S’éclairer à Tourcoing au Moyen Âge

Cet article a été rédigé par José Barbieux, Service archéologique de Tourcoing.

Les maisons médiévales sont construites en pan de bois, ce sont des ouvrages de charpenterie aux murs de torchis et aux toits couverts de chaume. Ce ne sont pas des masures mais de véritables habitations, toutefois pour que leur isolation thermique reste efficace, les fenêtres doivent être limitées en taille et en nombre. Hormis l’été lorsque la porte peut être ouverte, ces habitations sont inévitablement plongées dans la pénombre.

Outre la lueur des braises du ou des foyers, l’habitation est ponctuellement éclairée par deux dispositifs : des chandelles et des lampes à huile

Les chandelles

Les chandelles sont réalisées le plus souvent avec du suif de bœuf. Elles ont de nombreux inconvénients, elles ont une odeur désagréable, elles coulent, se ramollissent en donnant des taches de graisse dès qu’il fait chaud, la mèche doit être régulièrement mouchée et elles sont moins éclairantes que nos actuelles bougies. Ce sous-produit de la boucherie est par contre d’un faible coût. Elles sont réalisées dans des bacs en céramique que l’on présente devant un foyer. Le suif fond à 36-37° C°, ce réservoir n’a donc pas à subir une température importante.

Les bacs à chandelles

Ils sont réalisés en céramique modelée. Ce sont des récipients allongés et très étroits utilisés pour la fabrication dite à la plonge ou à la baguette. Dans ces bacs ou « abîmes » remplis de suif fondu, on plonge une première fois une série de mèches suspendues à une baguette, on les redresse et on les roule pour leur donner une forme droite. Les baguettes sont plongées à plusieurs reprises dans le suif liquide. Chaque immersion forme une nouvelle couche en se refroidissant. L’opération est renouvelée jusqu’à ce que les chandelles aient l’épaisseur voulue1.

Lors des fouilles de la Grand-Place, des tessons appartenant à ce type de récipient ont été trouvés dans des structures d’habitat appartenant à plusieurs périodes :

– 1ère période intermédiaire (13ème siècle), un fragment,
– 2ème période intermédiaire (14ème siècle), deux fragments,
– 3ème niveau de constructions (15ème siècle), une dizaine de fragments.

Ces récipients sont incomplets, il en reste des bords, des fragments d’anses, des fonds, des éléments de panse décorés de cordons digités et des éléments de renfort : des contreforts latéraux. La céramique est épaisse (plus d’un centimètre) et on peut la confondre avec des fragments de tuiles décorées. La pâte rouge-brun est couverte de glaçure. La glaçure est appliquée systématiquement à l’extérieur et souvent à l’intérieur. Lorsqu’elle n’est pas trop dégradée, la couleur est brun-aune ou brun-kaki, localement verte. Cette glaçure est le plus souvent abimée voire très altérée, la pâte elle-même est dégradée sur un fragment. Cela peut être la conséquence du contact avec les produits mis en œuvre ou la fréquence des expositions au feu. Pour les tessons du 15ème siècle, beaucoup ont brulé et ont été très altérés dans l’incendie d’une maison, la pâte est alors noircie et la glaçure a atteint son point de fusion comme en témoignent des traces de bouillonnements.

Ces contenants sont des céramiques techniques, des récipients allongés et très étroits. Des récipients de petites tailles considérés comme étant « probablement » des bacs à chandelles ont été découverts à Arras, Lille, Douai, Saint-Omer ou Tournai mais outre leur taille modeste, ils sont longs de 18 à 26 cm, ils sont systématiquement décorés par ajouts de masques humains, de figures et de motifs géométriques, on les range d’ailleurs dans la catégorie des « céramiques très décorées » (2).

Ils ont pu servir à cet usage dans un cadre domestique mais pour des produits plus qualitatifs, le suif de mouton, jugé de meilleure qualité ou même la précieuse cire. Les grands bacs qui sont cette fois incontestablement des bacs à chandelles, ne sont eux, que fonctionnels. Ils sont plus rarement décrits dans les publications archéologiques. On peut signaler une découverte récente, un exemplaire de grande taille (il est long de 54 cm pour une largeur de 4,5 cm) mis au jour dans le village de Fosses (Val d’Oise) dans un contexte du 13ème siècle (3).

Les exemplaires de Tourcoing, un peu plus tardifs, ne peuvent à ce jour, être comparés qu’à des exemplaires découverts à Utrecht. Ceux-ci peuvent atteindre 60 centimètres de long (4).

Selon Anton Bruijn, la partie utile, le réservoir, se caractérise par un rapport de 1 pour la largeur,

4 pour la hauteur et 7 pour la longueur. Pour assurer leur stabilité, ces bacs allongés, très étroits, doivent être contrefortés, ils sont donc munis sur les longs côtés de renforts perpendiculaires. Les bords sont lisses et obliques, créant une ouverture élargie en forme d’entonnoir, un dispositif utile pour recueillir les gouttes de suif qui s’écoulent des chandelles lorsqu’on les relève. Les grands modèles sont ornés de bandes en relief. Quelques exemplaires néerlandais ont reçu des éléments de préhension sur le petit côté. Ils sont datés vers 1400 (5).

La chronologie des exemplaires tourquennois commence au 13ème siècle avec la première période intermédiaire. Le fragment de fond est le seul représentant des « petits bacs ».

Les autres fragments découverts à Tourcoing correspondent aux différentes parties des grands bacs découverts à Utrecht. Ce sont des récipients aux parois épaisses et glaçurées. On reconnait de larges bords obliques (ils atteignent 8 cm), un petit côté étroit où est fixée une anse solide, des fragments de panse et de fond, des supports latéraux et, avec les cordons appliqués, des éléments qui devaient avoir une double fonction : décorative et de renfort. Ces grands bacs sont au moins au nombre de trois.

Il est difficile de déterminer si cette production était strictement domestique ou correspondait à une activité artisanale.

bacs-chandelles-001

Bac à chandelles, photo José Barbieux

bac-chandelles

Échelle : environ 1/4 grandeur Dessins Bertrand Stock

bacs-chandelles-005

Bac à chandelles, petit côté, départ d’une anse verticale, un cordon digité marque la rupture entre la panse et le fond, morceaux de la parois et du fond. Photo José Barbieux

 

bacs-chandelles-009

Supports latéraux 850, 883. Cordons digités, un cordon sous la lèvre et cordon vertical. Photo José Barbieux

Les chandeliers

Ils sont en fer forgé. Ils sont destinés à être fixés, cloués sur du bois. Ils sont du type à tige et à bobèche et existent en deux variantes : avec une tige droite et avec une tige coudée. Ils sont forgés d’une seule pièce, l’une des extrémités est appointée, de l’autre côté le fer est martelé pour former une plaque. La partie ainsi élargie et amincie est repliée sur une tige pour former une douille. Le diamètre intérieur varie de 1 à 1,6 cm.

Les fouilles de la Grand-Place en ont livrés 6. Le plus ancien (966) provient du 2ème niveau de constructions soit le 14ème siècle, deux autres peuvent être datés du 15ème siècle (160 et 857/858), un exemplaire du 16ème siècle a été recueilli dans les remblais de la cave de la halle échevinale. Un autre provient du remblai de la place (400), il ne peut être daté précisément comme celui trouvé hors stratigraphie.

chandeliers

Chandeliers

Les lampes à huile

Nous ignorons actuellement de quels produits oléagineux disposaient les habitants de nos régions au Moyen-Âge. Une certitude : l’huile de lin au moins était disponible, c’est un sous-produit de la culture du lin attestée de longue date dans la vallée de la Lys.

Les lampes qui nous sont parvenues sont en céramique tournée. Il en existe deux types : un simple godet et un modèle sur pied. Elles peuvent être réalisées en céramique grise (cuisson réductrice) et en céramique brun-rouge ou rouge-orangé glaçurée (cuisson oxydante)

Les lampes en godets

15 exemplaires au moins composent l’ensemble découvert sur les fouilles de la Grand-Place.
La plus ancienne est issue d’un contexte du 13ème siècle, la première période intermédiaire (954), c’est une lampe en céramique glaçurée.
Les autres contextes datent du 15ème siècle, il s’agit :
– du troisième niveau de maisons – de l’état ancien 850 : 1 exemplaire en céramique grise, 1 en céramique glaçurée et 857/858 : 1 en céramique grise
– du troisième niveau de maisons – de la maison incendiée 205 : 2 exemplaires et 374 : 1 exemplaire, toutes les trois sont en céramique grise
– de la troisième période intermédiaire : 3 exemplaires en céramique glaçurée (160, 407 et 383/790) et un en céramique grise (330/331).
D’autres exemplaires viennent du sol de la place.

lampesgodets

Lampes à godets

Les lampes sur pieds

Seuls deux fragments ont été trouvés sur les fouilles de la Grand-Place mais la série des lampes médiévales est complétée par une découverte réalisée à l’occasion de la pose d’un câble électrique haute tension en 1988. Quatre lampes ont été trouvées rue de la Blanche Porte, deux en simples godets et deux sur pieds décrits ici. La partie inférieure est altérée sur l’une, la partie supérieure sur l’autre mais elles appartiennent toutes deux au même type : la lampe à double godets superposés. Elles sont réalisées en pâte rouge et glaçurées. Comme les lampes en godets le bord forme un bec pour recevoir la mèche.

lampessurpieds

Lampes sur pieds

13-008

Rue de La Blanche Porte : Lampe sur pied, pâte rouge, surface extérieure brun rouge à gris, la coupelle supérieure est glaçurée brun jaune. Godet, pâte gris, surface extérieure brun rose clair, l’intérieur du réservoir est glaçuré brun jaune. Datation 15ème siècle probable

Rue de La Blanche Porte : Lampe sur pied, pâte et surface extérieure brun rose, glaçure sur engobe dans les réservoirs. Datation 15ème siècle probable

L’un des fragments provenant des fouilles de la Grand-Place est brisé au niveau du godet et du pied, il permet d’observer la fixation des deux éléments tournés séparément, un tenon est formé à la base du godet, il est inséré dans le pied creux. (407, 3ème période intermédiaire 15ème siècle). Surface extérieure et pâte brun rouge, glaçure brun jaune dans le godet.

Toujours sur les fouilles de la Grand-Place, un autre fragment présente une variante sur le pied, pâte brun gris, surfaces gris sombre, trois festons y ont été formés (168, fosse sous la place, moyen-âge tardif ?).

Notes :

1. Le « Travail des chandelles plongées » est décrit à l’article Chandelle de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

2. Barbieux 1993 p.38, 39 et Verhaeghe 1989 p.78 à 80

3. http://www.jpgf.org/bac-chandelle-abysme/.

4. Bruijn 1979 p.100-101 pl.57

5. Verhaeghe1989 p.79

Bibliographie :

J. Barbieux sd, Archéologie urbaine dans le Nord-Pas-de-Calais, catalogue d’exposition, Douai, 1993, p.38, 39. F. Verhaeghe, La céramique très décorée du bas Moyen-âge en Flandre in Actes du colloque de Lille du GREC, Nord-Ouest Archéologie 1989, p. 78 à 80

A. Bruijn , Pottersvuren langs de Vecht, Aardewerk rond 1400 uit Utrecht, Rotterdam Papers III, Rotterdam 1979, p.100-101 pl.57

F. Verhaeghe idem p.79


Une réflexion au sujet de « S’éclairer à Tourcoing au Moyen Âge »

  1. Article très intéressant pour les « reconstitueurs » dans cet article pas de moules à chandelles avant le XIIIEME siècle et par contre des lampes à huile même au XIVeme et XIVeme siècle. En temps que reconstitueurs d’un habitat du début du XIIE nous avons essayé plusieurs huiles( dont les noms étaient cités dans des textes) dans nos lampes pour une étude comparative ( odeur, temps de combustion, luminosité. Cette étude montre la suprématie de l’huile de noix. Mais il faudrait la prolonger avec d’autres huiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *