Fig. 1). Les incinérations, aux époques gauloise et gallo-romaine, se constituent aussi souvent de céramiques entières, destinées à accompagner le défunt dans l’au-delà.

Fig. 1 : Céramiques en position primaire, sans doute tombées d’une étagère, dans un cellier découvert à Téteghem

Les sites de productions de céramique sont un cas particulier. Les ratés de cuisson sont évacués dans de grandes fosses, appelées tessonnières, ayant eut un premier rôle de fosses d’extraction de la matière première argileuse. Jean Rosen (CNRS), pour le cas des faïenceries estime qu’un tiers de la production part au rebut, ce qui donne une idée du nombre de matériel engendré par ces ateliers. Ces derniers se définissent alors par une quantité énorme de céramiques, frôlant les dizaines de milliers de tessons. Dans certains cas, comme ici une tessonnière datée du début du XVIIe siècle, mise au jour à Béthune, le sédiment est à peine perceptible, le comblement de la fosse se compose uniquement de tessons de céramique (Fig. 2).

Fig. 2 : Zoom sur une tessonnière du début du XVIIe siècle découverte à Béthune

Des problématiques variées…

L’étude de la céramique est primordiale à chaque étape de la recherche archéologique. Elle participe et contribue à répondre à plusieurs problématiques, visant à mieux comprendre la vie des sociétés anciennes.

– l’aspect chronologique est bien sûr indissociable de la céramique, dont l’analyse morphologique et stylistique permettent de donner les premiers repères temporels d’une occupation et facilite le phasage du site.

– la dimension économique est aussi fondamentale. Il s’agit d’avoir une réflexion sur l’origine des productions, afin de comprendre la diffusion de l’objet, la notion d’approvisionnement céramique, et plus largement d’évaluer les faciès de consommation et de comprendre l’économie de l’occupation ainsi que les grands axes d’échanges à différentes échelles.

– la question sociale de la céramique pose toujours débat. Sans entrer dans la caricature, la définition d’un ensemble céramique, de part le nombre d’importations, le souci apporté à la vaisselle de table, la présence d’objets atypiques du quotidien (comme par exemple un aquamanile pour la période médiévale) sont autant d’indices pour évoquer un degré de confort ou un certain niveau social de l’utilisateur. Il est toujours délicat de parler de statut ou richesse, mais la question se doit d’être posée.

– le critère fonctionnel est aussi important dans la réflexion du matériel. Chaque objet correspond à une forme précise, et par la même, à une fonction primaire identifiée. La répartition fonctionnelle du mobilier aide à comprendre la nature d’un site (domestique, artisanale…) et son organisation.

– le dernier point est l’approche culturelle. En effet, la céramique, intrinsèquement, présente des caractéristiques de pâtes, de formes, de décors et relève d’un répertoire graphique et chromatique propre à chaque période. Elle témoigne des identités culturelles et de l’évolution des modes.

Méthodologie : le traitement primaire

Afin de répondre à ces différentes problématiques, une méthodologie systématique doit être mise en place. Les principes restent les mêmes d’une période à l’autre. Il n’y a pas de mesures de précautions particulières dans le prélèvement du matériel. Les structures sont fouillées soit par sondages, soit par moitié voire à 100 %, ce qui permet d’obtenir un ensemble céramique fiable. Le matériel est ensuite lavé. Après séchage, pour assurer des conditions de conservation correctes du matériau, il est ensaché par unité d’enregistrement et inventorié. Une rapide observation à l’œil nu permet de répartir la céramique par grandes périodes chronologiques et de confier son étude au céramologue spécialisé (Néolithique, Protohistoire, Gallo-romain, Médiéval/Moderne).

La toute première étape du céramologue est le tri des tessons de céramiques. Intervient alors la notion de catégories. Les catégories céramiques sont définies à partir de l’observation de plusieurs critères techniques. Le premier point pris en compte est la technique de façonnage de l’objet. Ce dernier peut être soit modelé soit tourné. Le modelage se fait le plus souvent à partir de colombins[1] d’argile, assemblés les uns sur les autres puis lissés. Certains objets, comme les lèchefrites médiévaux, sont montés avec la technique de la plaque. La majorité des objets en terre cuite de notre ère est dite tournée, c’est-à-dire qu’elle est montée à l’aide de l’énergie cinétique rotative fournit par le tour de potier.

Le second critère est le mode de cuisson utilisé qui influe sur la couleur du tesson. Ainsi une cuisson en mode réducteur (c’est-à-dire schématiquement dans un four fermé, sans apport d’oxygène) donc riche en carbone, produira des éléments à pâte sombre, le plus souvent grise. À l’inverse, une cuisson oxydante, marquée par un apport d’air durant la cuisson des céramiques, produit des éléments à pâtes claires (crème, beige voire blanche), rosées et mêmes rouges en fonction de la présence d’oxydes de fer dans l’argile. On distingue enfin les cuissons portées à très hautes températures utilisées pour les majoliques[2], par exemple, dont le biscuit est cuit entre 1 000 et 1 100° et les grès, cuits à plus de 1 200°, entraînant une vitrification de la pâte ainsi qu’une parfaite étanchéité de l’objet.

Le dernier critère est le traitement de surface de l’objet. Là aussi il peut être multiple : simple lissage, glaçure, peinture, engobe, décor moulé, estampé ou à la molette…etc

C’est l’association de tous ces critères qui forment les catégories techniques des productions. Ces dernières sont propres au céramologue et leur quantification est essentielle afin de caractériser les faciès et fournir l’analyse chronologique d’un ensemble.

Fig. 3 : Pot biconique remonté « archéologiquement complet » découvert à Troissereux

Une fois le tri effectué, un remontage des formes est réalisé pour obtenir les profils les plus complets possibles (Fig. 3). Lorsque ces derniers sont continus de bas en haut, on dit alors que l’objet est « archéologiquement complet ». Les objets entiers permettent d’avoir un solide référentiel puisqu’il sera possible par la suite, à partir d’un fragment de lèvre de le rattacher à une forme connue. Pour constituer ce référentiel, une autre étape essentielle de l’étude est le dessin de la céramique, d’abord à la main selon des normes de présentation, puis mis au net ensuite par ordinateur. Il permet de créer un véritable catalogue des formes étudiées sur chaque site, qui permettra ensuite des comparaisons d’un site à l’autre (Fig. 4).

Fig. 4 : Dessins crayonnés sur papier millimétré ou calque, et mis au net sur ordinateur

L’inventaire quantifié est enfin une autre étape primordiale du travail du céramologue. Chaque tesson compte pour 1 NR, c’est-à-dire un nombre de reste, terminologie habituellement usitée. Il est possible de faire une subdivision et de déterminer si le fragment est une lèvre, une panse, un fond, un élément de préhension ou un verseur. Ces éléments peuvent alors renseigner sur l’objet initial dont il est le composant. Le but est en effet de retrouver les formes présentes dans le lot céramique étudié. Une forme déterminée devient alors un individu, l’objectif étant de définir le nombre minimum d’individus (NMI). Plusieurs méthodes sont utilisées pour son calcul. Il existe des articles traitant du sujet pour ceux qui veulent approfondir la question. Ces données quantifiées permettent de comparer les sites les uns aux autres et surtout de répondre aux problématiques abordées précédemment.

 Analyse des données

Toutes ces données primaires sont alors analysées et comparées entre elles. Chaque ensemble doit être considéré en fonction de la nature du dépôt (consommation, abandon, résiduel…), qui n’aura pas le même impact dans l’interprétation finale. L’étape de comparaison du matériel découvert sur le site avec d’autres ensembles permet de proposer une fourchette chronologique. Le céramologue fonctionne avec des ensembles de référence qui se constituent d’assemblages céramiques homogènes, issus d’ensembles clos, dont la datation a pu être faite en corrélation avec des donnés stratigraphiques, l’étude des monnaies ou avec des datations C14 ou dendrochronologiques, c’est-à-dire des données extérieures à la céramique. Ainsi, la réflexion sur les proportions des catégories techniques, les décors et les formes, associée aux données stratigraphiques du terrain et les comparaisons avec des ensembles de références permettent de proposer un phasage chronologique du site.

La dimension économique est davantage abordée avec la définition des catégories céramiques. En effet, une observation précise des pâtes, pouvant aller jusqu’à l’échelle macroscopique à l’aide d’une loupe binoculaire permet d’établir des groupes de pâtes, associés à une zone géographique particulière voire même à un atelier de production précis. De telles indications renseignent alors sur le cheminement du mobilier jusqu’au site de consommation considéré et permet d’appréhender le mode d’approvisionnement. C’est le cas, à la période gallo-romaine, des amphores provenant d’Espagne, du Moyen-Orient ou d’Afrique du Nord. Évidemment, les dimensions plus larges, de « réseaux commerciaux » se font à l’échelle de plusieurs sites pour une même période examinée.

L’aspect social est considéré à partir de plusieurs critères : la proportion de productions locales par rapport aux importations déterminées à partir du paramètre technique, la quantité des différentes catégories fonctionnelles, l’analyse des décors plus ou moins élaborés ou l’observation d’objets plus atypiques. C’est toujours la confrontation de plusieurs critères qui permet de proposer une hypothèse d’interprétation.

La dimension fonctionnelle peut être obtenue, toujours à partir de la quantification des formes présentes. En effet, la proportion des différentes fonctions (céramiques de table, de préparation des aliments, de cuisson, de stockage ou ustensiles de la vie quotidienne) permet de comprendre, avec les autres études, la nature de l’occupation. Par exemple et en voulant être volontairement schématique, le spectre fonctionnel d’une occupation domestique sera marqué par de nombreux éléments de table et de cuisson et le reste sera présent en quantité moindre mais similaire. En revanche, des sites avec de réels biais fonctionnels comme une fosse ne renfermant uniquement que des rejets de table et notamment de boisson, associée à d’autres paramètres archéologiques (bâtiments, études d’archives…) pourra peut-être évoquer un rejet de type taverne, par exemple. De même, la présence d’objets spécifiques comme des creusets pourra faire penser à une forge, des godets à sel, notamment pour l’époque gallo-romain, laisse envisager l’occupation d’un atelier de saunier. Ceci constitue des pistes de recherches et doit bien sûr faire l’objet d’une réflexion entre le responsable d’opération et le spécialiste pour envisager toutes les hypothèses possibles.

L’aspect culturel aborde la notion de culture visuelle et d’approche anthropo-sociale de l’objet. L’évolution du vaisselier aide aussi à comprendre en parallèle les changements dans les habitudes alimentaires. À titre d’exemple, à la période médiévale, on voit une évolution des pots globulaires des Xe-XIe siècles destinés à cuire des bouillies, vers une diversification des formes à partir du XIIIe siècle, avec l’apparition des poêlons pour une cuisson ouverte et frit, des lèchefrites pour la cuisson rôtie et des marmites pour une cuisson « en mijotée ». Il ne faut pas oublier que par l’étude des contenants, il est possible d’avoir une idée du contenu. Reprenons l’exemple des amphores gallo-romaines qui possèdent une forme différente en fonction de son remplissage : vin, huile, sauce de poisson…

Toutes ces données doivent aussi se détacher du contexte du site pour exister de manière intrinsèque. Ces nouveaux ensembles étudiés, sont autant de références nouvelles pour les comparaisons futures. Ils permettent la création de typologies régionales et définissent des productions associées à un terroir. Ces données doivent être comprises par tous et comparables pour aider les recherches futures et ainsi mieux répondre aux problématiques à une échelle large, régionale, interrégionale, voire internationale.

[1] Boudins d’argile
[2] Faïences italiennes de la Renaissance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *