Actualité de l’inventaire et des études sur les manifestations graphiques du château de Selles à Cambrai, Nord (France)

Cet article sur le château de Selles à Cambrai, Nord (France) a été rédigé par Nicolas Mélard, Thomas Byhet et Virginie Motte1.

Construit au XIIIe siècle pour le comte-évêque de Cambrai, le château de Selles a connu de nombreuses modifications architecturales. Intégré dans le nouveau système de fortifications au XVIe siècle, il est aujourd’hui englobé sur trois cotés dans la masse des fortifications construites en brique et terre. Son intégration dans les fortifications modernes a permis non seulement sa conservation mais également celle des traces, plus fines et personnelles de ses occupants, sous forme de manifestations graphiques, gravées, sculptées et dessinées, se comptant par centaines sur les murs des tours et couloirs. Cet important témoin du passé médiéval et moderne de la ville constitue un des plus grands ensembles de manifestations graphiques connus en Europe, dont les plus anciennes datent probablement de la première moitié du XIVe siècle.

Vue extérieure-chateau-Selles

Vue extérieure du château de Selles (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

Les dernières transformations architecturales que le château a subies ont entraîné des changements atmosphériques importants à l’intérieur de l’édifice médiéval. Ainsi, depuis les années 1980, de nombreuses dégradations ont été observées. Ce sont notamment des desquamations des surfaces des murs qui menacent aujourd’hui les gravures. La cause des ces altérations n’a pas encore été identifiée et la conservation des graffitis sur le long terme n’est pas assurée.
Actuellement, la seule option possible de préservation consiste en un relevé systématique des graffitis dans leur contexte d’origine grâce à un protocole de relevé à plusieurs échelles et mettant en œuvre plusieurs techniques.
Afin de garantir une pérennité des recherches, de créer un cadre scientifique et administratif intelligible et une communication durable, un projet d’archéologie programmée a été mis en place avec l’autorisation du Ministère de la Culture (DRAC – Nord Pas-de-Calais et Commission interrégionale de l’Archéologie) en 2010 à l’initiative de Virginie Motte et Nicolas Mélard (Thomas Byhet a rejoint l’équipe en 2014).

Vue-gaine-chateau-Selles

Vue de la gaine inférieure du château de Selles (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

L’objectif premier était de sauvegarder les graffitis en appliquant un protocole évitant toute interaction avec la surface. Une stratégie d’inventaire et de relevé a été mise en place basée sur les travaux précédents notamment un inventaire réalisé dans les années 1980 (service de l’Inventaire de la Direction régionale des Affaires Culturelles) et les travaux de Serge Ramond (notamment les moulages et publications).
L’équipe a réalisé des relevés pierre à pierre afin de localiser les manifestations graphiques. Des relevés sur photo, technique largement validée dans le domaine de l’étude de l’art rupestre préhistorique, sont appliqués au fur et à mesure des travaux d’études historique, iconographique, technique et paléographique.

Exemple graffitis-chateau-Selles

Exemples de graffitis dans une archère du château de Selles – Martyre de saint Laurent et textes (DRA – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie)

Le relevé de sauvegarde est réalisé grâce à une technique de relevé 3D haute résolution. Cette campagne de scan sans contact menée par l’équipe du Service régional de l’Archéologie de la DRAC depuis 2011 a d’ores et déjà permis de relever plus de 40 m² des murs portant les manifestations graphiques.

L’équipe scientifique ne cesse de grandir au fil des rencontres, lors des manifestions de diffusion et valorisation. Des études iconographiques, réalisées par des archéologues, historiens, paléographes, permettent de proposer des relectures de figures connues, et des hypothèses de datation par le style ou le contexte. De nouvelles découvertes de gravures inédites enrichissent le corpus iconographique du site. Dans le cadre du projet, des formations d’étudiants ont régulièrement lieu afin de sensibiliser les chercheurs et futurs chercheurs à la thématique et aux technologies appliquées à ce patrimoine riche et fragile.

Enfin, le projet vise, en collaboration avec la ville de Cambrai et la Direction régionale des Affaires Culturelles de la Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, à diffuser largement les résultats des études et promouvoir la richesse du site et l’importance de la conservation des manifestations graphiques. Les outils d’imagerie 2D et 3D appliqués et développés dans le cadre du projet sont intégrés dans de nouveaux projets de valorisation. L’idée est la mise en place d’un véritable outil pédagogique de valorisation servant de base aussi bien pour le secteur de la médiation (en musée ou en école) que pour l’approfondissement des recherches scientifiques unissant archéologues, historiens et historiens de l’art. Le projet scientifique est programmé jusqu’en 2017.

Notes :

1. Nicolas Mélard, conservateur du patrimoine (C2RMF, Paris) ; Thomas Byhet, technicien de recherche (DRAC – SRA Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Lille) ; Virginie Motte, conservateur du patrimoine (DAC – 0i, Saint-Denis de La Réunion).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *