Ernest Will (1913-1997) et la création d’un service archéologique dans le nord de la France

Ernest Will, archéologue, spécialiste du Proche-Orient hellénisé, a joué un rôle considérable dans la création d’un Service archéologique dans le nord de la France, service qui vit le jour en 1964. Cet article a été rédigé par Corinne Helin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS)

Sommaire

SON ÉTAT CIVIL

Ernest Will est né le 25 avril 1913 à Uhrwiller, une commune du Haut-Rhin. Il suit des études secondaires au gymnase protestant de Strasbourg (actuel Gymnase Jean Sturm), puis obtient une licence de lettres à la faculté des Lettres de Strasbourg. Il entre alors, en 1933, à l’École normale supérieure à Paris où il est reçu à l’agrégation de Lettres classiques en 1936. De 1936 à 1937, il exécute son service militaire.

SON PARCOURS PROFESSIONNEL

Élève de Charles Picard (historien et archéologue français spécialiste de la Grèce antique), il devient, à partir de 1937 et jusqu’en 1939, membre de l’École française d’Athènes où il mène des recherches sur les sites de Thasos, Délos et Delphes. Mobilisé, il doit quitter la Grèce plus tôt que prévu pour le Liban à Beyrouth à l’état-major du général Weygand. Il travaille pour le compte de la France Libre, traduisant les informations de la radio allemande1. C’est du hasard de cette affectation à Beyrouth que lui vient son intérêt pour l’Orient syrien. Il regagne ensuite la France et obtient, en 1940, un poste de professeur au lycée Thiers de Marseille. Il reste en poste jusqu’en 1943 puis devient assistant du doyen Charles Dugas (archéologue français, spécialiste  de la céramique grecque antique) à la faculté des lettres de Lyon et enseigne ensuite au lycée Ampère de Lyon en 1945.

Le 1er octobre 1946, il part pour Beyrouth sur la demande d’Henri Seyrig (archéologue français, Directeur général des Antiquités de Syrie et du Liban), et devient le premier pensionnaire de l’Institut français d’archéologie, que ce dernier vient de fonder. Ce séjour marque un tournant dans sa carrière, il se spécialise alors dans le Proche-Orient hellénisé et plus particulièrement sur l’architecture et les rites cultuels et religieux.

En 1951, il rentre en France et devient assistant de grec à la Faculté des Lettres de l’université de Lille jusqu’en 1953. Il soutient cette année là, à Paris, une thèse d’État sur Le relief cultuel gréco-romain : contribution à l’histoire de l’art de l’Empire romain, qu’il publiera en 1955 aux éditions de Boccard. C’est un sujet quasi neuf pour lequel très peu de bibliographie existe, l’idée d’étudier ce thème d’un point de vue de l’historien de l’art lui est venue en 1940. Une fois sa thèse obtenue, il est recruté à l’université de Lille en tant que professeur de langue et littérature grecques ainsi que d’histoire de l’art et d’archéologie jusqu’en 1963. Dans le même temps, il devient Directeur des Antiquités historiques du Nord de la France de 1953 à 1968, ainsi que membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique et de sa commission permanente.

Il quitte l’université de Lille en 1963 pour rejoindre l’université de la Sorbonne comme professeur de langue et littérature grecques. En 1970, il devient professeur d’histoire de l’art et archéologie à l’Institut d’art et d’archéologie à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne jusqu’en 1973. Il reprendra ce poste en 1980 jusqu’à sa retraite universitaire en 1982. Entre temps, il retourne à Beyrouth en tant que Directeur de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient qui devient en 1977 l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient après la création de deux antennes à Damas (Syrie) et à Amman (Jordanie).

Il est également de 1978 à 1997 directeur de la revue Syria, revue d’archéologie de l’Institut français du Proche-Orient. Il succède à ce poste à André Parrot, spécialiste du Proche-Orient ancien.

SA THÈSE SUR LE RELIEF CULTUEL GRÉCO-ROMAIN

relief003Le 16 mai 1953, Ernest Will soutient une thèse d’État à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris intitulée Le relief cultuel gréco-romain : contribution à l’histoire de l’art de l’Empire romain. L’idée d’étudier les reliefs cultuels remonte à 1939 lors de son séjour en Grèce en tant que membre de l’École française d’Athènes et plus particulièrement à son expérience faite à Thasos d’une dédicace au héros thrace, à la déesse syrienne et à la grande mère anatolienne2. Puis à Beyrouth, il a l’idée d’étudier les monuments non pas du point de vue de l’historien des religions mais de l’historien de l’art.

Il conclut son étude en expliquant que l’emploi systématique du relief cultuel s’explique par le souci de montrer un dieu sauveur en action, que les artistes ont élaboré une formule dérivant des reliefs héroïques déjà en usage dans la religion grecque et que le relief cultuel s’inscrit sans rupture dans l’évolution de l’art grec3. Il conclut sa thèse par ces mots : « Si l’Orient avait placé dans le berceau de certains de ces cultes nouveaux ses dons spirituels éternels, il avait été incapable d’ajouter celui de l’expression artistique ; c’est à la Grèce que l’on a demandé le secours de son riche arsenal de formules »4.

Planche1

Planche hors texte de la thèse publiée d’Ernest Will sur Le relief cultuel gréco-romain

Il publie sa thèse en 1955 aux éditions de Boccard. Plusieurs compte-rendu sont faits de cette publication. Un premier compte-rendu est rédigé pour la Revue des Études anciennes en 1957 par Jean Marcadé, historien helléniste français, membre de l’Institut de France qui juge l’ouvrage d’Ernest Will comme un grand livre dans lequel on peut trouver des erreurs ou ne pas être d’accord avec l’auteur mais « on ne touche pas sans péril à l’histoire générale des arts de tous les temps et de tous les pays, et le principe même d’une enquête qui remonte si haut ou s’aventure si loin appellerait peut-être quelques réserves. Mais ce sont les incontestables qualités du livre et de l’auteur qu’il convient de souligner d’abord avec de grands et sincères éloges »5.

Un deuxième compte-rendu paraît dans la revue Syria en 1958, l’auteur en est Daniel Schlumberger, archéologue français, qui est de 1929 à 1939 inspecteur du Service des antiquités en Syrie et qui fouilla essentiellement à Palmyre. Dans ce compte-rendu, Daniel Schlumberger ne partage pas le point d’Ernest Will sur ses conclusions : « pourtant je ne crois pas que l’on puisse toujours souscrire sans réserve aux opinions de l’auteur, et c’est sur plus d’un point, dont certains sont d’importance, que, pour ma part, je me séparerai de lui »6. Il pense qu’Ernest Will est resté dans la ligne qui est celle de l’humanisme depuis la Renaissance, qu’il s’est mis au service d’une vue intégralement méditerranéenne de son sujet.

Un troisième compte-rendu paraît dans la Revue des Études grecques en 1960 par François Chamoux, helléniste français, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Pour François Chamoux, Ernest Will a parfaitement élucidé le problème des origines des reliefs cultuels en montrant que l’apport grec fut fondamental. Selon lui, « la tradition hellénique, singulièrement apte à s’assimiler les divinités étrangères, fournit la forme plastique à un culte barbare qui trouve là un moyen d’expression : par là même, le nouveau dieu, sans perdre son caractère original, s’intègre aisément au panthéon accueillant du monde méditerranéen hellénisé »7.

SES SÉJOURS AU LIBAN

Ernest Will a fait deux séjours au Liban. Le premier, sur la demande d’Henri Seyrig, fondateur de l’Institut français d’archéologie à Beyrouth, se déroula de 1946 à 1951 et le second de 1973 à 1980.

Institut-français-archeologie-Beyrouth

L’Institut français d’archéologie de Beyrouth (Will 1978, p. 179)

Henri Seyrig vient de fonder l’Institut français d’archéologie à Beyrouth lorsqu’il demande à Ernest Will d’en être le premier pensionnaire en 1946. L’Institut est installé dans la maison Beyhoum, un immeuble appartenant au ministère des Affaires étrangères français, rue Georges Picot. Ce séjour marque un tournant dans sa carrière, il se spécialise alors dans le Proche-Orient hellénisé et, plus particulièrement, sur l’architecture et les rites cultuels et religieux. Il participe à la mission de Palmyre, fixée par l’institut, qui a pour objectif de faire une publication du site fouillé. Il s’agit plutôt d’opération de relevés que de fouilles archéologiques à proprement parler. Ernest Will étudie notamment les monuments du sanctuaire de Bêl en collaboration avec Wolfgang Forrer8. Il étudie aussi les hauts-reliefs et les tours funéraires et prépare avec Henry Seyrig et Jean Starcky une édition des nombreuses inscriptions trouvées dans les fouilles de l’agora de Palmyre.

Il repart pour le Liban en 1973 en tant que directeur de l’Institut français d’archéologie à Beyrouth en remplacement de Daniel Schlumberger, décédé en octobre 1972. Il réorganise à son arrivée l’institut pour en faire une institution à l’image des Écoles de Rome et d’Athènes9 et oriente les chercheurs vers l’archéologie de terrain et l’étude de l’architecture monumentale hellénistique. Il développe ainsi les activités de terrain et entreprend les fouilles de Tell Arqa, fouille décidée sous le mandat de Daniel Schlumberger. En 1975, il créé un poste de secrétaire scientifique. Il projette aussi la création de structures matérielles pour les pensionnaires et les chercheurs, notamment une salle de dessin mais ce projet ne voit pas le jour du fait de la guerre du Liban qui a perturbé le fonctionnement de l’institut. Ernest Will a ainsi vécu la guerre du Liban. L’institut est situé dans une zone de combats violents mais Ernest Will refuse de fermer complètement l’institut. La bibliothèque est évacuée dans une tour du château médiéval de Byblos dans un premier temps avant d’être à nouveau déplacée en 1979, ce qui permettra de la sauver. L’institut subit plusieurs sièges. Le 9 décembre 1979, plusieurs membres de l’institut dont Ernest Will sont surpris par une offensive violente et ne peuvent tenir un siège prolongé, l’émir Maurice Chébab (directeur du Service des Antiquités libanaises), devant cette situation obtient leur l’évacuation dans un char10.

Dans ce contexte de guerre, les recherches ne peuvent plus se poursuivre. Ernest Will décide d’orienter les activités de l’Institut vers la Syrie et la Jordanie en ouvrant des antennes dans ces pays. La première antenne est ouverte à Amman en Jordanie en 1977, la seconde à Damas en Syrie en 1981. L’institut français d’archéologie à Beyrouth change alors de nom pour devenir l’Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient11.

Les fouilles à Tell Arqa se poursuivent. En 1978, Ernest Will indique que « le niveau hellénistique commence à se préciser avec une abondance céramique. Mais c’est surtout le niveau de l’âge du fer qui a réservé d’intéressantes découvertes : un important lot de fragments d’amphores […] a été recueilli […] plusieurs possèdent des inscriptions peintes en langue sémitique. […] sur le flanc sud du tell sont apparus les vestiges imposants de la fortification byzantine12.

Dans les dernières années de sa vie, il s’engage auprès de l’UNESCO pour la conservation des sites dégagés dans le centre ville de Beyrouth13.

SON ACTIVITÉ ARCHÉOLOGIQUE DANS LE NORD DE LA FRANCE

Parallèlement à son activité à la faculté des Lettres de l’Université de Lille, Ernest Will remplit les fonctions de Directeur régional des Antiquités historiques du Nord de la France à partir d’octobre 1953, à la suite de Jacques Heurgon, nommé à la Sorbonne. Il remplit ces fonctions jusqu’en 1968.

Bavay

Bavay. Vue d’ensemble du chantier de l’extrêmité est du cryptoportique (Will 1967a, p. 193)

La première tâche qu’entreprend Ernest Will est de relancer le chantier de fouilles de Bavay. Il met en place une nouvelle équipe de fouilles et entreprend le relevé du cryptoportique et des boutiques annexes en collaboration avec le chanoine Biévelet qui fouille les cryptoportiques depuis une dizaine d’années. Il s’occupe également du rachat des parcelles de terrain qui permettrait de mettre à jour l’ensemble du forum. C’est chose quasiment faite en 1968, à l’exception d’une route. Il s’occupe également  de la réalisation d’un Musée archéologique14. Pour cela, il a besoin de trouver un terrain susceptible d’accueillir le nouveau musée ainsi que des financements. Le projet définitif est arrêté en 1968 et sera réalisé par le successeur d’Ernest Will à la tête de la circonscription, Charles Pietri.

Athies

Athies. Villa gallo-romaine (Will 1967b, p. 204)

Ernest Will relance également d’autres fouilles et met en place des équipes de surveillance et de fouille sur des ensembles archéologiques qui apparaissent au moment des travaux de reconstruction des villes détruites pendant la Seconde Guerre mondiale. Il ouvre des chantiers de fouilles notamment à Thérouanne, Boulogne-sur-Mer (où pour la première fois depuis longtemps des fouilles ont pu être menées dans la Ville Haute et ont fourni des renseignements importants sur l’histoire des quartiers d’habitation et sur celle du rempart15), Amiens (quartier romain, plan en damier du réseau antique de la ville), Soissons, Arras, Cambrai, Beauvais (dont les fouilles amorcées en 1964 ont permis d’apporter des données intéressantes sur l’histoire de la ville antique, notamment par le dégagement du rempart du Bas-empire), Athies (villa gallo-romaine avec cave-sous-sol), Ribemont-sur-Ancre (l’exploration du sanctuaire est un premier pas vers l’étude méthodique des grands ensembles détectés par la photographie aérienne), Vendeuil-Caply (vicus gallo-romain)16… Il publie les résultats de ces recherches dans Gallia et dans la Revue du Nord de 1953 à 1968.

Ernest Will développe également l’étude de deux autres périodes archéologiques : la proto-histoire et l’époque médiévale. La première période est représentée notamment par des fouilles entreprises dans le Pas-de-Calais à Wissant, Etaples (fouilles d’Henri Mariette) et dans l’Aisne (fouilles de Gilbert Lobjois). Concernant l’époque médiévale, des fouilles sont entreprises à Lillers, Saint-Riquier (fouilles de Honoré Bernard sur l’emplacement de l’église Notre-Dame et autour de l’abbatiale), Ham-en-Artois, elles sont dirigées par Honoré Bernard de 1958 à 1967. D’autres fouilles sont menées à  Vauclair par les Pères Anselme Dimier et René Courtois sur le site de l’abbaye cistercienne du XIIIe siècle fondée par Saint-Bernard en 1134. Il s’agit de dégager et de restaurer les ruines de l’ancienne abbaye détruite lors de la Première Guerre mondiale. En 1966, un grand chantier est ouvert à Beauvais par Emile Chami et Pierre Leman. Il s’agit d’une part de la fouille de l’abbaye de Saint-Lucien reprise par Emile Chami et d’autre part, un second chantier est amorcé à l’est de la cathédrale  dans l’angle de l’enceinte du Bas-Empire par Pierre Leman17. De 1965 à 1967 des fouilles ont lieu à Brébières par Pierre Demolon qui fouille ici le premier village mérovingien connu dans la région.

Des étudiants en archéologie participent aux chantiers mis en place ce qui va permettre de créer de nouvelles équipes d’archéologues. Des étudiants fouillent notamment à Saint-Riquier, Bavay, Ribemont-sur-Ancre… Parmi ceux-ci, on note la présence de Stéphane Lebecq, Roland Delmaire, Pierre Leman, Claude Seillier,…

Durant l’année universitaire 1961-1962, un Groupe d’études archéologiques de la Faculté des Lettres de Lille est créé sous l’impulsion d’Ernest Will qui désire voir se regrouper les étudiants intéressés par l’archéologie18. Ernest Will le dirige avec l’aide de Noël Duval, archéologue et épigraphe français. Dans ce groupe composé à l’origine d’une dizaine d’étudiants, on peut noter la présence de futurs archéologues, Roland Delmaire, Philippe Jessu, Pierre Leman et Claude Seillier. Ce groupe a pour but principal, en complément de la formation dispensée à la faculté, d’initier les étudiants à la pratique des fouilles et à l’archéologie régionale par une formation à la fois théorique et pratique. La formation théorique est l’occasion de réunions organisées le jeudi soir pendant lesquelles sont abordées les techniques archéologiques, la recherche archéologique,… Lors de ces réunions des spécialistes viennent présenter, sous forme de conférence, leur recherche19. Ernest Will participe activement à ces conférences, durant l’année universitaire 1964-1965 il donne une conférence sur : « La recherche archéologique dans la région du Nord » et une seconde sur les « Villes nouvelles de l’empire romain »20, durant l’année universitaire 1965-1966 sur « Les villas gallo-romaines de la Somme, étude de l’occupation du sol d’après les recherches aériennes de M. Agache et la prospection au sol ». Les activités du groupe se développent petit à petit et des séances de séminaires sont également organisées pendant lesquelles sont étudiés les instruments de travail en archéologie, les méthodes de fouilles (stratigraphie, fouilles de tumulus)21.

Therouanne

Thérouanne. Vestiges de maisons gallo-romaines dans le choeur de la cathédrale. (Will 1967b, p. 200)

Concernant la pratique, les membres du groupe réalisent, dès sa création, une fouille dans une argilière à Ascq, du 4 février au 8 avril 1962 où des traces d’occupation romaine ont été signalées par l’Abbé Tieghem, correspondant à la circonscription préhistorique. Il s’agit d’un établissement agricole. Deux dépotoirs d’époque romaine sont notamment dégagés22. Les étudiants du groupe d’études archéologiques participent également à des stages de fouilles pour parfaire leurs pratiques, c’est le cas notamment d’un stage de fouilles d’un cimetière gaulois à Manre (Ardennes), du dégagement d’une chapelle médiévale et du temple gallo-romain qu’elle recouvre à Houffalize (Ardenne belge). Certains membres du groupe dirigent des chantiers écoles qui permettent à d’autres étudiants de se former : c’est le cas de l’étude du rempart romain de Thérouanne et de la fouille de la cathédrale Saint-Jean par Roland Delmaire, d’une étude stratigraphique à Bavay dirigée tour à tour par Philippe Jessu et Pierre Leman, de la fouille d’un tumulus à Bazinghen par Claude Sellier23, de la fouille du vicus gallo-romain au lieu dit Mont-Berny à Pierrefonds, des dépotoirs médiévaux du quartier St-Sauveur et la collégiale Saint-Pierre à Lille dirigée par Philippe Jessu, d’un habitat mérovingien à Corbehem par Pierre Demolon, des fouilles de Saint-Lucien et des abords du rempart romain à Beauvais par Philippe Jessu et Pierre Leman24.

Les membres du Groupe d’études archéologiques publient chaque année un compte-rendu de ses activités dans la Revue du Nord.

Ernest Will forma ainsi de nombreux étudiants, il dirige également le Groupe archéologique du lycée mixte d’Amiens en collaboration avec Roger Agache. Roger Agache dit de lui dans son hommage à Ernest Will que « les anciens étudiants se souviennent qu’il était très exigeant, surtout pour les thésards. Il ne tolérait pas la médiocrité ou l’à peu près. Ses colères étaient parfois terribles avec les personnes qui présentaient des références ou des citations inexactes. En revanche, pour ceux qui travaillaient sérieusement, il était plein d’attention et de sympathie ».

En 1966, Ernest Will obtient un poste d’assistant qui fut attribué, le 15 septembre 1966, à l’un de ses anciens étudiants de la Faculté de Lille, Pierre Leman25.

SON ENCOURAGEMENT POUR L’ARCHÉOLOGIE AÉRIENNE

Ernest Will est l’un des premiers à encourager l’archéologie aérienne au sein du Conseil supérieur de la recherche archéologique. En 1960 et 1961, il soutient et encourage vivement les explorations aériennes de Roger Agache et les oriente vers les périodes gallo-romaines et médiévales et plus particulièrement vers les villae antiques, lui qui est spécialiste de pré et protohistoire26. Dès 1963, la présence de nombreuses villae se vérifie et des fouilles peuvent ainsi être organisées.

Ribemont-sur-Ancre

Vue aérienne du grand temple et de l’enclos sacré de Ribemont-sur-Ancre (photo R. Agache), (Brunaux 1999, p. 179)

Le choix d’un site de fouilles se fait, en 1966, sur le site de Ribemont-sur-Ancre (Somme) dont le plan par photographie aérienne avait été attribué à une villa, il s’agit en fait d’un sanctuaire rural gaulois et gallo-romain. Ernest Will sélectionne ce site pour qu’y soient conduits des sondages dans le cadre d’une enquête d’ensemble sur l’habitat rural à l’époque gallo-romaine en Picardie27. Ribemont-sur-Ancre devient ainsi un chantier-école important dans la région. De nombreux étudiants de la Sorbonne, d’Amiens, de Lille notamment participent à ce chantier. C’est Alain Ferdière qui en dirige la fouille. Deux campagnes de fouilles ont été menées en 1966 et 1967 par le Groupe d’archéologie de la Sorbonne sous la direction d’Alain Ferdière. Ils mettent au jour dès la première année l’exèdre ouest du portique de l’aire sacrée.  Dès 1967, le matériel et la qualité des constructions mis au jour amène Alain Ferdière à évoquer une hypothèse cultuelle et à renoncer à poursuivre sur ce site le programme de recherches sur les villae gallo-romaines28. Dès lors l’objectif est de vérifier l’hypothèse naissante de la présence d’un sanctuaire, les fouilles sont alors confiées à Jean-Louis Cadoux et Jean Luc Massy.

Ernest-WIll

Ernest Will à l’inauguration de l’exposition d’archéologie aérienne à Abbeville en 1996 (Agache 1997, p. 5)

Ernest Will est décédé le 24 septembre 1997, à son domicile, à Paris à l’âge de 84 ans. Il a été inhumé au cimetière de Sèvres29. Jean-Marie Dentzer dit au sujet d’Ernest Will : « C’est la passion de la recherche qui a été le soutien de sa solitude, après les cruelles années où il a accompagné, pas à pas, son épouse dans une maladie sans remède et sans répit. Elle lui a permis de dire non à sa propre maladie en lui faisant ouvrir de nouveaux dossiers et continuer le travail jusque dans les dernières semaines de sa vie »30.

  • Principales distinctions d’Ernest Will :

– Membre de l’Académie des Inscriptions et belles lettres depuis 1973
– Membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique
– Membre du comité de direction du Service d’architecture antique du CNRS
– Membre de la Commission des fouilles du ministère des affaires étrangères
– Membre résidant de la Société nationale des Antiquaires de France
– Membre correspondant de la British Academy
– Membre correspondant du Deutsches Archäologisches Institut de Berlin
– Officier de la Légion d’honneur
– Commandeur des Palmes académiques
– Officier de l’Ordre des Arts et Lettres

  • Principales publications d’Ernest Will

La sculpture romaine au musée lapidaire de Vienne. Vienne : Syndicat d’initiative, 1952, 90 p.-[12] p. de pl.
Le relief cultuel gréco-romain : contribution à l’histoire de l’art de l’Empire romain. Paris : Ed. de Boccard, 1955, 492 p.-[6] p. de pl. Texte remanié de : Thèse : Lettres : Université de Paris : 1953 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome ; 183)
Le Dôdékathéon. Athènes : Écoles française d’Athènes ; Paris : Ed. de Boccard, 1955, 191p.-XVI p. de pl. (Exploration faite à Délos ; 22)
Bavai : cité gallo-romaine. Douai : Imp. Lefebvre-Lévéque, 1957, 48 p.
Les Celtes et les Germains à l’époque païenne. Paris : A. Michel, 1965, 263 p. (L’art dans le monde. Civilisations européennes) (en collaboration avec Hans Jürgen Eggers, René Joffroy,…)
Le Temple de Bêl à Palmyre. Paris : P. Geuthner, 1968-1975, 2 vol. (Bibliothèque archéologique et historique) (avec Henri Seyrig et Robert Amy)
I.F.A.P.O. 1980. Paris : Université de Paris, Institut français d’archéologie du Proche-Orient, 1980, 34-2[2] p.
venise002Le sanctuaire de la déesse syrienne. Athènes : Écoles française d’Athènes ; Paris : Ed. de Boccard, 1985, 167p.-40 p. de pl. (Exploration faite à Délos ; 35)
– Iraq al Amir : le château du Tobiade Hyrcan. Paris : P. Geuthner, 1991, 2 vol. (III-413 p.-100 p. de pl. (Bibliothèque archéologique et historique ; 132) (en collaboration avec François Larché)
Les Palmyréniens : la Venise des sable : Ier siècle avant-IIIème siècle après J.-C. Paris : A. Colin, 1992, 207 p. (Civilisations U)
De l’Euphrate au Rhin : aspects de l’hellénisation et de la romanisation du Proche-Orient. Beyrouth : Institut français d’archéologie du Proche-Orient, 1995, VIII-975 p. (Bibliothèque archéologique et historique ; 135)

D’autre part, Ernest Will a publié de nombreux articles sur la Grèce, la Syrie, le Liban, la Palestine, l’Iran, la Jodanie, Rome et le Nord de la France dans des revues notamment dans Gallia, la Revue du Nord, Syria.

Notes :

1. Gelin 2005, p. 307.
2. Will 1955, p. [5].
3. Chamoux 1960, p. 254.
4. Will 1955, p. 463.
5. Marcadé 1957, p. 178.
6. Schlumberger 1958, p. 382.
7. Chamoux 1960, p. 254.
8. Gelin 2005, p. 289.
9. Gelin 2005, p. 298.
10. Dentzer 1997, p. 1.
11. Gelin 2005, p. 302.
12. Will 1979, p. 211.
13. Denzer 1997, p. 2.
14. Leman 1984, p. 16.
15. Will 1968, p. 682.
16. Will 1967a, p. 771.
17. Will 1966, p. 641.
18. Leman 1962, p. 474.
19. Leman 1984, p. 18.
20. Jessu 1965, p. 639.
21. Jessu 1965, p. 639.
22. Leman 1962, p. 475.
23. Jessu 1965, p. 640.
24. Will 1966, p. 648.
25. Agache 1997, p. 6.
26. Agache 1997, p. 5.
27. Cadoux 1984, p. 125.
28. Brunaux 1999, p. 180.
29. Agache 1997, p. 5.
30. Dentzer 1997, p. 2.

Bibliographie :

Agache 1997 : Agache Roger, Blanchet Jean-Claude. Nécrologie d’Ernest Will (1913-1997). In Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 1997, p. 5-7.

Brunaux 1999 : Brunaux Jean-Louis, Amandry Michel, Brouquier-Reddé Véronique, Delestrée Louis-Pol, Duday Henri, Fercoq du Leslay Gérard, Lejars Thierry, Marchand Christine, Méniel Patrice, Petit Bernard, Rogéré Béatrice. Ribemont-sur-Ancre (Somme). In : Gallia, Tome 56, 1999, pp. 177-283.

Cadoux 1984 : Cadoux Jean-Louis. Le sanctuaire gallo-romain de Ribemont-sur-Ancre (Somme) : état des recherches en 1983. In : Revue du Nord, tome 66, n° 260, 1984, pp. 125-145.

Chamoux 1960 : Chamoux François. 17. Will (Ernest). Le relief cultuel gréco-romain, contribution à l’histoire de l’art de l’empire romain (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 183). Paris, E. de Boccard, 1955. In : Revue des Études Grecques, tome 73, fasc. 344-346, janvier-juin, 1960, pp. 253-255.

Dentzer 1997 : Dentzer Jean. Nécrologie : Ernest Will (1913-1997). In : Syria, tome 74, 1997, pp. 1-2.

Gelin 2005 : Gelin Mathile. Histoire de l’Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, 1946-1977. In : Syria, tome 82, 2005, pp. 279-329.

Jessu 1965 : Jessu Philippe, Leman Pierre. Le Groupe d’études archéologiques en 1964-1965. In : Revue du Nord, tome 47, n° 187, 1965, pp. 639-641.

Leman 1962 : Leman Pierre, Jessu Philippe. Groupe d’études archéologiques de la Faculté des lettres : rapport d’activité. In : Revue du Nord, tome 44, 175, 1962, p. 474-476.

Leman 1984 : Leman Pierre. L’action d’Ernest Will à la direction de la Circonscription des Antiquités Historiques du Nord de 1953 à 1968. In Revue du Nord, tome 66, n° 260, 1984, pp. 15-19.

Marcadé 1957 : Marcadré Jean. Ernest Will. Le relief cultuel gréco-romain : contribution à l’histoire de l’art de l’empire romain (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 183). Paris, E. de Boccard, 1955. In : Revue des Études Anciennes, tome 59, n° 1-2, 1957, pp. 171-178.

Schlumberger 1958 : Schlumberger Daniel. Ernest Will. Le relief cultuel gréco-romaine. Contribution à l’histoire de l’art de l’empire romain… In : Syria, tome 35, fasc. 3-4, 1958, pp. 378-389.

Will 1955 : Will Ernest. Le relief cultuel gréco-romain : contribution à l’histoire de l’art de l’empire romain (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, fasc. 183). Paris, E. de Boccard, 1955, 492 p.-[6] p. de pl.

Will 1966 : Will Ernest. L’activité archéologique dans la circonscription des antiquités historiques Nord-Picardie. In : Revue du Nord, tome 48, n° 191, p.641-646.

Will 1967a : WIll Ernest. L’activité archéologique dans la circonscription des antiquités historiques des régions Nord et Picardie. In : Revue du Nord, tome 49, n° 195, pp. 771-779.

WIll 1967b : Will Ernest. Informations archéologiques : circonscription de Nord et Picardie. In : Gallia, tome 25, fasc. 2, 1967, pp. 189-204.

Will 1968 : WIll Ernest. L’activité archéologique dans les régions Nord et Picardie. In : Revue du Nord, tome 50, n° 199, pp. 675-685.

Will 1978 : Will Ernest. Nouvelles archéologiques : l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient. In : Syria, tome 55, fasc. 1-2, 1978, pp. 178-182.

Will 1979 : Will Ernest. Nouvelles archéologiques : Institut français d’archéologie du Proche-Orient en 1978. In Syria, tome 56, fasc. 1-2, 1979, pp. 210-214.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *