Tournai, cathédrale Notre-Dame, études préalables à la restauration

DELÉHOUZÉE Laurent
Tournai, cathédrale Notre-Dame, études préalables à la restauration : étude archéologique des charpentes du transept, 2003-2006
Namur : Service public de Wallonie, Direction générale opérationnelle de l’Aménagement du Territoire, du Logement, du Patrimoine et de l’Énergie, Département du patrimoine, 2016, 85 p.
Collection Rapports archéologie ; 4
ISBN 978-2-930711-21-8

Résumé éditeur :

Cette étude fut réalisée das le cadre des études préalables à la restauration des couvertures de la nef et du transept. L’analyse archéologique se vit assigner plusieurs objectifs en fonction du caractère interdisciplinaire de l’étude générale. Ainsi, les travaux du professeur J. Pycke ayant montré avec certitude que le plomb couvrait encore les charpentes de ces structures au 16e siècle, il s’agissait d’en vérifier in-situ le caractère originel. Par ailleurs, l’hypothèse du remplacement des ardoises actuelles par le plomb imposait d’évaluer la capacité portante des charpentes au moyen d’une analyse sanitaire et de la stabilité et d’une modélisation « aux éléments finis », menées par la Faculté polytechnique de Mons (Prof. D. Lamblin et S. Sabbe). Le relevé systématique (coupes et élévations à 2 %, détails à 5 %) nécessaire à cette modélisation fut confié aux archéologues. Enfin, une partie de ces charpentes étant réputées romanes, une analyse archéologique fouillée s’imposait, accompagnée d’une profitable datation dendrochronologique confiée au CEA de Liège.

L’étude a porté sur les couvertures de l’ensemble du transept, soit, de part et d’autre de la tour-lanterne, deux bras de trois travées, terminés chacun par une abside à déambulatoire accostée de deux tours. Des contextes maçonnés particuliers ont impliqué le choix de quatre types de charpentes sur les croisillons, dont les dimensions générales impressionnent : les bâtières sont larges de 16 mètres. Toutes les charpentes, à l’exception de celles des tours de façade, se sont avérées romanes et en place. L’efficace campagne dendrochronologique du CEA permit de situer l’abattage de l’ensemble des arbres entre 1138 et 1148. La flèche de la tour-lanterne et les croupes circulaires des absides se signalent donc par leur exceptionnelle ancienneté au sein de leurs typologies. Toutes montrent un dessin particulier, hésitant voire imparfait.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *