Les soldats voyageurs : une quantité exceptionnelle de graffitis de soldats de la Grande Guerre dans la Cité souterraine de Naours

Cet article a été rédigé par Gilles Prilaux (Inrap) et Matthieu Beuvin (Cité souterraine de Naours).

C’est à l’occasion d’une intervention archéologique coordonnée par un chercheur de l’Inrap dans le vaste site souterrain de Naours (80) à l’invitation de la Communauté de communes Bocage-Hallue, qu’a été découverte une concentration insoupçonnée à ce jour de graffitis et d’inscriptions de soldats de la Grande Guerre. Contrairement au discours touristique trop longtemps délivré sur la présence d’un hôpital souterrain, les premiers résultats des recherches permettent aujourd’hui de penser que ces traces laissées sur les parois des galeries ont été faites à l’occasion de visites touristiques et d’agrément à quelques kilomètres des premières lignes du front. Elles permettent ainsi d’alimenter la thématique très rarement étudiée des loisirs et des distractions des soldats pendant la Grande Guerre.

Le souterrain aménagé de Naours, un refuge des biens et des hommes dès le XIVe siècle.

IMG_1848Le site de Naours a été redécouvert à la fin du XIXe siècle par l’abbé Danicourt, qui au terme de 18 années de fouilles et d’importants travaux de déblaiements, a rendu accessible dès 1888 cet incroyable ouvrage souterrain. Les souterrains aménagés de Picardie et d’Artois diffèrent des autres cavités artificielles par l’organisation générale qu’ils présentent. Ces systèmes se présentent toujours sous une forme plus ou moins ramifiée et complexe. Le réseau de Naours offre la particularité de se structurer à partir d’un épicentre correspondant à d’anciennes carrières d’extraction au bout desquelles une douzaine de ramifications se développent pour former des « îlots » plus ou moins bien individualisés. Les recherches archéologiques menées depuis un an ont permis de conforter une occupation importante de ces lieux au début du XVIIe siècle comme le prouvent des inscriptions épigraphes, des pièces de monnaies, des poteries et des balles de mousquets.

4La véritable surprise lors de nos investigations de 2014 a été de mettre en lumière une concentration exceptionnelle d’inscriptions de la Grande Guerre. La majeure partie des salles et des couloirs du réseau souterrain porte des traces de soldats de la première Guerre. A ce jour le dénombrement précis n’est pas définitif, mais il peut être estimé à 2810.

Naours apparaît aujourd’hui comme le site recélant le plus grand nombre d’inscriptions 14/18. Ces inscriptions témoignent du passage de quelques soldats français pour l’année 1915, mais surtout australiens à partir de 1916 qui représentent au moins 80% du corpus. On notera également des noms laissés, dans une moindre mesure, par des soldats britanniques, américains, canadiens et indiens.

3Ces graffiti se retrouvent soit regroupés en très grand nombre dans les vastes salles situées à l’ouest du réseau (correspondant aux anciennes carrières), soit plus isolés et rassemblant quelques noms de soldats (souvent d’une même unité). En règle générale, les soldats ont indiqué à l’aide d’un crayon mine leurs nom et initiale(s) du prénom, parfois l’unité militaire de rattachement (bataillon et corps d’armée), la ville de naissance ou de demeure et une abréviation du pays. Ainsi, avec uniquement quelques lignes, quelques mots laissés sur une paroi, il est parfois possible d’obtenir de très nombreuses informations sur ces soldats par l’intermédiaire des archives nationales d’Australie (National Archives of Australia, AIF Project …) ou britanniques (Imperial War Museum). La bonne fortune de nos recherches permet aujourd’hui de savoir que ces inscriptions de la Grande Guerre ont été faites à l’occasion de « visites de loisirs » ou « visites d’agréments » par des soldats très probablement stationnés à Vignacourt. En effet, en 1916, Vignacourt, petit bourg situé à l’ouest de l’axe Amiens-Doullens, était doté d’une gare le positionnant comme un lieu idéal pour l’installation d’un hôpital et de structures sanitaires. Les blessés y sont évacués et les convalescents s’y reposent et se distraient. En 1918, Vignacourt sera par ailleurs un site d’entrainement des troupes et le QG de la Royal Air Force.

Quatre documents permettent aujourd’hui de prouver que ces inscriptions ont été faites à l’occasion de sorties organisées pour les soldats au repos ou en convalescence dans le secteur.

IMG_5236Le témoignage le plus précieux (nous remercions à ce titre Charles Lee pour son aide précieuse dans cette enquête) repose sur la correspondance du soldat William Joseph Allan Allsop qui éclaire très précisément sur les activités de détente des soldats dans ce secteur et plus particulièrement dans les souterrains de Naours. La visite de ce soldat est attestée par sa propre signature sur un mur du souterrain ! Allan s’engage dans l’AIF (Australian Impérial Force) le 22 Août 1915 à l’âge de 22 ans. Il est incorporé le 23 juillet 1915. Il embarque à Melbourne sur le bâtiment HMAT SS Ascanius le 10 octobre 1915 pour l’Egypte. Il est brancardier et estafette dans le 8ème Ambulance de campagne, AIF, en Egypte et en France. W.J. Allan Allsop a tenu un journal du 23 juillet 1915 au 31 décembre 1917, actuellement archivé au Michel Library en Australie.

Après un périple de plusieurs mois, il stationne finalement près de Vignacourt dans la Somme avec la section A de la 8ème unité d’Ambulance de campagne. Il semble profiter des divertissements proposés à Vignacourt, concerts et spectacles, match de boxe, et aussi du studio de photo d’Antoinette et Louis Thuillier dans la cour de leur ferme. De Vignacourt, Allan et ses camarades visitent les sites d’intérêts alentours, et dans son journal de 23 novembre 1916 au 4 janvier 1917, page 48 il écrit :

« Rien à faire. Censés visiter les cavernes (Naours ?), mais transport pas disponible » et le 2 janvier 1917 « … dans l’après midi, un groupe de 10 d’entre nous part aux fameuses grottes près de Naours, où les réfugiés avaient l’habitude de se cacher en temps d’invasion. Les grottes contiennent 300 pièces à peu près – dont l’une mesure 1000 mètres de long. Une division entière, avec hommes, chevaux, canons et transport pourrait entrer ici…… ».

Le second provient de la correspondance d’Alexander et James Patterson, deux jeunes soldats australiens. Alec (Alexander) écrit à sa mère le 23 juillet 1916 et décrit le village de Naours : « Il est une ville souterraine ici creusée sous une grande colline. Il y a des centaines d’années et les gens avaient l’habitude de se cacher chaque fois que la France a été envahie ».

Leur bataillon a été soumis aux violents combats de Pozières. James (dit Jim) sera blessé le 9 août et évacué. Alec écrit à sa mère : « je l’ai perdu dans la charge. J’ai été touché par un éclat d’obus, mais il ne m’a pas fait une grande blessure ». Trois semaines plus tard, le 27 août, Alec sera tué pendant la bataille de la ferme du Mouquet.

IMG_5159Le troisième document provient du journal personnel de Douglas Gray Marks, qui écrit le 23 et le 24 juillet 1916 : « nous avons passé une après-midi très agréable avec le « doc » et les deux institutrices de Naours …..nous avons visité les souterrains. Ces grottes ont été un refuge sûr pendant de nombreuses guerres ».

Enfin, en 1935, Georges Leroy rapporte dans ses écrits sur les « pacifiques combattants » :

« Nous partons à 4 heures du matin de Briquemesnil. Nous traversons la Somme à Ailly-sur-Somme, et, allant toujours plus au nord, nous paraissons quitter la zone dangereuse à l’est d’Amiens. Nous arrivons à Naours à 1 heure de l’après-midi. Nous assistons au concert d’une musique anglaise, puis nous nous reposons. Je sors, le soir, avec Tortrat ; nous allons dans un café enfumé bondé d’Anglais, puis nous allons voir l’entrée des souterrains qui sont la curiosité du pays ».

Il est ainsi avéré que le site de Naours était encore bien connu des habitants du canton durant la première Guerre mondiale, ces derniers ayant très probablement tiré quelques profits de cette curiosité locale en organisant des visites pour les soldats.

L’objectif que nous nous sommes fixés durant l’année 2015 a donné priorité à l’inventaire et la cartographie des inscriptions de la Grande Guerre. En effet, le nombre de traces, leur grande fragilité (il faut se rappeler qu’elles sont pour la plupart écrites au crayon-mine), la vocation touristique de la cité souterraine et la valorisation qui a été faite par la presse régionale, nationale et internationale, suite à la découverte de ces traces, sont autant d’arguments qui donnaient un sens à ce premier travail d’inventaire.

L’inventaire des inscriptions a été confié à Thierry Hardier, enseignant, membre du CRID 14-18 (Collectif de recherche et de débat international sur la guerre), spécialiste des inscriptions de la Grande Guerre, docteur en histoire contemporaine, auteur d’une Thèse soutenue en 2011 à Strasbourg, sous la direction de Nicole Piétri : « Les traces rupestres réalisées par les combattants de la guerre de 1914-1918 dans les creutes de l’Aisne et de l’Oise ». Il est également auteur de nombreux articles sur ce thème, mais on peut rappeler deux ouvrages qu’il a co-écrits avec Jean-François Jagielski « Combattre et mourir pendant la Grande Guerre, 1914-1925 », et « Oublier l’apocalypse ; loisirs et distractions des combattants pendant la Grande Guerre » aux éditions Imago.

Il a également contribué à plusieurs ouvrages sur la Grande Guerre dont « Reconstructions en Picardie après 1918 » (Réunion des Musées Nationaux, 2000), « Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire ». (N. Offenstadt dir., Stock, 2004), « La Grande Guerre . Pratiques et expériences » (R. Cazals et al. dir., Privat, 2005), « De guerre lasse 1918 » ( Conseil Général de l’Aisne, 2008), « 1914-1918 L’Oise dans la Grande Guerre », Conseil général de L’Oise, 2011, « 500 témoins de la Grande Guerre », (Rémy Cazals dir., Ed. midi-pyrénéennes/Edhisto, 2013.

Il a été commissaire des expositions « Louis Leclabart, un artiste picard dans la Grande Guerre » (Musée du Noyonnais, 2010-2011) et « Des artistes sur le front de l’Oise » (musée du Noyonnais, 2014).

En 1991, il a été chargé par la D.R.A.C. (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et la D.I.R.E.N. (Direction Régionale de l’Environnement) du pré-inventaire des sites de la Grande Guerre en Picardie. A la suite de ce pré-inventaire, il a été chargé par la D.R.A.C., en 1995 et en 1998, d’établir des dossiers de classement de 23 vestiges de la Première Guerre mondiale en Picardie au titre des Monuments Historiques (loi de 1913).

IMG_5056

Le projet de base de données relationnelle fait suite à l’inventaire historique et systématique de l’ensemble des inscriptions et traces présentes dans la Cité souterraine de Naours. Cet inventaire, réalisé par Thierry Hardier, sous forme de notes manuscrites et de clichés photographiques est en cours d’achèvement. La constitution d’une base de données relationnelle devait permettre de préserver la pérennité et l’homogénéité des données ainsi que leur consultation et de rendre possible des traitements de recherche, d’analyse, et statistique. En terme de consultation, la base de données devait être accessible à la fois par un public scientifique dont l’utilisation se concentrerait sur les aspects de saisies, de recherche et d’analyse, et sur un public ouvert pour permettre une consultation en ligne des informations saisies. En parallèle, Erick Mariette, topographe à l’Inrap, a mené un travail de numérisation des plans anciens disponibles pour les souterrains de Naours afin d’obtenir un support cartographique pour localiser les éléments décrits dans la base de données. D’autre part, dans le cadre d’un travail universitaire mené par Maxime Balland (INSA, Strasbourg), cette base de données devait trouver une connexion avec des campagnes de lever topographique en trois dimensions réalisées sur l’ensemble des galeries souterraines de Naours.

L’Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg (INSA), qui est une école d’ingénieurs possédant un département topographie et modélisation 3D, a proposé à la cité souterraine de Naours un partenariat ayant pour objectif de développer un Projet de Recherche Technologique par la numérisation 3D d’une partie du souterrain et l’intégration de la base de données graffiti. En octobre 2015 une équipe de l’INSA a permis de mettre en place un canevas topographique dans un secteur, d’effectuer des relevés par scanner laser et l’acquisition d’images à haute résolution pour les traitements photogrammétriques et le calcul d’orthophotos. De nouveaux relevés seront entrepris dès janvier 2016 par Maxime Balland (étudiant à l’INSA qui effectuera pendant 6 mois son projet de recherche à Naours) avec l’extension de la modélisation du souterrain sur la base de la zone modélisée en octobre 2015 avec 3 zones possibles pour les orthophotos. Le modèle 3D servira de base de recherches suivantes : livraison du modèle 3D avec la base de données recensant les graffiti WW1 de naours (outils à définir QGis par exemple), réalisation d’une animation 3D pouvant à terme être mise en ligne sur le site internet de la cité souterraine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *