Louis-Gabriel Bellon (1819-1899) et sa collection d’antiques

Archéologue, collectionneur et peintre du XIXe siècle, article rédigé par Corinne Helin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS).

Louis-Gabriel Bellon (1819-1899) a fouillé dans les années 1874-1879 plusieurs cimetières situées à Saint-Nicolas-lez-Arras. Il a également constitué la plus grande collection d’antiqué du XIXe siècle dont une partie de la collection a été mise aux enchères lors une vente publique en 2009.

Louis-Gabriel-Bellon

Louis-Gabriel Bellon (tiré de de Cardevacque 1899, p. [124])

Sommaire

L’enfance de Louis-Gabriel Bellon

Bellon-Naissance

Acte de naissance de Louis-Gabriel Bellon (Archives départementales du Nord 5 Mi 044 R 141)

Louis-Gabriel Bellon est né à Lille le 20 octobre 1819 d’une famille industrielle. Ses parents sont Louis-Joseph Bellon et Célestine Mullet, tous deux originaires d’Arras. Il étudie dans la maison d’éducation fondée par son père à Bouchain en 1821, la pension Bellon. À 15 ans, Louis-Gabriel perd ses parents, il est confié ainsi que sa jeune soeur à sa grand-mère paternelle qui habite Arras.

Louis-Gabriel poursuit ses études à l’institution Poupelle puis obtient en 1835 un emploi à la mairie d’Arras. Il entre peu de temps après à la préfecture et parvient à la direction du bureau militaire1.

Louis-Gabriel Bellon épouse le 7 janvier 1840 Rosalie Monchy. Après son mariage, il s’établit à Saint-Nicolas près d’Arras. Le 11 juin 1843, il entre au sein du conseil municipal, il est nommé vice-président de la Commission provisoire après la Révolution de février 1848, le 18 mars, puis maire de la commune le 3 juillet 1848. Fonction qu’il occupe jusqu’en octobre 1852, date à laquelle il quitte la Préfecture d’Arras pour s’installer à Rouen où il s’associe avec son beau-frère, M. Dubuisson, qui a fondé un important commerce de draperies et d’habillements. À Rouen, il consacre une partie de son temps à des oeuvres de bienfaisance, il fut l’un des fondateurs du Refuge du Petit-Quevilly où étaient recueillis les enfants abandonnés. Il siège pendant 6 ans à partir de 1887 comme juge du Tribunal consulaire2.

Louis-gabriel Bellon et la peinture.

En 1834, Louis-Gabriel Bellon fréquente l’atelier du peintre arrageois Constant Dutilleux. Constant Dutilleux s’est installé à Arras en 1830 où il est nommé professeur de dessins. Il y acquiert une certaine notoriété qui lui permet d’ouvrir son propre atelier. Il s’établit également comme imprimeur-lithographe. Sous l’influence de Camille Corot, Constant Dutilleux modifie profondément sa technique en allégeant son coloris. Louis-Gabriel Bellon devient un peintre amateur et produit un grand nombre de dessins, aquarelles, peintures, copies d’après les maîtres, portraits, études d’après nature. Il cotoie également Camille Corot dont il devient l’ami. Il prit part, sous l’impulsion de Constant Dutilleux, au grand mouvement de transformation dans la manière de peindre le paysage, qui se produisit à cette époque, et plus tard, à la suite des travaux de Camille Corot.

Dans le milieu du XIXe siècle, le parc et le vivier du domaine de Louis-Gabriel Bellon deviennent un lieu de rendez-vous de Corot avec les artistes aujourd’hui regroupés sous l’appellation d' »École d’Arras ». Il reçoit entre autre peintre Georges Camus qui lui aussi se passionne pour l’archéologie et amasse une collection d’objets antiques proche de celle de Bellon mais de moindre qualité. Louis-Gabriel Bellon doit donner à son fils le goût de la peinture car lui aussi peint des tableaux et devient peintre paysagiste. Autour de Constant Dutilleux gravite un groupe d’amis et d’élèves dont Paul Bellon (1844-1928). Camille Corot encourage le talent de Paul Bellon lequel organise à Saint-Nicolas-les-Arras la célébration des 50 ans de peinture de Corot en 1872. Corot retournera en juillet 1874, un an avant sa mort, dans la propriété de Louis-Gabriel Bellon où il exécutera le tableau intitulé « Le moulin de Saint-Nicolas-lez-Arras » (tableau conservé aujourd’hui au musée d’Orsay). De ce paysage, trois tableaux indiques ont été peint le même jour dans les mêmes conditions par Camille Corot, Charles Desavary et Paul Bellon. Paul Bellon pratique une peinture plus claire et plus lumineuse que Corot, manifestement plus en phase avec son époque, celle des Impressionnistes3. Paul Bellon est également un photographe expérimenté.

Moulin-Saint-Nicolas-lez-arras-Corot

Camille Corot. Le moulin de Saint-Nicolas-lez-Arras, 1874 (Photo © Musée d’Orsay/RMN)

Mouin-Saint-Nicolas-les-Arras-Bellon

Paul Bellon. Le moulin à Saint-Nicolas-lez-Arras, 1874, collection particulière (Photo : D.R.)

Louis-Gabriel Bellon et l’archéologie.

Sous la houlette d’Auguste Terninck, Louis-Gabriel Bellon s’est initié aux fouilles archéologiques. Il revient régulièrement à Saint-Nicolas où il procède à de nouvelles excavations.

En 1874, il fouille avec Auguste Terninck un riche cimetière mérovingien le long du chemin d’Hénin à Saint-Nicolas-lez-Arras. Il découvre une quinzaine de coffrages en pierres brutes et une sépulture de cheval. Les tombes comprenaient peu d’armes, plusieurs fibules, plaques-boucles en fer damasquiné4,…

De 1875 à 1878, il entreprit la fouille de quatre sépultures gallo-romaines avec Auguste Terninck à Saint-Nicolas-lez-Arras. Dans son Artois souterrain, tome II, Auguste Terninck indique : « Monsieur Bellon, négociant à Rouen et propriétaire à Saint-Nicolas, s’est associé avec moi pour ces explorations et en a partagé les découvertes »5. Les tombes découvertes étaient entourées d’un large fossé circulaire6. Il s’agit de tombes à incinération avec un riche mobilier daté du début du Ier siècle. En 1878, la collection Bellon comportait une patère et une oenochoé en bronze doré ainsi qu’une coupe en sigillée AMAN et portant sous le pied un graffite qui fut lu LIBIINT PRIMI CONATTI provenant sans doute de ces tombes7. Une partie du mobilier notamment de la verrerie et des vases fut prêtée par Louis-Gabriel Bellon pour l’exposition rétrospective des arts et monuments du Pas-de-Calais qui eut lieu à Arras du 20 mai au 21 juin 18968.

Frise-Lacouture-Bellon579

Frise de l’église de la Couture, côté de l’épître par Louis-Gabriel Bellon (tiré de Statistique monumentale du département du Pas-de-Calais, Tome 3, 3e livraison, 1880).

Louis-Gabriel Bellon fut nommé à la Commission des Monuments historiques du Pas-de-Calais le 3 avril 1879. Sa nomination avait été proposée par MM. De Linas et Terninck lors de la séance du 9 janvier 18799. Pour la Commission, il reproduisit notamment la frise de l’église de Lacouture, pour laquelle  il reçut le 3 avril 1880, les félicitations unanimes de ses collègues pour son travail de reproduction. Cette reproduction orne une des livraisons de la Statistique monumentale du Pas-de-Calais. Lors de réunions de la Commission auxquelles il participait, il ramenait des objets issus de ses fouilles.

En juillet 1879, Louis-Gabriel Bellon apprit que des ouvriers travaillant dans la carrière située sur le bord de la route d’Arras à Roclincourt dans la commune de Saint-Nicolas-lez-Arras, avait ramassé, au milieu d’un éboulement, un vase d’époque gallo-romaine10. Il entreprit aussitôt des sondages sur le terrain voisin de l’éboulement et découvrit une partie d’un cimetière gallo-romain. L’autre partie avait été détruite par l’exploitation de la carrière à ciel ouvert. La fouille fut entreprise du 10 août au 23 novembre 1879. Une vingtaine de tombes à incinération furent mises au jour, elles étaient de petites dimensions et peu profondes. Elles étaient entourées d’un fossé. Six tombes contenaient un mobilier assez important datant du milieu du Ier siècle11.

Lors des fouilles qu’il entreprenait, il attachait une grande importance à dessiner avec exactitude l’emplacement de chaque objet, ce fut le cas des dessins de l’intérieur des tombes qu’il fouillait à Saint-Nicolas-les-Arras. Il estimait qu’un objet sorti de son milieu, sans indication de sa provenance n’avait plus la moindre valeur archéologique et ne devenait plus qu’un bibelot. Cette méthode de reproduction de l’intérieur des sépultures étaient jusqu’alors inappliquée.

Lors des séances de la Commission, il présentait des objets issus de ses fouilles. En 1896, il envoya à l’exposition organisée par la Commission les plus beaux échantillons de sa collection de Saint-Nicolas ainsi que quelques pièces rares de son musée de Rouen.

En 1879, il fut nommé membre correspondant de l’Académie d’Arras.

La collection de Louis-Gabriel Bellon

Louis-Gabriel Bellon fut également un grand collectionneur du XIXe siècle. Dans les années 1870, il investit les bénéfices tirés du commerce lucratif de draps et d’habillement qu’il exerce à Rouen pour constituer ce qui va devenir la plus importante collection d’antiques de France à la fin du XIXe siècle. Méthodique et consciencieux, il tenait à jour des carnets, véritables inventaires, où chaque objet acquis était décrit, dessiné et référencé.

Enfant-presentoir-vaisselle

Enfant devant un présentoir à Vaisselle, provenance Asie Mineure (Wikimedia ; Musée du Louvre, photo : © Marie-Lan Nguyen)

Il recherche plus particulièrement les antiquités grecques et romaines et se passionne pour les figurines en terre cuite de Tanagra. Il s’agit de statuettes apparues aux IVe et IIIe siècle av. J.-C. représentant une femme ou un enfant. Le terme Tanagra est inventé au XIXe siècle pour désigner ces statuettes trouvées par centaines en 1870 dans la nécropole mycénienne de Tanagra, cité grecque antique de Béotie. Il fut l’un des premiers à collectionner ces terres cuites. Pour cela, il reste en contact avec les fouilleurs qui travaillent dans les nécropoles d’Asie Mineure. En 1878, une partie de sa collection de tanagréennes fut présentée lors de l’exposition du Trocadéro, puis à celle de Rouen en 1884 où il fut nommé membre de l’exposition nationale et régionale de Rouen12. Il envoya également des spécimens de ses statuettes de Tanagra, à la même époque, à l’exposition d’arts rétrospectifs au Palais des Consuls de Rouen. Suite à ces expositions, la renommée de la collection Bellon se répandit et de nombreux archéologues, conservateurs, professeurs vinrent la visiter.

Barillet-Amiens

Barillet en verre bleuté d’époque gallo-romaine, IIIe-IVe siècle, provenant d’Amiens, 1875 (tiré de KUNICKI Christophe. Les antiques de Louis Gabriel Bellon, 1819-1899. 2009)

Sa collection fait également une large place aux antiquités nationales et en particulier à celles du Pas-de-Calais et de la Somme. Il se fournissait sur les sites prolifiques des années 1870-1880, en particulier Amiens et Boulogne. Il avait mis sur pied un réseau de correspondants l’informant des découvertes fortuites susceptibles de l’intéresser. Les objets trouvés lors des fouilles qu’il a entreprises à Saint-Nicolas-lez-Arras constituent également une part importante de sa collection. La documentation établie par Paul Bellon et conservée au Musée Opale Sud de Berck-sur-Mer comprend des annotations signalant ces achats faits par l’intermédiaire de correspondants sur place ou chez les marchands parisiens et autres grands collectionneurs de la fin du XIXe siècle. Elle permet également l’identification d’un nombre important d’objets trouvés en Artois et en Picardie13.

La collection régionale de Louis-Gabriel Bellon comprend au moins 97 céramiques et 90 verreries provenant de la nécropole du Vieil-Âtre à Boulogne-sur-Mer et au moins 123 céramiques et 117 verreries provenant des sépultures des quartiers Saint-Louis et Saint-Roch à Amiens.

Les dernières années de sa vie et le devenir de sa collection

Vers le milieu de l’année 1896, Louis-Gabriel Bellon fut atteint d’un anévrisme de l’artère principal de la jambe gauche. Il dut quitter Rouen pour rejoindre sa propriété de Saint-Nicolas, pour se reposer. Le mal progressa rapidement et il dut être amputé de la cuisse pour le débarrasser d’une infection qui mettait ses jours en dangers. L’opération fut un succès. Bellon retrouva son ancienne vigueur et repris ses activités. Dans la soirée du 18 mai 1899, il fut pris de vives douleurs après son repas. Il mourut deux jours près14.

Après sa mort, son fil Paul Bellon (1844-1928) continua d’enrichir la collection et réaménagea la propriété familiale à Saint-Nicolas-lez-Arras en un véritable musée privé. Trois salles du second étage de la maison renfermaient des peintures de son ami Camille Corot et des élèves de ce dernier. Paul Bellon avait consacré une galerie de 12,75 m de long pour 5,70 m de large aux antiquités régionales mais aussi grecques, romaines et à la collection de Tanagra de son père.

Malheureusement, la propriété de Paul Bellon subit les ravages de la guerre. En octobre 1914 et au début de l’année 1915, alors que l’état-major d’un régiment de zouaves loge dans la propriété, elle est bombardée par les Allemands15. Une grande partie de la collection est alors détruite ainsi qu’une partie de la documentation relative à leur origine. Ce qu’il reste de la collection est conservé dans différentes branches de la famille jusqu’en avril 2009, date à laquelle deux mille objets répartis en 380 lots furent vendus aux enchères lors d’une vente publique. Cette vente a eu lieu le 4 avril 2009 à Vannes, ville où résidait encore un descendant de Louis-Gabriel Bellon ce qui explique le choix de cette ville pour la vente aux enchères. La collection mise en vente étaient constituée d’une centaine de verres antiques (époque grecque et romaine, du Ve siècle avant J.-C. au Ier siècle ap. J.-C.), près de 80 bronzes, des céramiques grecques ainsi que des Tanagras. Elle a été vendue entre divers musées, des collectionneurs français et étrangers par le commissaire-priseur Jack-Philippe Ruellan.

Pour connaître la totalité de la collection mise aux enchères, cliquez ici.

Musée du Louvre :

Le musée du Louvre a pu acquérir douze pièces, sept vases grecs et cinq figurines de terre cuite, dont quelques unes rares et exceptionnelles (tasse à fond blanc, canthare laconien, « guttus » ainsi que des « sujets de genre » béotiens et un petit garçon devant un présentoir de vaisselle). Un espace permanent est destiné à cette collection au Louvre. Celle-ci regroupe des pièces d’une richesse et d’une finesse incomparables et témoigne de l’importance historique de notre lointain passé et de nos racines culturelles. Six autres achats furent réalisés par la direction des musées de France en faveur des musées du Petit Palais, d’Amiens et de Berck-sur-Mer.

Musée Opale-Sud de Berck-sur-Mer :

Le Musée d’Opale-Sud possède quelques uns des objets de la collection Bellon grâce à des acquisitions réalisées ces dernières années avec le concours du Fonds Régional d’Acquisition des Musées (FRAM – État-Région). Une partie de la documentation établie par Paul Bellon est également parvenue à ce musée. Cette documentation permet de fournir des renseignements sur la manière dont la collection a été constituée. Le Musée Opale Sud a accueilli du 3 octobre 2015 au 5 février 2016 une exposition consacrée à la collection Bellon sous l’angle de sa composante régionale.

  • Notes :

1. Cardevacque 1899, p. 126.
2. Cardevacque 1899, p. 126-127.
3. Coyne 2013
4. Delmaire 1994, p. 39-40.
5. Terninck 1981, p. 232 (tome 2)
6. Bellon 1883, p. 318.
7. Delmaire 1994, p. 39.
8. Loriquet 1896, pp. 155-158.
9. Cardevacque 1899, p. 131.
10. Bellon 1883, p. 316.
11. Delmaire 1994, p. 39.
12. Cardevacque 1899, p. 129.
13. http://www.oukankoi.fr/?p=22418
14. Cardevacque 1899, p. 133.
15. http://www.oukankoi.fr/?p=22418

  • Bibliographie

Archéologie, antiquités grecques, romaines. [en ligne] http://www.gazette-drouot.com/static/resultat_vente_encheres/enchere.html?lang=fr&id=df4rn53ls6ko53mq5ihnvnw7u6c0tqcspvwx112dftc52p5v6sqc0s4j

Bellon 1883 : Bellon Louis-Gabriel. Sépultures gallo-romaines : fouilles de Saint-Nicolas en 1879. Bulletin de la Commission des antiquités départementales (Pas-de-Calais). 1883, tome V, n° 5, pp. 316-320.

BENHAMOU-HUET Judith. Vannes, capitale mondiale du tanagra.[en ligne] http://www.lesechos.fr/03/04/2009/LesEchos/20398-168-ECH_vannes–capitale-mondiale-du-tanagra.htm#Jo8iUYSdmfvRWEKc.99

Cardevacque 1899 : Cardevacque A. de. Discours nécrologique sur Gabriel Bellon. Mémoires de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1899, tome II, 1ère livraison, pp. 125-133.

Coyne 2013 : Coyne Gilles. Corot dans la lumière du Nord. [en ligne] http://www.actualite-des-arts.com/joomla1.5/index.php/component/content/article?id=147:corot-desavary-cliches-verre-dutilleux-bellon-paul

Delmaire 1994 : Delmaire Roland. Le Pas-de-Calais. Paris : Académie des inscriptions et belles-lettres, Ministère de la Culture, 1994, 2 vol. (608 p.) (Carte archéologique de la Gaulle ; 62).

Dilly 2004 : Dilly Georges. La collection Bellon, les verres trouvés en France. Bulletin de l’AFAV, 2004, p. 22-25.

Dilly 2015 : Dilly Georges. La collection Bellon : racines régionales. Berck-sur-Mer : Musée Opale-Sud, 2015, 64 p.

Kunicki 2009 : Kunicki Christophe. Les antiques de Louis Gabriel Bellon, 1819-1899. [en ligne] https://dl.dropboxusercontent.com/u/41227380/Catalogues/Vannes-LG-Bellon-4-Avril-09.pdf

La collection Bellon – Racines régionales. [en ligne] http://www.oukankoi.fr/?p=22418

Loriquet 1896 : Loriquet Henri. Catalogue de l’exposition rétrospective des arts et monuments du Pas-de-Calais, Arras, 20 mai-21 juin 1896. Arras : Imp. moderne d’Arras, 1896, XXXI-362 p.

Terninck 1981 : Terninck Auguste. L’Artois souterrain : études archéologiques sur cette contrée depuis les temps les plus reculés jusqu’au règne de Charlemagne. Brionne : éd. G. Monfort, 1981, 4 vol.

 


Une réflexion au sujet de « Louis-Gabriel Bellon (1819-1899) et sa collection d’antiques »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *