Ernest-Théodore Hamy (1842-1908)

Cet article a été rédigé par Angélique Demon, archéologue territorial, Service archéologique de la Ville de Boulogne-sur-Mer.

Ernest-Théodore Hamy est né le 22 juin 1842 à Boulogne-sur-Mer, où son père est pharmacien. Il suit des études de médecine à la Faculté de Paris et obtient le titre de docteur en 1868. En 1869, il devient l’assistant de Paul Broca, fondateur de la Société d’anthropologie de Paris, et se découvre une véritable vocation. Il abandonne alors la médecine pour se consacrer à l’anthropologie. En 1872, il entre au Muséum national d’histoire naturelle comme aide-naturaliste et assistant d’Armand de Quatrefages, à qui il succède en 1892.

Ernest-Théodore Hamy s’intéresse également à l’ethnographie, au point d’être considéré comme l’un des fondateurs de la discipline en France. Lors de l’exposition universelle de 1867, il est chargé de l’étude de momies et de crânes égyptiens rassemblés par un autre boulonnais, Auguste Mariette. Mais il reste surtout connu pour être l’un des initiateurs et le premier conservateur du Musée d’ethnographie du Trocadéro (Musée de l’Homme), fondé en 1880.

Parallèlement à sa carrière parisienne, Ernest-Théodore Hamy, qui reste très attaché à sa ville natale, consacre une grande partie de son énergie à l’archéologie boulonnaise, contribuant au développement des sciences historiques et préhistoriques dans la région.

Dès 1857, encore adolescent, il accompagne son professeur, le Chanoine Daniel Haigneré (1824-1893), sur plusieurs de ses chantiers de fouilles archéologiques[1] et travaille notamment sur les sites mérovingiens de Pincthun (Echinghen), où le Chanoine lui confie la réalisation des dessins du mobilier, puis d’Hardenthun (Marquise). C’est également avec le Chanoine Haigneré qu’il publie sa première notice archéologique en 1862[2].

Sommaire

E.T. Hamy et l’archéologie de la ville antique de Boulogne-sur-Mer[3].

Ernest-Théodore Hamy passe chaque année ses vacances dans sa ville natale. Il en profite pour réaliser des fouilles ou participer aux nombreuses opérations archéologiques qui se développent à Boulogne ou dans le Boulonnais.

Fondateur de la Commission historique du Vieux Boulogne, son autorité en matière d’archéologie est reconnue par ses contemporains, puisque nombre d’entre eux n’hésitent pas à lui confier des découvertes effectuées fortuitement pour expertise. Cette matière alimente les multiples chroniques et rapports que Hamy publie dans les bulletins de la Société Académique, dont il est l’un des contributeurs réguliers, dès 1866. Parallèlement, il participe activement à l’enrichissement des collections d’archéologie locale du Musée de Boulogne-sur-Mer, créé en 1825. Les registres d’inventaire du musée mentionnent plus de 700 entrées provenant de ses chantiers[4]. Il est également à l’origine de l’entrée au musée de plusieurs collections particulières, dont certaines conservent aujourd’hui encore une valeur documentaire et scientifique importante. C’est ainsi que le mobilier paléolithique issu des fouilles que Gatien Chaplain-Duparc réalise dans les seules grottes que compte la région, dans le Boulonnais[5], entre au musée de Boulogne.

A Boulogne même, plusieurs de ces fouilles sont de véritables opérations de sauvetage, car elles sont suscitées par le suivi des grands travaux d’aménagement de la ville, qui se développe de manière inédite à l’époque, avec l’aménagement du lit de la Liane en 1887, les travaux de la Rue Porte Gayole, en 1888 ou encore l’extension du Cimetière de l’Est dans les années 1890[6].

La découverte de l’enceinte de l’antiquité tardive :

A l’occasion du percement d’un passage destiné aux piétons dans la porte de Calais en 1895, des ouvriers mettent au jour des blocs de pierre, réemployés dans la muraille. Appelé pour expertiser la découverte, E.T. Hamy en perçoit immédiatement l’intérêt : assisté d’Alphonse Lefebvre, il dresse le plan des vestiges, ainsi qu’une coupe. Il s’agit ici de la première observation du rempart romain de Boulogne[7]. Ces premières observations sur les fortifications antiques de Boulogne ne seront poursuivies que 100 ans plus tard, lorsque dans les années 1990, le service archéologie de Boulogne sonde, sous la direction d’Eric Belot, les souterrains du Château pour mettre de nouveau au jour le rempart romain.

L’apport méthodologique et scientifique d’E.T. Hamy à l’archéologie régionale et locale est indéniable, tout comme son influence sur les travaux des érudits locaux, dont il étudie volontiers le mobilier.

Membre des associations locales, comme la Société Académique, il publie de nombreuses notices et présente le résultat de ses fouilles. Il publie également des synthèses sur l’archéologie locale, et tout particulièrement l’article « Boulogne dans l’Antiquité » dans le volume offert à l’occasion du congrès de l’AFAS, en 1899, Boulogne-sur-Mer et la région boulonnaise qui constitue une véritable carte archéologique, recensant l’ensemble des connaissances de l’époque. Son autre grande synthèse sur « Les sigles figulins de la Flotte de Bretagne », parue dans le Bulletin de la Société Académique de 1904-1907[8], est l’une de ses dernières publications, soulignant encore son attachement à Boulogne et à l’archéologie locale.

Contrairement aux « chasseurs d’objets », nombreux à cette époque, il porte un intérêt au contexte et utilise les objets pour argumenter ses interprétations et ouvrir vers des problématiques plus larges. Il a également le souci de réaliser ses fouilles pour le compte d’institutions comme le Musée de Boulogne[9] ou de la société Académique, même lorsqu’il finance lui-même les recherches.

L’action d’Ernest-Théodore Hamy est donc déterminante dans la naissance de l’archéologie boulonnaise et régionale. Son importante capacité de travail, la rigueur de son esprit scientifique, et son apport méthodologique, restent certains.

[1] Vallin L. « Les pionniers de la Préhistoire Régionale : Ernest Hamy (1842-1908) » in Les Cahiers de Préhistoire du Nord » 5, 1er semestre 1989, pp. 16-19.

[2] Reinach Th « Notice sur la vie et les travaux de M. le Dr Hamy, lue dans la séance du 9 décembre 1910 » in Compte-rendu des séances de l’année – Académie des inscriptions et belles-lettres, 55e année, N. 1, 1911. pp. 55-142.

[3] Hamy E.-Th. « Boulogne dans l’Antiquité » in Boulogne-sur-Mer et la région Boulonnaise, tome 1, ouvrage édité par la municipalité à l’occasion du congrès pour l’avancement des sciences, 1899, pp. 28-48.

[4]Ce décompte comprend l’ensemble des entrées aux registres Préhistorique, Gallo-romain et Mérovingien du Musée.

[5]Hamy E.T. « Note sur les fouilles exécutées par M. Chaplain-Duparc » Bulletin de la Société Académique du Boulonnais, tome 4 (1885-1890) page 362.

[6] « Société Académique – compte rendu de la séance du 05 octobre 1894 » in l’Impartial, 20 octobre 1894.

[7] Ce plan est publié par E. Hamy dans  « Boulogne dans l’Antiquité » in Boulogne-sur-Mer et la région Boulonnaise, tome 1, ouvrage édité par la municipalité à l’occasion du congrès pour l’avancement des sciences, 1899, p. 38.

[8] Hamy E.T. « Les sigles figulins de la Flotte de Bretagne » in Bulletin de la Société Académique de l’Arrondissement de Boulogne-sur-Mer, tome VIII (1908-1909) pp. 330-367.

[9] Il reste l’un des plus importants donateurs du Musée de Boulogne et les registres d’inventaire ne comptent pas moins de 636 dons, dont 521 issus de ses fouilles archéologiques locales (entre 1867 et 1907) auxquels s’ajoutent les 275 pièces des fouilles de G. Chaplain-Duparc qu’il contribua à faire entrer au Musée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *