Chronique de Vendeuil-Caply (3). L’exposition : comment, pourquoi ?

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

De l’art contemporain au Musée archéologique de l’Oise !

L’exposition est sans doute ce qui définit le mieux, dans l’opinion commune, le concept même du musée. On y va d’ailleurs pour visiter « la dernière expo » ou « une expo dont le sujet nous intéresse ». L’exposition est, sans jeu de mots, une véritable vitrine pour un musée, encore plus quand ce dernier est au milieu de nulle part et qu’il n’est doté que d’une seule salle pour l’accueillir. Le Musée archéologique de l’Oise n’a en effet qu’une salle d’exposition de 200 m2 mais, côté positif, elle présente un beau volume et un excellent éclairage. Pour ne rien vous cacher, lorsque j’ai postulé pour prendre la direction de cette institution, je me suis posé de nombreuses questions face à l’impossibilité de développer une exposition permanente consacrée au site archéologique de Vendeuil-Caply, attenant au musée, couplée à des expositions temporaires dans un autre espace. Il fallait d’une part répondre aux demandes de certaines personnes qui souhaitaient l’élaboration d’une seule exposition permanente mais aussi tenir compte du fait que le public ne viendrait qu’une fois au musée pour la voir, alors que le projet était de dynamiser la fréquentation de la structure ! Il a fallu trouver des solutions pour satisfaire le besoin justifié d’une exposition portant sur le site archéologique, tout en respectant l’ambition du musée d’être créatif en renouvelant l’offre chaque année.

Fig.1 : Salle d’exposition du Musée archéologique de l’Oise

L’exposition 2017 du musée s’inscrit donc dans une réflexion déployée sur trois ans et en est l’aboutissement. Après la scientifique Figures de la terre, consacrée aux figurines en terre cuite gallo-romaines, l’humoristique Je suis archéologue, qui portait sur l’archéologue dans les dessins humoristiques, le Musée archéologique de l’Oise propose, pour clôturer ce cycle à l’hétéroclisme voulu, une exposition consacrée à l’archéologie dans l’art contemporain : Passé recomposé (11 février – 30 novembre 2017). Le traitement de ce sujet est prévu depuis 2014 et se place dans une logique d’accompagner les visiteurs hors des sentiers battus. Ce choix a tout simplement été motivé par la lecture d’un numéro des Nouvelles de l’Archéologie de 2013 qui faisait le point sur les relations entre archéologie et art contemporain, sous la direction de Michael Jasmin[1]. Cette lecture en a engendré d’autres qui ont confirmé l’intérêt de la thématique et son potentiel muséographique. L’accumulation des tâches et des missions rend cette activité difficile, mais suivre l’actualité de sa discipline est fondamental pour un conservateur du patrimoine.

Fig.2 : Affiches des trois dernières expositions du Musée archéologique de l’Oise

Choisir les œuvres

Une fois le sujet choisi, l’important était de recentrer le propos pour qu’il corresponde à l’identité du Musée archéologique de l’Oise. Le terrain étant constitutif de l’ADN de la structure (fouilles programmées, prospections, base de travail, CCE[2]), les réflexions ont abouti à deux axes : la déconstruction et la reconstruction. La première se rapporte au travail de terrain de l’archéologue qui traverse l’épaisseur du temps pour comprendre un site qu’il finit par détruire. La seconde fait écho à l’analyse des données recueillies qui résulte sur une représentation des civilisations du passé. Ces deux temps de la recherche archéologique fascinent le grand public mais aussi de nombreux artistes qui en explorent les potentiels conceptuel et plastique.

Quels artistes ? Quelles œuvres ? Où ces dernières sont-elles conservées ? Peut-on les emprunter ? Combien l’assurance et le transport vont-ils coûter ? Pourquoi pas tenter de faire des créations originales ? Avec quels artistes et pour combien ? De l’idée de départ découle une série de questions auxquelles il faut répondre rapidement car les expositions sont préparées par deux personnes (le directeur et son adjointe) en 6-8 mois à Vendeuil-Caply, sachant que toutes les autres missions du musée doivent être en même temps prises en charge (accueil, gestion du bâtiment, événements, récolement[3], productions scientifiques, gestion administrative…).

Fig.3 : Anne et Patrick Poirier, Villa Médicis, 71, 1971, ©Adagp, Paris, 2017 / CNAP / Photo : André Morain

En s’appuyant sur les axes choisis, il a été possible d’identifier des œuvres conservées dans les collections publiques. Il fallait pour cette exposition des « têtes d’affiche » : le Déjeuner sous l’herbe de Daniel Spoerri en collaboration avec l’Inrap constituait une évidence tant l’œuvre focalise les débats épistémologiques et compte tenu de la renommée de l’artiste. Deux œuvres[4] d’Anne et Patrick Poirier sont également des « incontournables » car l’archéologie est une source d’inspiration depuis plus de quarante ans pour ce couple d’artistes mondialement connu. Laurette Atrux-Tallau (photographies), Pascal Kern (photographie), Jean Clareboudt (sculpture), Chanéac (dessins), Marc Pessin (céramiques) sont les cinq artistes dont les œuvres se sont agrégées au projet suite à des recherches dans les bases de données des Fonds Régionaux d’Art Contemporain mais aussi via des échanges entre collègues.

Fig.4 : Arnaud Pottier et Michael Jasmin en résidence au Musée archéologique de l’Oise, 2016

Ambitieux, le Musée archéologique de l’Oise a opté pour la réalisation de créations inédites, en parallèle de cette sélection d’œuvres provenant de collections prestigieuses. Et six artistes ou groupes d’artistes ont été mobilisés pour des résidences au musée, une première et un véritable challenge de coordination, de négociations et de concessions dans les deux sens ! Les diverses propositions se sont révélées très complémentaires avec Michael Jasmin, artiste-archéologue pratiquant les deux disciplines depuis 15 ans, qui a proposer de faire surgir une ruine mêlant des vestiges antiques et contemporains de 4 m3 de terre au milieu de la salle d’exposition ; Arnaud Pottier qui a réalisé un moaï en bois de 2 m de haut à la tronçonneuse, le collectif Fossile qui a créé une fiction s’appuyant sur de faux objets suffisamment vrais pour instiller le doute ; le collectif Polymorf’ qui a utilisé le mapping vidéo pour donner des visages à des crânes mérovingiens, Florent Perris qui s’est enfermé dans le noir avec des objets archéologiques pour les réinterpréter à l’aide de torches ; Thomas Porato qui a imaginé une improbable stratigraphie métallique du futur dans laquelle des lycéens ont placé des objets personnels.

Réaction, équilibre et pratique

Cet ensemble des œuvres aborde des thématiques chères à l’archéologie : authenticité, mémoire, matière, temporalité, disparition, imagination, pérennité… L’objectif de Passé recomposé est de montrer la diversité des problématiques abordées par la discipline scientifique tout en laissant s’exprimer des artistes aux démarches et aux horizons très différents les uns des autres. L’exposition va-t-elle plaire ? C’est une vraie question mais une exposition doit-elle absolument plaire ? Découvrant le sujet de l’exposition et le chantier en cours, une personne qui venait pour la première fois au musée a d’emblée déclaré : « vous prenez un risque énorme ! ». Je l’ai remerciée de l’avoir remarqué. Mais de toute manière, l’objectif fixé à cette exposition n’est pas de plaire mais d’étonner et de faire réagir. Qu’elle soit positive ou négative, la réaction constitue ce qui est recherché parce qu’elle ouvre un débat passionnant.

Fig.5 : Collectif Fossile, Peigne à puce, 2016

Pour tout de même trouver une forme d’équilibre entre la création plastique et les riches collections du musée, et dans une optique de satisfaire le besoin de découvrir des artefacts anciens dans un musée archéologique (ce qui est tout à fait normal), l’équipe a décidé d’installer une exposition complémentaire dans le centre de documentation, aménagé par les techniciens de la collectivité pour l’occasion. Le propos de cette petite exposition, qui présente néanmoins 150 objets archéologiques, est de créer un lien entre des objets cassés il y a 2000 ans dans l’agglomération antique de Vendeuil-Caply et des objets cassés par Laurette Atrux-Tallau en 2003 et montrés sur des photographies qui fixent le moment où ils se brisent sur le sol. Cette présentation donne à voir des formes qui sont finalement les mêmes, rappelle que vivre c’est utiliser, et parfois casser, des objets et pose la question de ce que nous laisseront aux archéologues du futur.

Fig.6 : Laurette Atrux-Tallau, Sans titre (Série des objets cassés n°1), 2003 ©Laurette Atrux-Tallau

Fig.7 : L’expo cassée (11 février – 30 novembre 2017)

D’un point de vue pratique, et c’est le quotidien de tous les musées à travers le monde, je rappellerai tout ce qui donne consistance à une exposition et qui est en grande partie réalisé en interne ici : travail d’éclairage, graphisme, création et installation des supports et des vitrines, peinture sur les murs et le mobilier, disposition des œuvres, élaboration des supports à la visite, création d’ateliers pédagogiques inédits, communication autour de l’événement, rédaction d’un catalogue, obtention des droits d’utilisation des images, transport des œuvres, démarches administratives diverses et variées et tous les imprévus qui finissent toujours par arriver, aussi bien préparés soit-on. Je noterai simplement la formidable travail d’Arthur Calame[5], jeune graphiste de talent, qui a donné une véritable identité graphique à l’exposition avec son affiche attractive mais aussi sa cohérence en termes de visite avec des kakemonos agréables à regarder et des supports qui restent accessibles en dépit de la richesse du sujet.

Venir à Vendeuil-Caply pour se faire un avis

Avec la double exposition Passé recomposé – L’expo cassé, le Musée archéologique de l’Oise a mis les petits plats dans les grands : un sujet passionnant, un ensemble d’œuvres cohérent et de qualité, un équilibre entre archéologie et art contemporain, une forte identité graphique, un catalogue d’exposition contenant des textes de spécialistes (Claire Besson et Audrey Norcia)… dans une structure patrimoniale au milieu des champs à découvrir et à redécouvrir. Réaliser cette exposition a été très enrichissant, d’autant plus que le milieu de l’art contemporain a des codes et des mécanismes très différents de l’archéologie, ce qui a poussé l’équipe du musée à s’adapter et à apprendre. Venez nombreux à Vendeuil-Caply pour vous faire un avis !

Fig.8 : Couverture du catalogue de l’exposition Passé recomposé

Notes :
[1] Michaël Jasmin (dir.), « Archéologie et art contemporain », Les Nouvelles de l’archéologie, n°134, décembre 2013, 64 p.
[2] Pour savoir ce qu’est un CCE, voir la chronique 2.
[3] J’expliquerai le récolement dans une prochaine chronique.
[4] Villa Médicis, 71 et Souvenirs microscopiques prêtés par le Centre national des arts plastiques avec la collaboration du Musée de Picardie.
[5] Pour découvrir son travail : www.arthurcalame.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *