Auguste Terninck (1811-1888), un archéologue amateur de l’Artois

Auguste Terninck, percepteur de profession, est un archéologue amateur de l’Artois dont les travaux ont pris une large part à la connaissance des découvertes archéologiques du XIXe siècle en Artois. Cet article a été rédigé par Corinne Hélin (IRHiS UMR 8529 Univ Lille-CNRS)

Auguste terninck

Auguste Terninck (Archives départementales du Pas-de-Calais)

Sommaire

ÉTAT CIVIL (NAISSANCE, MARIAGE, DÉCÈS)

Acte-naissance-Terninck

Acte de naissance d’Auguste Terninck (Archives départementales du Pas-de-Calais, 5 MIR 041/33)

Auguste Edmond Terninck est né le 21 mars 1811 à Arras (Pas-de-Calais). Il est le fils de Benoît-Joseph-Charles Terninck, propriétaire, et Victoire Lefebvre dont le père, Barthélémy Auguste César Lefebvre-Dupré, était membre du Conseil des cinq-cents, officier de la Légion d’honneur et chancelier de la deuxième cohorte1. Les parents d’Auguste Terninck se sont mariés à Arras le 22 brumaire an XIV (14 novembre 1805). Ils ont six autres enfants (cinq filles et un garçon), Aimée Marie née le 13 octobre 1806, Charles Edmond né le 5 décembre 1807, Aglaë née le 12 mars 1809, Sidonie Pauline née le 28 janvier 1813, Zoë Marie née le 14 février 1815 et Marie Joséphine née le 21 juin 1822. Ils vécurent à Arras où Benoît-Joseph-Charles devint membre du Conseil municipal (ordonnance royale du 30 août 1814)2.

Auguste Terninck est envoyé au petit séminaire d’Arras pour faire ses études, il suit les cours du collège dirigé par M. Sallentin. Il est très bon en latin et en grec. Il obtient le diplôme de bachelier-ès-lettre le 30 août 1831 à Douai (Nord), il est ensuite envoyé à Paris où il suit des cours de droit. Il est nommé bachelier en droit, le 27 janvier 18353.

À son retour à Arras, ses parents le font entrer dans l’administration des finances. Après deux ans passés dans les bureaux de la Recette générale à Arras, il est nommé percepteur à Diéval (Pas-de-Calais) le 1er avril 1837. Il est ensuite transféré à Ablain-Saint-Nazaire (Pas-de-Calais) le 31 décembre 1839. Il se marie le 26 octobre 1840 avec Adèle-Dorothée de Contes d’Esgranges, fille du baron d’Esgranges. Il est muté à Bois-Bernard (Pas-de-Calais) le 5 mars 1843 où il terminera sa carrière. C’est à Bois-Bernard que naissent ses quatre enfants (un garçon et trois filles) : Marie Éléonore Henriette née le 7 août 1843, Louise Marie Victoire née le 24 novembre 1844, Noémie Héléna Marie née le 15 février 1848 et Louis Bauduin Raphaël né le 14 décembre 1849. Les Terninck habitent dans le château de Bois-Bernard, château qui sera détruit pendant la guerre 14-18. Son épouse, Adèle-Dorothée de Contes décède le 24 janvier 1870, elle est alors âgée de 55 ans. Elle est enterrée dans le caveau familiale.

SES DÉBUTS DANS L’ARCHÉOLOGIE

Auguste Terninck est initié aux travaux littéraires et scientifiques de bonne heure par son père qui occupait lui-même un rang parmi les savants4. Il profite du temps libre que lui procure son métier pour s’intéresser à l’histoire locale de sa région et plus particulièrement à l’archéologie. Il étudie ainsi plus précisément l’Artois souterrain, décrit un grand nombre d’églises du Pas-de-Calais, étudie le mobilier archéologique. Il fouille de nombreuses sépultures antiques et publie énormément sur ses découvertes dans les mémoires de nombreuses sociétés savantes. Il devient ainsi l’initiateur des antiquités gauloises, gallo-romaines et franques de l’Artois et intègre la Commission des Monuments Historiques du Pas-de-Calais le 15 juin 1843 dont il est l’un des membres fondateurs. Il est élu membre du Comité central le 24 juillet 1846. Lors des séances organisées par la Commission des Monuments Historiques du Pas-de-Calais, Auguste Terninck fait le récit de ses découvertes.

Nous savons peu de chose sur ses pratiques de fouilles, fouillait-il lui-même ou dirigeait-il des hommes ? Etait-il présent à chaque découverte ?

SES PREMIERS ÉCRITS

Promenades-archeo

TERNINCK Auguste. Promenades archéologiques sur la chaussée Brunehaut ou histoire des communes et des monumens qui l’avoisinent. Saint-Pol : Imp. de A. Thomas, 1842, 232 p.

C’est dans les Mémoires de la Société des antiquaires de la Morinie qu’Auguste Terninck fait ses premières publications. En 1836, il écrit notamment une notice sur le souterrain-refuge d’Ervillers. En 1842, il publie une série d’article dans le Puits Artésien portant sur les « Promenades archéologiques sur la Chaussée Brunehaut ». La première partie concernant la Chaussée Brunehaut entre Camblain-Chatelain et Marquion, en passant par Houdain, St-Eloy, Arras et la seconde partie reprenant la chaussée à Camblain-Chatelain jusqu’à Sangatte, en passant par Thérouanne, Saint-Omer, Ardres, Guines. Il s’agit du premier ouvrage concernant ses études archéologiques, il l’égaye par le récit de légendes et d’histoire. On peut ainsi lire au sujet du château d’Hollain « C’est là que ces chefs audacieux frappaient monnaie ; au milieu des ruines, ils établissaient leurs ateliers, et pour en écarter l’oeil curieux des voisins, ils ne se montraient que la nuit, sous mille costumes bizarres ; ils se faisaient passer pour des êtres surnaturels, des revenants qui profitaient des ténèbres pour visiter leurs anciens manoirs… »5.

En 1853, Auguste Terninck écrit deux ouvrages importants : Notre-Dame du Joyel et Essai historique et monographique sur l’ancienne cathédrale d’Arras. Son ouvrage Notre-Dame du Joyel ou histoire légendaire et numismatique de la chandelle d’Arras et des cierges qui en ont été tiré raconte l’apparition du Cierge d’Arras au XIIe siècle et la grande vénération dont l’entouraient les Artésiens ainsi que tous leurs voisins. Vers 1105, les habitants d’Arras et des environs furent frappés par « le feu infernal » (sorte de gangrène sèche due à l’absorption d’ergot de seigle). Une nuit, deux jongleurs, Itier et Norman, qui se détestaient car le frère du premier avait tué le frère du second, firent le même songe : la Vierge Marie leur apparut et leur dit de se rendre en la cathédrale d’Arras. Là, l’évêque Lambert les réconcilia. Le lendemain matin, Marie leur apparut et leur donna un cierge allumé en leur demandant de verser de la cire du cierge dans de l’eau et de le faire boire aux malades et d’en verser sur leurs plaies.

Sainte-Chandelle

TERNINCK Auguste. Notre-Dame du Joyel ou histoire légendaire et numismatique de la chandelle d’Arras et des cierges qui en ont été tiré. Arras : Typographie et lithographie d’Alp. Brissy, 1853, pl [7].

Tous ceux qui y crurent furent guéris : « Peu après, une lumière douce commença à poindre au haut de l’abside , et on aperçu une femme d’une merveilleuse beauté, une femme semblable à l’Aurore, belle comme la lune et choisie comme le soleil, (dit l’historien Fatou) qui descendit lentement des voûtes et vint se poser sur l’autel même au pied duquel se trouvaient l’évêque et les musiciens. Arrivée là, elle jeta un regard de compassion sur les malheureux qui remplissaient le Temple saint, et après avoir appelé par leurs noms les trois personnages, prosternés la face contre terre, elle remit aux deux musiciens un Cierge qu’elle tenait à la main, en leur expliquant de nouveau, les effets, leur prescrivant l’usage qu’ils en devaient faire et ajoutant qu’ils devaient avoir soin de conserver bien précieusement ce présent du ciel, en témoignage et reconnaissance du grand bienfait qu’elle leur apportait. Puis elle disparut lentement, en remontant vers le ciel, laissant après elle une vive lumière, et ce parfum qui avait précédé son approche »6.

Auguste Terninck consacre son deuxième ouvrage de 1853 à l’ancienne cathédrale d’Arras qui fut détruite à la Révolution française et qui a entièrement disparue aujourd’hui. Cette cathédrale, appelée cathédrale Notre-Dame-en-Cité, de style gothique, se situait dans le quartier dit « de la cité » à Arras à côté du palais épiscopal (actuel hôtel de préfecture du Pas-de-Calais). Elle fut construite aux XIIe et XIIIe siècle et subit les dégâts de la Révolution française. Elle fut vandalisée à partir de 1793, vendue par la municipalité en 1799 et démolie par ses acheteurs pour vendre les pierres. En 1802, Napoléon Bonaparte, trouvant le spectacle des ruines affligeantes, ordonna la destruction de ce qu’il restait. « Mais si Notre-Dame avait échappé au vandalisme classique elle ne put hélas ! éviter les horreurs qui en 93 profanèrent tous les édifices consacrés au vrai Dieu. Convertie alors en magasin militaire, elle vit s’entasser dans son enceinte les fourrages et les munitions ; elle vit bouleverser son pavé par ces hommes impies qui allaient chercher dans la terre les cendres des morts pour les dépouiller des cercueils de plomb, et des objets de prix qui les entouraient, et ses toitures négligées laissèrent pénétrer sur ses voûtes les eaux pluviales qui filtrèrent au-dessus de deux des colonnes du chœur et en compromirent la solidité »7.

Ancienne-cathedrale-Arras

Ancienne cathédrale d’Arras (TERNINCK Auguste. Essai historique et monographique sr l’ancienne cathédrale d’Arras. Arras : typographe d’Alp. Brissy, 1853, pl. 3.)

SON ÉTUDE SUR L’ATRÉBATIE

L’un des ouvrages les plus importants de sa carrière est celui publié en 1870 sur l‘Étude sur l’Atrébatie avant le VIe siècle dans lequel il décrit notamment les monuments et les objets archéologiques d’époque gauloise et gallo-romaine. Il y recherche les origines de l’histoire de l’Atrébatie. Il y regroupe les données des auteurs anciens (notamment celles de M. de Caumont et de l’abbé Cochet8) et des explorations qu’il a pu faire lui-même. Il insère de nombreuses planches photographiques reproduisant les monuments et les objets antiques recueillis dans l’Atrébatie qui, pour la plupart, faisaient partie de son cabinet.

Suite au succès de son ouvrage sur l’Atrébatie, Auguste Terninck décide d’en faire une nouvelle édition plus complète que la précédente. Il publie ainsi de 1878 à 1881 quatre volumes intitulés l’Artois souterrain dans lequel il présente le résumé de ses explorations archéologiques. Il y republie notamment une carte des voies et fondations romaines, des voies et localités gauloises et des cimetières mérovingiens avec l’indication des mottes et limites des pagi déjà publiée dans son précédent ouvrage.

Carte-Artois-souterrain

Carte réalisée par Auguste Terninck (TERNINCK Auguste. L’Artois souterrain. Vol. 1. Brionne : Éd. G. Monfort, 1981.)

SA COLLECTION D’OBJETS ARCHÉOLOGIQUES, LES RÉCOMPENSES REÇUES, LA FIN DE SA VIE

Auguste-Terninck572

Auguste Terninck à la fin de sa vie (Monchy 1986, p. 48)

Auguste Terninck possédait une importante collection d’objets anciens réunie grâce aux nombreuses fouilles et prospections qu’il entreprenait dans la région, ses objets provenaient principalement de l’Artois. Il avait rassemblé cette collection chez lui, au deuxième étage de son château de Bois-Bernard. Celle-ci se composait d’objets allant de la Préhistoire au haut Moyen Âge, céramique (vases et lampes), verrerie, tabletterie (épingles, jetons, alènes, charnières, cuillères, couteau), bronze (statuettes, récipients, objets de parure et de toilette)9. Cette collection, plusieurs fois remaniée par des achats ou des échanges, n’a fait l’objet d’aucun catalogue détaillé et Terninck lui-même hésite souvent sur l’origine des objets qui la composent10. Il a notamment acheté des objets provenant de la fouille du cimetière mérovingien de Maroeuil.

Auguste Terninck fut récompensé et honoré par les sociétés savantes auxquelles il appartenait par des médailles et des diplômes pour ses nombreux écrits. En 1865, son ouvrage intitulé Arras et ses monuments fut couronné par l’académie d’Arras. Il reçut également en 1880 par la Société française d’archéologie la médaille de vermeil pour ses fouilles archéologiques dans le Pas-de-Calais durant le congrès archéologique tenu à Arras11. Le 15 juillet 1881, sur l’initiative de la Commission des Monuments Historiques, l’académie d’Arras lui décerna une médaille hors classe et le proclama membre honoraire. La Société des Antiquaires de la Morinie le récompensa par un diplôme d’honneur la même année12.

Auguste Terninck est mort le 22 mars 1888 à Bois Bernard (Pas-de-Calais) d’une maladie subite. Il fut enterré dans le caveau familiale où reposait déjà sa femme, dans le cimetière de Bois Bernard. A. de Cardevacque a rédigé dans les Mémoire de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais en 1889 une notice biographique en hommage à Auguste Terninck.

Après sa mort, une grande partie de sa collection a été déposé au Palais des Beaux-Arts de Lille. Lors des travaux du musée dans les années 1990, cette collection a été transportée avec l’ensemble de la collection archéologique du musée au musée de l’Hospice Comtesse. En 1997, elle a été mise en dépôt au Service archéologique municipal de Lille13. Une partie de cette collection d’Auguste Terninck a fait l’objet d’études :

Scene-chasse

couteau d’Arras, collection Terninck, Service archéologique de Lille (tiré de Herbin 2001, p.98)

– Roland Delmaire a eu l’occasion d’examiner la collection d’Auguste Terninck dans le cadre d’un classement général des céramiques gallo-romaines du musée de Lille et en a tiré un article pour le Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais sur les marques de potiers gallo-romains14.
– Marie-Josèphe Lusien-Maisonneuve a, quand à elle, étudié les 30 statuettes en bronze qui appartiennent à la collection Terninck15.
– Gilles Blieck a étudié les fibules de cette collection dans un article publié dans le Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais16.
– Patrice Herbin a rédigé un article dans la Revue du Nord sur un manche de canif en os décoré d’une scène de chasse, découvert à Arras en 1864 et interprétée par Auguste Terninck comme une garniture de peigne17.

  • Liste des sociétés savantes dont Auguste Terninck était membre :

– Membre de la Société des antiquaires de Picardie (2 décembre 1838)
– Membre de la Société linnéenne du Nord de la France (10 octobre 1839)
– Membre de la Commission des Monuments Historiques du Pas-de-Calais (1843)
– Membre de la Société royale des beaux-arts et de la littérature de Gan (29 novembre 1853)
– Membre de la Société d’agriculture, sciences et arts de Douai (24 décembre 1869)
– Membre de la Société des antiquaires de France (2 juillet 1873)
– Membre de la Société topographique des Gaules (15 novembre 1876)
– Membre correspondant du Ministère de l’Instruction publique (30 juillet 1877)
– Membre de la Commission de géographique historique de l’ancienne France (1er juillet 1880)
– Membre honoraire de l’Académie d’Arras (15 juillet 1881)
– Membre de l’Académie royale de Gand

  • Principales publications d’Auguste Terninck

Promenades archéologiques sur la chaussée Brunehaut ou histoire des communes et des monuments qui l’avoisinent. 1ère partie, entre Camblain-Chatelain et Marquion, par Houdain, St Eloy, Arras… Saint-Pol : Imp. de A. Thomas, 1842, 232 p.
Notre-Dame du Joyel, ou Histoire légendaire et numismatique de la chandelle d’Arras et des cierges qui ont été tirés. Arras : A. Brissay, 1853, 92 p.-[9] p. de pl.
Essai historique et monographique sur l’ancienne cathédrale d’Arras, avec planches : suivi d’un sommaire sur les évêques, les privilèges, les sceaux et les monnaies du chapitre et des évêques. Paris : Victor Didron ; Arras : Principaux libraires, 1853, 111 p.-[29] p. de pl.
L’abbaye de Saint-Vaast : monographie historique, archéologique et littéraire de ce monastère. Arras : Typographie et lithographie d’Alphonse Brissy, 1865-1868, 3 vol. (avec Adolphe de Cardevacque)
Étude sur l’Atrébatie avant le sixième siècle. Amiens : imp. de Lenoel-Hérouart, 1866, 216 p.
Recherches sur les monuments et les objets d’art relatifs à l’abbaye de Saint-Vaast. Arras : A. Brissy, 1869, 127 p.-[26] p. de pl.
Promenades archéologiques et historiques sur les chaussées romaines des environs d’Arras (route de Thérouanne). Arras : E. Bradier, 1873, 195 p.
Essai sur l’industrie gallo-romaine en Atrébatie. Arras : Imp. A. Brissy, 1874, 180 p.
L’Artois souterrain : études archéologiques sur cette contrée depuis les temps les plus reculés jusqu’au règne de Charlemagne. Arras : Imp. de la Société du Pas-de-Calais, 1878-1880, 4 vol.
Arras : histoire de l’architecture et des beaux-arts dans cette ville : depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Arras : Sueur-Charney, 1879, III-311 p.-LXXX p. de pl.
Promenade archéologiques et historiques sur les chaussées romaines des environs d’Arras (route de Lens). Arras, 1880, 232 p.

Notes :

1.  De Cardevacque 1889, p. 38.
2.
Monchy 1986, p. 33.
3.
Monchy 1986, p. 35.
4. 
De Cardevacque 1889, p. 39.
5.
Terninck 1842, p. 27.
6.  Terninck 1853a, p. 17.
7. Terninck 1853b, p. 26.
8. Terninck 1870, p. 17.
9. Delmaire 1971, p. 39.
10. Herbin 2001, p. 97.
11. De Cardevacque, 1889, p. 39.
12.
De Cardevacque, 1889, p. 45.
13. 
Wyremblewski, Masse, Lehoërff 2009, p. 40.
14.
Delmaire 1971, p. 39.
15.
Lussien-Maisonneuve 1978, p. 48.
16.
Blieck 1986, p. 34-55.
17.
Herbin 2001, p. 97-103.


Bibliographie :

Blieck 1986 : Blieck Gilles. Les fibules du musée des Beaux-Arts de Lille. Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 12, 4, 1986, pp. 34-55.

De Cardevacque 1889 : De Cardevacque A. Auguste Terninck : notice bibliographique. Mémoires de la commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, 1889, tome 1, pp. 37-46.

Delmaire 1971 : Delmaire Roland. Marques de potiers de la collection Terninck : un essai de rectification. Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 9, 1, 1971, pp. 39-48.

Herbin 2001 : Herbin Patrice. Un manche de couteau pliant à décor zoomorphe de la collection Terninck. Revue du Nord, 2001 (5), n° 343, pp. 97-103.

Lussien-Maisonneuve 1978 : Lussien-Maisonneuve Marie-Josèphe. Recherches sur les statuettes en bronze de la partie occidentale de la province romaine de Belgique (de l’Argonne à la Mer du Nord et à la Manche, à l’exception du site de Bavai). Thèse de 3e cycle : Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 : 1978, 3 vol. (695 p.-CC p. de pl.)

Monchy 1986 : Monchy Eugène. Auguste Terninck (1811-1888) : archéologue et historien… vu par ses contemporains. Gauheria, n° 9, 1986, pp. 31-64.

Wyremblewski, Masse, Lehoërff 2009 : Wyremblewski Ewa, Masse Armelle, Lehoërff Anne. Histoire et étude technique d’une collection « perdue ». Les bronzes protohistoriques de la vallée de la Deûle (Nord/Pas-de-Calais). Revue du Nord, 2009 (5), n° 383, pp. 39-61.

 Informations complémentaires :

  • Les numéros du Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais sont consultables aux centres de documentation et bibliothèques du Centre d’archéologie préventive du Douaisis, du Forum antique de Bavay, de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion, du Service régional de l’archéologie (antenne Lille), du Service archéologique départemental du Nord.
  • Les numéros de la Revue du Nord sont consultables aux centres de documentation et bibliothèques du Centre d’archéologie préventive du Douaisis, du Centre archéologique de Seclin, du Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais, du Forum antique de Bavay, de l’Institut national d’archéologie préventive Nord-Picardie, de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion, du Service régional de l’archéologie (antenne Lille), du Service archéologique départemental du Nord.
  • Les numéros de Gauheria sont consultables aux centres de documentation et bibliothèques du Centre d’archéologie préventive du Douaisis, du Centre archéologique de Seclin, du Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais, de l’Institut national d’archéologie préventive Nord-Picardie, de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion, du Service régional de l’archéologie (antenne Lille), du Service archéologique départemental du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *