Chronique de Vendeuil-Caply (2)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

C’est quoi un CCE ?

J’ai beau l’expliquer à chaque fois que j’en ai l’occasion, finalement, peu de gens savent que le Musée archéologique de l’Oise est également un Centre de Conservation et d’Étude (CCE), un des plus récents à l’échelle nationale.

Fig. 1 – CCE – Musée archéologique de l’Oise

La définition officielle de ce type de structure est la suivante : « Les CCE sont définis comme des unités de traitement et de gestion destinées à répondre aux besoins des archéologues et des musées en organisant une mutualisation des moyens et des compétences, en termes de conservation préventive, d’accessibilité, de valorisation scientifique des collections et du produit des fouilles, ainsi que de médiatisation auprès du grand public. »[1]

Fig. 2 – Logo des Centres de Conservation et d’Étude

Vous en conviendrez, cette définition est assez nébuleuse pour le grand public. Clarifions-la : un CCE est un lieu de conservation, dernière génération, de mobilier archéologique qui est généralement le fruit d’une collaboration entre l’État et une ou plusieurs collectivités territoriales. Son caractère récent lui permet de bénéficier d’un bâtiment répondant aux dernières normes de conservation et d’accessibilité. Enfin, cette structure n’a pas pour vocation de simplement conserver le mobilier archéologique, elle a également pour mission de le valoriser tant par des actions scientifiques (inventaire, accueil de chercheurs, articles, journées d’étude…) que par des manifestations destinées au grand public (participation aux Journées nationales de l’Archéologie, accueil de visiteurs, présentation des collections…).

Pour résumer, je définirais le CCE comme un lieu de stockage « intelligent », à mi-chemin entre un dépôt archéologique classique et un musée/centre d’interprétation, qui a pour objectif de mettre à la disposition de tous, du spécialiste au néophyte, le mobilier archéologique. Et en plus d’être une vitrine pour la discipline archéologique, il s’agit également d’un outil territorial qui responsabilise les collectivités avec le soutien des services de l’État.

Du dépôt au CCE

La mise en place d’un réseau de CCE à l’échelle nationale a été décidée par les autorités du Ministère de la Culture et de la Communication suite au constat établi par plusieurs rapports[2] portant sur la conservation du mobilier archéologique accumulé au cours des 60 dernières années. Que faire de ces milliers de caisses stockées partout en France dans des lieux pas toujours adaptés ? Si leur conservation sur le long terme est justifiée par l’étude scientifique des archéologues, elle doit cependant se faire selon une méthodologie précise (classement, inventaire et marquage) et dans de bonnes conditions (en fonction des spécificités de conservation de chaque matériau, dans un environnement stable en température et en humidité relative) au risque de perdre des informations cruciales et de rendre inexploitable le matériel.

Une distinction entre  « dépôt sas » et « dépôt silo » a été dans un premier temps établie mais cette terminologie était trop restrictive pour être mise en œuvre et traduisait une prise en charge de ces structures par et pour les archéologues, mettant de côté une collaboration avec d’autres institutions patrimoniales et une valorisation pour le grand public. Cette dernière est d’ailleurs, à l’origine, la chasse gardée des musées, ce qui a compliqué le processus de gestation du projet. « Dépôt », « réserve », « pôle de conservation », « centres de conservation » sont autant de termes qui ont été utilisés dans cette réflexion qui a abouti à la création du concept de CCE. Ils sont le reflet de la diversité des initiatives prises par les acteurs de l’archéologie à l’échelle nationale et des solutions trouvées localement pour conserver le mobilier archéologique, avec ou sans les musées. La création tardive des CCE est également due au rythme de l’archéologie qui s’est considérablement accéléré avec l’apparition des opérations de sauvetage qui sont devenue préventives. Les archéologues ont ainsi, souvent mais pas systématiquement, mis de côté le produit matériel de leurs travaux pour se concentrer sur la fouille et la publication des résultats[3].

La prise de conscience par les acteurs de l’archéologie d’une nécessaire reprise en main du mobilier archéologique, la mise en place d’un dialogue entre les différents acteurs (services de l’État, services territoriaux d’archéologie, musées) et l’implication de collectivités territoriales soucieuses de la conservation et de la valorisation de leur patrimoine sont à l’origine de la création d’un réseau de CCE.

Le CCE de Vendeuil-Caply

Le CCE de Vendeuil-Caply, installé dans le Musée archéologique de l’Oise, est le fruit d’une collaboration entre la Direction Régionale des Affaires Culturelles de l’ex-Région Picardie et la Communauté de Communes des Vallées de la Brèche et de la Noye. Cette dernière a récemment mené le projet de construction d’un musée moderne installé en 2011 sur le site archéologique de Vendeuil-Caply (agglomération gallo-romaine) et l’implication de l’État a permis l’intégration d’un CCE au sein du lieu, grâce à un soutien financier à hauteur de 700 000 euros sur un projet total de 2 600 000 euros. Cet investissement est à l’origine de la création d’une structure muséale pensée pour la conservation et la recherche. Le CCE-musée est ainsi doté de réserves doublées (deux grandes réserves et deux réserves métalliques) avec une distinction claire entre le mobilier géré par l’État et par la collectivité. En termes d’accueil, la structure dispose d’un centre de documentation, d’une salle des archives, d’un laboratoire et d’un atelier photographique.

Fig. 3 – Classement d’archives dans le centre de documentation du CCE – Musée archéologique de l’Oise

Le CCE de Vendeuil-Caply rayonne sur le territoire de la Communauté de Communes qui développe notamment un important projet territorial de Zone d’aménagement concerté impliquant une activité archéologique préalable à l’installation d’entreprises. La structure centralise également le résultat de fouilles et de prospections réalisées sur une zone élargie correspondant au Nord de l’Oise en collaboration avec le Service régional de l’archéologie (SRA) et les opérateurs archéologiques. Le CCE accueille par ailleurs le mobilier archéologique issu des fouilles programmées de Vendeuil-Caply pendant sa période d’étude de cinq ans et joue ainsi le rôle d’un « dépôt sas » dans l’attente d’une prise en charge directe de ce mobilier par le musée.

Un chantier en cours

En dépit de la création de la structure en 2011, le CCE de Vendeuil-Caply est encore un chantier en cours. Construire un bâtiment n’est malheureusement pas suffisant pour ce type de projet, il faut désormais le faire vivre et cela prend du temps. Le Musée archéologique de l’Oise collabore actuellement avec le SRA Hauts-de-France pour la mise en œuvre d’un chantier des collections : l’État finance le matériel tandis que la Communauté de Communes fournit la main d’œuvre pour le reconditionnement des collections conservées dans les réserves du CCE. Ce travail est l’occasion de rationnaliser le rangement du mobilier archéologique en fonction de son lieu de prélèvement et des types de matériaux afin de faciliter à terme son inventaire et son marquage précis. Ce chantier devrait se terminer l’année prochaine.

Fig. 4 – Conditionnement des années 1990 dans des caisses en polystyrène

Fig. 5 – Reconditionnement pendant le chantier des collections

Fig. 6 – Reconditionnement de mobilier métallique

Les collections du CCE de Vendeuil-Caply sont constituées de la manière suivante :

  • Mobilier issu des fouilles préalables à la construction de l’autoroute A16 dans les années 1990 sur le territoire de la Communauté de Communes.
  • Mobilier prélevé lors de fouilles préventives menées dans les années 2000 dans le Nord de l’Oise.
  • Mobilier prélevé lors de prospections pédestres au cours des 50 dernières années sur le territoire de la Communauté de Communes.
  • Mobilier issu des fouilles programmées de Vendeuil-Caply en cours d’étude.
  • Collections privées dont la propriété a été transmise à l’État.

Et après ?

Comme vous l’aurez compris, un CCE n’est pas un dépôt archéologique fermé au public. Il conviendra à terme de réaliser un important travail de communication pour informer les chercheurs que des collections archéologiques sont exploitables d’un point de vue scientifique à Vendeuil-Caply. La structure travaille actuellement sur la mise au point d’outils facilitant la communication du mobilier et des archives afférentes aux spécialistes et aux étudiants, mais il est d’ores et déjà possible de faire des demandes au CCE-musée. A titre d’exemple, le groupe Meule a trouvé à Vendeuil-Caply un corpus très intéressant en cours d’étude scientifique.

Une action de valorisation est menée par le CCE-musée depuis deux ans pour exploiter le potentiel muséographique que représentent ces collections. De plus, des visites des réserves sont organisées pour montrer au public le travail réalisé en coulisse. Enfin, un financement participatif a été lancé pour la première fois en 2016 pour la restauration d’un objet appartenant aux collections du CCE, une situle du IIIe siècle de notre ère. Cette opération intitulée « Situle vaut bien » devrait permettre de réunir 25% de la somme nécessaire.

Un important travail de mise en réseau est également mené par le SRA Hauts-de-France afin de favoriser les échanges entre les CCE de l’ex-Picardie. Le CCE de Vendeuil-Caply sera donc amené à collaborer avec ceux de Soissons et de Ribemont-sur-Ancre dans une optique de cohérence territoriale d’harmonisation des pratiques de conservation et de valorisation qui devrait, à terme, s’élargir à la nouvelle Région Hauts-de-France.

——————

[1] http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Archeologie/Conserver-proteger/Lieux-de-conservation, consulté le 01/11/16

[2] Les rapports Papinot et Verron (1998) ; Duval (2004) ; Magnan et al. (2007).

[3] Jean-François Charnier, « Les centres de conservation et d’étude, une nouvelle politique de l’État vers les dépôts archéologiques et la gestion des mobiliers du patrimoine », Les Nouvelles de l’archéologie, 113, 2008, p. 48.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *