Tourcoing, une cité industrielle sous l’Ancien Régime

Cet article a été rédigé par José Barbieux, Service archéologique de Tourcoing.

La ville de Tourcoing a perdu dans des incendies, dès l’époque moderne, l’essentiel de ses archives anciennes. Le pire reste celui de 1711 qui a vu la destruction de tout le centre, de la grand’ place et de la maison de ville. L’archéologie permet, néanmoins, de compenser, en partie, ces pertes et d’apporter des données patrimoniales et culturelles qui, une fois, analysées permettent de mieux comprendre le passé de la ville. À Tourcoing, un développement singulier lié au travail de la laine a ainsi été observé.

Fragment de figurine en terre cuite, Vénus

Une occupation laténienne et gallo-romaine est attestée sur le territoire par des découvertes ponctuelles et des chantiers forcément limités par la densité du bâti. Le matériel correspond à La Tène 1, à La Tène 3, puis aux trois premiers siècles de notre ère (note voir Revue du Nord n°373)

 

 

 

Poids de métier à tisser et fragments de fusaïoles, fouilles du couvent des Récollets, 1er siècle de notre ère

 

 

La première mention écrite date de 1080. Au XIIe siècle au moins, apparaît un château à motte et basse-cour. L’aménagement du centre-ville dans les années 80 a permis de fixer une partie des limites des fossés.   L’église de cette période nous est connue par des sondages. Ils ont permis de restituer une nef flanquée de bas-côtés et précédée d’un porche. Il subsiste du décor roman des éléments d’une pile composée en calcaire de Lezennes.

Clayonnage couché dans le fond du fossé de la basse-cour, 13ème s., fouilles de la Grand’place

Le village de Tourcoing prend quelque importance au XIIIe siècle : l’église est agrandie comme l’ont montré une fois encore les fouilles d’Alain Plateaux (A. Plateaux, Histoire de l’église Saint-Christophe de Tourcoing, Chroniques tourquennoises, Tourcoing 1981). Les éléments architecturaux retrouvés sont des éléments d’arcature de style gothique toujours en calcaire de Lezennes.

Châpiteaux

Un hospice est fondé en 1260. Les bâtiments des XVIIe et XVIIIe siècles construits sur son emplacement assurent la protection des vestiges médiévaux, mais en 2002 et 2003 quelques travaux de rénovation ont permis d’ouvrir des petites fenêtres d’observations sur les structures les plus anciennes, en particulier sur un fossé avec une canalisation en terre cuite, sans doute la trace du manoir offert par Mahaut de Guînes en 1260 « pour les pauvres de Tourcoing ».

Drains en terre cuite, 13ème s.?, Hospice

Au XIVe siècle ,Tourcoing devient un bourg drapant : la production de fils et de tissus, certainement déjà présente aux siècles précédents, est maintenant bien plus qu’un simple appoint. La fabrication de tissus est à replacer dans le contexte de l’essor de la « nouvelle draperie », et plus précisément dans le développement du groupe de la vallée de la Lys. Un sceau de draperie est concédé en 1360, un autre en 1372, à cette date quatre qualités de draps sont produites dans le bourg. Les meilleures qualités sont envoyées dans les ports de la Mer du Nord et de la Baltique, mais aussi en Méditerranée par l’intermédiaire des villes hanséatiques.

Des maisons des XIVe et XVe siècles ont été fouillées sur la grand’ place. Ce sont des constructions en pan de bois et torchis, couvertes de chaume. Les murs ne reposent pas sur des solins, mais sur des sablières posées directement sur le sol. Le dispositif qui inclut à la base quelques pierres plates est même partiellement enterré. Les sols sont en terre battue, ils sont rechapés à plusieurs reprises. Pour cela, on apporte de l’argile pure, de couleur jaune, et un nouveau sol se forme, une fine couche durcie qui noircit rapidement. Les foyers qui y sont aménagés sont soit de simples zones foyères, soit des structures circulaires formées de fragments de tuiles.

Lorsque Baudouin de Lannoy achète la seigneurie à la fin du XVe siècle, le bourg vient de connaître de graves difficultés liées aux troubles qui ont suivi la mort de Charles le Téméraire. Baudouin est un personnage important à la cour de Maximilien d’Autriche, ce qui lui permet d’obtenir l’établissement d’une Franche Foire en 1491, l’objectif est de redynamiser l’industrie textile.

On observe un fait singulier, dans la première moitié du XVIe siècle, la population double son chiffre. Tourcoing est la paroisse la plus peuplée de la châtellenie de Lille et le chiffre de 10 000 habitants est sans doute atteint à la fin du siècle. À cette époque, Tourcoing est pourtant en concurrence sévère avec Lille. Les Lillois réussissent à limiter la production textile dans tout le plat-pays. Les Tourquennois développent alors leurs réseaux d’achats de laine et surtout le peignage et la filature. Tourcoing devient pour trois siècles une cité industrielle spécialisée dans le peignage. Le lavage des toisons se fait dans de grandes fosses facilement identifiables : le niveau d’utilisation est alors un sédiment de couleur très sombre.

La halle échevinale est construite vers 1500. L’édifice est maintenant bien connu. Les deux ailes bâties à angle droit autour d’une petite cour ont pu être fouillées. La première salle est construite en utilisant une technique mixte avec un mur pignon en briques et un mur latéral en pan de bois, elle est équipée d’une cheminée. L’autre aile, construite sur cave, doit pouvoir être mise en relation avec l’esgarderie : on y a d’ailleurs retrouvé un plomb de drapier vierge. Des latrines sont aménagées, des latrines doubles : publiques, pour une partie ouverte sur la place, privées pour l’autre partie accessible depuis la cour de l’échevinage. Pour restituer son élévation, nous disposons des Albums de Croÿ et des blocs architecturaux qui encadraient les percements : ils avaient été posés à la base de la fondation de la maison de ville qui lui succède au XVIIe siècle. À côté de la halle, s’élève la boucherie, un édifice entièrement construit en pan de bois.

Les trois couvents créés aux XVIIe et XVIIIe siècles ont également fait l’objet de fouilles. Limitées sur le couvent des Sœurs grises protégé au titre des Monuments historiques, elles ont été très importantes sur l’emplacement du couvent des Récollets avant l’agrandissement d’un lycée.

Pierres de fondations. Église, couvent des Récollets, 1996

Les Récollets s’installent en 1665. Le chantier de construction est apparu sous la forme de trois fours à briques établis sur le site (note Revue du Nord n°333). L’église, de très grande taille et même surdimensionnée, occupe un des côtés du quadrilatère. Dans ses fondations, reposaient des pierres gravées aux noms des donateurs-fondateurs. Les bâtiments conventuels s’organisent autour d’une cour/cimetière. Les trois ailes accolées à l’église incluent un cloître couvert, l’aile nord-est est entièrement excavée. Des sépultures ont été retrouvées dans l’église et dans la partie conventuelle. Dans l’église, il s’agit des donateurs enterrés dans des caveaux en brique, les squelettes auraient dû être relevés en 1904 lors de la destruction de l’église, ce travail, malheureusement, n’a pas pu être mené correctement. Au centre du cloître et dans les galeries de circulation, reposaient les religieux. On note deux sépultures d’urgence, l’une avec un seul corps, l’autre avec cinq individus reposant sur le ventre dans la position où ils avaient roulé. On peut mettre cet évènement en relation avec l’épisode de peste de 1669.

Sépulture en caveau. Eglise, couvent des Récollets, 1996

Constituée à la fin du XVIIe siècle, la communauté des Ursulines s’implante sur l’actuelle rue des Ursulines en 1704. Le couvent est vendu en 1794 et transformé en filature de coton : l’établissement industriel qui perdure jusqu’en vers 1886 a très fortement détruit les structures du couvent. Plusieurs fosses dépotoirs ont livré du matériel assurément rejeté lorsque les Ursulines ont été chassées. Il témoigne du haut niveau de qualité de vie de ces religieuses (à l’opposé de celui des pères Récollets). On y a trouvé des tasses et sous-tasses chinoises, de la vaisselle du Westerwald et de Delft, d’autres tessons restent à identifier. Une partie des structures de la filature a été fouillée, notamment l’emplacement de la machine à vapeur et ses galeries techniques.

Cavette, atelier d’un ouvrier du textile, sans doute un peigneur, 18ème s., parking Bienfaisance

À l’occasion d’interventions plus ponctuelles, les activités textiles d’époque moderne se découvrent : les très petites maisons d’ouvriers et leur ouvroir partiellement excavé (fouilles du parking Bienfaisance) et surtout les différents types de fosses de lavage de laine fouillés à plusieurs reprises

Assiettes en faïence du Nord, décor inspiré de chinoiseries (et librement dérivé), rue de Tournai

Un phénomène de développement industriel de type Ancien Régime, ignoré jusqu’à une date récente, se révèle aussi grâce à l’archéologie. Les aménagements des fosses de lavage, par exemple, expliquent comment l’activité de peignage a pu se développer alors qu’aucune rivière ne traverse le bourg et comment cette ville-atelier est devenue la troisième cité la plus peuplée de Flandre Wallonne, après Douai et Lille.

Rejets d’un atelier de tabletier, 18ème siècle, rue Fidèle Lehoucq

 Au fil des opérations qui peuvent y être menées, l’archéologie continue à nous apporter de précieuses informations sur le riche passé de la ville de Tourcoing. Ces données viennent compléter et enrichir au fur et à mesure celles déjà collectées et permettent de fournir ainsi une connaissance et lecture de plus en plus précise de l’histoire de la ville.

Fouille à Tourcoing

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *