Roger Rodière, historien et archéologue montreuillois

Cet article a été rédigé par Jean-Claude Routier, archéologue à l’Inrap.

rodiereCette présentation de Roger Rodière s’inspire en majeure partie de la Bibliographie historique de Montreuil-sur-Mer et de son pays publiée en 2009 par Frédéric Brasseur1. Dans les sept premiers chapitres, l’auteur cite toutes les sources historiques du Montreuillois : articles de revues ou périodiques, livres, fascicules, tirés à part et mémoires de maîtrise édités ou thèses, atlas généraux de géographie, manuscrits, ex libris, catalogue iconographique. Il dresse ensuite dans le chapitre 8 un portrait rapide des historiens de Montreuil depuis le XIXe s., de Charles Henneguier, Florentin Lefils, Auguste Bracquehay à Georges de Lhomel et de Roger Rodière, Louis-Alphonse Dautricourt jusqu’à Albert Leroy et Lucien Vasseur.

Dans cette liste, Roger Rodière (1870-1944) est considéré comme l’érudit historien archiviste-paléographe et archéologue les plus fertiles de son temps2. Reconnaissable par sa haute silhouette, sa barbe banche et son manteau de peau de bique l’hiver (voir ci-joints portrait et photo de visite extérieure en 1926). Sa vocation commença jeune avec la lecture du « Dictionnaire archéologique de l’arrondissement de Montreuil-sur-Mer » d’Albéric de Calonne qui fréquentait les parents de Roger Rodière3.

En visite (manoir) Rodière

Il publie à l’âge de 15 ans « La plus vieille maison de Montreuil » dans le Cabinet historique de l’Artois et de la Picardie. C’était le prélude à 59 ans de publications ! En consacrant sa vie à la recherche historique, il a laissé une œuvre colossale. La « collection Rodière », déposée aux Archives Départementales du Pas-de-Calais, représente 37,5 mètres linéaires ; « elle compte 3607 numéros d’inventaire dont 2687 pour les imprimés et 920 pour les manuscrits, lesquels « forment un précieux ensemble concernant l’histoire régionale, l’archéologie et l’épigraphie du Pas-de-Calais et principalement de la région picarde de ce département » (Wikipédia). «Il visita l’ensemble des églises du département de fond en comble, inventoria et compulsa nombre de registres de mairies, de chartriers, de minutes notariales4, copia énormément de documents, et tout ceci avec les moyens de l’époque, c’est-à-dire à la main, en se déplaçant à pied, puis en voiture à cheval, et enfin bien plus tard en se faisant transporter en auto par un ami ; il reçu l’aide précieuse d’Alphonse Dautricourt, érudit local lui aussi, qui lui fit la lecture quand Rodière fut atteint de troubles de la vision puis de cécité.

Epigraphie526Il collabora à une vingtaine de sociétés savantes, mais celle pour laquelle il a consacré le plus clair de son temps est la Commission Départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais dont il fut l’actif secrétaire pendant plus de trente ans (1912-1944). Il œuvra sans cesse pour l’inventaire et le classement de notre patrimoine et fut la cheville ouvrière des Epigraphie du Pas-de-Calais (4 tomes publiés entre 1902 et 1912), écrivant à lui seul 5500 des 8100 pages de cet ouvrage ! » (Brasseur 2009, lignes 16 à 23 p. 259).

Rodière publie plus d’une dizaine de notes et communications dans Le Cabinet Historiques de l’Artois et de la Picardie entre 1891 et 1899 ; il produira ensuite et régulièrement quelques études dans les Mémoires et de nombreux articles dans le Bulletin de la Commission Départementale des Monuments Historiques du Pas-de-Calais ; il travailla également pour d’autres Sociétés Savantes dont il était vice-président, membre honoraire ou titulaire5. En 1941, il est nommé inspecteur de la Société française d’archéologie pour les départements de la Somme, Aisne et Nord6. Ses travaux (au moins 161 publications) restent pour longtemps la base indispensable de toute étude à caractère historique mais aussi archéologique pour qui cherche à approfondir ses connaissances du patrimoine local.

Pays-Vimeu527Roger Rodière avait en effet le regard de l’archéologue qu’il exprime dans l’introduction de son Pays du Vimeu  en disant : « La figure de ce monde est passagère ; les générations qui nous suivront ne verront plus ce que nous yeux ont vu. Conservons pieusement la mémoire des œuvres que nos pères nous ont léguées, entre tant d’autres que les révolutions et le temps qui passe ont détruites ou défigurées et qui ont disparue sans laisser de trace » (cité par Brasseur 2009, lignes 24 à 27). Son attachement au pays montreuillois l’amène à se pencher sur des problématiques comme le franchissement de la Canche à Attin dès le haut Moyen Age (Le bac d’Attin, 1905) ou les aléas de juridiction des beffrois successifs de Montreuil (Le Clocher de Saint-Saulve de Montreuil, 1913).

L’histoire religieuse a sa préférence avec des études conséquentes : Les corps saints de Montreuil-sur-Mer. Etude historique sur les trésors des abbayes de Saint-saulve et de Sainte-Austreberthe et de la paroisse Saint-Saulve (1901). Le patrimoine bâti le conduit à décrire précisément les ouvrages (remparts) et monuments (églises) du vieux Montreuil : Le clocher de Saint-Saulve de Montreuil-sur-Mer,1913 ; Notice sur les anciennes églises et monastères de Montreuil-sur-Mer, 1935 ; et surtout Le Pays de Montreuil, dans La Picardie Historique et Monumentale,1933 (137 p).

Il suffit de parcourir ce dernier ouvrage pour juger des qualités et compétence de Rodière comme historien de l’art et archéologue. Il décrit minutieusement les vestiges dans leur état, replace les églises dans leur contexte historique en joignant pièces justificatives et minutes notariales pour illustrer son propos et en se référant aux travaux de ses prédécesseurs (Charles Henneguier, Auguste Bracquehay, Camille Enlart) ou de ses contemporains (Georges de Lhomel, Alphonse Dautricourt). Sa description architecturale des piliers historiés de la nef, des voussures et de la statuaire du portail de Saint-Saulve sert toujours à d’éminents spécialistes professeurs d’art comme aux guides patrimoniaux de la ville. Rodière y dresse un état de tous les édifices religieux (églises, hôpitaux, couvents) de Montreuil et des environs sans oublier leurs mobiliers et accessoires (cloches, pièces du trésor, sceaux), le lapidaire comme les épitaphes et les pierres tombales qu’il déchiffre du latin gothique usé par le passage du temps.

On dispose ainsi de plusieurs descriptions d’églises dans le giron de Montreuil (Hénocq, Humbert, Douriez, Groffliers, Cucq) ainsi que l’analyse des pièces du mobilier d’art sacré : « Notes sur quelques cloches anciennes de Picardie et d’Artois »(Mém. de la C. des M. H., T.2, fasc.3, 1901, p.308-383) ; «Maître-autel en chêne de l’église de Boisjean », (Bull. de la C.D. des M. H. du P.d.C. , T.3, p.42) ; « Les monuments funéraires de l’église de Longvillers », (Bull. de la C.D. des M. H. du P.d.C., T.4, p.472-473) ou encore «Voyage héraldique dans quelques églises du Ponthieu en 1697 »(Mémoires de la Société d’Emulation d’Abbeville, 1905).

pagePour l’architecture militaire, Rodière fait un bilan conservatoire complet des remparts médiévaux et de la Citadelle dans son Pays de Montreuil (p.1 à 26). Il publiera dans ce domaine les «Restes d’un vieux donjon carré – le Château de Lianne à Beaurainville » (Bull. de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.3, p.34-36) ; «Le château de Beaurain » (Bull. de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.5, p.446) ; «Notice sur le château-fort de Fressin », (Mémoires de la C. D. des M. H. du P.d.C., 1926 (écrit avec l’Abbé Pentel) ; ou encore «Les vieux manoirs du Boulonnais »,1925 (2 tomes), fruit d’une rencontre et collaboration avec l’archéologue Boulonnais Ernest Hamy.

Rodière avait le souci de rapporter les trouvailles fortuites, comme pour un inventaire archéologique :
– «Découverte archéologique à Neuville-sous-Montreuil (tombe à incinération, monnaies, fragments d’amphores, pic de légionnaire, coin monétaire, etc, d’époque gallo-romaine) » (Bull. de la C. D. de M. H. du P.d.C.,1913, p.39-40) ;
– « Communication sur un pavement trouvé à Montreuil » (Bull. de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.5, 1925, p.127-128) ;
– « Cimetière gallo-romain découvert à Beaurainville » (Bull.de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.5, p.278) ;
– « Sarcophage du Moyen-Age. Un fragment sous le clocher de l’église de Verton et découverte d’un cercueil en pierre de l’époque franque » (Bull de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.6, p.196) ;
– « Découverte de deux modillons en forme de tête humaine découvertes dans une ballastière à Recques » (Bull. de la C. D. des M. H. du P.d.C., T.6, p.609-610).7

Cette préoccupation à consigner les découvertes me fut efficace pour comprendre toute l’importance des vestiges enfouis et l’urgence qu’il y a de bien enregistrer les archives du sous-sol dans les chantiers de fouilles conduits dans les années 1990 à Montreuil (sites de l’église Saint-Walloy en 1991-92, fouilles des tours du front de la Madelaine en 1992, cloître de l’ancienne abbaye Saint-Saulve en 1994). Ce fut le début d’une archéologie urbaine poursuivie depuis par une quinzaine d’opérations de diagnostics et de fouilles en différents endroits de la ville jusqu’en 2014. Natif du pays et acteur principal de cette archéologie de terroir que l’on m’a souvent disputée parfois combattue, j’explique cet attachement par le fait même d’être longtemps resté disponible à toute intervention de fouilles possible à Montreuil8.

hommage Rodière dans journal 1984«Roger Rodière fut une personnalité marquante en matière de conservation et de valorisation du patrimoine. Membre influent de la Commission des Monuments Historiques, il fit protéger plus de 700 objets entre 1905 et 1914. A Montreuil, il fonde (en 1923) en compagnie de quelques personnalités la Société des Amis du Vieux Montreuil qui installe dans la citadelle le premier musée de la ville (ouvert en 1927). Le musée qui porte désormais son nom (depuis 1973) lui doit une grande partie des collections lapidaires, témoins de la richesse des églises du Montreuillois9».

Rodière avait la passion du patrimoine, un engouement qui démarra dès l’enfance et cessa avec son décès, quelques jours seulement après la libération de Montreuil par les Canadiens en septembre 194410. Pour les chercheurs et érudits de la seconde moitié du XXe s., Guilbert, Albert Leroy, Lucien Vasseur, et les universitaires, Pierre Héliot, Jacques Thiébaut, Bruno Béthouart, Roger Rodière est incontournable pour les sources bibliographiques et tous lui reconnaissent un rôle primordial dans la connaissance historique de Montreuil et de ses environs.

écusson RodièreNotes :

1. Frédéric Brasseur : Bibliographie historique de Montreuil-sur-Mer et de son pays. 2009, 2 tomes (texte, iconographie)
2. Lucien Vasseur, autre historien de Montreuil avait consacré un hommage à Roger Rodière dans le Bulletin trimestriel n°3 (septembre 1994) de la Commission Historique de Syndicat d’initiative de Montreuil-sur-Mer.
3. Roger Rodière est né au n°1 rue des Etuves à Montreuil ; son père était notaire. Il vécut ensuite au n°77 de la Grand Rue, anciennement rue Pierre Ledent (d’après note n°92 de Brasseur 2009, p. 259). Un milieu familial aisé le mit à l’abri des préoccupations matérielles et permit à Roger Rodière de se consacrer à la recherche historique tout au long de son existence prolifique en travaux.
4. Ses « Analyses de minutes notariales » sont réunies en quatre volumes manuscrits d’environ mille pages chacun !(Brasseur 2009, note 95, p. 259).
5. la Société d’Emulation d’Abbeville (en 1899, 1914,1915, 1939), la Société d’Etudes de la province de Cambrai, la Société des Antiquaires de la Picardie, la Société des Antiquaires de la Morinie, la Société Académique de Boulogne.
6. Béthouart dir. Histoire de Montreuil-sur-Mer, 2008, p. 330.
7. Après les avoir vues, je dirais que ces deux têtes calcaires, de style hellénistique, sont très énigmatiques ; elles sont conservées chez Jean Leroy dont les grands-parents possédaient une carrière d’argile pour la fabrication de tuiles dans les ballastières de Recques où elles furent trouvées ; notons aussi deux vases bilobés du IVe s. publiées par l’archéologue Daniel Piton.
8. Chantier de la maison de retraite Saint-Walloy en 1991 et 1992 ; fouilles des tours du front de la Madelaine en 1992 ; extension de la mairie de Montreuil en 1994, fouilles du chœur de l’église Saint-Saulve entre 2009 et 2011.
9. Delphine Maeyaert (D.), Benoît Blanc, La sculpture dans le Montreuillois à la fin du Moyen Age, 2010, p. 21.

Bibliographie :

Bruno Béthouart (dir). Histoire de Montreuil-sur-Mer. Editions Henry, 2008, rééd.

Frédéric Brasseur. Bibliographie historique de Montreuil-sur-Mer et de son pays, 2009, 2 tomes (Tome 1 : texte, tome 2 : iconographie), 265 p., publié par l’Association des Amis des Musées et du Patrimoine du Montreuillois.

Pierre Héliot. Les églises du Moyen Age dans le Pas-de-Calais, 2 tomes, 1951, Mém. Comm. Hist. du P.-de-C., Arras, 2 volumes ; vol. 1 (1951), vol. 2 (1953).

Jean Guilbert. Les institutions municipales de Montreuil, Faculté de droit de Paris, 1954, 214 p.

Roger Rodière. Le Bac d’Attin, Mém. Comm. Hist. du P.-de-C., Arras, 1905.

Roger Rodière. Le Pays de Montreuil, La Picardie Historique et Monumentale, Société des Antiquaires de la Picardie, 1933, 121 p.

Roger Rodière. Le clocher de Saint-Saulve de Montreuil. Mém. Comm. Hist. du P.-de-C., Tome III, Arras, 1913.

Delphine Maeyaert (D.), Benoît Blanc, La sculpture dans le Montreuillois à la fin du Moyen Age, Catalogue d’exposition, Service du patrimoine du Montreuillois, 2010, p. 21

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *