Chronique de Vendeuil-Caply (4). Le récolement

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 Vous avez dit récolement ?

D’après l’article 11 de l’arrêté du 25 mai 2004 fixant les normes techniques relatives à la tenue de l’inventaire, du registre des biens déposés dans un musée de France et au récolement : « Le récolement est l’opération qui consiste à vérifier, sur pièce et sur place, à partir d’un bien ou de son numéro d’inventaire :

  • la présence du bien dans les collections ;
  • sa localisation ;
  • l’état du bien ;
  • son marquage ;
  • la conformité de l’inscription à l’inventaire avec le bien ainsi que, le cas échéant, avec les différentes sources documentaires, archives, dossier d’œuvres, catalogues. »

Pour résumer, cet arrêté oblige les responsables de collections publiques à faire tout simplement leur travail ! Facile à dire quand la collection en question n’est composée que de quelques milliers d’œuvres comme à Vendeuil-Caply, moins quand il s’agit de millions… À titre personnel, je considère que le récolement, bien que terriblement rébarbatif par moment, constitue le cœur des métiers de la conservation puisqu’il s’agit de connaître les œuvres qui se trouvent sous notre responsabilité. Élève-conservateur, j’avais assisté à une scène improbable pendant une formation à l’utilisation d’une base de gestion des collections : un conservateur avec 20 ans de boutique avait posé la question fatidique « pourriez-vous me dire combien j’ai d’objets dans ma collection ? ». Ce jour-là, je me suis promis de ne jamais prendre à la légère ce travail qui permet au gestionnaire d’une collection d’en comprendre la composition mais aussi les enjeux, ce qui lui permet dans un second temps de… faire des expositions, des études scientifiques, des campagnes de restauration, de réaliser que des œuvres ont disparu ou qu’elles ont été déposées ailleurs…

Fig.1 : Prise de mesures d’une céramique gallo-romaine

L’intérêt du récolement est donc multiple en dépit d’une apparente simplicité. Travail de l’ombre par excellence, difficile à valoriser contrairement à l’exposition ou à la publication, cette opération n’en demeure pas moins essentielle pour nourrir en contenu l’activité globale du musée. Nombreuses sont les initiatives de musées pour signaler au public cette activité cruciale mais méconnue. Les musées d’Angers ont par exemple créé un club des récoleurs bénévoles pour associer les amoureux des collections à cette opération, la démarche a également pour intérêt de fournir une main d’œuvre non négligeable. Les réserves de musées sont par ailleurs régulièrement ouvertes aux visiteurs pour les informer du travail réalisé en coulisses. Les (re)découvertes parfois exceptionnelles qui résultent de ce travail sur les collections donnent lieu à des expositions comme à Auxerre, Lyon, Châteaudun, Bordeaux…[1]

Méthode et pragmatisme

Pour lancer un récolement, il ne suffit pas de retrousser ses manches et de se mettre au travail. Il faut dans un premier temps prendre connaissance de la documentation à sa disposition (projet scientifique et culturel, inventaire du musée, publications, archives, dossiers d’œuvres) pour être en mesure de faire un état des lieux, un diagnostic de la situation. Il est ici important de noter que l’inscription à l’inventaire d’une œuvre ou d’un objet est soumis en théorie à des règles strictes : le statut de propriété doit être clair (don, legs, achat) et l’inscription doit être validée par une commission d’acquisition des musées de France.

Le second temps à consacrer à la préparation du récolement correspond à une prise de connaissance des textes de loi et de la méthodologie officielle. Les documents référents sont disponibles sur Joconde, le portail des collections des musées de France[2].

Fig.2.1 : Grande réserve du Musée archéologique de l’Oise

Fig.2.2 : Réserve métallique du Musée archéologique de l’Oise

Puis, il est nécessaire de maîtriser le ou les espaces où se trouvent physiquement les collections. Au Musée archéologique de l’Oise, cela ne pose pas de problème particulier puisque ses collections sont stockées dans deux réserves au sein d’un seul et même bâtiment. La situation est plus complexe lorsqu’un musée a des réserves externalisées qui impliquent une planification à établir sur le long terme pour effectuer le travail. La maîtrise des réserves passe également par une identification précise des zones de stockage. Il convient de bien réunir au préalable des ensembles cohérents (par matériau, datation, type, site de découverte…) et de numéroter les étagères pour être en mesure de localiser aisément l’œuvre.

Le récolement au Musée archéologique de l’Oise

En termes de mise en œuvre, il est possible de réaliser le récolement à partir de l’inventaire du musée pour voir si l’œuvre ou l’objet correspond aux informations, ou inversement. Il s’agit ensuite d’un travail de longue haleine, demandant rigueur et discipline, afin de renseigner de la manière la plus complète et la plus cohérente possible les collections.

Au musée archéologique de l’Oise, le récolement des collections constituait un véritable enjeu en termes de gestion car il était tout simplement impossible à mener. En effet, il n’existe pas d’inventaire des collections, et l’absence de ce document implique l’impossibilité d’un récolement. Il est aussi possible d’estimer que le récolement n’est pas à faire puisqu’il n’a pas de base. Cet état de fait est le résultat d’une gestion des collections avec une approche plus archéologique que muséale pendant 50 ans. Cette approche a eu l’avantage d’être à l’origine de nombreuses études de mobilier et publications scientifiques qui constituent encore aujourd’hui une formidable base de travail. Mais elle a mis de côté les aspects liés à la conservation et à la gestion de ce matériel.

Ce que nous réalisons à Vendeuil-Caply n’est donc pas une opération de récolement mais plutôt d’inventaire des collections. Nous avons choisi d’utiliser Excel dans un premier temps pour des raisons pratiques. Il s’agit d’un recensement global de l’ensemble des vestiges conservés en vue, à terme, d’identifier ceux ayant une valeur patrimoniale, scientifique et/ou esthétique qui pourront être inscrits à l’inventaire du musée, après une validation de la commission d’acquisition des Musées de France. Les informations concernant les objets inscrits à l’inventaire du Musée de France seront reversées dans Micromusée, base de donnée utilisée à Vendeuil-Caply et agréée par le Service des Musées de France.

Fig.3 : Enrichissement du fichier de gestion des collections

Dans un souci de cohérence, nous appliquons à tous les vestiges la même méthodologie, même si seule une partie d’entre eux sera inscrite à l’inventaire du musée de France. L’inventaire global est un outil de gestion d’un ensemble combinant collection muséale et dépôt archéologique : dans un musée archéologique, l’artefact rare et/ou beau ne peut être complètement isolé et s’intègre, quand c’est possible, dans un ensemble cohérent issu d’un même site.

Faire l’inventaire

L’enrichissement d’une base de données demande une harmonisation du vocabulaire. Des thésaurus ont été créés en ce sens par le Service des Musées de France et mis à disposition sur le site Joconde[3]. Le langage commun peut être considéré comme une simplification par certains mais il a le mérite de favoriser le versement des informations dans la base de recherche des collections des Musées de France. Les bases de données utilisées dans le milieu muséal, comme Micromusée ou ActiMuseo, présentent des champs libres dans lesquels il est possible d’intégrer des informations plus précises.

La réalisation de l’inventaire de gestion des collections du Musée archéologique de l’Oise répond aux normes établies dans la loi Musées. Un objet ou un lot est donc renseigné de la manière suivante :

  • Numéro d’inventaire : ce numéro est normé et comporte l’année d’entrée ; le numéro de collection ; le numéro d’ordre de l’objet dans la série (ex : 2015.3.26).
  • Autre numéro : il s’agit généralement au Musée archéologique de l’Oise d’un numéro de fouille ou d’un numéro de gestion interne.
  • Dénomination : le type d’objet
  • Matériaux/technique : les matériaux rencontrés sur le site de Vendeuil-Caply sont principalement le verre, la céramique, la tabletterie, la pierre, l’alliage cuivreux, le fer.
  • Mesures : mesurer des artefacts archéologiques est parfois un défi, l’essentiel étant de pouvoir placer l’objet dans un référentiel x,y,z pour un renseigner un volume de stockage.
  • Date de visualisation : essentiel pour témoigner de la présence du bien.
  • Localisation : crucial pour gérer les collections, comme expliqué au préalable.
  • État : les 4 niveaux d’état du bien sont bon (ne nécessite pas d’intervention), assez bon (un nettoyage/bichonnage suffit), mauvais (intervention à prévoir sur le long/moyen terme), très mauvais (intervention urgente à programmer).
  • Marquage : il peut être direct (à l’encre de Chine sur vernis) ou indirect (sur une étiquette).
  • Source : référence mentionnant des informations qui concernent le bien (le musée a la chance de disposer d’archives conservées en son sein et de nombreuses publications scientifiques).
  • Photographie : il s’agit d’une photographie de travail permettant l’identification du bien, avec une échelle. Le stockage massif nécessite un format adapté.
  • Agent récoleur : identifier la personne qui a entré les informations est parfois utile. Moins il y a d’agents, plus la base de données est harmonisée.
  • Validateur : le responsable de la collection se doit de valider les informations.
  • Mode d’acquisition : cette information est importante parce qu’elle renseigne le cadre légal dans lequel s’inscrit la découverte de l’objet notamment en termes de propriété.
  • Nom du donateur : il est parfois nécessaire de convaincre des propriétaires de collections archéologiques d’en faire don au musée surtout quand il s’agit de fouilles programmées sur des parcelles privées. Il est à noter que toute donation doit se faire sur présentation au propriétaire d’un inventaire des objets.
  • Date de l’acte d’acquisition : l’historique a son importance dans la gestion d’une collection.
  • Marques et inscriptions : au Musée archéologique de l’Oise, ce type d’information a un intérêt pour l’enregistrement des marques d’artisans.
  • Datation : le mode de collecte (la fouille stratigraphique) et les études typologiques permettent des datations souvent précises.
  • Provenance : étant un musée de site, 90% des collections proviennent de Vendeuil-Caply avec une forte concentration de découvertes dans l’agglomération antique. Le reste est issu de découvertes fortuites ou de prospections pédestres.
  • Observations : il s’agit d’un champ libre (moins normé) dans lequel il est possible de présenter de manière détaillée le bien.
  • Inscription à l’inventaire : indique si le bien présente un potentiel d’inscription à l’inventaire du Musée de France pour des raisons patrimoniales, esthétiques et/ou scientifiques.
  • À marquer : le marquage des collections (de préférence à l’encre de Chine sur vernis) est obligatoire.

La base de donnée, remplie correctement, constitue un outil de base pour toute demande de chercheur puisqu’elle permet des recherches thématiques (par mot-clef, dénomination, matériau…). Elle permet aussi de lancer des projets d’expositions en s’appuyant sur ce qui se trouve dans les réserves du musée. Une recherche sur l’état de conservation des vestiges permet quant à elle d’amorcer et de planifier des campagnes de restauration. Enfin, il est important de noter que l’équipe du musée profite de l’inventaire des collections pour réaliser son reconditionnement. Bien calés dans de la mousse de conservation recouverte de papier neutre, les objets et leur numéro d’identification restent visibles dans des boîtes cristal (ce qui limite les manipulations peu propices à leur conservation).

Fig.4 : Exemple de reconditionnement

Un exemple de trouvaille

À Vendeuil-Caply, cette opération de récolement/inventaire a été l’occasion de redécouvrir certains objets ou ensembles. L’exemple le plus parlant est sans doute une bague gallo-romaine en verre retrouvée il y a deux ans et demi au tout début de l’opération en cours, dans une boite non marquée. De petites dimensions (1,8 cm de diamètre) et d’une rare finesse, cette bague en verre de couleur jaune-vert est sertie d’un chaton en pâte de verre orange. Une mention de ce bijou a été retrouvée dans un carnet de fouille daté de 1980 : « 188 – A’1 cave n°1 : bague en verre sur niveau de circulation de la cave (argile verte + craie) ». Nous n’avons pas encore approfondi l’étude de l’objet mais les informations disponibles suite à sa redécouverte dans les réserves du musée constituent une bonne base de travail.

Fig.5 : bague gallo-romaine en verre redécouverte en 2015 dans les réserves du musée

[1] https://ocim.revues.org/1410

[2]http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES/recolement-informatise.htm

[3]http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES/telechargement.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *