Chronique de Vendeuil-Caply (1)

Tous les deux mois, le directeur du Musée archéologique de l’Oise, Adrien Bossard, sort sa plume pour proposer sur la plateforme numérique Nordoc’archéo un billet portant sur la structure dont il a la gestion.

 

Il y a tout juste soixante ans débutaient les premières recherches de terrain du XXe siècle à Vendeuil-Caply. L’examen d’un cliché aérien pris par l’I.G.N., en 1955, montrant l’existence d’un théâtre sur le Mont Catelet est à l’origine des premiers sondages réalisés l’année suivante[1]. Soixante ans, ce n’est pas rien : plusieurs générations de passionnés, archéologues chevronnés ou néophytes, se sont succédées et ont participé à la découverte de ce site archéologique majeur des Hauts-de-France. Il convient donc de leur rendre hommage car c’est leur activité désintéressée qui est à l’origine de la création d’un musée de dernière génération sur le site archéologique en 2011.

Un projet muséal est protéiforme et complexe puisqu’il comprend la gestion d’un lieu, d’un corpus d’œuvres, des personnes qui en ont la charge mais aussi sa mise en réseau afin de le faire connaître et vivre. La mise en œuvre de ce type de projet est à la fois passionnante et épuisante, le temps manque pour prendre un recul souvent salvateur. La plateforme numérique Nordoc’archéo me donne l’opportunité de faire un bilan en présentant le Musée archéologique de l’Oise de manière exhaustive à travers une chronique qui va explorer le passé et le présent de la structure, de sa genèse à son installation dans un bâtiment Haute Qualité Environnementale, en passant par ses collections, leur exploitation scientifique et leur valorisation.

Fig 1 : Restitution du Grand Théâtre de Vendeuil-Caply © V. Delebarre

Fig. 2 : Animation au Grand Théâtre de Vendeuil-Caply © Musée archéologique de l’Oise

« Vendeuil-Caply ? Oui, le théâtre… je connais. » est la réponse que j’entends lorsque j’évoque le site archéologique en dehors du musée. Cette réaction montre que le travail de communication autour de l’existence d’une structure muséale est un chantier en cours. Nous avons pourtant doublé le nombre de visiteurs en 2015 et attiré plus de 800 participants aux Journées européennes du Patrimoine de la même année. Développer la reconnaissance de ce musée atypique, isolé et pourtant remarquable est un travail de longue haleine parce qu’il est implanté dans un territoire très rural qui est un espace de transition entre le Nord et la région parisienne, parce qu’il est de plus en plus difficile de déplacer des élèves, parce que la diffusion d’information n’est pas toujours aisée… Le théâtre antique est, quant à lui, beaucoup plus connu car ouvert au public en accès libre depuis les années 1980 tandis que l’exploitation scientifique du site est célèbre dans le milieu de l’archéologie en raison des belles découvertes réalisées au cours des soixante dernières années.

L’isolement relatif du Musée archéologique de l’Oise n’est pas à considérer comme un désavantage, bien au contraire. Certes, la structure ne bénéficie pas de l’effet d’aubaine que procure à un musée son installation dans une ville. Mais j’aime à penser que le musée de Vendeuil-Caply attire un public intéressé qui fait la démarche d’y venir afin d’en savoir plus sur le site archéologique. Cela se ressent dans le comportement des visiteurs qui prennent réellement leur temps au musée comme au théâtre antique. Le lieu est d’ailleurs propice à la contemplation, au milieu des champs de céréales, là où une ville antique a disparu et où le temps s’est suspendu il y a 1500 ans.

Le Pérou des Antiquaires

Vendeuil-Caply, c’est avant tout un site archéologique exceptionnel, connu depuis le XVIe siècle. Les premières découvertes documentées font l’objet en 1574 d’un rapport rédigé « sur l’ordre exprès du Prince de Condé, seigneur châtelain de Breteuil, par Jean Warnier, curé dudit Breteuil, et Georges Thury, prêtre habitué, homme d’érudition, et scrutateur des antiquités. » S’appuyant sur les Commentaires de Jules César, ces historiens établissent à cette époque un lien entre les vestiges qu’ils observent et Bratuspantium, la capitale des Bellovaques. Ce lien, loin d’être évident à l’heure actuelle, est sans doute à l’origine de l’intérêt constant suscité par Vendeuil-Caply depuis cinq siècles. Sa richesse en objets antiques mais aussi en pierres taillées à réutiliser lui octroie une grande renommée et le site devient le « Pérou des antiquaires » au XVIIe siècle. En 1631, Pierre Louvet, historien du Beauvaisis, réalise des observations phytographiques[2] bien avant l’avènement des techniques modernes de la prospection archéologique : « (…) paroissent encore des fondements forts massifs, de forts grandes remarques, de grandes espaces de logis, grand nombre de puis et caves, quantité de médailles d’argent et de cuivre ; et principalement quand cette grande campagne est ensemencée en bled, on y reconoit encore le compassement et les endrois des rues ou le bled est plus petit qu’es lieux ou les maisons étoient bâties. » De nombreux antiquaires se sont par la suite intéressés au site et ont pu ainsi enrichir leurs cabinets de curiosités avec des objets prélevés sur place.

Au début du XIXe siècle, Jacques Cambry, premier préfet de l’Oise en 1800, entreprend des fouilles à Vendeuil-Caply sur plus de vingt points différents dans la vallée Saint-Denis, avec pour objectif de mesurer l’étendue de l’agglomération antique et d’en prouver l’origine gauloise. Puis au milieu du siècle, l’abbé Devic établit une synthèse des découvertes réalisées à Vendeuil-Caply. En 1863, Napoléon III est à l’origine de fouilles réalisées par ses soldats qui « n’allèrent pas à l’encontre de la quasi certitude acquise sur Bratuspance. »

Fig. 3 : Plan de l’abbé Devic, 1838, collections du Musée archéologique de l’Oise

Il faut ensuite attendre 1955 et le cliché aérien de l’I.G.N. révélant l’existence d’un théâtre sur le Catelet pour que les travaux archéologiques reprennent à Vendeuil-Caply, sous la direction de Gérard Dufour. Ce dernier, aidé à ses débuts par le R. P. André Noché, mène jusqu’en 1986 des fouilles sur le théâtre du Catelet, les fossés du camp romain, le théâtre de la vallée Saint-Denis et une zone d’habitat. De 1976 à 1989, Daniel Piton dirige quant à lui des opérations sur le fanum du Catelet, la chronologie des zones d’habitat et de la voirie dans la vallée, les sépultures du Froidmont, la nécropole du Haut Moyen Age du Clos de Vendeuil et l’église primitive de Vendeuil. Une pause d’une vingtaine d’années dans la recherche de terrain a permis la publication d’une synthèse en 1993 dans la revue Nord-Ouest archéologie.

Le site antique

Le site archéologique de Vendeuil-Caply, encadré par les collines du Catelet et du Calmont, s’étend sur plus de cent hectares et s’insère dans la vallée Saint-Denis. Un camp romain, identifié grâce à des photographies aériennes de Roger Agache, s’est installé sur le Catelet à la fin de la Guerre des Gaules. On suspecte depuis longtemps l’existence d’un oppidum sur le Calmont mais cette hypothèse reste encore dans l’attente d’une confirmation.

Fig. 4 : Fouilles de Vendeuil-Caply, 2014 © Musée archéologique de l’Oise

Les recherches ont déterminé qu’une agglomération secondaire a été créée dans la vallée à la fin du règne d’Auguste. Cette ville, dont le nom nous échappe encore, est dotée de temples et de deux théâtres, dont le plus grand pouvait accueillir environ 5000 spectateurs. Le réseau viaire connu présente un parcellaire bien organisé et un maillage serré qui suggèrent une forte densité de population, sans que l’on puisse pour l’instant avancer une quelconque estimation démographique. La superficie de l’agglomération ainsi que la grande diversité du mobilier archéologique témoignent de l’importance de la ville et de son rôle économique et social pour le territoire.

Densément occupée du Ier au IIe siècle de notre ère, le développement de l’agglomération antique de Vendeuil-Caply connaît un coup d’arrêt vers 170-180 en raison d’un incendie. Cet événement marque le début d’un exode progressif de la population sur plus de trois siècles. Puis au début du Ve siècle, la ville est définitivement abandonnée et la nature reprend possession du site. C’est d’ailleurs l’absence d’occupation postérieure qui fait l’intérêt du site car les archéologues y pratiquent une archéologie urbaine au milieu des champs.

La genèse du musée actuel

L’histoire du Musée archéologique de l’Oise est étroitement liée à l’archéologie de terrain pratiquée à Vendeuil-Caply. La structure actuelle a pour ancêtre un simple dépôt créé au début des années 1960 pour accueillir le mobilier archéologique prélevé lors des fouilles dirigées par Gérard Dufour avec l’aide du Révérend Père Noché et de son équipe de jeunes bénévoles. Les fouilles se structurent dans la foulée avec la création en 1968 de l’Association des Amis de Vendeuil-Caply dont la vocation première est d’organiser les opérations d’un point de vue logistique. Durant les années 1970-1980, deux équipes de chercheurs interviennent sur le site : celle de Gérard Dufour qui œuvre dans le Grand théâtre et celle de Daniel Piton qui explore le reste de l’agglomération antique. Le corpus de vestiges s’accroît en conséquence. En 1982, le site archéologique acquiert une reconnaissance institutionnelle et patrimoniale avec le classement au titre des Monuments historiques du Grand théâtre qui fait ensuite l’objet d’un aménagement afin de permettre au public d’y accéder.

S’ensuit une prise de conscience de la nécessité de valoriser le patrimoine archéologique accumulé au fil des années et l’association pour le Musée archéologique de la Région de Breteuil voit le jour en 1985. Le dépôt de fouille devient un musée contrôlé en 1989 sous la supervision de Vincent Pomarède, aujourd’hui conservateur au Musée du Louvre. Dans les années 1990, en marge de l’accueil des visiteurs dans un espace d’exposition installé à Breteuil, le projet d’un musée au rayonnement plus important destiné à valoriser le patrimoine de Vendeuil-Caply, mais aussi de ses alentours, devient un projet structurant pour le territoire des Vallées de la Brèche et de la Noye. Et après avoir envisagé plusieurs sites d’implantation de ce musée, les élus de la Communauté de Communes des Vallées de la Brèche et de la Noye actent la création d’un nouveau musée de site, appelé Musée archéologique de l’Oise, à 200 m du théâtre antique dont la conception est confiée à l’agence Serero. Saluons ici l’activité de Éric Labastie et Esclarmonde Monteil qui, successivement à la tête du musée, ont fait aboutir le projet.

Fig. 5 : Projet du Musée archéologique de l’Oise © Serero architectes urbanistes

Un moteur pour la recherche de terrain

La construction du musée constitue en elle-même un acte archéologique pour deux raisons. La première est la relance de l’activité scientifique in situ car la création d’un lieu pouvant servir de base a incité les archéologues à réinvestir le site antique après une longue pause de 25 ans. La seconde est la découverte d’une nécropole inédite proto-mérovingienne. Cette dernière a pu être fouillée intégralement de 2008 à 2011 sous la direction de Daniel Piton. Suite à ce chantier, Vincent Legros, ingénieur de recherche au SRA de la Région Hauts-de-France, a pris la direction des opérations qui se sont recentrées sur l’agglomération antique et explorent depuis 2012 un espace urbain situé devant le Grand théâtre.

Fig. 6 : Fouilles de la nécropole des Marmousets © Sébastien Charrier

Les fouilles et le musée entretiennent des relations fortes. D’un point de vue pratique, le bâtiment est l’endroit idéal pour prendre en charge du mobilier archéologique brut de fouille, le laver, le trier, l’inventorier en vue de son étude par les spécialistes. Le musée présente ainsi l’avantage d’avoir des collections alimentées année après année en vestiges étudiés préalablement. Cette proximité est d’autant plus appréciable qu’elle facilite grandement leur exploitation muséale, tant en termes d’inventaire que d’exposition du mobilier découvert. L’activité du musée est également un soutien scientifique pour les archéologues de terrain puisque l’étude des objets peut être approfondie sur le long terme avec des projets patrimoniaux impliquant des partenaires comme le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, appellation dont bénéficie le Musée archéologique de l’Oise. Enfin, il est important de souligner que l’activité de terrain est bénéfique pour la réputation de la structure sur le territoire. Chaque année le site archéologique s’anime avec les visites du chantier, les conférences, les allées et venues joyeuses des fouilleurs et les découvertes au fil des jours.

Fig. 7 : Réserve © Musée archéologique de l’Oise

Une architecture moderne

Je ne suis, bien entendu, pas du tout objectif mais il me semble que le Musée archéologique de l’Oise est beau. Le souvenir de ma première visite reste marquant en raison d’une forte charge émotionnelle liée à la découverte du premier poste de ma carrière mais aussi du panorama champêtre dans lequel s’inscrit le bâtiment. Ses lignes épurées et sa carapace métallique offrent en effet un contraste saisissant avec les champs à perte de vue. L’intégration dans le paysage est accentuée par son double toit végétalisé qui lui octroie par ailleurs une meilleure isolation thermique.

Fig. 8 : Toit du Musée archéologique de l’Oise © La Remise

Le musée présente une surface totale de 1200 m2 comprenant une salle d’exposition de 200 m2 dont le volume est intéressant à retravailler année après année pour des expositions temporaires. Pour ce qui est de l’accueil, le musée dispose d’une boutique aérée et bien garnie, d’une salle pédagogique pour les scolaires et les ateliers, d’une bibliothèque avec vue sur les champs et de bureaux adaptés aux besoins de l’équipe. S’y trouvent également une salle de travail où il est possible d’étudier le mobilier archéologique ainsi qu’une salle des archives qui conserve de la documentation en lien avec les fouilles, le musée et l’Association des Amis de Vendeuil-Caply.

Fig. 9 : Salle d’exposition © Musée archéologique de l’Oise

Les réserves dédiées à la conservation des collections présentent des conditions idéales grâce un système de climatisation renforcé par une ventilation passive. Les espaces de stockage sont doublés en raison de l’existence au sein du bâtiment d’un Centre de conservation et d’étude (CCE) dépendant du Service régional de l’archéologie que je présenterai dans une prochaine chronique. Le musée et le CCE disposent chacun d’une grande réserve de 100 m2, dans laquelle le taux d’humidité relative est de 50%, et d’une petite réserve où le taux est abaissé à 40% afin de permettre une bonne conservation du mobilier métallique.

Fig. 10 : Réserve © Musée archéologique de l’Oise

De plus, le musée bénéficie d’un chauffage géothermique qui lui permet de faire des économies non négligeables en consommation d’énergie et comporte un atelier de menuiserie dans lequel est fabriquée une grande partie du mobilier muséographique. Enfin, le bâtiment a été construit de plain-pied afin de faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite.

 To be continued

Cette première chronique a planté le décor : un site archéologique majeur du Nord de la France, un théâtre antique extrait du sol, un musée moderne au milieu des champs. De nombreux sujets seront évoqués dans les prochains articles : que fais-je de mes journées hormis écrire des textes pour Nordoc’archéo ? Un musée c’est bien beau mais que conserve-t-il ? Que fait l’équipe quand le musée est fermé ? C’est quoi un Centre de conservation et d’étude ? Comment faire connaître un musée perdu dans la campagne picarde ? Au fil des réponses se dessinera le spectre des activités du Musée archéologique de l’Oise, un lieu où on aime le patrimoine et ça se sent !

Fig. 11 : Nuit des Musées 2015 © La Remise

[1] Daniel Piton (dir.), Nord Ouest archéologie, « Vendeuil-Caply », n°5, 1992-1993, p. 39.

[2] Observation de la poussée différentielle des céréales qui peut révéler la localisation de sites archéologiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *