St James’s, Douvres, Angleterre

Cet article a été rédigé par Peter Clark, Deputy Director, Canterbury Archaeological Trust.

Après plusieurs des années de préparation, les travaux de réaménagement du quartier de St James à Douvres, ont commencé au printemps 2015.
Située à l’est de cet ancien port, en contrebas du coteau du château, ce nouvel aménagement a fourni une occasion importante d’examiner sur le plan archéologique, une partie substantielle de la vieille ville.
Ce quartier a toujours été une banlieue, située au-delà de l’implantation principale, mais placé de façon importante juste en retrait du littoral, entre le centre historique de la ville et le château médiéval.

Vue générale du quartier de St James avant la Deuxième Guerre Mondiale (1932)

Le Canterbury Archaeological Trust a été chargé d’entreprendre toutes les recherches requises avant l’aménagement du site, et l’équipe a presque finit après plus d’un an de fouilles urbaines à grande échelle.

Des travaux commencent sur Woolcomber Street

Au début de la période romaine, le quartier entier était sous la mer, situé dans l’estuaire de la rivière Dour. Comme l’estuaire s’envasait, peu à peu, l’habitation est devenue possible. Les processus d’envasement ont commencé, peut-être, au cours de la dernière période romaine où une grande barre de sable a commencé à se former. En effet, il semble que les ingénieurs romains sont involontairement responsables de la création de cette accumulation du sable par leur construction d’un complexe maritime, dont une partie a été mise au jour au centre-ville en 1855.

Au cours de l’époque Anglo-Normande, une colonisation plus étendue du banc de sable se produisit, avec la construction de l’église St James au pied de la colline du château de Douvres au XIIe siècle.
Au XIXe siècle, tout le quartier a été densément loti avec des rues, des maisons, un hôtel et des magasins. Néanmoins, ce côté est de Douvres a été gravement endommagé pendant la Seconde Guerre Mondiale et, lors de l’aménagement de l’après-guerre, presque toutes les rues et bâtiments historiques ont été détruits et remplacés par une nouvelle distribution peu influencée par la précédente. Les ruines de l’église de St James ont été conservées, mais rien d’autre. Pendant plusieurs décennies on ne pouvait pas identifier la disposition de la ville avant-guerre, une demi-douzaine des vieilles rues et beaucoup des bâtiments ayant disparu sans laisser de trace.

Les fouilles à Woolcomber Street, juin–novembre 2015

Ici trois aires ont été sélectionnées pour un examen détaillé par les archéologues professionnels – aidés par les volontaires locaux –qui ont travaillé sur les sites pendant 120 jours.

Les vestiges mis au jour étaient complexes et liés à différentes phases d’activité. Deux ou trois mètres de stratification existaient sur toutes les aires de fouille. Les fouilles ont livré de vastes quantités de rejets médiévaux et postmédiévaux. Contrairement à de nombreux sites urbains, comme Canterbury, la plupart des déchets médiévaux n’a été pas déversée dans des fosses mais généralement dispersée autour du site dans des niveaux de nivellement, souvent mélangés à de la craie, des bardeaux de plage et des décombres de démolition. Plus tard, pendant l’époque postmédiévale, des dispositions plus formelles pour l’élimination des ordures ont été mises en place et un certain nombre de réservoirs d’aisances en pierre ont été construits.

Four à pain du XVIIe siècle près de Townwall Street

Parmi beaucoup d’autres découvertes, on notera la mise en évidence de ‘Arthur’s Place’, un des ‘chemins oubliés’ de Douvres. Sous le macadam du XXe siècle, une séquence d’au moins huit surfaces routières précédentes a été révélée, d’une épaisseur totale de plus de deux mètres, la première voie étant peut-être crée au XIIe siècle.

Près de ‘Arthur’s Place’, il existait autrefois un petit cimetière Quaker, établi au XVIIe siècle. Une partie de ce cimetière a été retrouvée et mise au jour. Plus d’une vingtaine de tombes individuelles ont été ouvertes et récupérées, la dernière datant probablement du XIXe siècle. Les tombes avaient été ménagées dans une séquence complexe de nivaux médiévaux antérieurs.

Dans l’aire du Sud-Est, on a identifié une succession de bâtiments en bois avec des sols de craie du XIIIe siècle. Ils étaient très semblables à ceux précédemment fouillés sur le site adjacent de ‘Townwall Street’, où ils ont été interprétés comme les restes de maisons appartenant à de simples pêcheurs.

Les sols de craie d’une maison du XIIIe siècle à Woolcomber Street

Les fouilles au site ‘P & O Ferries’, novembre 2015–mars 2016

En novembre 2016, l’équipe s’est déplacée vers un nouveau site plus au sud-ouest, à côté de ‘Russell Street’, sur le site des anciens bureaux de P & O Ferries. Ici, les couches archéologiques restaient dans un très bon état de conservation. La fouille a mis au jour les traces des chemins, des maisons à caves et des cours contenant une gamme de fosses, des puits et des citernes. Une rangée de maisons à caves formant la façade sud-est de ‘St James’s Street’, ainsi que d’autres structures postmédiévales en face de l’ancienne ‘Clarence Street’ ont été mises au jour.

Les niveaux d’empierrement primaires de St James Street et Clarence Street ont livré du mobilier indiquant qu’ils ont été installés pour la première fois pendant la période Anglo-Normande, avec les premiers vestiges provisoirement datés de la fin du XIe siècle.

Vue aérienne de bâtiments médiévaux et postmédiévaux à Russell Street

Une des caves remplies, construite avec des murailles substantielles de pierre (‘Greensand’) cimentée, a été identifiée comme étant d’origine médiévale tardive. Un puits de latrines a été incorporé dans son coin nord et semble avoir été rempli pendant le seizième siècle. En plus de la céramique, son remplissage a livré un nombre significatif de crânes de chat.

Caves du XVIIIe et XIXe siècle à la jonction de St James’s Street et Russell Street

Autres fouilles

Une assiette allemande importé de céramique ‘Werra’, datée de 1614 après J.C.

 

D’autres fouilles ont été effectués à ‘Russell Street’ et un site adjacent au ‘County Hotel’, une monstruosité architecturale construite dans les années 1970 et maintenant, heureusement, démolie. À Russell Street, une fouille extensive a révélé d’autres ‘chemins oubliés’, dans ce cas les rues ‘Russell Place’ et ‘Golden Cross Passage’, ainsi que leurs bâtiments associés.

Un penny d’argent d’Edward I, daté 1280-1281 après J.C. (revers)

Beaucoup de murs mis au jour pourraient être identifiés sur de grandes cartes du XIXe siècle du quartier, mais ce qui est apparu lors de l’enquête a été que plusieurs de ces murs étaient de date prévictorienne, certains datant de la fin de la période médiévale.

 

Au ‘County Hotel’, la fouille a à nouveau révélé des vestiges importants concernant la ville médiévale et postmédiévale. Une séquence complexe de dépôts stratifiés et de structures a été mise au jour, la première occupation ici, encore une fois, se rattachant à la période Anglo-Normande.

 

St James St 1880 après J.C.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *