Le château de Fressin et l’utilisation des perspectives forcées en architecture castrale au XVe siècle : une comparaison avec des châteaux de l’Europe du Nord-Ouest

Cet article a été rédigé par Victorien Leman, doctorant en histoire médiévale à l’université de Picardie (Amiens), EA 4284 TrAme.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1996, le château des Créquy à Fressin (Pas-de-Calais) apparaît pourtant dans la littérature scientifique dès le début du XIXe siècle[1]. Des années 1860 à 1996, le site a fait l’objet de travaux historiques[2] et archéologiques[3] qui se sont essentiellement penchés sur ses structures souterraines. Entre 2010 et 2012, un master recherche, portant sur les résidences des sires de Créquy, dont le château de Fressin, a été réalisé à l’Université de Picardie[4]. La plupart des érudits et des universitaires s’étant intéressés au site s’accorde pour en attribuer la construction ou la reconstruction à Jean V de Créquy, au milieu du XVe siècle. Les descendants de Jean V auraient ensuite abandonné le château, le laissant victime des péripéties suscitées par les guerres franco-espagnoles, jusqu’à sa destruction par Balthazar de Fargues, autoproclamé gouverneur de Hesdin, en 1658. La première campagne archéologique menée au château de Fressin du 15 au 22 février 2015 avait pour buts : 1°) de réaliser un relevé topographique précis du site, et 2°) de dresser un premier inventaire des éléments bâtis pour en évaluer l’état de conservation et le potentiel archéologique[5]. Le site, bien que ruiné et subissant tous les ans les dégâts du gel, est dans un état de conservation propice à une étude archéologique. Les données archéologiques acquises au cours de cette première campagne ont amené de nouvelles réflexions sur l’architecture castrale de la seconde moitié du XVe siècle, et notamment sur l’utilisation de la perspective forcée qui semble particulièrement présente à Fressin qui est un procédé basé sur l’utilisation de la perspective dans le but de donner artificiellement une impression de profondeur et de mettre en valeur un certain nombre d’éléments architecturaux qui deviennent ainsi particulièrement signifiant dans le programme castral.

Le château des Créquy à Fressin : une architecture scénarisée

Situé à l’extrême sud du Haut-Pays d’Artois et du canton de Fruges, le « Pays de Créquy » est l’espace géographique situé entre ces deux vallées où se concentraient, dès les XIe-XIIIe siècles, la plupart des seigneuries du lignage : Créquy, Fressin, Sains, Planques, Avondances, Torcy, Wambercourt, Coupelle-Vieille, Coupelle-Neuve, Royon, Canlers, Ruisseauville, Contes[6]. À ces possessions groupées, il faut également ajouter un certain nombre de seigneuries extérieures, en Flandre et en Picardie essentiellement, qui s’y agglomèrent au fil des siècles. Ce berceau de la lignée est une micro-région essentiellement rurale qui bénéficie d’une situation géopolitique tout à fait originale dont les Créquy ont su profiter pour s’implanter durablement dès avant le XIIe siècle. Les vallées de la Planquette et de la Créquoise font office de confins entre le comté de Boulogne (au nord-ouest), le comté d’Artois (au nord-est), la châtellenie de Beaurain et le comté d’Hesdin (au sud)[7]. Cette situation est particulièrement propice à la mise en place de pouvoirs féodaux. Aussi, on comprend tout à fait l’intérêt de l’implantation de châteaux dans les vallées de la Créquoise et de la Planquette pour l’installation d’un pouvoir seigneurial tirant partie des frontières féodales et qui acquiert son importance du contrôle des axes de communication, au moins dans un premier temps. À partir du XVe siècle, lorsque le lignage entre dans l’orbite bourguignonne, la proximité avec la prestigieuse cour ducale d’Hesdin accroît considérablement l’intérêt d’installer un château à Fressin.

Fig. 1 – Plan topographique du château de Fressin en février 2015 (sous la dir. de Victorien Leman)

La haute-cour du château se présente sous la forme d’un quadrilatère légèrement trapézoïdal, d’environ 75 m par 55 m, pourvu d’une tour ou tourelle à chaque angle et de trois tours de flanquement (deux formant châtelet sur le flanc sud-est et une sur la façade nord-est). Elle est précédée d’une basse-cour de plan asymétrique, très étirée vers le sud-est, le long de la voie de fond de vallée qui se dirige vers le village (fig. 1). L’état de conservation actuel de la basse-cour et l’absence d’investigation archéologique ne permettent pas de connaître le nombre exact de tours dont elle était pourvue. La basse-cour semble communiquer avec la haute-cour par l’intermédiaire de l’ouvrage avancé situé au niveau des deux tours de flanquement de la courtine sud-est. Celui-ci prend la forme d’un petit édifice grossièrement pentagonal. Son envergure est d’environ 15 m par 15 m, sur environ 4 à 5 m de hauteur. Son orientation, nord-ouest / sud-est, est parallèle à la courtine de la haute-cour. Les murs visibles sont constitués d’une maçonnerie en calcaire, mêlée ponctuellement à des lits de briques pris dans le blocage. L’extrémité sud-est de cet édicule est pourvue d’un escalier en colimaçon maçonné en brique, d’une facture similaire à celui de la tour ouest de la basse-cour, et qui indique que l’accès à cet espace se faisait par le sommet de l’ouvrage avancé. Celui-ci, actuellement appelé « barbacane », ne correspond à aucune typologie médiévale et il faut sans doute voir dans ce petit édifice un ajout postérieur à la construction du château, datant probablement du courant du XVIe siècle. En effet, les barbacanes médiévales de la seconde moitié du XVe siècle adoptent généralement une forme de fer à cheval, alors que celui de Fressin semble être pentagonal. Il ressemble en cela bien plus au ravelin de Beynes (Yvelines), daté du XVIe siècle. Il semble qu’aucun autre cheminement entre la basse-cour et la haute-cour ne soit prévu. Il serait donc logique d’émettre l’hypothèse qu’il devait exister un édicule antérieurement à la construction de l’ouvrage avancé, probablement dans le courant du XVIe siècle. Ce cheminement apparaît, de toute façon, nécessaire, puisque entre l’ouvrage avancé des travaux de dégagements menés en 2000 avaient permis de retrouver un abondant mobilier lapidaire composé notamment de fragments d’arcatures et de moulures d’une sculpture monumentale représentant les armoiries de la famille de Créquy[8]. La présence de ces éléments architecturaux à cet endroit invite à envisager le très grand soin porté à la composition architecturale du châtelet d’entrée.

Une section de courtine est également visible sur le flanc sud-est de la basse-cour, le long de l’actuelle rue de la Lombardie, conduisant au village. Les élévations sont, à cet endroit, conservées sur environ 5 m de haut, sur une longueur de 36  m environ. Au milieu de cette section, on voit apparaître un passage voûté en plein-cintre et appareillé en brique, de 1,10 m de haut sur 0,60 m de large. Cet accès est en lien avec une tourelle en saillie, nettement visible sur le plan. Son parement interne, couvert de briques, est encore partiellement visible. Il pourrait s’agir d’un accès secondaire, de type poterne. À l’extrémité sud-ouest de ce tronçon, et environ au milieu du flanc sud-est de la basse-cour, se trouve une anomalie de la maçonnerie qui pourrait être interprétée comme l’intérieur d’une tour coupée en deux, parallèlement à l’axe de la courtine. À l’angle sud de cette structure, on voit apparaître une maçonnerie mêlant craie, brique et silex, très perturbée, mais dont l’axe semble perpendiculaire au flanc de la basse-cour : il pourrait s’agir d’un angle du mur, marquant peut-être la présence antérieure d’une porte ou d’une poterne. Aujourd’hui encore, c’est à cet endroit que se trouve l’accès au site. Néanmoins, la logique de la perspective forcée, que démontre très clairement la conception asymétrique de la basse-cour, suggère que la porte d’accès aurait dû plutôt se trouver dans l’angle ouest de la basse-cour, le plus à proximité possible de la route menant au village.

Concernant la haute-cour, la courtine nord-est présente une élévation conservée sur 10 m de hauteur environ, pour une longueur d’environ 35 m. Les parements calcaires ont en grande partie disparu, et aucun soubassement n’est actuellement visible. On peut toutefois observer une moulure décorative conservée à la jointure avec la tour nord, au niveau du premier étage. Au milieu de cette courtine se trouve une porte voûtée en plein-cintre de 3,50 m de large pour une hauteur de 4 m. À ce niveau, l’épaisseur des murs atteint 3,20 m, mesure à laquelle il fallait rajouter les parements aujourd’hui disparus. On peut également constater plusieurs anomalies sur cette courtine : la première est une différence de procédé de construction : la partie supérieure du mur est marquée par une alternance de lits de calcaire et de lits de briques qui ne s’observe pas dans la partie inférieure. Ce procédé est à rapprocher de ce que l’on a observé à propos des maçonneries de l’ouvrage avancé. Il pourrait s’agir d’un deuxième état du chantier, ou d’un exhaussement postérieur de la courtine, peut-être à but défensif. Une réparation du mur est également nettement visible dans le bas de la courtine nord-est, à la jointure avec la tour est. Cette réparation marque un problème à cet endroit : était-il structurel (faiblesse de la construction en lien avec le conduit de latrines encore visible aujourd’hui) ? ou conjoncturel (destruction volontaire au cours d’une attaque du château) ? Il est impossible de répondre à cette question sans une étude plus approfondie des élévations.

Même s’il demeure très difficile de restituer les cheminements au sein du château de Fressin au vu de l’état de conservation actuel du site, on peut souligner malgré tout un évident effort de scénarisation de l’accès à la demeure seigneuriale, qui s’effectue par étapes, étapes qui sont très clairement désignées sur le plan visuel au visiteur qui se présente au château depuis le village : l’asymétrie de la basse-cour donne l’impression d’un édifice démesurément long et profond, tandis que le logis seigneurial se dresse au sommet d’un promontoire monumentalisé, dont l’accès est balisé par une décoration signifiante.

Accentuer les distances : le rôle des volumes architecturaux

Le document iconographique le plus ancien représentant le château de Fressin est l’une des gouaches réalisées vers 1600 par Adrien de Montigny et intégrée dans les Albums du Duc de Croÿ[9]. Dans le cas de Fressin, l’artiste a fortement recomposé le paysage, notamment en inversant les positions de l’église et du château par rapport au point de vue adopté. En revanche, les bâtiments semblent représentés assez fidèlement. Pour le château tout particulièrement, le peintre semble transcrire des effets de perspective forcée, qu’il avait probablement vu sur pièce. Ainsi, les édifices de la haute-cour surplombe très nettement le tracé de la basse-cour, qui, vue dans sa plus grande longueur, accentue l’effet de profondeur, valorisant ensuite les deux corps de logis contre lesquels le regard vient buter. L’effet d’élévation est accentué, à l’arrière-plan, par la présence d’une tour, visiblement plus étroite mais aussi plus haute. L’existence de cette tour plus étroite a été confirmée par les relevés topographiques menés en février 2015. Elle se situait dans l’angle ouest de la haute-cour. En plus de souligner l’élévation, son caractère élancé devait également permettre d’accentuer artificiellement la profondeur de l’ensemble.

Fig. 2 – Peinture murale de la chapelle Saint-Mériadec de Stival représentant le château de Pontivy vers 1499 (Morbihan). On perçoit nettement l’étagement des édifices pour mettre en œuvre la perspective forcée (Photo V. Leman).

Le même phénomène s’observe également, à titre de comparaison, au château de Pontivy[10], postérieur de quelques décennies au château de Fressin. Comme le faisait remarquer Yannick Rose à l’issue de plusieurs années d’investigations archéologiques, l’agencement des volumes architecturaux, et en particulier celui des tours, avait « un but plus esthétique que défensif »[11]. La construction de l’édifice débute au printemps 1479 et perdure au moins jusqu’en 1502-1503[12], années au cours desquelles on réalise les finitions, en pratiquant, notamment, des ouvertures de fenêtres sur les courtines ouest et nord, ainsi que la mise en place des gables en pas de moineau du logis[13]. Comme à Fressin, celui-ci semble conçu dès l’origine avec des tours de circonférences différentes. Ainsi, en façade, la tour nord-ouest offre l’opulence de 60 m de périmètre, tandis que la tour sud-ouest mesure 48 m[14]. Le dégagement de la tour nord-est par l’équipe de Yannick Rose entre 1987 et 1992[15] a permis de montrer que celle-ci avait un diamètre de 12,50 m[16], soit une circonférence de 39,25 m. Les observations de terrain sont d’ailleurs confortées par une peinture murale datant du XVIe siècle, conservée à l’église Saint-Mériadec de Stival[17], à quelques kilomètres de Pontivy (fig. 2). Celle-ci, constituant un instantané de l’état du bâtiment au XVIe siècle, montre clairement les deux massives tours de la façade encore visibles aujourd’hui, ainsi que deux autres tours, délimitant l’arrière de l’enceinte castrale. Ces deux dernières présentent, sur la représentation iconographique, un diamètre plus petit mais une élévation plus importante, donnant une impression d’élancement du logis situé à l’arrière. L’agencement des volumes de ces tours ne peut se comprendre qu’en prenant en compte l’organisation urbaine ancienne. En effet, au Moyen Âge et pendant l’époque moderne, une enceinte protégeant la ville venait se clore au niveau du château. Celle-ci était pourvue d’une porte dans le prolongement de la tour nord-ouest[18] et c’est d’ailleurs en entrant dans la ville par cette porte nord que le jeu de la perspective forcée battait son plein. La massivité de la tour nord-ouest s’imposait tout d’abord au regard du visiteur tandis que la circonférence moindre de la tour sud-ouest accentuait l’impression de distance. L’utilisation de tours plus étroites mais plus élancées à l’arrière devaient également, à l’origine, accentuer la profondeur de la cour et mettre en valeur le logis seigneurial à la manière de ce que l’on peut aussi observer au château du Plessis-Bourré[19], qui date de la même époque.

Si les volumes architecturaux étaient propices à créer des effets de trompe-l’œil permettant notamment d’accentuer les distances, tant dans la profondeur que dans la hauteur des édifices, l’agencement même des bâtiments castraux semble avoir permis d’utiliser la perspective forcée.

Créer des lignes de fuite avantageuses : l’agencement des bâtiments castraux

L’observation du plan (fig. 1) permet d’identifier clairement deux espaces. Le premier, débouchant sur le fond de la vallée, est la basse-cour citée par un texte de 1604[20]. Elle a un plan irrégulier qui suit le tracé de la route actuelle et s’étire vers l’est, en direction du village. La majeure partie des élévations de la basse-cour n’est pas visible à l’œil nu. Elles sont recouvertes d’un épais glacis correspondant vraisemblablement à des remblais d’abandon et/ou de destruction qui empêche de connaître le tracé exact de la courtine et le nombre de tours dont elle était pourvue. Aujourd’hui, on peut encore voir la partie basse d’une tour, située au pied de la tour sud-ouest de la haute-cour. Bâti dans les mêmes matériaux que l’ouvrage avancé, cet élément prend la forme d’un demi-fer à cheval adossé à l’escarpe du fossé. Ses murs de 2,00 m d’épaisseur sont édifiés à l’aide d’un blocage de moellons de craie liés entre eux par un mortier de chaux beige, et revêtu sur ses faces internes et externes d’un parement de brique dont il reste des traces. L’ensemble repose dans sa partie occidentale sur une semelle de fondation débordante réalisée à l’aide de moellons de craie et de craie concassée prise dans un bain de mortier de chaux beige. Dans sa partie orientale, l’ouvrage est accolé à une maçonnnerie de silex d’1,20 m de hauteur pour 0,60 m d’épaisseur, qui se prolonge contre l’escarpe, en direction du sud. L‘espace est équipée de deux embrasures de tir partiellement intactes, l’une côté sud, d’environ 0,60 m d’ouverture côté extérieur et l’autre sur le flanc occidental dont l’ouverture côté extérieur peut-être estimée à 0, 60 m. Il semble qu’on accédait à celle-ci depuis le haut de la basse-cour, par un escalier à vis en briques partiellement conservé. Bien que la tour soit de section circulaire, l’intérieur est de section quadrangulaire presque carré et garni d’au moins deux ouvertures de tir : l’une permettant de faire feu vers le sud, parallèlement à la courtine de la basse-cour, et l’autre ouvrant vers l’ouest, perpendiculairement au défilement du fossé. Étant donné la structuration de l’ensemble, il pourrait s’agir d’un ouvrage de type « caponnière » ou « moineau », servant à défendre le fond du fossé . La gouache de Croÿ[21] indique que l’entrée de la basse-cour ouvrant sur la vallée, dont l’emplacement ne peut être localisé avec certitude, était garnie d’au moins deux autres tours circulaires couvertes d’ardoises et la courtine comportait au moins trois tours sans couverture. Ceux-ci pourraient suggérer la présence de bâtiments accolés aux courtines.

Fig. 3 – Plan schématique du château de Middelbourg, 1448-1450 (Belgique ; d’après W. de Clercq et al., op. cit., p. 19). On distingue parfaitement la basse-cour en forme de T découverte au cours de fouilles archéologiques (DAO V. Leman).

Le plan du château, faisant se succéder, comme nous l’avons vu ci-dessus, une basse-cour déséquilibrée et une haute-cour légèrement trapézoïdale, devait être propice à créer des effets de perspectives forcées afin de monumentaliser la demeure seigneuriale. Ce genre de procédé s’observe assez couramment dans l’aristocratie de la fin du Moyen Âge. Wim De Clercq, Jan Dumolyn et Jaelle Haemers ont particulièrement développé cette idée au sujet de la conception du château de Middelburg[22]. Ce dernier, bâti entre 1448 et 1450, soit de manière contemporaine au château de Fressin, utilise une succession de mottes pour exprimer visuellement la gradation fonctionnelle entre les espaces du château. L’ensemble est précédé d’une basse-cour en forme de T, présentant sa façade la plus large vers la ville d’où arrivait le visiteur, créant ainsi l’impression d’un bâtiment bien plus grand qu’il ne l’était à l’arrière[23] (fig. 3). L’utilisation de la forme trapézoïdale pour la haute-cour du château de Fressin pourrait relever du même subterfuge, tout en mettant en valeur les deux corps de logis qui avaient vue sur la vallée. Un autre exemple intéressant à cet égard est celui du château du Plessis-Bourré. Ce dernier offre ainsi un plan quadrangulaire simple, entouré de douves. Le programme permet de mettre en valeur le corps de logis flanqué d’une tour principale ; pour ce faire, l’architecte met en particulier en œuvre une courtine d’entrée plus basse que le logis, permettant ainsi d’en rehausser la hauteur par un effet de perspectives forcées. Le regard du visiteur est ainsi soumis à un cheminement où les hauteurs vont croissant : tout d’abord le sobre avant-corps, puis la courtine d’entrée depuis laquelle on voit le logis, et enfin ce corps de logis dont l’architecture est ainsi parfaitement soulignée.

Conclusion

Ainsi, Fressin, comme sans doute beaucoup de châteaux de la seconde moitié du XVe siècle, semble témoigner, d’après ces quelques observations archéologiques, d’un réel souci de mise en valeur de l’édifice castrale par l’utilisation de la perspective forcée. L’utilisation de ce procédé, sans doute à mettre en résonnance avec la redécouverte et l’exploitation nouvelle de la perspective linéaire, est dès lors vouée à un riche avenir, et utilisée, en matière d’architecture castrale, jusqu’à la fin du XIXe siècle au moins, comme en témoigne, entre autre, le château de Trévarez[24], construit entre 1893 et 1903 à l’initiative de James de Kerjégu et qui utilise les mêmes procédés que ceux que nous avons pu mettre en évidence sur un certain nombre de châteaux d’Europe du Nord-Ouest dès la fin du Moyen Âge.

Fig. 4 – Château de Trévarez, XIXe siècle (Finistère ; photo de l’auteur). C’est depuis le bout du sentier d’accès que la perspective forcée joue à plein, grâce à l’agencement des pavillons et à la taille différenciée des éléments architecturaux (Photo V. Leman).

Notes :

[1] Auguste Terninck, Notice sur le château et l’église de Fressin, Arras, 1860.
[2] Charles-Antoine Fromentin, Fressin. Histoire, archéologie, statistique, Arras, 2009 (1ère édition : Lille, 1892).
[3] Roger Rodière et Abel Pentel, Notice sur le château-fort de Fressin, Bruay-en-Artois, 1926. Guy François, « Fressin, Château des Créquy », BSR Nord-Pas-de-Calais, 1994, p. 74-75. Guy François et Jean-Claude Routier, « Fressin, Château des Créquy », BSR Nord-Pas-de-Calais, 1996, p. 85.
[4] Victorien Leman, Les seigneurs de Créquy en leur château de Fressin : l’environnement matériel d’une famille d’aristocrates à la fin du Moyen Âge (1450-1515), mémoire de Master 1 de l’Université d’Amiens, sous la direction de Philippe Racinet, Amiens, 2011, et Les résidences des sires de Créquy : habitat et cadre de vie d’une famille d’aristocrates du nord de la France (XIVe-XVIe siècles), mémoire de Master 2 de l’Université d’Amiens, sous la direction de Philippe Racinet, Amiens, 2012.
[5] Je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe de terrain ayant pris part à cette première campagne archéologique au château de Fressin : Lucie Jeanneret (doctorante université Rennes 2, UMR 6566 CReAAH), Sébastien Porcheret (diplômé en archéologie, chercheur indépendant spécialiste des cavités souterraines anthropiques), Matthieu Deltombe (Master 2, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), Noémie Hamel (Licence 2, université Rennes 2), Maud Higelin (Master 1, université Lyon 2), Sophie Léger (Comité d’Histoire du Haut-Pays), Guillaume Paques (Comité d’Histoire du Haut-Pays).
[6] Watelle, Les Créquy op. cit., passim.
[7] Watelle, op. cit., p. 21.
[8] Yves Roumegoux, « Fressin, château », BSR Nord-Pas-de-Calais, 2000, p. 146.
[9] Jean-Marie Duvosquel (dir.), Les Albums de Croÿ, tome XX, planche 103, Bruxelles, 1989.
[10] Morbihan.
[11] Rose,…, p. 21-23.
[12] Ibid., p. 24-25.
[13] Ibid.
[14] Ibid., p. 21-23.
[15] Ibid., p. 56.
[16] Ibid., p. 55.
[17] Morbihan.
[18] Un tableau daté du XVIIIe siècle représente le rempart urbain et la porte nord de la ville ainsi que le château. Celui-ci étant toutefois une pièce issue d’une collection privée, nous ne le reproduirons pas dans le cadre de cet article.
[19] Écuillé, Maine-et-Loire.
[20] Epigraphie du département du Pas-de-Calais, tome VI, fascicule VI, Laval, 1929, p. 1270 à 1278.
[21] Jean-Marie Duvosquel (dir.), Les Albums de Croÿ, tome XX, planche 103, Bruxelles, 1989.
[22] Actuellement commune de Maldegem, en Belgique ; Wim de Clercq, Jan Demolyn et Jaelle Haemers, «  »Vivre noblement »: material culture and elite identity in Late Medieval Flanders », The Journal of Interdisplinary History, vol 38, n° 1, 2007, p. 1 à 31.
[23] Ibid., p. 15 à 19.
[24] Saint-Goazec (Finistère).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *