Un site du Néolithique récent exceptionnellement bien conservé dans la vallée de l’Escaut à Bouchain (Nord)

Cet article a été rédigé par Gilles Leroy, ingénieur (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie).

Le Ministère de la Culture est investi depuis 2014, avec l’aide de la commune, dans la fouille programmée d’un site de la Préhistoire récente, et plus précisément de la fin du Néolithique, à Bouchain dans le Nord. L’opération fait suite à une reconnaissance opérée par l’Inrap en 2012 dans un contexte préventif. Le diagnostic avait révélé, outre l’existence de vestiges d’un faubourg médiéval et moderne, un niveau archéologique bien conservé à la base d’une séquence sédimentaire d’origine alluviale à proximité d’une berge de l’Escaut. Une mesure C14, réalisée en 2013 confirmait l’attribution de cette occupation humaine au Néolithique récent.
Les campagnes de fouilles, débutées en 2014, se prolongeront jusqu’en 2017.  Elles réunissent annuellement une équipe d’étudiants, chercheurs bénévoles et de spécialistes issus de différents organismes de recherche nationaux (CNRS, universités, Museum, C2RMF…).

Site-Bouchain

Site du Néolithique récent fouillé à Bouchain (Nord)

Les populations du Néolithique ont occupé cette rive gauche de la plaine de l’Escaut à proximité immédiate d’un plan d’eau, entre l’extrême fin du 4ème millénaire et le tout début du 3ème millénaire av. J.-C.
La nature particulière de cette occupation reste à préciser. Nous savons toutefois que les hommes se sont livrés à des activités liées au travail du bois, à la transformation des matières minérales et animales, au traitement des carcasses (boucherie) et éventuellement à la chasse et à la pêche. En revanche, la rareté des vestiges céramiques et la faible structuration apparente du site pourraient indiquer l’éloignement relatif de la zone d’habitat. Le sol gorgé d’eau a permis la conservation de nombreux éléments de bois, parmi lesquels un grand nombre d’objets façonnés par l’homme.

Méthode de fouille utilisée sur le site de Bouchain (Nord)

L’envahissement progressif par les tourbes de l’ancien bras abandonné du fleuve et l’accumulation de dépôt de crues ont contribué à l’enfouissement rapide du site. Parallèlement, l’exhaussement du niveau de la nappe d’eau a maintenu des conditions d’humidité permanente (marais) jusqu’à une époque récente.  Ces conditions favorables de conservation ont perduré jusqu’au creusement du canal de l’Escaut à partir de la fin du XVIIIe siècle. L’aménagement de ce drain artificiel a alors provoqué l’abaissement de la nappe de vallée et la mise hors d’eau de la plaine alluviale au contact avec le versant. Une telle situation nous permet aujourd’hui d’avoir accès au niveau préhistorique dans des conditions acceptables. Paradoxalement, cet assèchement partiel devrait aussi entraîner la destruction du site à plus ou moins brève échéance.

spectro perle

Élément de parure néolithique en cours d’analyses spectrométriques

La période du Néolithique récent, et plus particulièrement la transition avec le Néolithique finale, reste particulièrement mal connue au nord de la Seine. Seuls les contextes funéraires, essentiellement des sépultures collectives, illustrent la culture matérielle et certaines pratiques propres à ces groupes humains.  Dans ce contexte, le site de Bouchain permet d’envisager des études visant à préciser les conditions environnementales et à illustrer les particularités techniques et culturelles des populations. Des analyses paléoenvironnementales sont en cours concernant les restes polliniques, la malacofaune et les bois conservés. Le site livre également un ensemble de grumes permettant d’envisager des études dendrochronologiques inédites pour le nord-ouest de la France.

hache

Hache découverte sur le site de Bouchain (Nord)

La mise au jour d’un fragment d’embarcation monoxyle en 2014 est significative. Ce type de découverte reste assez rare pour le Néolithique même si quelques exemples sont connus en France ou en Suisse. Les fragments de bois d’œuvre (planches, perches), d’arcs ou de manches d’outils sont relativement fréquents. Le site livre également de nombreux outils ou sous-produits en matières dures animales (gaines perforées, manches, pointes, pics, andouillers, punchs…) . Les nombreux restes de faune présents sur le sol d’occupation et dans le comblement du chenal tourbeux montrent des proportions inhabituelles entre espèces chassées (aurochs, castor, cerf, canard…) et élevées (bœuf, porc…).

Arc

Arc découvert sur le site de Bouchain (Nord)

Le site de Bouchain montre certaines ressemblances avec des sites plus ou moins contemporains fouillés dans les années 1970 et 1980 dans les milieux lacustres des Vosges et des Alpes. D’autres sites, exclusivement situés dans le nord de l’Europe (Russie, Danemark…) indiquent des activités de pêches dans les marais et les cours d’eau. Dans ces types de contextes, la constitution d’une équipe pluridisciplinaire reste un défi en passe d’être relevé pour ce qui concerne le site de Bouchain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *