De nouvelles fouilles à Rhodaus Town, Canterbury, Kent

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Fig. 1 – Vue panoramique du quartier de Rhodaus Town, montrant le site du garage Peugeot (au premier plan), l’ancien St Mary Bredin School (arrière plan) et le mur de la ville avec le tertre et jardins du Dane John (à droite).

Ces dernières années, Canterbury a connu de grands changements, et au cours de la dernière décennie, un développement considérable a eu lieu dans la région de ‘Rhodaus Town’, immédiatement à l’extérieur des murs anciens de la ville (Fig. 1). Les fouilles archéologiques dans ce quartier en 2007 et 2013 ont mis en évidence le potentiel caché de notre patrimoine enfoui au-delà des limites des défenses historiques de la ville. Ces opérations archéologiques commencent aujourd’hui à démontrer la valeur cumulative de ce qui pourrait sembler à première vue des vestiges archéologiques disparates (Fig. 2).

Fig. 2 – Plan du quartier de Rhodaus Town montrant toutes les fouilles archéologiques.

En 2016, une équipe archéologique du Canterbury Archaeological Trust a mené deux projets adjacents dans ce quartier. Le premier, sur l’ancien site du garage Peugeot, a permis de recueillir des informations sur les précédents signalements de présence de sépultures romaines et d’un imposant fossé, réputé représenter une partie des ouvrages défensifs Anglo-Normands. Le deuxième projet, situé juste à côté dans l’enceinte de l’ancienne St Mary Bredin School, était moins étendu, et avait pour but l‘évaluation d’une hypothèse de longue date. On supposait, en effet, que le terrain rehaussé, sur lequel se trouvait l’école, contenait les restes d’un tertre funéraire romain. (Fig. 3).

Fig. 3 – Vue en regardant vers l’ancien St Mary Bredin (du tertre de Dane John).

Le paysage pré-romain

D’après les recherches antérieures dans et autour de ‘Rhodaus Town’, on sait que l’activité humaine était présente à partir de la fin du Mésolithique (c 6500–4000 avant notre ère) et du Néolithique ancien (c 4000–3500 avant notre ère), représentée par un petit nombre d’outils de silex taillés. Les structures telles que des trous de poteaux, des fosses et un fossé indiquent un modèle d’occupation plus stable pendant les périodes du Néolithique final (3500–2500 avant notre ère) et de l’âge du Bronze (2500–800 avant notre ère). Des incinérations d’au moins quatre des premiers habitants ont été découvertes sur le site de Rhodaus Town. Deux d’entre elles ont été datées par radiocarbone à 1262–1049 et 1056–903 avant notre ère respectivement.

En dehors des quelques traces d’outils en silex du Néolithique final et de l’âge du Bronze, très peu de preuves concernant l’activité pré-romaine ont été identifiées sur les sites du garage Peugeot et de St Mary Bredin School. Il semble que la zone ait été abandonnée pendant environ sept siècles, jusqu’à l’âge du Fer final (c 120 avant notre ère à 43 de notre ère) ; des fossés tronqués d’un système parcellaire de cette époque ont été mis au jour dans le sud du quartier.

Il semblerait donc que cette aire faisait partie d’un paysage agricole à la périphérie d’une occupation de l’âge du Fer final qui, selon les preuves actuelles, semble avoir été établie au centre de la ville d’aujourd’hui. Mais cette même zone est également marquée par une concentration de six tertres funéraires potentiels. Parmi ceux-ci, on peut citer le grand tertre des ‘Dane John Gardens’ (le terrain surélevé sur lequel St Mary Bredin School se trouve), ainsi que les tertres précédemment enregistrés à Station Road East (‘Pin Hill’), le rond-point de St George (‘Salt Hill’), St George’s Lane (‘Little Dunghill’) et Oatenhill. On suppose que ces tertres marquent les positions des sépultures des élites datant de l’âge du Fer final ou du début de la période romaine.

De manière générale, la plupart de ces tertres sont associés à des incinérations, mais des inhumations sont également connues, parfois avec des cercueils de plomb, de pierre ou de bois. Aucun des tertres de Canterbury n’a été étudié en détail, et il reste des doutes quant à leur interprétation. Les rapports anciens des Antiquaires sont certainement difficile à justifier. Il y est fait état de la mise au jour d’une possible hache à talon de l’âge du Bronze sous le tertre de Station Road East (Pin Hill) en 1860, à une inhumation dans un cercueil de plomb sous le tertre du rond-point de St George (‘Salt Hill’) en 1868 et d’un autre cercueil de plomb mis au jour sous un tertre ‘près de la maison de Baron Hales’ par des chasseurs de trésor pendant le XVIe siècle. Ce dernier est peut-être le tertre de St Mary Bredin School qui a également livré une incinération perturbée en 1783.

Il se pourrait qu’une inhumation de l’âge du Fer final, mise au jour à Augustine House en 2007, représente le site d’un tertre funéraire inconnu à Canterbury. Cette inhumation (un adulte, probablement masculin, daté par radiocarbone à 169–1 avant notre ère) était déposée dans une fosse peu profonde creusée dans le sol et a été recouverte directement par un temple romano-britannique 300–400 ans plus tard. L’hypothèse selon laquelle l’emplacement et la signification ancestrale du tombeau aient été rappelés par un tertre au sol peut être avancée.

Au final, la fouille à St Mary Bredin School s’est révélée peu concluante. La majeure partie du tertre a été datée de l’époque médiévale. Mais à la base même du tertre, un os humain désarticulé et une poterie romaine ont été récupérés, ainsi qu’une pièce de monnaie romaine de Constantin, daté de 315–320 de notre ère. Cela peut suggérer que le tertre a eu pour origine un tertre funéraire romain, agrandi pendant la période médiévale, mais trop peu d’indices ont été exposés pour en avoir la certitude (Fig. 4).

Fig. 4 – Une coupe montrant les sols pré-médiévaux potentiels qui se sont formés au fond du tertre de St Mary Bredin School.

Néanmoins, il existe des preuves circonstancielles à l’appui de la suggestion de tels premiers tertres funéraires. Une hypothèse récente suggère que l’occupation de l’âge du Fer final (pré-romaine) à Canterbury était dispersée sur un certain nombre de quartiers distincts, situés de chaque côté d’un gué sur la rivière Stour. Il semble actuellement que cette topographie pré-romaine ait influencé la morphologie de la première ville romaine. Cela est illustré par la disposition du théâtre romain le plus ancien et par l’enceinte du temple adjacent construite en 80–90 de notre ère et alignée suivant un angle marqué avec le plan des rues ultérieures. Une suggestion convaincante est que l’occupation pré-romaine ait eu un foyer cultuel ou religieux, plus tard englobé par l’enceinte du temple. Il a même été supposé que Canterbury a été choisi comme la civitas pour ces raisons. Une telle situation pourrait se trouver dans d’autres paysages pré-romains, notamment à Colchester (Camulodunum), où l’occupation de l’âge du Fer se trouve adjacente au complexe religieux à Gosbecks, avec les tertres funéraires contemporains à Lexden et les sépultures des élites à Stanway plus à l’ouest. On doit citer également le tertre funéraire de l’Âge du Fer final à Tar Barrow, en dehors de la ville romaine de Cirencester (Corinium Dobunnorum). Toutefois, aucune de ces deux villes ne semble avoir la même intensité de tertres funéraires que Canterbury. On note bien que l‘existence de tels tertres funéraires est communément abordée en termes de «romanisation», leur utilisation étant considérée comme une preuve de l’adoption précoce des influences continentales «belges» et de l’acculturation.

La ville romaine

Une certaine forme de continuité existait au moins entre l’occupation de l’âge du Fer et celle de la ville romaine. On peut imaginer que cette continuité incluait les élites dominantes indigènes qui s’appuyaient vraisemblablement sur des éléments de «romanisation» pour adapter et renforcer leur propre pouvoir et leur statut. Le développement de la ville romaine semble avoir été un processus graduel, instillé par les élites locales, sans doute encouragé par les autorités romaines. Il semble que la plupart des éléments plus formels de la ville romaine n’existaient pas avant la fin du Ier ou le début du IIe siècle de notre ère, l’aménagement urbain irrégulier suggérant un développement par étapes fragmentaires.

Malgré son emplacement périphérique, l’impact de l’urbanisation était encore visible à Rhodaus Town. À partir du premier Ier de notre ère, l’ancien système de champs a été abandonné et remplacé par le nouvel aménagement des fossés d’un découpage parcellaire qui s’étendait vers l’est en direction de la route principale de Canterbury à Douvres. Ces parcelles linéaires étaient associées à un chemin situé dans le sud-est (« hollow-way »), de même alignement, qui était également établi à fin du Ier siècle de notre ère. Ce chemin a été tracé sur environ 130 m et sans doute étendu vers une intersection avec la route principale.

L’impact le plus visible, et qui a eu un effet durable sur la topographie environnante, était un programme intensif d’extraction de sédiments qui a commencé à la fin du Ier siècle de notre ère (Fig. 5). L’échelle de cette extraction a été enregistrée pour la première fois par l’archéologue amateur Frank Jenkins, qui a mis au jour une coupe de 4 m de profondeur des remplissages de carrière pendant la construction de la Canterbury Police Station en 1964. Notre connaissance de l’étendue de ces carrières a été renforcée par les fouilles plus récentes à Canterbury Police Station, au sud à Old Dover Road et au sud-ouest sous Augustine House. Une zone de carrières s’étendant sur plus d’un hectare a été enregistrée à ce jour.

Fig. 5 – Les carrières romaines extensives, marquées par la zone de la coloration du sol, ont été concentrées sur la façade de Rhodaus Town.

Sur l’ancien site du garage Peugeot, une aire de 2,347m2 a été mise au jour, concentrée à proximité de la rue actuelle. Les carrières ont pris la forme de fosses irrégulières, creusées à des profondeurs comprises entre 0,5 et 2,75 m (Fig. 6). Les études initiales laissent supposer que l’extraction a été effectuée de manière fragmentaire, les fosses individuelles étant creusées et remblayées relativement rapidement avant que d’autres soient pratiquées, souvent dans des fosses précédentes. Ceci contraste avec ce qui avait été précédemment observé au-dessous d’Augustine House et de Canterbury Police Station, où les carrières avaient été abandonnées à la fin du Ier siècle et apparemment laissées ouvertes pendant quelques années avant d’être utilisées comme poubelles à la fin des IIIe et IVe siècles de notre ère.

Fig. 6 – Les sondages dans les carrières romaines ont démontré leur forme irrégulière, leur taille et leur remplissage rapide.

Bien que la carrière semble avoir été créée sans un plan global, elle est restée dans une parcelle définie par l’un des fossés qui avait remplacé le système pré-romain du découpage parcellaire (Fig. 7, Fig. 8). À ce jour, la date à laquelle l’extraction a cessé n’est pas précisément connue, mais peut-être est-ce dès le IIe siècle de notre ère ? À cette date, la parcelle adjacente au sud a commencé à être utilisée comme nécropole officielle.

Fig. 7 – Un fossé romain qui a séparé la zone des carrières (à gauche) de la nécropole officielle au sud (à droite).

Fig. 8 – Le crâne d’un cheval mise au jour dans le fossé romain.

La nécropole du sud de Canterbury

L’existence d’une nécropole romaine dans cette partie de Canterbury est connue depuis longtemps. Des inhumations ont été enregistrées dans une aire extensive entre Rhodaus Town et la gare de Canterbury East. La plupart de ces inhumations étaient des découvertes fortuites ou des observations d’«Antiquaires » et malheureusement elles n’ont pas toujours été suffisamment enregistrées pour reconstituer le nombre des sépultures ou l’étendue de la nécropole.

Les fouilles archéologiques les plus récentes ont mis au jour plusieurs inhumations : 2 au dessous du garage Peugeot, 2 au dessous du Canterbury Christ Church Arts Centre et 4 au dessous d’Augustine House. Ces dernières datent de la fin du IIIe siècle de notre ère (Fig. 9). Un petit enclos funéraire datant du IVe siècle de notre ère a été mis au jour à Rhodaus Town en 2013.

Fig. 9 – L’excavation de la nécropole en cours. Les inhumations ont été fouillés par les archéologues (au premier plan) pour permettre le commencement des travaux de construction (en arrière-plan).

La fouille du garage Peugeot en 2016 a ajouté 219 inhumations et une incinération à ce nombre. La distribution de ces tombes semble avoir été contrainte par les fossés parcellaires, et s’est probablement étendue à l’ouest et à l’est pour inclure les aires identifiées précédemment comme une nécropole unifiée. La nécropole à Rhodaus Town semble être restée séparée de l’autre côté du chemin au sud-est.

La répartition des tombes était plus ou moins en lignes régulières. Les inhumations étaient alignées à peu près parallèlement aux fossés, suivant un axe nord-est/sud-ouest, ce qui semble indiquer que le cimetière était bien géré et bien organisé (Fig. 10). Alors qu’il n’y avait aucun signe de marqueurs des tombes, et étant donné les très rares cas de fosses entrecroisées, il est fort possible que les emplacements étaient visibles.

Fig. 10 – Les sépultures en cours de fouille. La répartition des tombes était plus ou moins en lignes réguliers.

Lorsque des inhumations ont été insérées dans des zones précédemment utilisées, les nouvelles fosses semblent avoir soigneusement évitées de perturber les sépultures existantes. Peut-être ces insertions avaient comme but d’être proches des membres d’une même famille. En général, l’espace était disponible pour accéder aux sépultures individuelles. L’apparente uniformité de l’aménagement de la nécropole suggère un certain degré d’organisation qui pourrait impliquer l’existence d’ordonnateurs des pompes funèbres, de fossoyeurs et de porteurs du cercueil.

Fig. 11 – Les inhumations étaient souvent contenues dans des cercueils en bois, ici représentés par une coloration du sol et une doublure en pierre. Notez bien la mauvaise préservation des ossements.

Cent cinquante-trois tombes (ou 70 %) contenaient des indices de cercueil en bois, représenté soit par une coloration du sol, soit par des clous ou des installations en fer, ou les deux (Fig. 11). Les tombes qui auraient pu contenir des cercueils ont été trouvées parfois avec une doublure en pierre (cinquante-sept tombes), principalement des nodules de silex, et moins communément de la craie, du ‘greensand’ et du grès. Des doublures en pierre ont été également trouvées dans les tombes pré supposé sans cercueils (quinze tombes). On a également noté une sépulture en coffre, avec un couvercle formé de tuiles (tegulae) (Fig. 12), et deux enterrements potentiellement placés dans une fosse ouverte sur des catafalques en bois.

Fig. 12 – Une sépulture en coffre, avec un couvercle formé de tuiles de tegula.

Sur les 219 tombes potentielles fouillées, les restes de 219 individus, dont des hommes, des femmes et des enfants ont été retrouvés. Mais la préservation du matériel squelettique était mauvaise ; dans certains cas, l’inhumation n’était représentée que par une coloration du sol.

Néanmoins, malgré leur mauvaise conservation, ces restes humains offrent encore un bon potentiel pour contribuer à notre connaissance de la structure et de l’état de santé de la population romano-britannique de Canterbury. L’examen initial a indiqué que 104 individus étaient atteints de pathologies dentaires et d’anomalies et 46 individus montraient des pathologies squelettiques. Les études scientifiques à venir, comme l’analyse des isotopes, des ADN et des microbiomes oraux, apporteront de nouvelles informations sur l’alimentation, la santé, l’environnement, les origines, la migration et la mobilité, ainsi que les modèles de parenté au sein de la population. Lorsqu’elles sont combinées à d’autres ensembles de sépultures de Canterbury, les données permettront une meilleure connaissance des populations romano-britanniques rarement offertes dans d’autres villes.

Deux inhumations contenaient des preuves d’un rite funéraire jusqu’alors non enregistré dans l’une des nécropoles romaines de Canterbury, celui de la décapitation. Les deux individus étaient de jeunes enfants (1-5 ans) et dans une tombe la tête avait été placée entre les genoux et dans l’autre entre les pieds (Fig. 13).

Fig. 13 – L’enterrement d’un jeune enfant décapité. La tête a été séparée du corps probablement post mortem et a été placé entre les pieds.

Fig. 14 – L’incinération romaine tardive, comprenant une urne cinéraire avec des vases d’accompagnement, pourrait être datée du début du Ve siècle.

La datation de l’utilisation de la nécropole n’est pas claire : peu de tombes ont livré un mobilier datable. La céramique résiduelle trouvée dans les remplissages des tombes était surtout datée du IIe ou IIIe siècle de notre ère, avec une petite quantité datant du Ier et du Ve siècle. Les vases en céramique accompagnant l’incinération unique datent de la fin du IIIe à la fin du IVe ou au début du Ve siècle de notre ère (Fig. 14). Les mobiliers funéraires, quand ils existaient, étaient principalement des accessoires vestimentaires et des ornements personnels, comme des bracelets en alliage de cuivre, des broches et des épingles. Il y avait quelques objets en os travaillé (une aiguille, une épingle décorée et un peigne à cheveux) ; la présence de chaussures était attestée par des clous à large tête (caboches) en fer. Six pièces de monnaie ont également été récupérées, fournissant un certain nombre des datations terminus post quem de la fin du IIe au IVe siècle de notre ère, la dernière a été frappée entre 368 et 372. La pénurie des mobiliers funéraires forme un contraste intéressant avec les tombes plus élaborées et plus riches que celles de l’enclos funéraire de Rhodaus Town. Les deux nécropoles étaient utilisées en même temps que le temple romano-britannique adjacent (340 à 360 de notre ère) sous Augustine House. Il semble qu’ils aient continué à fonctionner, certainement jusqu’à la fin du IVe siècle et potentiellement jusqu’au début du Ve siècle, ce qui relie la fin du IVe siècle romain et le Ve siècle anglo-saxon. À cet égard, une inhumation est particulièrement remarquable par la présence d’une paire de boucles de ceinture d’argent datées de la première moitié du Ve siècle de notre ère (Fig. 15, Fig. 16).

Fig. 15 – Inhumation 152. La troncature avait enlevé une grande partie de la tombe. Une paire de boucles d’argent et un objet de fer peut être vu dans la région pelvienne du squelette mal préservé. Échelle 0.5 m

Fig. 16 –  Les boucles d’argent avant la conservation

 

Après les Romains

Il semble que l’aire soit restée un espace ouvert pendant quelques centaines d’années après la fermeture de la nécropole, mais il est clair que certaines structures, comme le chemin creux d’axe ouest-est à Rhodaus Town, ont continué d’exister. Son comblement supérieur a livré de la céramique datant du début du VIIIe jusqu’au milieu du XIe siècle de notre ère.

Quelques fosses à détritus, trouvées à l‘est de la fouille du garage Peugeot, ont livré des concentrations de résidus de travail des métaux ainsi que de la céramique datée provisoirement entre le VIIe et le IXe siècles de notre ère. Des déchets industriels similaires, avec des déchets de travail de cornes et des tessons céramiques tachés de pigments, témoignant de la teinture des textiles, ont été mis au jour sur des fouilles proches à l’est, associés à une seule inhumation datant du VIIe siècle. Une autre inhumation anglo-saxonne potentielle a été enregistrée sous le Canterbury Christ Church Arts Centre en 2006.

À St Mary Bredin School, les restes d’une structure en bois ont été enregistrés lors du diagnostic, associés à un sol en gravier et à une fosse à détritus (Fig. 17). Des indices laissent à penser que cette structure a été rasée volontairement avant le creusement d’un grand fossé défensif à la fin du XIe siècle.

Fig. 17 – Les restes d’un bâtiment en bois rasé au cours de la fin du XIe siècle pour construire les ouvrages défensifs Normands.

Les ouvrages défensifs anglo-normands

Un énorme fossé d’une largeur de 12 m et d’une profondeur de plus de 5 m a été mis au jour lors de la fouille du garage Peugeot (Fig. 18). Ce même fossé a été enregistré précédemment lors de fouilles voisines en 1990. Il a probablement fait partie d’une enceinte défensive à l’extérieur du mur de la ville, peut-être associée à une motte castrale normande (Fig. 19).

Fig. 18 – Une section fouillée dans le fossé défensif Normand sous le garage Peugeot. Par raison de la sécurité au travail, la tranchée a été réduite en taille à intervalles réguliers pour réduire le risque d’effondrement.

Fig. 19 – Restitution graphique de la motte castrale à Canterbury à la fin du XIe siècle

Le matériau issu du creusement du fossé a été utilisé pour former la base d’un rempart intérieur sur le côté ouest du fossé, surmonté d’une séquence de dépôts d’argile et de limon (Fig. 20). Ce rempart était probablement surmonté par une palissade en bois combinée au fossé dont le fond se trouvait environ 10 m en dessous. Cet ensemble devait former un obstacle formidable (Fig. 21, Fig. 22).

Fig. 20 – Une coupe montrant les niveaux qui formaient le rempart des défenses Normands extra-murales.

Fig. 21 – Collecte d’échantillons de sédiments du fossé pour analyse

Fig. 22 – Profil transverse du fossé et rempart

À l’intérieur de cette puissante enceinte, les archéologues ont enregistré un grand nombre de larges fosses, de 1 à 1,4 m de diamètre, représentant une partie d’une imposante structure en bois, ainsi que les preuves de la présence d’un sol de craie compactée et d’un foyer in situ, tous datés par la céramique de la fin du XIe siècle au XIIe siècle de notre ère.

La comparaison entre le matériel de ce fossé situé au-delà des limites des défenses historiques de la ville avec le matériel mis au jour dans un fossé intra-muros en 1987 donne la même date du XIe siècle. Elle suggère fortement que les défenses extra-muros à St Mary Bredin School formaient une partie d’un complexe plus étendu, celui qui intégrait la motte castrale située sur le tertre du Dane John. Il a été établi peu après l’arrivée de Guillaume le Conquérant à Canterbury à la fin d’octobre 1066. La confirmation de l’existence d’ouvrages défensifs extra-muros semble bien être une contribution appropriée à l’année du 950e anniversaire de la conquête normande de la Grande-Bretagne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *