Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme

Cet article a été rédigé par Sandrine Mouny (IGE, Laboratoire TrAme (EA 4284), Université de Picardie Jules Verne).

Localisé dans le département de la Somme, à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au nord-ouest d’Amiens, le site fortifié d’Eaucourt-sur-Somme est situé à l’extrémité méridionale du village. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, sur la rive droite de la Somme (Fig. 1).

Fig. 1 : Les « Aires du château » d’Eaucourt © 2010, A. Bron

Bref aperçu historique
Cet édifice est un bel exemple d’une maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du XIIe siècle sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-les-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux de l’artère fluviale, et son évolution est étroitement liée au développement de la ville portuaire l’accession médiévale, qui n’est autre qu’Abbeville.

Au Moyen Âge, cette domus castri se révèle dans les sources écrites1, être un chef-lieu d’un domaine rural assez modeste, partageant le terroir avec de puissantes seigneuries, ecclésiastique (l’abbaye cistercienne d’Épagne) et laïques (forteresse de Pont-Rémy et de Mareuil). Détenue par une aristocratie chevaleresque, ce château a sans cesse changé de mains. Initialement propriété de familles régionales (de Roye, puis de Châtillon), le site est occupé pendant la guerre de Cent Ans par les Anglo-Bourguignons, puis repris de multiples fois par des seigneurs locaux. Après cette période tumultueuse, la forteresse connaît quelques moments de répits avant de subir des péripéties pendant les guerres de Religion (1562-1598) et jusqu’à la Ligue, où ce lieu est alors transformé en un arsenal servant à loger des soldats. Par la suite, cette propriété est tenue par une succession de notables jusqu’au XVIIIe siècle. D’abord, c’est la famille Soyecourt qui en a la possession dans la seconde moitié du XVIe siècle, ensuite la terre d’Eaucourt passe par alliances aux Belleforière puis aux Seiglière qui a défaut d’y résider, doivent entretenir le gros-oeuvre des bâtiments. En 1777, le château est vendu à Marie-Thérèse Gaillard, veuve du seigneur de Tillette2. Ses successeurs délaissent peu à peu le site, qui dans ses derniers temps d’occupation avait été transformé en ferme.

Des lithographies3 (Fig. 2) et des sources littéraires d’érudits locaux4 nous livrent des représentations et des descriptions du site tel qu’il était à la fin du XVIIIe siècle. Après la Révolution, cet endroit est alors démantelé et exploité comme carrière.

Fig. 2 : Vue du pont du village d’Eaucourt-sur-Somme et ruines du Château (1795), M. de Saint-Amand, Bibliothèque Municipale d’Abbeville, C37, M17.

État actuel du site
Actuellement, le site se compose d’une plateforme sur laquelle demeurent quelques vestiges d’enceintes dans la partie sud-est et les ruines du châtelet d’entrée (Fig. 3 et 4).

Fig. 3 : Le châtelet d’entrée © 2015, S. Mouny

Placée en avant-garde, cette porte fortifiée est constituée de deux tours circulaires en façade. Celle de gauche est démolie au dessus du rez-de-chaussée et celle de droite est conservée sur une moitié de sa circonférence. Entre les deux tours, un pont levis permet d’accéder à un vestibule de garde carré, voûté d’une croisée d’ogives. Cette pièce possède dans l’angle droit une porte donnant sur les vestiges d’une tour de guet pourvue d’un escalier en vis.

Fig. 4 : Relevé des parements du mur d’enceinte sud-est © 2015, S. Mouny

Ces vestiges architecturaux constituent de rares témoignages de l’adaptation d’un site fortifié en plein conflit médiéval. Les dévastations guerrières incessantes pendant près de trois siècles (XIVe-XVIe siècle) et les multiples appropriations du site ont provoqué des changements architecturaux. L’intérêt principal de cette place forte est d’avoir évolué très rapidement, et d’avoir connu de profondes transformations en liaison avec les progrès de l’armement.

Lancement d’un programme de recherche
Depuis 1983, les membres de l’A.R.CH.E. (Association de Restauration du CHâteau d’Eaucourt) valorisent ce site par des animations ludiques, et aussi par la réalisation de quelques travaux d’entretien et de préservation des vestiges encore en élévation. Désirant renforcer l’attractivité du site en créant un espace culturel de qualité et de cohérence scientifique, cette association a sollicité les compétences et les savoir-faire de spécialistes regroupés au sein du Laboratoire TrAme de l’Université de Picardie Jules Verne. Sous la direction de Sandrine Mouny, un programme de recherche autour du château est lancé. En septembre 2014, l’émergence de ce nouveau projet est encouragée par une action du Conseil départemental de la Somme avec l’intégration du château d’Eaucourt dans le réseau des sites exceptionnels du grand projet « Vallée de la Somme », ayant pour thématique : l’archéologie.
Après avoir exposé le projet auprès du Service Régional de l’Archéologie de Picardie, la dynamique est impulsée avec l’autorisation du Ministère de la Culture donnant le droit de mener des fouilles programmées sur les « Aires du château ». En 2015, les enjeux scientifiques, pédagogiques et culturels de ce programme ont aussi suscité l’intérêt du Conseil régional de « Hauts de France » à s’investir dans cette recherche de longue haleine.

Objet de la recherche
Ce programme permet d’acquérir de nouvelles connaissances sur l’histoire de ce château, en exploitant conjointement toutes les sources disponibles et en utilisant plusieurs disciplines fondamentales, et plus particulièrement en s’appuyant sur une approche archéologique, historique et architecturale. L’enjeu est d’ordre monumental : à quoi ressemble le château à diverses périodes.
Les données recueillies lors des différentes investigations de terrain vont apporter des éclaircissements sur l’organisation spatiale, sur son évolution architecturale (militaire et civile) et sur le mode de vie des occupants de cette maison forte. La problématique générale repose aussi sur une interprétation de son rôle et de ses interactions avec son environnement.
L’intervention scientifique, certes primordiale, n’est qu’un aspect de la démarche de ce programme d’étude. D’autres objectifs se sont développés autour d’un double intérêt, pédagogique et culturel, qui sont des vecteurs à part entière d’un dynamisme touristique. L’originalité de ce projet s’attache à faire ressortir de terre les vestiges du château et d’en extraire le passé pour donner une meilleure visibilité de l’édifice au grand public (fig. 5).

visite-chateau-archeologique

Fig. 5 : Visite du chantier archéologique © 2015, P.- E. Lenfant

Les structures mises au jour par la fouille vont être conservées et consolidées. L’association, présente sur place, est en mesure de préserver ce patrimoine en menant une restauration de sauvegarde raisonnée en suivant les recommandations des architectes des Monuments Historiques.

Les premiers résultats
Les interventions de terrain menées en 2015 constituent une première approche du sous-sol5.
Pendant cinq jours en février, une équipe de cinq personnes a procédé à une étude microtopographique sur les « Aires du château » (Fig. 1), comprenant l’emprise du site fortifié et des pâturages jouxtant le château. La superficie couverte a été de cinq hectares. La prise de 4099 points planimétriques et altimétriques a été nécessaire pour l’élaboration d’un plan, associant les courbes de niveau du site et la localisation des structures encore en élévation (Fig. 6). Cette réalisation a apporté des informations sur les éléments constitutifs de l’espace castral.

Fig. 6 : Relevé topographique, plan de masse des vestiges et localisation des sondages (S1, S2 et S3)

On discerne nettement une terrasse de plan rectangulaire, de 50 m du nord au sud et de 65 m d’est en ouest, correspondant à une surface d’environ de 3250 m2. Cette plateforme est moyennement surélevée. Son emprise est marquée par un talus, surmonté par une enceinte en pierre, en partie conservée au sud-est, et surtout par des fossés qui encerclent la haute cour. L’évasement de ces douves atteint les 30 m de large dans certains endroits, notamment au nord-ouest où la contrescarpe est parfaitement visible. Ces fossés sont alimentés en eau par un petit ruisseau relié à la Somme. La plateforme dispose d’une esplanade en « L » au niveau des flancs sud-ouest et sud-est. Cette surélévation laisse présager l’emplacement d’un grand bâtiment adossé aux courtines. Enfin, au centre de la haute cour, on perçoit une légère excavation de 10 m de diamètre, qui indiquerait la localisation de la cour intérieure.
Ses données associées aux représentations6 du XVIIIe siècle, confirment que ce site fortifié est bien dans la mouvance des constructions dites philippiennes. Il dispose de tous les éléments constitutifs d’une résidence gothique. Les documents lithographiques font figurer une enceinte pourvue d’une tour à chaque angle. Selon les descriptions, ce lieu affiche une image de force qui repose sur des équipements défensifs, tels que des mâchicoulis et des créneaux, et surtout le châtelet d’entrée encore visible. L’accès à la haute cour se fait par un pont levis et l’ensemble est fossoyé par des douves en eau.

Une autre intervention sous la forme de sondages archéologiques a été effectuée en août, afin d’évaluer le potentiel du site et connaître son état de conservation. Pendant quatre semaines, la campagne de fouille a mobilisée une quinzaine de bénévoles, principalement des étudiants en formation. La superficie de prescription étant limitée à 56 m2, il a été choisi d’exécuter deux secteurs de reconnaissance (S1 et S2) au niveau de la proéminence observée sur l’aile sud-est de la plateforme.

Fig. 7 : Sondage 1 en cours de fouille © 2015, S. Mouny

L’intervention archéologique en S1 (Fig.7), implantée dans l’angle nord-est de la plateforme, a été marquée par la découverte, à 24 cm de profondeur, d’une élégante et imposante tour interne de flanquement, mise au jour dans sa moitié.

Son accès se situe au nord et donne sur la cour. Sa face externe pourvue de trois pans (fig. 8), présente un bel appareillage composé de quatre assises d’une composition mixte en damier, alternant des moellons de grès et des blocs de silex soigneusement taillés (fig. 9).

Fig. 8 : Vue de la tour de flanquement du sondage 1 © 2015, S. Charrier

Sur cet assemblage soigné, repose une assise de parements calcaires, moulurés et taillés à la ripe, constituant un cordon intermédiaire avec une construction supérieure réalisée en brique. De profil circulaire, la face interne est composée uniquement de briques. Le volume intérieur tient dans un diamètre de 3,24 m et les murs ont une épaisseur moyenne de 75 cm.
La richesse esthétique de cette structure réside dans l’utilisation et l’association de ces différents matériaux. Cette combinaison de techniques mises en œuvre ressemble au style des constructions du Pays de Caux et ce genre d’architecture est typique des XVIe – XVIIe siècle.

Fig. 9 : L’imposante tourelle d’escalier du sondage 1 © 2015, P. – E. Lenfant

La fouille a aussi mis en évidence deux états de fonctionnement de cette tour. En effet, la partie supérieure polygonale présente un périmètre légèrement inférieur à la circonférence de sa base circulaire. Cette partie plus ancienne, marquée par une maçonnerie massive de pierres parementées, composée d’un appareillage régulier placé en degré adouci, a été fortement arasée pour servir de semelle de fondation à la construction plus récente. D’apparence somptueuse et dépourvue d’organe défensif, la fonction de cette tour est typiquement résidentielle. Elle abritait un escalier en vis desservant au moins un étage d’un grand bâtiment. La destruction par l’abandon de cette bâtisse se manifeste par un remblai massif d’environ 1 m d’épaisseur, contenant d’innombrables déchets de matériaux de construction (briques, tuiles, fragments architecturaux et blocs de silex taillés).

Fig. 10 : Sondage 2 en cours de fouille © 2015, S. Mouny

La fouille du sondage 2 (fig. 10), situé le long de la courtine sud, a mis en évidence, sous un profond niveau d’abandon contenant des objets récents7, plusieurs états d’occupation sous la forme d’un bâtiment léger. Ces installations sont matérialisées par des cloisons et des épandages cendreux et charbonneux. Une couche organique marquée ponctuellement par des petits foyers témoigne d’une utilisation à vocation domestique.

Un des remblais de ces aménagements a livré une monnaie de Louis XIV, un Liard de France de 1657.

Fig. 11 : Le bâtiment résidentiel du sondage 2 © 2015, S. Mouny

Sous-jacent à cet ensemble, deux pans de mur perpendiculaires et deux niveaux de sol de craie pilée et damée associés sont apparus (fig. 11). Ces structures, qui délimitent deux pièces d’un grand bâtiment résidentiel, constituent la découverte majeure dans ce secteur. Les deux maçonneries de 1,05 m d’épaisseur, certes fortement arasées, sont parfaitement
appareillées avec des blocs de pierres calcaires taillées. Les strates réparties de chaque côté du mur de direction est-ouest, se présentent comme des zones de rejet domestique. Elles sont riches en mobilier, parmi lequel on trouve principalement des restes alimentaires (principalement du bœuf, du porc et des caprinés, mais aussi de la volaille et du poisson) et de la vaisselle culinaire (marmites glaçurées tripodes, pichets, gobelets en grès). Selon l’analyse de la céramique, l’ensemble de ces contextes correspond à une fourchette chronologique allant de l’extrême fin du XVe jusqu’au milieu du XVIe siècle.

La campagne 2015 a répondu aux objectifs fixés. En effet, ces deux sondages ont mis en évidence une stratigraphie importante et montrent le potentiel du sous-sol, laissant présager la conservation de la plupart des niveaux médiévaux.
En 2016, deux opérations de terrain ont été menées, une première intervention courte autour du châtelet d’entrée (S3, fig. 12) et une autre investigation au niveau des secteurs sondés en 2015 (S1 et S2).

Fig. 12 : Le flanc droit du châtelet d’entrée en fouille © 2016, L. Humblot

L’intervention menée au pied du châtelet d’entrée a mobilisé 7 jeunes d’un établissement professionnel8 pendant 5 jours. L’objectif était de faire découvrir à ces lycéens de bac pro bâtiment le patrimoine historique de la Somme, et de les sensibiliser aux différentes techniques de construction, tout en les initiant aux techniques de fouille et du relevé.
La zone de fouille s’est concentrée sur le flanc droit du châtelet, d’une part au niveau des vestiges de la tour de guet et d’autre part au pied de la tour droite de façade.
Ce choix d’intervention a été guidée par une volonté de valoriser et d’agir sur les structures se trouvant encore en élévation, afin d’entrevoir rapidement des actions de sauvegarde. Par ailleurs, il y avait la nécessité de déterminer les configurations exactes de
l’édifice, pour compléter les relevés et pour réaliser des reconstitutions (maquette, représentation en 3D) (fig. 13).

Fig. 13 : reconstitution en 3D du châtelet d’entrée, L. Humblot

Le couvert végétal dissimulait légèrement l’arasement de la maçonnerie. A la base des vestiges de la tour de guet, après le dégagement d’une couche de démolition, un niveau induré est apparu. La fouille de ce dernier a livré une monnaie royale française d’Henri III de 1577. La découverte majeure de cette campagne réside dans la mise au jour du soubassement maçonné de la tour de guet. Cette construction, composée de parements calcaires, forme un angle droit (fig. 14).

Fig. 14 : les vestiges de la tour de guet © 2016, L. Humblot et plan du donjon (BM Abbeville, C37, M23)

Cette constatation vient contredire le plan extrait de l’ouvrage « La Picardie historique et monumentale » (BM Abbeville, C37, M23, fig. 14), qui représente l’angle sud du donjon par une forme circulaire en saillie. Il s’avère donc que cette représentation est erronée.
La fouille de la tour circulaire droite en façade a permis de mettre en évidence l’emprise totale de cette structure (fig. 15). La base du parement externe est composé de moellons en grès, mais aussi, à certains endroits, des briques ont été utilisés. Ceci indiquent des réfections.

Fig. 15 : tour droite du châtelet d’entrée © 2016, L. Humblot

Enfin, au centre du niveau de fonctionnement interne, il a été découvert l’entrée d’une salle basse. Cette dernière, partiellement comblée, est de forme quadrangulaire, voutée en berceau et parementée de gros blocs calcaires. Intégré dans la maçonnerie, un conduit rectangulaire pouvant correspondre à l’évacuation de latrines, a aussi été mis au jour.
L’autre investigation de 2016 s’est réalisée pendant les 4 semaines d’aout. Cette opération a consisté en l’élargissement des secteurs ouverts l’an passé. Cette intervention a permis de mettre au jour la tour dans sa globalité (fig.16).

Fig. 16 : La tourelle de flanquement du bâtiment résidentiel © 2016, S. Charrier

Il s’agit bien d’une tour d’angle, adossée à deux corps de bâtiment. Les murs de façade de ces derniers semblent être de même composition architecturale, avec un soubassement en damier, alternant moellon de grès et blocs de silex taillés.

Fig. 17 : le puits intégré à la maçonnerie de la tourelle d’escalier © 2016, S. Mouny

La fouille a révélé également des aménagements comme la présence d’un puits d’environ un mètre de diamètre. Il est intégré à la maçonnerie de la tour de flanquement (fig. 17). Ce dernier dispose aussi d’un parement interne en damier. La brique constitue la masse supérieure des murs.
Il possède une ouverture sur une pièce disposant d’un niveau d’un sol dallé partiellement conservé (fig. 16). Les dalles en calcaire dure, sont fortement brisées et possèdent des zones rougies ou noircies.

La fouille a aussi mis au jour une grande salle d’apparat du bâtiment résidentielle. Cette pièce dispose également d’un parement interne de composition mixte et se caractérise, dans l’angle est, par la présence d’un grand foyer délimité par un alignement de grès et de moellons calcaires appareillés. Les niveaux associés sont très charbonneux (fig. 18).

Fig. 18 : Une pièce du grand bâtiment résidentiel © 2016, S. Charrier

Fig. 19 : Effondrement du mur de refend © 2016, S. Mouny

Les murs de refend semblent être composés de plusieurs rangées de briques avec un bandeau horizontal de pierres calcaires de taille en assises alternées. Cette hypothèse est émise après la découverte d’un pan complet effondré sur place (fig. 19).

arasement

Fig. 20 : Arasement d’une structure construite parallèle au mur de façade du grand bâtiment © 2016, S. Mouny

Le long de ce grand bâtiment, il est apparu une semelle de fondation parallèle au mur de façade (fig. 20). L’intervalle laissé entre les deux structures est recouvert par un lambeau de sol damé de craie pillée. La largeur est de 1,20 mètre. L’espace délimite une sorte de couloir, qui se termine par une marche. S’agirait-il un portique ?

Les diverses campagnes de fouille menées sur le site du château d’Eaucourt-sur-Somme ont mis en évidence les vestiges d’une résidence de courtoisie, de type gentilhommière. Ce lieu affiche une fonction civile avec l’existence d’une élégante tour d’escalier intérieure, desservant un étage d’un grand bâtiment. Les qualités esthétiques de sa construction, résident dans l’utilisation de matériaux composites et leur association en damier, induisant une bichromie (Fig. 21). Cette volonté d’ornementation fait disparaître le caractère militaire du site et reflète un symbole de pouvoir et de privilège d’un certain milieu social.

Fig. 21 : Élégante tour d’escalier avec son parement en damier © 2016, S. Mouny

Son architecture permet de la dater entre la seconde moitié du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle. Les diverses phases d’occupation suivantes définissent un corps de château partiellement réaménagé en logement, qui évolue progressivement vers une vocation utilitaire de type agricole.

Fig. 22 : Plan des structures découvertes en S1lors de la campagne 2016

La fouille a montré l’ampleur des dépôts ainsi que l’intérêt des vestiges enfouis (Fig. 22). Leur état de conservation annonce une suite très prometteuse.

Retrouvez-nous sur notre page Facebook et suivez toute notre actualité !
https://www.facebook.com/Les-fouilles-du-château-dEaucourt-Somme-170642643269269/.

 

—————————

1. AN, R/117, n° 26, BM Abbeville, Ms 105, f° 50-68, AD Somme, G1587.
2.
Ch. –Cl. Lefebvre du Grosriez, Généalogie de Tillette…, imprimerie de Briez, Paillart et Retaux, Abbeville,
1870, 121 p.
3.
Collection H. Macqueron et le fonds E. Delignières de Saint-Amand, conservée à la bibliothèque municipale
d’Abbeville, carton 37, ab. M15 à M39.
4.
E. Prarond, Histoire de cinq villes et de Trois cents villages, hameaux ou fermes, 1e partie, Paris, 1861, p. 208
et R. De Belleval, Les fiefs et les seigneuries du Ponthieu et du Vimeu : essai sur leur transmission depuis l’an
1000 jusqu’en 1789, Paris, 1870, p. 120.
5.
S. Mouny, Le château d’Eaucourt-sur-Somme (Somme, Picardie), rapport de la campagne de sondages archéologiques déposé au SRA de Picardie, Vol. 1 (texte, 104 p.) et Vol. 2 (figures, 97 p.), Amiens, 2016.
6.
Sources iconographiques et littéraires.
7.
Dont une pièce de 50 centimes de franc de 1965.
8. L’institut Jean-Paul II de Denain dans le nord.

 


Une réflexion au sujet de « Les premières découvertes archéologiques au château d’Eaucourt-sur-Somme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *