Un siècle de fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer

Cet article a été rédigé par Damien Schirrer (Master 2 Métiers de l’Archéologie – Université SHS Lille) dans le cadre d’un stage de recherche documentaire effectué en mars-avril 2017 au sein de la Direction régionale des Affaires culturelles Hauts-de-France – Pôle Patrimoines et Architecture – Service Archéologie (site Lille) et co-dirigé par Karine Delfolie (Documentation, Communication et valorisation) et Thomas Byhet (Carte archéologique).

Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) et son pays sont riches de leur histoire. Le val de Canche, point de confluence entre les eaux et les terres, attire et concentre les activités humaines depuis des temps immémoriaux. Des premiers habitats néolithiques au port de Quentovic jusqu’à l’histoire récente, ce sont plus de 6000 ans d’occupation humaine qui reposent sous nos pieds. Si la conscience du riche passé de la région n’est pas nouvelle, voire ancienne, il faut pourtant attendre la seconde moitié du XXe siècle pour assister aux premières véritables fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer. Par le passé, nombreuses ont étés les découvertes fortuites et les observations de vestiges lors des réaménagements successifs dont la ville a fait l’objet ; mais l’étude raisonnée du patrimoine archéologique enfoui, qu’il soit menacé par de nouvelles constructions ou non, est une discipline récente.

Découvertes anciennes, fortuites et sporadiques

Au XIXe siècle, les découvertes archéologiques fortuites sont monnaie courante. Citons, par exemple, la découverte de fûts de colonnes que les savants du temps de Napoléon III attribuèrent à l’époque romaine afin de prouver l’existence d’un temple dédié à Mercure. Si les vestiges exhumés sont bien réels, les interprétations restent le plus souvent erronées et relèvent plus du fantasme que de la science. C’est encore le cas avec ces deux chercheurs du siècle dernier qui affirmaient détenir des monnaies byzantines en provenance de Montreuil. Une étude plus poussée ne tarda pas à démentir les faits : les deux petits bronzes, datés du VIIe siècle, étaient en réalité issus d’une collection privée et n’avaient aucune origine locale. Parmi les premières observations minutieuses, que l’on ne peut cependant rattacher à une véritable activité de fouilles archéologiques, nous pouvons citer la découverte, en 1925, rue des Barbiers, d’un carrelage daté du XVIe siècle : les carreaux en terre rouge étaient ornés de motifs jaunâtres où figuraient notamment un cerf galopant, une tête de femme couronnée et divers animaux burlesques, aux allures de singes ; un seigneur à cheval, faucon sur le poing, un sphinx et des fleurs de lys ont aussi étés identifiés ; cette composition rappelle étrangement celle de la tour du Chapitre de la cathédrale de Saint-Omer.

Les travaux d’Alphonse Dautricourt sont d’un niveau supérieur. Nous disposons de témoignages oraux, mis à l’écrit par ce dernier, qui attestent de l’existence de structures voûtées sous la place Saint-Firmin, mises au jour lors d’un effondrement de la voirie en 1935. Le besoin urgent de rétablir la circulation et l’absence d’une législation stricte en matière d’archéologie à cette époque ne permirent pas de pousser plus loin les investigations et le tout fut comblé à la hâte et recouvert de béton. Quelques années plus tard, divers travaux d’urbanisme, toujours à l’emplacement du parvis Saint-Firmin, ont entraîné la découverte de vestiges archéologiques dont l’interprétation restait alors énigmatique. Il est fait mention dans un rapport de fouilles datant du milieu du siècle passé de la découverte d’une grande quantité d’ossements humains et des restes de deux puits sous les n° 2 et 2bis du parvis Saint-Firmin. L’hypothèse alors avancée est que tous ces éléments constituent les derniers témoins de l’église Saint-Firmin et de son cimetière attenant, tous deux disparus depuis le XIVe siècle. En 1951, des ouvriers affairés à l’installation du nouveau réseau d’évacuation des eaux observent de solides fondations de craies enfouies sous la surface. Le creusement d’une nouvelle tranchée en 1955-1956 semble confirmer les hypothèses avancées jusqu’alors et mettent au jour d’autres fondations de craie dont les dimensions et l’alignement correspondent en tous points aux vestiges précédemment observés. Le tout ne ferait alors partie que d’un seul ensemble architectural : celui formé par l’église Saint-Firmin et son cimetière. Dès lors, grâce à l’observation (succincte, certes) des vestiges exhumés et l’analyse d’anciens plans cadastraux, l’existence de l’église Saint-Firmin à cet emplacement ne fait plus de doute.

Le 9 mai 1963, une nouvelle découverte archéologique à quelques centaines de mètres seulement du parvis Saint-Firmin vient secouer le microcosme des férus d’histoire locale. Non loin de l’abbatiale Saint-Saulve, à l’emplacement de l’actuelle place Gambetta, des ouvriers mettent accidentellement au jour plusieurs sarcophages de craie à cavité céphalique, vraisemblablement déposés en deux phases successives. Alphonse Dautricourt – cette fois-ci le témoin direct des événements – croit voir surgir devant lui les vestiges du cimetière de l’église Saint-Josse dont l’emplacement était jusque-là inconnu. Quelques jours plus tard, une nouvelle tranchée est creusée afin d’y loger un tuyau d’égout : ce sont les restes d’un épais mur maçonné qui sont cette fois mis au jour, tout le long de la tranchée. Le 29 août de la même année, toujours sur la place Gambetta, un caveau sous arc voûté est mis au jour. L’édifice, interprété comme un lieu de culte n’a pu être observé dans son intégralité, mais il nous est tout de même possible d’en restituer le plan et l’orientation. Le cimetière attenant, exhumé quelques mois plus tôt, devait se trouver à l’emplacement du portail de l’édifice. Alphonse Dautricourt suggère que le caveau découvert n’était autre que la tombe privilégiée de l’église : ne subsistent de cette dernière que de bien maigres indices. L’existence d’un tel tombeau l’amène d’ailleurs à penser que le tout remonte peut-être à l’époque mérovingienne, bien que les sources textuelles ne mentionnent l’église Saint-Josse en la Fertée qu’à partir du XIe siècle. Cette église reste énigmatique : nous n’en connaissons ni la date de fondation, ni celle de sa disparition, mais les bulles papales n’en font plus mention dès la seconde moitié du XIIe siècle.

En 1969, se déroule la première campagne de fouilles véritable à Montreuil-sur-Mer, à l’emplacement du château. Les fouilleurs sont pour la plupart de simples bénévoles et l’encadrement reste limité, mais il s’agit bien là d’une initiative scientifique à part entière. Plusieurs tranchées de sondages furent creusées, notamment à proximité du chemin de ronde et devant la poudrière. Plusieurs maisons bordées d’un pavement furent identifiées et trouvent une correspondance dans un plan de la ville daté de 1675. Les fondations du château royal furent sporadiquement rencontrées et auraient mérité – selon le responsable de la fouille de l’époque, Max Sailly – de plus amples investigations. Enfin, une porte, indiquée sur le plan de 1675, ainsi qu’une probable bouche à canon furent découvertes. Le matériel prélevé fut stocké à l’issue de la fouille dans les locaux de l’Auberge de jeunesse.

Archéologie de sauvetage

Fig. 1. Ancienne abbaye de Sainte-Austreberthe (1987). Coupe sud du sondage effectué dans le Lycée (dessin J.-Cl. Routier)

En 1987, débutent les travaux de rénovation et d’extension du lycée Woillez. Des sondages archéologiques ayant pour objectif d’estimer l’importance des vestiges enfouis à l’emplacement des futurs aménagements sont réalisés. Les travaux, situés à l’emplacement de l’ancienne abbaye de Sainte-Austreberthe, livrent d’important vestiges archéologiques. Dans l’ensemble, l’opération archéologique du lycée Woillez a permis une meilleure compréhension de ce secteur de la haute-ville (sondage n° 1 côté lycée, dimensions 5 × 5 m) (fig. 1) et nous renseigne sur l’usage qui était fait de la zone avoisinant l’actuelle promenade des remparts (sondage n° 2, tranchée de reconnaissance du parc de la Perception, dimensions 25 × 2,50 m). Les deux tranchées creusées par les archéologues ont révélé plusieurs niveaux d’occupation allant vraisemblablement de l’époque carolingienne à nos jours. Les couches stratigraphiques les plus anciennes pourraient correspondre à un fossé du haut Moyen Âge. Au niveau supérieur, une couche noire et cendreuse, riche en matériel céramique, en restes osseux et en objets métalliques, daterait du XIIIe-XVe siècle. C’est au XVIe siècle seulement que l’on retrouve les premières constructions, matérialisées ici par un puissant mur de craie dont la vocation est sans nul doute de protéger l’abbaye voisine. Son édification est sans doute la conséquence du siège désastreux de Montreuil-sur-Mer par les Impériaux en 1537. La phase suivante est caractérisée par un niveau de craie tassée correspondant à une aire de travail du premier tiers du XVIIe siècle. Il pourrait s4agir de la surface de préparation et de circulation liée à l’édification du dernier état des remparts de la ville ; cette interprétation coïncide d’ailleurs avec les textes d’époque qui mentionnent le don d’une partie de la superficie couverte par l’abbaye à la ville afin de faciliter la construction de la nouvelle muraille. Cette phase, absente de la tranchée réalisée dans le lycée, a été observée au sein de la tranchée de reconnaissance du parc de la Perception et constitue son premier niveau d’occupation ; nous pouvons donc conclure que l’espace attenant aux remparts était resté vierge jusqu’au début du XVIIe siècle. Les niveaux suivants que l’on date aisément du XVIIIe siècle correspondent à des jardins, lesquels se trouvent sous les constructions actuelles.

Les opérations de curage du puits de la citadelle commencent deux ans après les fouilles du lycée Woillez. L’exploration raisonnée de ce puits débute après plusieurs mois de fouilles non autorisées réalisées par l’Association Puisatiers de France qui restera en charge de l’exécution des travaux, mais bénéficiera désormais d’un encadrement légal. Ce puits, observé pour la première fois lors des fouilles de la citadelle en 1969, déchaîne les passions et laisse libre cours aux théories les plus fumeuses : encadrer la fouille est ainsi devenu une priorité absolue afin d’éviter le pillage systématique du site. Le curage, qui n’a pu excéder la profondeur de 43 m, a livré un mobilier très hétérogène et récent : bouteilles en verre, encriers, ustensiles de cuisines, monnaies, tissus et douilles semblent dater du début du siècle dernier. L’intérêt archéologique du site n’est ainsi pas le contenu, mais le contenant : l’étude de la structure du puits permet de le dater sans nul doute du XIIIe siècle. L’appareillage de grès, de silex et de moellons témoigne d’une grande technicité. À 29 m de profondeur, une salle rectangulaire est accessible depuis le puits et a pu servir de cache ou de salle de taille, puisqu’elle profite de l’apparition d’une veine de craie propice au débitage pour des besoins restreints, mais immédiats.

Fig. 2. Rue du Thorin (1991). Vue d’un four de potier (XIIIe siècle) en cours de dégagement (cliché J.-Cl. Routier)

En 1991, la construction de logements HLM, rue du Thorin, nécessite d’opérer plusieurs sondages afin d’évaluer le potentiel archéologique de cette zone, devenue intra-muros suite à l’extension des murailles du XIIIe siècle. Les vestiges médiévaux, modernes et quasi contemporains furent nombreux. Parmi eux, notons un four médiéval relativement bien conservé et daté du XIIIe siècle (fig. 2). La fouille a permis d’en reconstituer l’aspect, et le grand nombre de tessons sur place de renseigner sa production. Deux fosses, contemporaines du four médiéval ont également étés identifiées. Leur comblement est constitué d’une terre noire organique, ainsi que de tessons de poteries pour l’une, et d’une grande quantité d’ossements animaux pour l’autre. Il s’agit sans doute là de fosses d’extraction de sable comblées à l’arrêt de leur utilisation. Une troisième fosse, cette fois attenante au rempart moderne, contenait quelques tessons du XVIe siècle et semble correspondre à une aire d’extraction de « blanc de sable », matériau utilisé en construction. Les fouilles ont également mis au jour une aire de rejets de cuisson datée du XVIIIe siècle (fig. 3). Enfin, une dizaine de fosses contenant des os humains disposés pêle-mêle ont été découvertes : cette trouvaille reste à ce jour énigmatique, bien qu’elle puisse être datée du XIXe siècle. Globalement, la zone fouillée semble correspondre à une aire à vocation artisanale dont les rares structures furent rapidement englobées dans les nouvelles fortifications.

Fig. 3. Rue du Thorin (1991). Amas de poteries (XVIIIe siècle) en cours de dégagement (cliché J.-Cl. Routier)

Fig. 4. Église Saint-Walloy (1991). Vue de la sépulture d’un enfant en bon état de conservation (XIe siècle) (cliché J.-Cl. Routier)

En 1991 toujours, puis en 1992, ont lieu deux campagnes de fouilles de sauvetage à l’emplacement de la future maison de retraite, à côté de la mairie. Le projet doit s’installer sur le terrain de l’ancien LEP. La première fouille a mis au jour les substructions de l’ancienne église Saint-Walloy, détruite à la Révolution. Les vestiges ont fait l’objet de fouilles minutieuses durant l’été 1991, de sorte que les trois états successifs du lieu de culte purent être caractérisés. Un édifice pré-roman à caractère religieux du Xe siècle laisse place à une église romane des XIe et XIIe siècles, puis à un édifice gothique daté de la fin du XVe siècle. L’été suivant, la démolition de deux bâtiments d’avant-guerre encadrant la cour permet d’élargir la zone fouillée qui fournit dès lors un aperçu global du secteur riche en vestiges archéologiques. Le premier état du lieu de culte a ainsi pu être pleinement caractérisé : l’édifice est de taille réduite et se caractérise par des inhumations avec ou sans contenant antérieures ou contemporaines du lieu de culte. Ces sépultures, typiques du haut Moyen Âge, se trouvent sous l’édifice (in sanctos) – et lui sont donc antérieures – ou lui sont attenantes, et dans ce cas possiblement contemporaines (ad sanctos). Précisons que ce complexe religieux était bordé de zones à vocation artisanales et domestiques : un four de bronzier, ainsi que des fosses d’extraction et de rejets furent également découverts. L’église romane qui succède à la première phase d’occupation possède aussi un cimetière (fig. 4), situé à une dizaine de mètres et dont les dépositions semblent s’échelonner en deux phases successives, l’une remontant au XIe siècle, et l’autre au XIIe siècle. Le dernier état – gothique – du site est le mieux connu : son plan, que les archéologues ont pu observer dans son intégralité, est orienté nord-est/sud-ouest avec un décalage de 40° par rapport aux constructions précédentes. La majorité des sépultures attenantes à ce dernier état suit la même orientation et ne consistent qu’en des inhumations en cercueil : elles se distinguent ainsi aisément des nécropoles antérieures. Une cave-ossuaire datée du XIVe siècle (3 × 2 m) a également été découverte plus à l’ouest (fig. 5). Globalement, ces deux fouilles successives ont posé la première pierre d’une archéologie professionnelle à Montreuil : en dépit du caractère urgent de la fouille, cette dernière a permis la découverte et l’étude d’une zone cultuelle dont l’occupation s’étale sur plus d’un demi millénaire, et d’approcher de près les premiers états de la ville de Montreuil. Cette fouille a, par ailleurs, profité de l’intérêt grandissant de la Mairie pour l’archéologie communale.

Fig. 5. Église Saint-Walloy (1991). Vue d’une cave-ossuaire (XIVe siècle) (cliché J.-Cl. Routier)

En 1992, les premiers travaux de restauration des remparts sur le front de la Madelaine nécessitent le déblaiement du comblement des tours Saint-Jean et de l’Aurore, et favorisent le creusement d’un sondage entre ces deux structures. Ces tours, datées du XIIIe siècle, sont les seules, avec celle de la Madelaine, à ne pas avoir été englobées dans les fortifications postérieures et attirent de ce fait l’attention toute particulière des archéologues. Le mobilier archéologique retrouvé dans le comblement de la tour Saint-Jean suggère l’abandon de cette dernière au milieu du XVIIe siècle. Le remblai de la tour de l’Aurore n’a rien livré de concluant sur les deux premiers mètres. Les niveaux suivants se sont eux avérés intrigants et ont soulevé plus de questions que de réponses : de nombreux os humains épars, ainsi qu’une sépulture humaine quasi intacte furent en effet découverts. Cette sépulture dans un excellent état de conservation semble avoir fait l’objet d’un remaniement ancien : le crâne du défunt manque, ainsi que son membre supérieur gauche et ses tibias (l’un de ces tibias fut retrouvé dans une meurtrière). Le défunt était associé à une grosse monnaie d’argent (mousquet espagnol, 1498-1538), retrouvée contre la hanche du squelette. Quelques clous modernes, fichés dans les blocs de pierre environnants et destinés à fixer un éventuel décor ont fait éclore l’hypothèse de l’existence « d’une pseudo-chapelle pour usage funéraire occulte », sans que l’on ne puisse en dire plus, ni même s’appuyer sur cette monnaie espagnole pour proposer une datation précise des faits. Le mystère reste à ce jour entier. La tranchée médiane de sondage a, quant à elle, fourni la chronologie des différentes phases d’édification et d’utilisation du rempart et de sa plate-forme.

Fig. 6. Ancienne abbaye Saint-Saulve (fouille du cloître, 1994). Plan de situation des sépultures romanes (Xe – XIe siècles) (plan J.-Cl. Routier)

En 1994, le projet d’extension de la Mairie est à l’origine de deux campagnes successives de fouilles de 6 semaines chacune à l’emplacement de l’abbatiale Saint-Saulve, en plein centre-ville. Le nombre conséquent de fouilleurs et le temps alloué aux opérations ont permis la fouille exhaustive de la surface investie. La zone est occupée dès la fin de l’ère carolingienne et remonte ainsi aux débuts de Montreuil-sur-Mer. Le dernier état du site daterait, quant à lui, à la fin du XVIIIe siècle. Les archéologues ont mis au jour une fosse datée du Xe siècle, contenant un grand nombre de détritus osseux et céramiques, ainsi que des traces de rubéfaction et cinq deniers d’argent frappés à Quentovic. Quelques siècles après, le secteur devient un petit site d’extraction de sable comme en atteste une large et profonde excavation ovoïde dans laquelle ont été retrouvés quelques éléments datants (céramiques) attribuables au XIe siècle. Le cloître de l’abbaye est installé dans la première moitié du XIIe siècle : il n’en subsistait plus que les fondations de craie liées à des aménagements destinés à assainir la zone, sans doute très humide. Les archéologues ont également réalisé la fouille systématique de chacune des tombes du cimetière monastique attenant, dont l’utilisation s’étale de la période romane au bas Moyen Âge (fig. 6 et 7). Enfin, un nouveau cloître est aménagé au XVe siècle : ses vestiges portent les stigmates des ravages causés par les Impériaux lors du siège de la ville en 1537 : plusieurs boulets de canon en fer et d’importants remblais de destruction avec éléments d’architecture attestent des dégâts causés dans ce secteur de la ville. L’occupation du site perdure cependant, comme en témoignent les quelques sépultures attribuables à une période postérieure.

Fig. 7. Ancienne abbaye Saint-Saulve (fouille du cloître, 1994). Vue du cimetière monastique (XIIe siècle) (cliché J.-Cl. Routier)

En juillet 1998, et grâce à l’accord de Madame Victoria Kloek, propriétaire du n° 6 parvis Saint-Firmin, un sondage a été réalisé sur le tracé présumé de la muraille médiévale, dont certains tronçons en élévation subsistent encore de nos jours. Le sondage, de faible superficie, n’a malheureusement pas retrouvé directement le rempart. Fort heureusement, furent exhumés des éléments qui lui sont sans doute intimement liés. De manière générale, la datation des vestiges exhumés s’échelonne de la période médiévale à l’époque contemporaine. Trois fosses d’extraction médiévales ont étés observées. Une profonde tranchée rectiligne datée du XVIe siècle et comblée de matériaux de démolitions (peut-être issus du démantèlement de la muraille médiévale) fut également rencontrée. Enfin, les substructions d’un épais mur datant du XVIIIe ont été observées : sa démolition remonte sous doute à la création du bâtiment actuel où réside la propriétaire des lieux

L’année suivante, le projet de construction du futur réfectoire du collège Sainte Austreberthe aux n° 20-22 de la rue de la Licorne a pour conséquence la réalisation d’un diagnostic archéologique au mois de septembre 1999. Les tranchées réalisées n’ont révélé que quelques substructions de calcaire d’époque moderne ou contemporaine, associées à un mobilier céramique relativement pauvre.

En 2000, la démolition des locaux de l’ancienne imprimerie Henry, à l’intersection de la rue Pierre Ledent et de la rue des Juifs, permet aux archéologues de réaliser un diagnostic en plein cœur du centre historique. Le projet d’un immeuble équipé d’un parking souterrain menace le patrimoine archéologique enfoui. Ce secteur, riche en vestiges, est connu dans son état ancien grâce au plan de Varlet (1785). L’opération archéologique visait principalement à caractériser les habitats installés le long de la rue Pierre Ledent, artère principale de Montreuil intra-muros depuis le Moyen Âge. La zone d’étude comprend cinq caves encore en élévation et datant pour trois d’entre elles du XIIIe siècle. Ces caves aux dimensions similaires possèdent une architecture complexe dont l’état est variable en fonction de leurs modalités d’utilisation au cours des siècles. L’étude et la conservation de ces caves ont nécessité un sondage archéologique afin de retrouver le niveau initial du sol. Le mur de fond de cette série de caves, ainsi que des puits, de possibles trous de poteaux et des fosses creusées dans ce qui devait être des courettes ou des jardinets, ont été mis au jour. Peut-être les dépendances des habitats étaient-elles bâties sur de simples poteaux porteurs ? Dans tous les cas, ce site est occupé sans discontinuité du Moyen Âge à nos jours et se caractérise par une stratigraphie complexe où s’entremêlent vestiges construits et structures en creux. Il s’agit par ailleurs de la première fouille d’un habitat civil à Montreuil. Les interventions précédentes ont, en effet, étés réalisées en contexte religieux ou militaire.

Archéologie préventive et archéologie programmée

Quatre ans plus tard, l’INRAP intervient en amont du chantier de construction d’un hôtel sur une zone non construite en plein cœur de Montreuil, rue du Petit Cocquempot. Le diagnostic s’avère malheureusement négatif : le projet de construction n’ayant qu’une faible emprise sur le sous-sol, la profondeur des tranchées (1 m, ce qui est très peu en contexte urbain) ne permet pas d’entrevoir des horizons chronologiques antérieurs au milieu du XVIIIe siècle.

En juillet 2006, une opération préventive est réalisée au lieu-dit Misendeuil, dans le cadre de l’aménagement de la station d’épuration installée aux abords de la basse Canche, dans un secteur dont les activités humaines remontent jusqu’au XIIIe siècle (extraction de la tourbe). Les sondages se sont révélés négatifs.

En 2007, la construction d’une habitation particulière a nécessité l’intervention des archéologues, rue Saint-Wulphy, à proximité immédiate des remparts construit à l’époque moderne. Le creusement du sondage a dû être effectué sur une grande profondeur en raison de l’épaisse couche de remblais modernes qui surplombait les niveaux médiévaux. Ces remblais modernes, que l’étude stratigraphique a parfaitement caractérisés, se trouvaient sur cette parcelle de la rue Saint-Wulphy au-dessus d’un niveau d’occupation médiévale dont ne subsistaient qu’une couche d’occupation de couleur gris-cendre incluant quelques tessons épars. Cependant, l’opération s’est avérée décevante, puisqu’il n’a pas été possible pour les archéologues d’atteindre les niveaux d’occupation les plus anciens en raison de l’étroitesse de la tranchée de diagnostic empêchant le creusement d’un sondage plus en profondeur.

En 2009, la municipalité de Montreuil souhaite réaliser un parking afin de faciliter le stationnement devant le groupe scolaire Vauban, situé rue du Paon. Le projet nécessite un diagnostic archéologique au préalable afin d’évaluer le potentiel de la zone, située en limite extrême de la ville haute médiévale. Le sondage a révélé une stratification médiévale et moderne sur plus de 3 m de profondeur. Les traces fragmentaires, quoi que massives, d’un habitat du XIIIe siècle ont étés observées, ainsi que deux fosses : le mobilier issu du comblement a permis de les dater de la fin du Moyen Âge. Enfin, l’espace sondé comportait les traces d’une courette d’époque moderne, constituée d’un pavage en silex et enserrée sur trois côtés par des murs de fondation en calcaire. Les nombreux restes céramiques permettent de dater cette ultime phase du XVIIe siècle.

La même année, un nouveau projet de construction rue Sainte-Austreberthe nécessite la démolition de bâtiments pré-existants et requiert l’intervention des archéologues qui sont chargés d’évaluer le potentiel archéologique du site, avant la construction de douze logements. La zone fouillée se situe non loin de l’ancienne abbaye Sainte-Austreberthe (actuel lycée Édouard Woillez) et se trouve à l’intérieur des remparts médiévaux et modernes : l’objectif principal du diagnostic était de caractériser les couches d’occupations médiévales et de  distinguer celles-ci des aménagements postérieurs en relation avec les fortifications modernes. Les occupations les plus anciennes remontent ici au XIIe siècle comme l’attestent les quelques fragments de céramiques et les objets à caractère utilitaire retrouvés en cours de fouille : plomb de pêche, dé à coudre, clé en bronze. Les couches du siècle suivant se caractérisent par un sédiment noir organique et quelques structures en creux (puits, fosses). Les niveaux suivants, que l’on peut dater des XVIe et XVIIe siècles, correspondent à d’épaisses couches de remblais ponctués de quelques fosses contenant des débris de pierres, de tuiles et de céramiques. Ces remblais, dont la fonction principale est d’aplanir le terrain, sont liés à l’édification des remparts bastionnés de 1624.

Fig. 8. Abbatiale Saint-Saulve (fouille programmée, 2009-2011). Vue du chantier en cours de fouille (Cliché J.-Cl. Routier)

Toujours en 2009, est réalisé, sous la direction de Jean-Claude Routier, un important sondage programmé au lieu-dit Jardin du presbytère, à l’emplacement de l’ancien chœur de l’abbatiale Saint-Saulve (fig. 8). Cette opération archéologique permettait d’étudier les origines religieuses de la ville et se déroulait sur un terrain protégé, à l’abri des projets d’urbanisme futurs. La zone n’avait fait l’objet d’aucune exploration connue depuis son abandon il y a plus de quatre siècles : le chantier s’annonçait donc prometteur. Les couches les plus anciennes ont livré des rejets de cuisson et du mobilier archéologique (céramique, fragments ferreux, ossements animaux) que l’on peut dater du Xe siècle. Ces niveaux d’occupations précoces semblent contemporains des couches les plus anciennes rencontrées lors des fouilles de Saint-Saulve en 1994 et de l’ancienne église Saint-Walloy en 1991-1992. La seconde phase d’occupation du site a livré les vestiges d’une première église romane (XIIe siècle) que les édifices religieux suivants ont fortement perturbés. La troisième phase est marquée par l’installation d’un nouveau déambulatoire romano-gothique (XIIIe siècle), comme en témoigne le radier calcaire subsistant. Dans la couche supérieure, un épais mur, daté de la seconde moitié du XVe siècle ou même de la première moitié du XVIe siècle, reste problématique et son interprétation reste sujette à débat : s’agit-il d’un vestige d’une rénovation intervenue entre 1467 et 1480 ou d’une portion du nouveau chevet réduit après le siège de 1537 ? Le mystère reste entier. Les fouilles de la phase suivante, phase postérieure au siège de 1537, ont livré quelques sépultures dans une petite chapelle : il s’agit sans doute de celles de clerc inhumés dans la première moitié du XVIe siècle et dont les sépultures ont pour la plupart été violées anciennement comme en atteste la dispersion des ossements. Les dernières phases témoignent de la démolition, partielle, dans un premier temps, puis totale de l’édifice dès le XVIIe siècle, de la récupération des matériaux et de possibles opérations archéologiques anciennes et clandestines. Au XVIIIe siècle, le terrain est aplani pour être transformé en jardin. Ce premier sondage s’est avéré très prometteur, bien que les niveaux archéologiques les plus anciens n’aient livré que des vestiges d’ordre domestique : la découverte du sanctuaire primitif carolingien à l’origine de l’actuelle abbatiale Saint-Saulve demeure à ce jour hypothétique.

Fig. 9. Abbatiale Saint-Saulve (fouille programmée, 2009-2011). Vue d’une sépulture monastique (XIIe ou XIIIe siècle) (cliché J.-Cl. Routier)

En 2010, les recherches programmées du Jardin du presbytère sont reconduites, toujours sous la direction de Jean-Claude Routier, en raison de l’intérêt des vestiges exhumés lors de l’opération précédente. Les éléments structurels observés en 2009 font l’objet d’une étude plus poussée : quelques inhumations en caveaux situées en plein centre du chœur sont découvertes (fig. 9), pour la plupart dans un état de conservation médiocre, car pillées anciennement. Les couches les plus anciennes ont été à nouveau observées, sans que des nouvelles conclusions puissent être tirées. De façon générale, cette campagne permet d’affiner la chronologie des vestiges structurels de ce secteur et ainsi de mieux comprendre l’évolution chronologique du site.

En 2012, la construction de logements avec sous-sol, rue du Tripot, a occasionné un diagnostic archéologique. La zone concernée par les opérations se trouve en plein cœur de la vieille-ville. Une dizaine de sondages a été effectué sur plus de 50 % de l’emprise des travaux. De nombreux restes structurels ont étés identifiés, dont la datation s’échelonne de la période médiévale jusqu’à la période contemporaine. Tous les bâtiments semblent faire face à la Grand-rue attenante et témoignent de la continuité de son tracé depuis plusieurs siècles. Les fouilles réalisées en dehors des zones bâties ont pu atteindre les niveaux d’occupation les plus anciens, riches en céramiques qui, pour certaines, remontent à l’époque carolingienne. Cette fouille a atteint deux objectifs :  préciser la chronologie des différents aménagements structurels du Moyen Âge classique à nos jours, mais aussi étudier les vestiges d’une occupation encore plus ancienne au travers des sondages réalisés dans la zone non construite.

L’opération archéologique la plus récente remonte à 2014 et se situe rue du Thorin. Il s’agit à nouveau d’une intervention préventive réalisée en préalable à la construction de logements. Le quartier concerné par les investigations a déjà fait l’objet d’une opération archéologique en 1991 : il se trouve au centre d’un ancien îlot d’habitat dont l’origine remonte au XIIIe siècle. Les niveaux les plus anciens – des niveaux de sols – remontent à cette période, puis s’échelonnent jusqu’au XVIe siècle (fig. 10). D’autres constructions viennent ensuite s’y installer au XVIIe siècle et perdurent jusqu’au milieu du siècle suivant. Une partie de l’aire fouillée témoigne des profonds remaniements que connaît le quartier au XVIe siècle : un apport massif de remblais de démolition vient taluter le rempart moderne et certaines parcelles sont mises en jardin le siècle suivant.

Fig. 10. Rue du Thorin (2014). Vue partielle d’un bâtiment d’habitation (XVe – XVIIe siècles) (cliché A. Duvaut)

Pour conclure…

Le patrimoine archéologique de Montreuil a suscité très tôt l’intérêt d’érudits qui n’ont pas toujours bien appréhendé les découvertes fréquentes réalisées dans la ville tout au long des XIXe et XXe siècles. Celles-ci se sont accélérées avec la professionnalisation de l’archéologie, dite « de sauvetage » dans la seconde moitié du XXe siècle, puis « préventive » dans les dernières décennies : elles ont permis une meilleure compréhension de la ville aux époques médiévale et moderne. Pourtant, de nombreuses zones d’ombre subsistent. Si les édifices militaires et religieux de la commune sont mieux connus, bien des aspects de la vie civile et économique échappent encore à la connaissance : les premières fouilles d’un habitat civil à Montreuil ne remontent qu’au début des années 2000. Jusqu’à cette date, la majorité de nos connaissances sur le sujet n’était basée que sur l’étude des sources écrites et cartographiques : souhaitons que les chantiers archéologiques futurs viennent compléter ces connaissances.

Bibliographie

Bibliographie générale
– HÉLIOT (P.), LEDUQUE (Al.), « Les fortifications de Montreuil-sur-Mer au Moyen-Âge », Revue du Nord, tome 30, n°118-119, Avril-Septembre 1948, p. 157-183.
– RODIÈRE (R.), La Picardie historique et monumentale. Le pays de Montreuil, Librairie Picard, Paris, 1933.
– DELMAIRE (R.), Carte archéologique de la Gaule romaine : Le Pas-de-Calais, Volume 2, Académie des Inscriptions et Belles-lettres, Paris, 1994 (p. 442-443).
– MAEYAERT (D.), BLANC (B.), MARPILLAT (J.-L.), Montreuil-sur-Mer à l’époque moderne. Autour du plan Varlet, catalogue d’exposition, Éditions des Amis des Musées et du Patrimoine du Montreuillois, Montreuil-sur-Mer, 2006.
– BÉTHOUART (Br.), Histoire de Montreuil-sur-Mer, Les écrits du Nord, Éditions Henry, Montreuil-sur-Mer, 2008.
– LEBECQ (St.), BÉTHOUART (Br.), VERSLYPE (L.) (textes réunis par), Quentovic : environnement, archéologie, histoire, Actes du colloque international de Montreuil-sur-Mer, Étaples et Le Touquet et de la journée d’études de Lille sur les origines de Montreuil-sur-Mer (11-13 mai 2006 et 1er décembre 2006), Collection UL3. Travaux et recherches, Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2010.

Parvis Saint-Firmin (1951-1955-1956)
– Anonyme, Montreuil-sur-Mer, Place Gambetta (ancien parvis Saint-Firmin), Rapport de surveillance de travaux, 1957. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7802)]

Place Gambetta (1963)
– DAUTRICOURT (A.), Montreuil-sur-Mer, Place Gambetta (ancien parvis Saint-Firmin), Rapport de surveillance de travaux, 1963. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7803)]

Citadelle et château (1969)
– SAILLY (M.), Montreuil-sur-Mer, La Citadelle, Rapport de surveillance de travaux, 1969. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7805)]
– Septentrion, 1 (1970), fascicule 5-6, p. 109.

Lycée Woillez (1987)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Lycée Eugène Woillez, Rapport de sondages, 1987. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7806)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Lycée Eugène Woillez », Archéologie médiévale, 18 (1988), p. 329.
– Gallia informations, 1989-2, p. 167.
– ROUTIER (J.-Cl.), « Les remparts de Montreuil-sur-Mer », Revue du Nord, tome 71, n° 280, Janvier-mars 1989, p.205-214

Citadelle (puits) (1989)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, La citadelle (puits), rapport de surveillance de travaux, 1989. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7807)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer – La Citadelle », ADLFI. Archéologie de la France – Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 1er mars 1997, consulté le 13 avril 2017. URL : http://adlfi.revues.org/10088

Maison de Retraite, Église Saint-Walloy (1991-1992)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Maison de retraite (ancienne église Saint-Walloy),  Bilan des fouilles 1991-1992, 1992. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7812)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer – Maison de Retraite, ancienne église paroissiale Saint-Walloy », Bilan scientifique régional 1991, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1992, p. 51-52.

Rue du Thorin (1991)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Rue du Thorin, Rapport de sondages, 1991. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7808)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Rue du Thorin », Archéologie médiévale, 22 (1992), p. 527.
– Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 13-1 (1991), p. 217.

Remparts du front de la Madelaine (1992)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Remparts de la Madelaine, Travaux archéologiques [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7816)]

Extension de la Mairie, Ancienne abbaye Saint-Saulve (1994)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Chantier d’extension arrière de la Mairie, Ancienne abbaye Saint-Saulve, Rapport de fouilles, 1999. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7809)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer – Cloître de l’abbaye Saint-Saulve », Archéologie médiévale, 25 (1995), p. 251.
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer – Cloître de l’abbaye Saint-Saulve », Bilan scientifique régional 1994, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 1995, p. 86-87.
– Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 14-1 (1994), p. 225.

6, Parvis Saint-Firmin (1998)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, 6 parvis Saint-Firmin, Rapport de sondages, 1998. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/7817)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, 6 parvis Saint-Firmin », Archéologie médiévale, 29 (1999), p. 337.

20-22, rue de la Licorne (1999)
– HOSDEZ (Chr.), Montreuil-sur-Mer, 20-22 rue de la Licorne, Rapport de sondages, 1999. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/1365)]
– HOSDEZ (Chr.), « Montreuil-sur-Mer – 20-22 rue de la Licorne », Bilan scientifique régional 1999, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2000, p. 125.
– Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais Commissions départementales, 17 (1999), p. 125.

Rues Ledent et des Juifs, Anciennes imprimeries Henry (2000)
– MARCY (Th.), Montreuil-sur-Mer, Rue Ledent – Rue des Juifs, Rapport de diagnostic, 2001. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/1366)]
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Anciennes imprimeries Henry, Rapport de diagnostic archéologique, 2000. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/1367)]
– BARRET (M.), « Montreuil-sur-Mer – rue Ledent », Bilan scientifique régional 2000, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2001, p. 160.
– Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais Commissions départementales, 18 (2000), p. 211.
– Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais Commissions départementales, 30 (2012), p. 150.

Rue du Petit Cocquempot (2004)
– MARCY (Th.), Montreuil-sur-Mer, Rue du Petit Cocquempot, Rapport de diagnostic, 2004.  [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/1115)]
– MARCY (Th.), « Montreuil-sur-Mer, Rue du Petit Cocquempot », Bilan scientifique régional 2004, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2005, p. 157.

Le Misendeuil (2006)
– BARBET (P.), avec la collaboration de ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Le Misendeuil, aménagement d’une station d’épuration, Rapport de diagnostic, 2006. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/2676)]
– BARBET (P.), « Montreuil-sur-Mer, Le Misendeuil, aménagement d’une station d’épuration », Bilan scientifique régional 2006, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2007, p. 252.

Rue Sainte-Austreberthe (2006)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Rue Sainte-Austreberthe, Rapport de diagnostic, 2007. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/2881)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Rue Sainte-Austreberthe », Bilan scientifique régional 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2008, p. 207.

Rue Saint-Wulphy, Parcelle Fortin-Delpierre (2007)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Rue saint-Wulphy, Parcelle Fortin-Delpierre, Rapport de diagnostic, 2007. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/2877)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Rue saint-Wulphy, Parcelle Fortin-Delpierre », Bilan scientifique régional 2007, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2008, p. 206.

Rue du Paon (2009)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Rue du Paon, Rapport de diagnostic, 2010. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/5649)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Rue du Paon », Bilan scientifique régional 2009, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2010, p. 175.

Jardin du Presbytère, Chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve (2009-2011)
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116) (ancien chœur de l’église Saint-Saulve), Rapport de sondage préliminaire, 2010. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/4474)]
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), Chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, Rapport de la campagne archéologique 2010 (juillet-septembre), 2011. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/5787)]
– ROUTIER (J.-Cl.), Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve, Rapport préliminaire de la campagne archéologique de juillet 2011, 2012. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/6321)]
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Archéologie médiévale, 42 (2012), p. 245.
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Bilan scientifique régional 2009, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Villeneuve d’Ascq, 2010, p. 173.
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Bilan scientifique régional 2010, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2011, p. 171.
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer, Jardin du Presbytère (parcelle 116), ancien chœur de l’église abbatiale Saint-Saulve », Bilan scientifique régional 2011, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2012, p. 168.

Rue du Tripot, Grand-Rue (2012)
– ROUTIER (J.-Cl.), « Montreuil-sur-Mer – Rue du Tripot », Bilan scientifique régional 2012, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2013, p. 152-153.

Rue du Thorin (2014)
– DUVAUT (Al.), Montreuil, 31 rue du Thorin, un îlot d’habitat du XIIIe au XVIIIe siècle, Rapport de diagnostic, 2014. [Document conservé au Service régional de l’Archéologie des Hauts-de-France (Source : 15/8119)]
– DUVAUT (Al.), « Montreuil-sur-Mer – Rue du Thorin », Bilan scientifique régional 2013, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2014, p. 148-149.
– DUVAUT (Al.), « Montreuil-sur-Mer – Rue du Thorin », Bilan scientifique régional 2014, Direction Régionale des Affaires Culturelles Nord-Pas-de-Calais, Service régional de l’Archéologie, Lille, 2015, p. 159-161.


Une réflexion au sujet de « Un siècle de fouilles archéologiques à Montreuil-sur-Mer »

  1. Super article !
    A quand le même genre de topo sur un haut lieu archéologique en Alsace ?
    Bravo pour le mémoire de master.
    @+ Robert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *